dimanche 23 septembre 2018

«On verra s'il a "les couilles"» : un syndicat policier invite Moix à un reportage en zone sensible

 
 
«On verra s'il a "les couilles"» : un syndicat policier invite Moix à un reportage en zone sensible

© ERIC FEFERBERG Source: AFP
L'écrivain Yann Moix (image d'illustration).
 

Le syndicat Alternative police CFDT a annoncé avoir saisi le CSA pour des propos «anti-flics» tenus par l'écrivain, qui avait accusé les policiers de «chier dans leur froc» et de ne pas «avoir les couilles» d'aller dans des quartiers difficiles.
                                   
Le syndicat Alternative police CFDT a fait savoir le 22 septembre qu'il avait saisi le CSA pour des propos tenus par "l'écrivain" et chroniqueur Yann Moix dans l'émission Les terriens du samedi, diffusée sur C8.
Lors de la séquence télévisée, celui-ci est accusé par le syndicat d'avoir tenu des propos «anti-flics».
Sur le plateau, face à deux policiers et au journaliste Frédéric Ploquin, venu présenter son livre La peur a changé de camp, Yann Moix déclarait notamment, sans terminer son raisonnement : «Si vous venez dire ici que les policiers ont peur – vous savez bien que la faiblesse attise la haine – dire que vous chiez dans votre froc, alors que vous faites un métier qui devrait prendre cette peur en compte.»
La peur au ventre, vous n'avez pas les couilles d'aller dans des endroits dangereux


Accusant les forces de l'ordre de se «victimiser» et de s'en prendre principalement aux «pauvres»,

Loon-Plage : la femme qui affirmait avoir été agressée par des migrants a tout inventé (MàJ)

 
 

Par pour Fdesouche le 23/09/2018

Jeudi, une femme de 48 ans dénonçait une agression dont elle disait avoir été victime.

Elle racontait circuler à vélo à proximité du Parc Galamé à Loon-Plage, quand elle a été prise à partie par un groupe de sept à huit personnes.
Elle disait avoir reçu deux coups de cutter au niveau des jambes, ainsi qu’un coup à la tête.
Elle avait été recousue de huit points de suture.
Son audition et la confrontation avec les agresseurs présumés, des migrants afghans et pakistanais, ont permis de comprendre qu’elle avait menti.
La quadragénaire a inventé entièrement l’histoire.
Ce jeudi, elle a simplement fait une chute de vélo.  »
Elle a reconnu avoir croisé un groupe de migrants, avoir pris peur et chuté de vélo », a indiqué le Parquet de Dunkerque à La Voix du Nord.
Les migrants qui avaient été placés en garde à vue ont donc été relâchés.
La femme de 48 ans, qui présente un profil psychologique fragile, ne sera probablement pas poursuivie pour dénonciation calomnieuse.
Des experts vont l’examiner pour tenter de comprendre ce qui l’a amenée à ce grave mensonge.

France 3



21/09/18

(…) Après avoir chuté, la cycliste s’est défendue et débattue, et a reçu deux coups de cutter au niveau des jambes, ainsi qu’un coup à la tête. (…)
Peu de temps après, des effectifs de police dépêchés sur place ont repéré un groupe de migrants non loin de là, et ont procédé à l’interpellation de huit individus.
Tous placés en garde à vue, ils sont Afghans et Pakistanais.
Certains d’entre eux ont été reconnus par la victime.

France 3


Ce jeudi vers 15 h 15, une femme qui faisait du vélo dans le bois de Galamé à Loon-Plage, sur un petit chemin, entre la piscine et les terrains de tennis, a été agressée par un groupe d’environ six migrants.
Alors qu’elle s’est mise sur le bas-côté pour les laisser passer, elle a été projetée à terre.
L’un des migrants a sorti un cutter, lui entaillant la cuisse et le mollet, tandis qu’un autre la menaçait avec une brique.
Les agresseurs lui auraient volé son vélo. (…)


Marseille : Attaqués par une quarantaine d’individus, les policiers font feu à 2 reprises.

 
 
Des projectiles saisis par les policiers. (CLIP13 / UPNI).
 
23 septembre 2018 par Y.C.
 
Les policiers ont été encerclés par plusieurs dizaines d’assaillants.

Ce dimanche vers 1h30 du matin, des policiers se sont fait prendre à partie par une quarantaine d’individus dans la cité des Lauriers du 13ème arrondissement de Marseille.

