samedi 25 mai 2019

Votez utile, votez anti-macron

 
 
 

Unef, Cran, voile à l’école… : je m’en souviendrai avant d’aller voter dimanche



Aurélien Taché et Nathalie Loiseau (LREM), mai 2019. ©Francois Mori/AP/SIPA /  
Des proches du gouvernement viennent encore de s'en prendre à la laïcité

Grâce à Aurélien Taché, qui vient à nouveau de s’illustrer sur la question du voile à l’école, je me suis souvenu de toutes les offenses faites, ces derniers mois, à la laïcité. Dans l’isoloir, je n’oublierai pas.


Alors que le Sénat a voté l’amendement des Républicains (LR) instaurant l’obligation pour les parents accompagnant des sorties scolaires d’adopter une tenue neutre sur le plan religieux, le député LREM Aurélien Taché s’est une nouvelle fois fait le porte-voix d’une incompréhension totale des enjeux, ou d’une extraordinaire mauvaise foi (l’un n’empêchant d’ailleurs pas l’autre).



Et le gouvernement s’est encore distingué par sa pusillanimité, du moins face aux véritables ennemis de la République.
Ce n’est, tristement, que la suite logique d’autres cas, qu’il n’est pas inutile de rappeler.

Le voile n’est pas un costume folklorique

Cette nouvelle polémique autour du voile islamique oblige néanmoins d’abord à redire, encore et encore, certaines choses simples.

vendredi 24 mai 2019

Le dimanche 26 Mai, votez contre macron, Merkel et juncker



L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et plein air

Refus des compteurs Linky : attention aux mensonges et menaces d’Enedis !

Résultat de recherche d'images pour "linky compteur"


- Non, le linky n'est pas obligatoire…

 …et il ne le sera pas plus en 2021

- Non, vous n’allez pas payer le compteur, ni une somme
mensuelle, ni une amende, ni avoir l’électricité coupée, etc

- Non, vous ne serez pas attaqué en justice "sous 15 jours"
si vous barricadez votre compteur ordinaire pour le garder

- Harcèlement téléphonique ou physique : défendez-vous !


Dans la France entière, les citoyens sont de plus en plus nombreux à refuser les compteurs communicants, à commencer par le fameux Linky (compteur d’électricité).
En particulier, plus de la moitié des compteurs d’électricité du pays sont situés dans les logements et beaucoup de gens savent désormais qu’ils sont alors en position de force : même si vous n’êtes que locataire, la Loi vous protège, vous pouvez refuser l’accès de votre logement aux installateurs.

Face à cette situation qui leur échappe, les dirigeants de l’industriel Enedis (ex-ErDF, ex- service public) et ses sous-traitants (payés au nombre de compteurs posés) diffusent des rumeurs, y compris par courrier officiel, pour tenter d’intimider les citoyens et les pousser à ouvrir d’eux-mêmes leur porte.
Voici quelques exemples de ces mensonges et menaces : 

Le gouvernement Macron aime poser avec les voyous

 
 
Le gouvernement Macron aime poser avec les voyous
 
 
Vous avez aimé ?
 
 
Alors vous aimerez :
 
 
Il s’agit de Julien Denormandie, ministre, et AdrienTaquet, secrétaire d’État, posant à Asnières avec Mahfouse Aidara, condamné pour viol en réunion, violences, vol aggravé et dégradation.
 
Et pourtant, ils avaient été prévenus par le maire…

Rioufol voit dans la Marche Pour Le Climat une manipulation : «L’immigration est au cœur de la campagne or on veut inverser les priorités»



Résultat de recherche d'images pour "marche pour le climat"

Par fandetv le 24/05/2019 via Fdesouche

Ivan Rioufol (Le Figaro) : «L’écologie n’est pas au coeur de cette campagne. 

Ce qui est au coeur de cette campagne, c’est l’immigration.

