mercredi 29 juillet 2015

Haro sur Fdesouche !




Le 29/07/2015
Dernière turpitude en date : une plainte déposée par le mécène Pierre Bergé, qui n’aurait pas apprécié que Fdesouche relaie le lien d’un article jugé diffamatoire.

S’ériger en défenseur de la liberté d’expression est à la portée du premier poseur venu.
Il suffit de parader aux manifs Charlie, de signer quelques pétitions sur Internet et de dénoncer haut et fort le régime de Kim Jong-un.
Mais mettre en pratique ses belles convictions est une autre paire de manches.
Laisser ses contradicteurs s’exprimer, accepter que d’autres courants de pensée puissent exister exige une ouverture d’esprit qui tend à se tarir à une époque où la lobotomie intellectuelle exercée par les médias et les politiques bat son plein. Internet est (était ?) l’un des derniers refuges contre cette marche forcée vers l’uniformisation cognitive.
Créé il y a dix ans, le site Fdesouche est devenu l’un des blogs les plus influents de ce que les bobos nomment la fachosphère.
 Compilant au jour le jour les faits divers parus dans la presse, il dresse un état des lieux saisissant des problèmes de criminalité, d’immigration et d’injustice sociale qui asphyxient la France.
 Des informations que les gouvernements n’aiment guère voir circuler, trop conscients de l’éveil salutaire qu’elles pourraient susciter chez les électeurs.
 Forcément, Pierre Sautarel, administrateur du site, a eu quelques déboires et quelques procès.
Dernière turpitude en date : une plainte déposée par le mécène Pierre Bergé, qui n’aurait pas apprécié que Fdesouche relaie le lien d’un article jugé diffamatoire.
 Résultat : une perquisition au domicile de Sautarel, une porte fracturée, du matériel confisqué, le site fermé et un interrogatoire au poste.
La proximité de Pierre Bergé avec le pouvoir n’est un secret pour personne.
 Aux présidentielles de 2007, il avait copieusement financé la campagne de Ségolène Royal.
 Un quinquennat plus tard, il a pesé de tout son poids pour que les socialistes légalisent le mariage gay.
 Militer pour une cause est un droit légitime (cela fait partie de la liberté d’expression), user de méthodes coercitives pour imposer une idéologie au plus grand nombre et confisquer la parole à ses opposants revient à s’asseoir sur la démocratie (c’est l’abolition de la liberté d’expression).
 La démarche procède de la même logique que celle de Manuel Valls quand il se démena pour faire interdire les spectacles de Dieudonné en 2013.


En vérité, la gauche n’a jamais été aussi sectaire, moralisatrice et inquisitrice qu’à notre époque.


Pour éclipser son propre vide, quoi de mieux que de réduire l’adversaire au silence ?
On peut trouver les sketchs de Dieudonné détestables.
 On peut estimer que Sautarel sélectionne et manipule l’actualité à sa convenance (mais quel média ne le fait pas ?).
 On peut soupçonner les deux – ainsi que d’autres figures des mouvances de droite – d’aimer monter en épingle leurs démêlés judiciaires pour se victimiser, entretenir leur notoriété et doper leur business.
On peut être consterné par le caractère abject de certains commentaires d’internautes sur Fdesouche, qui n’hésite d’ailleurs pas à bannir sur le champ les mal-pensants n’adhérant pas à 100 % à sa doxa, sans se soucier de chahuter la liberté d’expression dont il entend lui-même tirer profit.


Car la liberté d’expression est précisément d’accepter d’être dérangé, bousculé, voire discrédité par son interlocuteur, dès lors qu’il y met les formes.


 Censurer, interdire, jeter l’opprobre est une agonie de la pensée dans l’océan de consensus, de désinformation et de pleutrerie qui submerge notre monde interconnecté mais exempt de débats, où la communication éreinte la réflexion.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.