Deux coups de feu

Les assaillants ont encerclé les fonctionnaires de Police-Secours, et les ont caillassés.
Les policiers ont demandé du renforts et ont été contraints de tirer en l’air avec leur arme de service, pour se dégager.



Un véhicule dégradé après avoir été caillassé. (CLIP13/UPNI)

Des renforts venus de tous les secteurs de la ville sont finalement arrivés pour porter secours à leurs collègues.
Un policier aurait été légèrement blessé, selon l’Union des Policiers Nationaux Indépendants (UPNI). Au moins un véhicule a été endommagé.
Deux assaillants auraient été interpellés, selon nos informations.

Actu17.

Hapsatou Sy qui fait la leçon à Eric Zemmour poursuivie pour escroquerie et doit 350 000€ au fisc !




     
Mike Borowski, rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer via Les Observateurs CH
 
Ce qui est génial avec l’époque moderne c’est que les donneurs de leçon ne se regardent jamais dans une glace.

Ils se prennent pour des blanches colombes alors qu’ils ne sont que de petites ordures, qui ont plus de casseroles que toute la représentation politicienne.
Ils volent, ils escroquent, parfois même ils violent et ils tuent mais ça ne les dérange pas de se croire légitime de dire ce qu’est le bien et le mal, le pire étant que leurs amis ne contestent pas leurs dires.
C’est fou, alors que dans un monde normal un Bertrand Cantat devrait se cacher jusqu’à la fin de ses jours et bien non ce gentil monsieur assassin de son état continue ses concerts et lors de ces événements fait la morale à son public.
Et visiblement beaucoup trouvent ça tout à fait logique, car bien entendu un artiste dont on se branle de son avis politique va le donner quoi qu’il arrive et pire on l’applaudira pour l’avoir fait.

Charles-Henri Gallois : «L'immense majorité des Français serait contre le CETA»

Charles-Henri Gallois : «L'immense majorité des Français serait contre le CETA»

© Vincent Kessler Source: Reuters
       Justin Trudeau au Parlement européen le 16 février 2017 à Strasbourg devant une bannière anti-CETA  
 
Le responsable national de l'UPR pour l'Economie dénonce le traité de libre-échange entre l'UE et le Canada (CETA), appliqué à 90% depuis un an sans l'aval des Français. Un scandale pour Charles-Henri Gallois qui y voit un «déni de la démocratie».

                                   
RT France : Depuis le 21 septembre, cela fait un an que l'Union européenne a ouvert les vannes aux produits canadiens dans le cadre du CETA (Accord économique et commercial global) avec la suppression de plus de 98% des droits de douane. Peut-on déjà faire un bilan de cette première année ?

Charles-Henri Gallois (C-H. G.) : D'un point de vue purement commercial, on ne peut pas dire qu'il y ait eu une grande évolution. Depuis plusieurs années, au niveau de la balance commerciale entre la France et le Canada, la France a soit un léger excédent, soit un léger déficit vis-à-vis du Canada. La balance commerciale est grosso modo à l'équilibre. En 2016, la France avait un excédent minime de 142 millions d'euros. On ne note pas de changement majeur de ce côté-là.

RT France : Pourtant, d'après la Commission européenne, entre octobre 2017 et juin 2018, les exportations de l'Union européenne vers le Canada ont augmenté de plus de 7%. Ne pourrait-on pas ainsi en conclure que le CETA est bénéfique économiquement ?

C-H. G. : Quand on parle d'augmentation au niveau de l'Union européenne, il y a des différences selon les Etats. De la même manière, la zone euro a un excédent commercial énorme qui est de plus de 200 milliards d'euros [pour l'année 2017]. Mais plus de 90% de cet excédent provient de l'Allemagne. Il y a des pays européens qui sont, de fait, massivement en déficit commercial, c'est le cas notamment de la France avec un déficit commercial de plus de 60 milliards. Si vous avez des échanges qui augmentent de 7%, cela ne signifie pas que les excédents commerciaux de toute l'Union européenne augmentent de 7% et cela ne signifie pas que la France bénéficie de cette hausse.

RT France :Sortons de l'aspect économique. Quel autre bilan feriez-vous du CETA ?