Le sujet qui est au coeur des campagnes, et tous les sondages le disent, c’est l’immigration, l’insécurité, le pouvoir d’achat. L’écologie n’arrive qu’en 4ème ou 5ème position, or là aujourd’hui, on a voulu inverser les priorités (…)
Je me méfie un peu des manipulations de ces jeunes, parfois jeunes enfants, les esprits malléables peuvent également l’être sur des questions de réchauffement climatique dont on laisse à penser qu’il annoncerait la fin du monde dans la quinzaine qui vient.»

– CNEWS, 24 mai 2019, 17h17

« L’écologie n’est pas au coeur de cette campagne. Ce qui est au coeur de cette campagne, c’est l’immigration. Le sujet qui est au coeur des campagnes, et tous les sondages le disent, c’est l’immigration, l’insécurité, le pouvoir d’achat. L’écologie n’arrive qu’en 4ème ou 5ème position, or là, aujourd’hui, on a voulu inverser les priorités et faire en sorte que sur ce sujet facile de l’écologie sur lequel il y a une clientèle jeune qui peut se mobiliser pour un oui ou pour un non, on a voulu faire en sorte de se sentir dans l’air du temps en flattant une opinion, mais cela me semble un artifice, bien sûr, parce qu’on sait très bien que le fait qu’il y ait beaucoup de jeunes comme ça qui défilent …
D’abord, je me méfie un peu des manipulations de ces jeunes, parfois jeunes enfants, les esprits malléables peuvent également l’être sur des questions de réchauffement climatique dont on laisse à penser qu’il annoncerait la fin du monde dans la quinzaine qui vient, donc moi je prends beaucoup de distance avec cela.
Mais en tout cas, il ne faut pas se plaindre qu’on n’ait pas parlé des problèmes d’Europe si à chaque fois qu’il y a un problème qui ait posé, ce soit un problème annexe, puisque le problème du réchauffement climatique est naturellement mondial, il n’est pas particulièrement européen, et il ne va pas se régler dans l’immédiat, or on fait en sorte de détourner les regards pour essayer de flatter une opinion qui n’est pas dominante et en plus qui ne vote pas, donc ça me paraît être un artifice. »

macron jusqu’à la lie


Les cons, ça ose tout




Faire voter les morts, solution envisagée

Alors, lors du dépouillement ne soyez pas surpris de croiser votre arrière grand mère ou un grand oncle disparu au chemin des dames

Macron partout, Justice nulle part.



L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, texte

Anne-Sophie Chazaud

Honnêtement, après Schiappa chez Hanouna, le coup de Macron interviewé par le post-pubère participatif du système pour essayer de rameuter encore quelques cerveaux innocents dans les toutes dernières minutes de la campagne, -naturellement jamais comptabilisées par le CSA tout occupé à traquer les touristes russes, américains et martiens-, ça passe tranquille...

Plus sérieusement, ce qui est étonnant, ce n'est pas que ce régime ait utilisé tous les moyens de propagande les plus grossiers pour s'affranchir des règles d'une campagne démocratique : on attend toujours la comptabilisation du temps de parole de BHL, de Macron lui-même qui use de tous les moyens de l'Etat pour faire campagne et sursaturer l’espace de débat public depuis des mois sous couvert de Grand Débat au profit d'un clan. 

Que cet exécutif déjà élu de manière douteuse puis ayant régné avec des méthodes répressives et violentes jamais connues en France ni à l'encontre de son propre peuple depuis au moins la guerre d'Algérie, ait conduit une campagne électorale de cette façon hautement contestable n'est guère surprenant au regard des conditions-mêmes d'accession de cette oligarchie peu scrupuleuse au pouvoir et de sa feuille de route.
Non. Rien d'étonnant donc.

Européennes : le dernier débat – Journal du vendredi 24 mai 2019





Européennes : le dernier débat

Une ultime confrontation à 11. 
Jeudi soir, les principales têtes de liste ont livré une dernière bataille trois jours avant les élections européennes. 
Un dernier débat lors duquel les favoris ont été les cibles des outsiders.