C-H. G. : La grande problématique du CETA est davantage une question de normes alimentaires et sanitaires et de types de produits importés. Il est évident que lorsqu'on ouvre les portes aux produits agricoles – c'est là-dessus que la majorité des exportations canadiennes se font vis-à-vis de la France – cela pose un problème pour notre agriculture et un problème pour notre santé publique.
On provoque une concurrence déloyale vis-à-vis des agriculteurs français, notamment la filière élevage [...] qu'on est en train de totalement abattre

Niveau agriculture, le Canada ressemble aux Etats-Unis, avec d'énormes exploitations, une agriculture très développée et des tailles d'exploitations qui sont sans commune mesure avec les exploitations françaises.

Médine au Bataclan : mais, au fait, qui a mené le combat et qui a, encore une fois, fermé les yeux ?



La nouvelle est donc tombée vendredi 21 septembre, à peine un petit mois avant la date du concert et après trois longs mois de lutte patiente et déterminée.

Oui, trois mois pour que l’inimaginable n’ait pas lieu.
La preuve que ce n’était pas si inimaginable que cela.
Pour certains, pour beaucoup.
Qui observaient, se disant peut-être : bon, s’il n’y a que la « fachosphère » qui bouge, ça passera.
Et pendant trois mois, ça a failli passer.
Car, il faut bien le reconnaître, si la « fachosphère » n’avait pas réagi, dénoncé, apporté les preuves des liens de Médine avec des associations islamistes, la chose serait passée.
Alors, oui, il y a eu la mobilisation des familles des victimes, et notamment de ce père déterminé, Patrick Jardin, et une plainte déposée.
Il semble que ce soit cela qui ait poussé Médine – et tous ceux qui le soutenaient – à céder.
Au bout de trois mois… reconnaissant, de ce fait, que cela était indécent.
Mais que penser de cette prise de conscience – mais en est-ce vraiment une ? – à retardement ? Quand les choses sont indécentes, cela saute aux yeux, pas besoin de démonstration en trois parties : un Indignez-vous devrait suffire.
Ben non, face à l’islamisme indécent, il n’y a pas d’Indignez-vous qui tienne.

Bouches-du-Rhône: Une école annule des animations autour de Noël, puis modifie sa décision

 


 
 
Ce mot a été distribué aux parents d'élèves d'une école primaire des Bouches-du-Rhône. — Capture d'écran Facebook
 
Publié le 21/09/18 Mathilde Cousin
 
Une note informant les parents d'élèves de l'école de Peypin de l'annulation des activités autour de Noël est devenue virale sur Facebook ce vendredi...
 
  • Des parents d'élèves d'une école primaire non loin de Marseille se sont indignés de la teneur d'une note les informant de l'annulation des activités autour de Noël.
  • Cette note est authentique, mais l'Education nationale a décidé ce vendredi de maintenir les activités.

Noël n’aura lieu que dans trois mois, mais une polémique est déjà née ce vendredi sur Facebook. Plusieurs parents d’élèves d’une école primaire proche de Marseille se sont indignés de la teneur d’une note les informant de l’annulation des activités autour de cette fête.
« Certains parents ayant montré leur désaccord face à la célébration de Noël dans l’école (fête religieuse), nous vous informons que toutes [les] activités autour de cette fête sont annulées (concert de Noël, travaux manuels, etc...) pour ne pas déroger aux règles de la laïcité.
L’activité chorale (sans concert de Noël) faisant partie des programmes de l’Education nationale reste maintenue », est-il écrit dans ce mot à destination des parents d’élèves de l’école élémentaire Auberge Neuve à Peypin, dans les Bouches-du-Rhône.
Le mot a été transmis aux parents d’élèves jeudi.
En moins de 24 heures, le post le plus viral a été partagé 37.000 fois sur Facebook.

samedi 22 septembre 2018

Lettre postale de Simone GAUTIER au Président de la République


 Résultat de recherche d'images pour "massacre rue d'isly"

 

Madame Simone GAUTIER                                    Cannes le 21 septembre 2018
14 avenue de France
06400 Cannes

Monsieur le président de la République
Palais de l’Elysée
55 rue  Faubourg Saint Honoré
75008 Paris
 
Objet : Affaire AUDIN / Affaire 26 mars 1962
 
Monsieur le président de la République, 
Dans « l’affaire AUDIN », comme disent les journalistes, le corps du « disparu »,  n’a pas été retrouvé. Mais ce n’est pas un inconnu
Dans « l’affaire du 26 mars 1962 », les corps sont retrouvés, massacrés, mélangés certes, les chairs éclatées, jetés en vrac à la morgue de l’hôpital Mustapha, mais « ils » sont là.
Dès leur arrivée, ils furent dénudés et rendus bien propres, bien lavés de tout ce sang, bien rangés les uns sur les autres, sur les tables et même parterre, bien alignés… les familles cherchant le sien, tirant par les pieds quand il en restait, hurlant en découvrant le visage fracasséC’est vrai qu’au début on pataugeait dans le sang.  Et tout ce sang sur soi reste indélébile…
Par rapport à la disparition d’AUDIN, il est vrai : quelle « chance » pour les familles ! Ces corps étaient là, pas entiers, certes, mais bien là ! Les ambulances, déjà sur place, avaient fait du bon travail. Du « bonheur » en somme malgré nos pleurs et nos cris !…
Et l’Etat français, sans doute par compassion devant cette douleur, jeta à la rue, en pleine nuit, hors de l’hôpital, abandonnant leur mort, ces familles, dont je faisais partie. Quel mépris ! Quelle honte !…

Money, Money, Money : Hapsatou Sy a-t-elle prémédité « son scandale » contre Zemmour pour se faire mousser ?

 
 
 

Publié par Christian Larnet le 22 septembre 2018
 
Magnanimes, Franck Appietto, directeur général de C8 et Stéphane Simon, producteur de l’émission de Thierry Ardisson ont calmé le jeu, mais ils savent qu’Hapsatou ne dit pas tout et a prémédité son « scandale » de bout en bout.
 
 
Dans un échange que la production de l’émission « Les Terriens du dimanche » sur C8, a décidé de ne pas diffuser, Hapsatou Sy a piégé Eric Eric Zemmour sur son propre prénom.
– « Normalement chez moi, en tout cas depuis une loi de Bonaparte qui a malheureusement été abolie en 1993 par les socialistes, on doit donner des prénoms dans ce qu’on appelle le calendrier, c’est-à-dire les saints chrétiens, » dit Zemmour.
– « Je m’appelle Hapsatou, moi ! », lui répond la chroniqueuse.
« Votre mère a eu tort ».
Zemmour suggère ensuite que Corinne lui « irait très bien ».
L’affaire aurait pu s’arrêter là…
 
Vol d’images

Hapsatou Sy a dit sur Twitter qu’une large partie de la séquence avait été coupée au montage, ce qui est vrai – et tout à fait légal.
Quelques heures plus tard, les images que la chaîne a demandé au producteur de couper apparaissent, diffusées par-ci par-là par Sy.
« Elle a fait filmer les écrans de retour depuis sa loge par sa maquilleuse. Elle en a ensuite extrait les images interdites », affirme un membre de la production.
Juridiquement, les images sont la propriété unique et exclusive de la société de production TéléParis et de la chaîne C8. Par ailleurs, diverses clauses insérées dans les contrats de travail obligent les chroniqueurs à la discrétion et à respecter un principe hiérarchique.

1300 policiers à l’assaut des zones de non-droit

 
 
 


 
L’annonce d’un prochain départ du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, intervient au moment précis où s’opère le premier déploiement d’un contingent de 1 300 policiers aguerris, qui vont être affectés à soixante zones que l’on n’ose appeler des zones de combat.
 
Une véritable petite armée, donc, pour affronter ce qui est devenu une guérilla urbaine.
Sans aller jusqu’à regretter le politicien Collomb – qui tenait beaucoup de l’inspecteur Colombo, mais sans avoir à son actif le même pourcentage de réussite –, on ne peut que s’interroger sur l’annonce de son départ, formulée si tôt, alors que démarrent seulement les premières opérations de « reconquête ».
Les élections municipales sont prévues pour 2020, sans doute en mars.
Et si Collomb se réoriente dès maintenant sur la ville de Lyon, c’est la certitude d’une vacance à la tête du ministère de l’Intérieur, quelle que soit la date effective de sa démission, et quelles que soient les qualités de son successeur.
La reconquête des « quartiers difficiles », des « cités », fait partie de ces dossiers qui nécessitent une grande disponibilité, une autorité non contestée, du sang-froid, et un certain sens politique.
Aujourd’hui les voyous se sentent mieux protégés que les policiers.
Les émeutes de Nantes, en juillet dernier, l’ont encore montré.
Comme l’ont montré les saccages après la Coupe du monde de football.
La reconquête doit d’abord s’opérer dans les têtes, à commencer par les têtes des policiers, ces derniers n’ayant plus aucune confiance dans les hautes sphères de leur hiérarchie.