Nicolas Dupont-Aignan Porte de la Chapelle face à l’immigration

VO : La tête de liste Debout La France Nicolas Dupont-Aignan s’est rendu jeudi Porte de la Chapelle à Paris pour alerter les français et leurs responsables politiques sur les problèmes d’immigration.

Immobilier : Paris toujours plus haut

Le prix de l’immobilier augmente dans toute la France et explose dans la capitale. 
Valeur refuge, spéculation, brexit… les facteurs poussant à l’investissement sont légions alors que de nombreux français et franciliens peinent à trouver un logement.

L’actualité en bref

«L’enfer fiscal français. CSG-CRDS de 0.5% en 1996 à 17.2% aujourd’hui. ?» L’édito de Charles SANNAT


«L’enfer fiscal français. CSG-CRDS de 0.5% en 1996 à 17.2% aujourd’hui. ?» L’édito de Charles SANNAT
par  | 24 Mai 2019 | 

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,
Les paradis fiscaux existent parce que les enfers fiscaux existent aussi. Ce sont les deux faces d’une même médaille.
L’économie est pragmatique et les postures idéologiques en économie terminent toujours très mal et entraînent généralement la pauvreté de tous. L’histoire est pleine de crises ayant entraîné la misère des populations.
Trop de fiscalité est évidemment nuisible parce que cela étouffe les initiatives.
Il n’y a aucune fiscalité juste.
La fiscalité ne doit pas être morale, ou moraliste, elle doit permettre de financer des choses que les citoyens ont décidé de financer collectivement.
C’est évidemment le cas des taches régaliennes (police, armée, justice) et puis au fil de l’eau on s’est retrouvé aussi par démagogie à financer les meubles de madame Dujenoux avec une aide spécifique de la CAF!!!
Au fil de l’eau, les prélèvements sociaux sont passés de 0.5% au début des années 90 à leur création à… 17.2% aujourd’hui!!
Le taux cumulé de la CSG, de la CRDS et des différents autres prélèvements sociaux sur les revenus du patrimoine et les plus-values atteint aujourd’hui 17,2%.

Evolution des taux de prélèvement sociaux à travers les « âges »!!

0,5% sur les produits acquis en 1996
3,9% sur les produits acquis en 1997
10% sur les produits acquis entre le 1er janvier 1998 et le 1er juillet 2004
11% sur les produits acquis entre le 1er juillet 2004 et le 1er janvier 2009
12,1% sur les produits acquis en 2009 et 2010
12,3% sur les produits acquis entre le 1er janvier 2011 et le 1er octobre 2011
13,5% sur les produits acquis entre le 1er octobre 2011 et le 1er juillet 2012
15,5% sur les produits acquis entre le 1er juillet 2012 et le 31 décembre 2016
17,2% sur les produits acquis à compter du 1er janvier 2017
Par petites touches, par hausses successives nous sommes à 17,2%, mais ce n’est pas tout.

Simple comme un coup de fil : Marlène Schiappa à l’appareil !





Vivement qu’elle se termine, cette campagne ! Ne voilà-t-il pas que les ministres sont appelés à la rescousse pour faire du « phoning ». 


Du démarchage téléphonique, pour rester français.

C’est Le Figaro qui nous apprend ça, ce jeudi matin. 
Il paraît que c’est pour « renouer avec l’effet de surprise ». 
Effectivement, pour une surprise, c’est une surprise. 
Se dire que des ministres vont prendre de leur précieux temps pour se transformer en VRP de Nathalie Loiseau, on se dit que ça fait quand même cher la prestation. 
Encore une semaine et Emmanuel Macron partait en collage nocturne avec Édouard Philippe. Doudou, t’as pas oublié la colle, au moins ? 
T’inquiète, Manu, j’ai pris le thermos pour tenir le coup. Zou, on y va !