La francarabia au quotidien

 
 


 
Le torche-cul « Le Parisien » veut faire s’extasier les lecteurs: « Ce vendredi matin, un agent RATP et une infirmière ont mis au monde un petit garçon entre les voies 30 et 36, côté banlieue. Le bébé et sa maman se portent bien. »


On apprend que l’agent RATP se nomme Mohamed Nadour, et que la femme « d’origine asiatique »,  « ne parlant pas un mot de français, pas plus que sa mère qui l’accompagnait. », était « rassurée »!
Le mouflet se prénomme « Joudia », et l’affaire a coûté un transport en ambulance escortée d’une voiture de police « pour amener le papa qui ne parlait pas non plus le français »!

Et pour clore le tout, la RATP offre un passe Navigo gratuit jusqu’à ses 25 ans à Joudia!

C’est beau, non?

http://m.leparisien.fr/amp/paris-75/paris-une-femme-accouche-en-pleine-gare-du-nord-21-09-2018-7897446.php

Absence de politique familiale : l’Europe disparaît !


Dans les pays baltes, la population s’effondre.

La Lettonie, entre 1990 et 2018, est passée de 2,5 à 1,9 million d’habitants du fait de la basse natalité et de l’émigration vers l’Ouest.
Le gouvernement ne réagit pas.
Pareil en Estonie ou en Roumanie (de 22 à 19 millions d’habitants).
À l’Est, seule la Russie est en croissance grâce à la politique familiale du président Poutine, et la Biélorussie, alliée de la Russie, est stable.

Les individualistes occidentaux ignorent le collectif et la notion de capital culturel ou social.
Pour eux, l’individu né orphelin n’a pas d’enfants et reste célibataire !
Les notions de famille, de nation sont ignorées !
Les gouvernements individualistes sont donc indifférents à la disparition de leur peuple. Ils sont coupables de génocide par indifférence !
Ce comportement est surtout celui des élites.
Les peuples réagissent par la révolte (face à l’immigration de masse) ou par le « sauve qui peut » individuel (pays baltes).
Comme la nature a horreur du vide, cela annonce le remplacement des anciennes populations par des étrangers : c’est donc une trahison nationale.
La classe politique officielle est complice !

Patrick Jardin : « Je ne pouvais pas accepter qu’un islamiste souille la mémoire de ma fille et des 98 autres victimes du Bataclan »

 

 


 
 
On vient de l'apprendre, Médine ne se produira pas au Bataclan !


Le rappeur Médine ne se produira pas au Bataclan, mais dans une autre salle parisienne.
Boulevard Voltaire recueille la réaction de Patrick Jardin, qui a perdu sa fille le soir du 13 novembre 2015.
Il a mené sans relâche un combat pour interdire le concert prévu dans cette salle


vendredi 21 septembre 2018

Que les pauvres et les retraités remercient d'avance la propagande de l'INSEE

 
 
Résultat de recherche d'images pour "inflation "
 
 
du 18 au 21 septembre 2018 : 

 Les menteurs de l'INSEE nous expliquent que l'inflation est de 1 à 2% par an en France....

Oubliant bien sûr que "La facture pour 1.000 litres de fioul atteint 940 € ce samedi, soit 245 € de plus que l’an dernier. Et les tarifs pourraient encore grimper. ... Dans de nombreux départements, la situation est tendue. « Les tournées sont particulièrement chargées pour les chauffeurs dans la Métropole de Lyon", merci à notre lecteur N1.

Wouaa... 26% en un an !!! Si on y ajoute les autres hausses de dépenses élementaires, l'inflation pour 2018 tourne autour de 10%.

 Mais fin décembre, vous verrez que l'INSEE à nouveau nous crachera un chiffre de propagande, digne des chiffres de production bidons donnés par l'ancienne URSS.

 Et c'est bien là le souci: quand même les organismes censés être les plus neutres de l'Etat se mettent à mentir et truander les chiffres pour masquer la triste réalité.

 Bienvenue de la nouvelle URSS: la France de Hollande et Macron qui force l'INSEE à modifier le chiffre de l'inflation en y incluant les chaussures de ski qui vous achetez chaque semaine pour aller travailler.

Lire ici Le Parisien... pour le croire.

 
 

Société / PMA : Macron et le retour du sociétal – Journal du vendredi 21 septembre 2018

 
 


Le

1) Société  / PMA : Macron et le retour du sociétal

C ‘était au programme d Emmanuel Macron, la Procréation Médicalement Assisté  est de retour dans le débat parlementaire…  une manière de satisfaire l’aile gauche du président !
L’opposition, elle, tente de s organiser.

2) International : Trump face au défi des  élections de mi-mandat

Deux ans après son  élection à la tête des Etats-Unis, Donald Trump doit faire face aux  élections de mi-mandat.
Un test grandeur nature et une  échéance capitale lors de laquelle les démocrates entendent bien rebattre les cartes de la politique américaine.

3) Economie / Les papy-poor :

 les anciens, nouvelles victimes de la précarité !
Une  étude du ministère de la Santé  nous apprend qu un senior sur dix vit en dessous du seuil de pauvreté  de quoi faire baisser la côte de popularité  du président auprès d’un segment de la population qui lui est jusqu’à présent acquis.

4) Media / Le football sport populaire et luxe t l vis

Serveur TVL



Lien Dailymotion


L’énergie éolienne pollue

L’énergie éolienne pollue
 
 
 

Nicolas Dupont-Aignan et Fabien Bouglé publient une tribune contre les éoliennes, dans le Huffingtonpost :


En diffusant sur Envoyé spécial un reportage intitulé: “Éoliennes: le vent de la révolte”, France 2 a dévoilé au grand jour l’exaspération généralisée des Français face à la politique agressive et coûteuse du gouvernement en matière d’installation d’éoliennes.

L’installation des aérogénérateurs est un échec écologique, une gabegie financière et un scandale démocratique.
 De plus en plus de dirigeants, en particulier à droite, découvrent que les lois qu’ils avaient votées après le Grenelle de l’Environnement et que nous avions combattues n’ont absolument pas tenu leurs promesses, bien au contraire.
Tout d’abord le coût financier de l’énergie éolienne s’est avéré exorbitant!
Les subventions envisagées pour les seules six centrales éoliennes côtières, “offshore”, ont été évaluées par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) en 2017 à 40 milliards d’euros.
Ces révélations ont contraint le gouvernement à une mauvaise renégociation avec les industriels maintenant le niveau considérable de subventions à 25 milliards d’euros sur 20 ans et 50 milliards sur 40 ans.
A titre de comparaison, le projet d’EPR de Flamanville, décrié à juste titre pour sa mauvaise gestion, restera néanmoins bien plus rentable, en produisant à lui tout seul plus d’électricité pour 11 milliards d’euros sur 60 ans.
La Cour des comptes, dans un rapport de mars 2018, a souligné la faible efficacité du soutien à l’éolien terrestre tout en alertant sur son coût financier astronomique évalué à 4,4 milliards d’euros rien qu’en 2016 et anticipant un essor de ce montant compte tenu des engagements envisagés.

Toutes ces subventions cumulées contribuent pour une grande part à l’explosion de la facture d’électricité des Français qui a progressé de plus de 150 euros en dix ans à cause de la contribution au service public de l’électricité (CSPE) devenue hors de contrôle pour subventionner les énergies éolienne et photovoltaïque.

Loon-Plage : une quadragénaire agressée et blessée au cutter par un groupe de migrants

 
 
(Illustration) / © MAXPPP 

(Illustration) / © MAXPPP

Par TM
 
Une femme de 48 ans qui circulait à vélo a été violemment agressée par un groupe de migrants qui voulaient lui voler son sac, jeudi après-midi à Loon-Plage.

Blessée au cutter, elle a été hospitalisée.
Huit personnes sont en garde à vue.

Une femme qui circulait à vélo à proximité du Parc Galamé à Loon-Plage, mardi peu après 15 heures, a été agressée par un groupe de sept à huit personnes qu'elle a croisé, a-t-on appris auprès du parquet de Dunkerque qui confirme une information de La Voix du Nord.

Alors qu'elle se trouvait sur un chemin, la victime, âgée de 48 ans, s'est rangée sur le bas-côté pour laisser passer les individus.
Arrivés à sa hauteur, ils ont essayé de lui voler son sac.
Après avoir chuté, la cycliste s'est défendue et débattue, et a reçu deux coups de cutter au niveau des jambes, ainsi qu'un coup à la tête.