On n’en est pas encore là, mais pas loin. 
Bonjour, Madame. C’est Édouard Philippe pour vous servir. Vous avez cinq minutes à m’accorder ? Non merci, Monsieur, on a déjà tout c’qu’il faut à la maison. Bonjour chez vous. Bip, bip, bip.

Intégration suédoise : la faillite…





Depuis les années 1960, la Scandinavie était vantée comme cette terre favorable à l’accueil des migrants, comme la terre de l’asile par excellence, prête à accueillir tous les réfugiés, qu’ils soient politiques ou économiques.
Or, en moins de trois ans, ce modèle tant vanté par la pensée unique vacille sérieusement au point d’être remis en cause par les ressortissants nationaux en personne.
La Suède fut, pendant très longtemps, l’exemple archétypal de la terre d’accueil.
Résultat : aujourd’hui, d’après les premiers sondages, 40 % des Suédois estiment que les immigrés ne devraient pas bénéficier des mêmes droits sociaux que les nationaux.
De même, un cinquième des Suédois pensent que la diversité menace la culture nationale et trois Suédois sur dix déménageraient volontiers en cas d’installation d’immigrés originaires du Proche-Orient à côté de leur lieu de résidence.
Ce sont là des chiffres criants de vérité révélés par le journal Le Monde, pourtant peu enclin à remettre en cause le péril migratoire.
Rendons-nous bien compte que la Suède est l’un des pays qui a accueilli le plus d’immigrés annuellement : plus de 140.000 par an, ces trois dernières années, soit un chiffre énorme comparé proportionnellement à sa population de dix millions d’habitants.

jeudi 23 mai 2019

Michel Onfray : «BHL a du sang sur la main droite, demandez aux peuples qui ont reçu des bombes dont il estimait qu’elles étaient philosophiques»



 

fandetv | 23/05/2019

Michel Onfray : «BHL a du sang sur la main droite. 

Demandez aux Libyens, aux Irakiens, à tous ces peuples qui ont reçu des bombes dont il estimait qu’elles étaient #philosophiques. Cet homme n’imagine pas le mal qu’il peut faire (…)
Il devrait rendre des comptes.»

 – LCI, 23 mai 2019, 11h17

fdesouche

Européennes : un avant dernier débat et beaucoup d’interrogations – Journal du jeudi 23 mai 2019





Européennes : un avant dernier débat et beaucoup d’interrogations

Mercredi soir se déroulait l’avant dernier débat des élections européennes, l’occasion d’une passe d’armes entre Marine Le Pen et Laurent Wauquiez…
Mais en dehors de joutes oratoires, l’organisation de ces agapes télévisées et du choix des participants posent question.

Pharmacie : le grand déplacement !

Des fermetures massives de pharmacies en France ! 
L’exercice 2018 a vu de nombreuses officines fermer leurs portes… une restructuration du secteur est en cours avec, à la clé, une concentration des pharmacies derrière des grands groupes.

Afrique du Sud : l’ANC par défaut

L’Afrique du Sud repart sur les mêmes bases.
Malgré de graves difficultés économiques et ethniques, le congrès national africain et le président Cyril Ramaphosa ont été reconduits à la tête de la nation arc-en-ciel.

L’actualité en bref

«Papa pour qui tu vas voter aux européennes?» L’édito de Charles SANNAT

«Papa pour qui tu vas voter aux européennes?» L’édito de Charles SANNAT


par Charles Sannat | 23 Mai 2019 |

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

J’ai quelques enfants à la maison, et en cette période d’élections européennes, évidemment, le sujet est régulièrement abordé, que ce soit dans les cours des récré, avec les copains, les profs ou les maîtresses pour mes plus jeune et évidemment lors de nos repas à table.

La question qui devait-être posée fût bien posée!
« Dis papa, pour qui tu vas voter aux européennes »?