Hospitalisée, elle doit être examinée ce vendredi après-midi par un médecin légiste, afin de relever ses blessures.

Peu de temps après, des effectifs de police dépêchés sur place ont repéré un groupe de migrants non loin de là, et ont procédé à l'interpellation de huit individus.

Tous placés en garde à vue, ils sont Afghans et Pakistanais.
Certains d'entre eux ont été reconnus par la victime. 

france3-regions

Europe, le mur des Bernés reste à abattre

 

                   
 
Le progressisme, promu par Emmanuel Macron, s’enlise dans les mots creux.


Le vent rebelle qui souffle sur l’Europe déplume les beaux discours de leurs inutiles fanfreluches.
Ne restent que les carcasses, impostures mises à nu.
Le mur des Bernés, édifié voilà un demi-siècle par les élites acquises au baratin pour préserver leur pouvoir, est à deux doigts de s’effondrer sous la tempête.
Ce mur-là est symbolique.
Mais il est comparable à celui de Berlin, qui tomba en 1989 sous le poids des mensonges officiels et de l’exaspération populaire.
Une même révolution est aujourd’hui à l’œuvre, mue par un semblable besoin de vérité et de démocratie.
Dans ce mouvement qui se généralise en Europe, le progressisme fait figure d’obstacle.
Seuls 19 % des Français approuveraient le bilan du chef de l’État ; 60 % en seraient mécontents (Le Figaro, lundi).
Macron, qui a lui-même théorisé son affrontement avec le "nationalisme", ne voit pas que la contestation des citoyens, ce moteur de l’histoire, a quitté son camp pour rejoindre celui d’en face.
Plus Macron se raidit face à ceux qu’il appelle aussi populistes, plus il se coupe d’une partie importante de la société française et européenne.

Acharnement contre les retraités : calculez votre perte de pouvoir d'achat




Retraites_desindexation.png


Après la hausse de CSG de 25% qui leur a été imposée le 1er janvier 2018, les retraités verront leur pouvoir d'achat à nouveau amputé avec la non-indexation des pensions sur l'inflation qui entrera en vigueur au 1er janvier 2019.

Alors qu’Emmanuel Macron s’était engagé à ne « demander un effort » qu’aux retraités « les plus aisés » (interview au Point d’août 2017), de nombreux retraités ont découvert le 1er janvier de cette année qu’ils subissaient une hausse de CSG de 25%.
C’est le cas par exemple d’un couple de jeunes retraités touchant chacun 1 000 € de pension par mois et qui a subi cette année une perte de pouvoir d’achat de 444 € par la hausse de CSG.
Incapable de baisser la dépense publique qui augmente cette année au même rythme que sous François Hollande, le gouvernement a annoncé un nouveau coup de massue sur le pouvoir d’achat des retraités.
Seuls les retraités au minimum vieillesse (16% d’entre eux en 2016) sont épargnés.
Pour tous les retraités au-dessus de ce niveau de pension (soit plus des trois quarts d’entre eux), leur pension ne sera plus revalorisée autant que la hausse des prix.

Pays-Bas : un tribunal condamne légèrement un demandeur d’asile afghan coupable de viol afin qu’il ne soit pas expulsé.

 
 
     
AMSTERDAM - Le tribunal de district d’Amsterdam a condamné un demandeur d’asile afghan de 38 ans qui a violé en 2016 une jeune fille de 18 ans, légèrement handicapée mentale, à une peine plus légère pour l’empêcher de perdre son permis de résidence.

 
La victime et son père sont en colère.
"Peut-être que c'est normal dans son pays, mais pas ici. "Vous devez jeter ce genre de personnes hors du pays."
Leur avocat, Richard Korver, pense que "le fait de perdre ou non un permis de résidence dans un crime aussi grave que le viol ne devrait pas être pris en considération ".
Zaman S, l'agresseur était employé dans un supermarché, quand la fille de 18 ans est entrée et a demandé un sac en plastique.
Comme le supermarché était très occupé, on lui a demandé d'attendre.
Une fois les clients partis, l’employé afghan de 38 ans lui a demandé si elle voulait l’accompagner dans un petit entrepôt.
Après leur arrivée, l’homme beaucoup plus âgé a commencé à toucher l’adolescent et l’a forcé à lui faire une fellation.
La jeune fille a déclaré qu'elle était «boulerversée» car l'agresseur avait deux fois son âge et était beaucoup plus grand qu'elle.