Vaste sujet mes enfants.
Mais, avant de ne pas répondre à votre question (oui je sais même en famille mes raisonnements peuvent être tortueux, mais jamais tordus contrairement à d’autres!), il faut que je vous parle de l’article 3 de notre Constitution. 
La Constitution les enfants, c’est ce qui fixe les grands principes de fonctionnement de notre pays, de nos institutions et de nos droits. 
La Constitution est la base de tout, et autrefois, l’esprit de notre Constitution était fort beau. 
Ces derniers temps l’esprit et la lettre se sont quelques peu désaccordés.

Article 3

Modifié par LOI constitutionnelle n°2008-724 du 23 juillet … – art. 1

La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum.

Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice.

Le suffrage peut être direct ou indirect dans les conditions prévues par la Constitution. Il est toujours universel, égal et secret.

Sont électeurs, dans les conditions déterminées par la loi, tous les nationaux français majeurs des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques.

Brexit Party





Après les élections européennes, le parti du Brexit peut-il remplacer le parti conservateur ?

Tout nouveau parti a toujours les pires difficultés à apparaître sur l’échiquier politique.

Ce n’est pourtant pas le cas du parti du Brexit au Royaume-Uni.
Il faut reconnaître que deux éléments jouent en sa faveur.

Le premier est la personnalité de son leader : Nigel Farage.
N’oublions pas qu’il fut l’animateur de la victoire du Brexit au référendum et qu’une fois son combat gagné, il s’effaça, se mettant en retrait de la vie politique comme il l’avait annoncé, ce qui en fait un politicien loyal, ce qui est rare dans le domaine électif. 
De plus, il a soutenu dès le départ, en participant à ses meetings, Donald Trump pendant la campagne présidentielle américaine, ce qui lui permet une proximité affective avec le président des États-Unis.

Le deuxième est dû à la lente et problématique sortie du Royaume-Uni de l’Europe.
Les atermoiements successifs de Theresa May qui, rappelons-le, n’avait pas appelé à voter pour le Brexit avant d’être nommée Premier ministre, n’ont fait qu’exaspérer la partie de la population qui penche pour la souveraineté de la Grande-Bretagne.

Le coût effarant de l’immigration pour l’Allemagne : 23 milliards !






L’Allemagne a le courage qui manque à la France : elle publie le coût de l’immigration alors que, chez nous, demander à combien se monte la facture est considéré comme raciste.

Selon Reuters, en 2018, l’Allemagne a dépensé 23 milliards pour ses réfugiés : un chiffre colossal !

 L’addition ne se montait qu’à 20 milliards, en 2017.
Cette somme gigantesque donne le vertige et on peut légitimement se demander si elle n’a pas été versée en vain puisque, d’après des statistiques publiées par nos voisins d’outre-Rhin, 50 % des nouveaux venus sont toujours au chômage trois ans après leur arrivée. 
Trouveront-ils, un jour, un travail ?
Certains n’ont aucun diplôme et leurs difficultés en allemand rendent difficile toute formation. Beaucoup d’autres sont des déclassés : des ingénieurs se font veilleurs de nuit ou manutentionnaires. Certains Syriens avouent sans fard avoir un niveau de vie bien inférieur à celui qu’ils avaient dans leur pays natal.
Mais ils ont le mérite de vouloir s’intégrer et de prendre un emploi même loin de leur qualification.

La venue de plus d’un million d’hommes célibataires, parfois peu respectueux des femmes, a sans conteste augmenté la criminalité et multiplié les agressions sexuelles.
On ne compte plus le nombre d’affaires lamentables qui secouent régulièrement l’Allemagne.

Le bilan est donc très négatif.
Mme Merkel s’imaginait, dans sa naïveté, importer des bac+5 bien formés qui compenseraient la faible natalité allemande.
Ses rêves ont été balayés par l’amère réalité.