samedi 21 janvier 2017

Enregistrement audio de Kerry : Obama sera-t-il jugé ?

 Le21/01/2017                                                                                                
                                                                                                                                         
                                                                           
Enregistrement audio de Kerry : Obama sera-t-il jugé ?

Publié par Antonin Campana sur 19 Janvier 2017      
 
Comment l’Etat islamique peut-il tenir ?
Nous avons déjà fait observer qu’un «groupe terroriste » ne disposant d’aucune industrie d’armement, entouré de pays hostiles alliés des Etats-Unis, attaqué par une coalition de 20 nations, ne pouvait pas mener durant plusieurs années une guerre intensive face à des armées modernes.
Un enregistrement audio d’une conversation de John Kerry avec « l’opposition » syrienne jette un nouvel éclairage qui ternit un peu plus l’image du prix "Nobel de la Paix" (qui demain, si tout va bien, devrait quitter la Maison Blanche).
C’est le New York Times, un soutien indéfectible de « la » Clinton, qui le premier a fait paraître quelques extraits de cette conversation tenue en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies le 22 septembre 2016.
Dans ces extraits choisis (NYT du 30 septembre 2016), John Kerry, successeur de Clinton au Département d’Etat, fait part de ses propres frustrations sur la Syrie, justifie les choix de l’administration Obama et explique notamment pourquoi certaines promesses n’ont pu être tenues.
Tout cela est très propret.
Rien à dire.
Mais patatras, le 01 janvier dernier, le site (conservateur) The Last Refuge rendait public l’intégralité de l’enregistrement.
L’éclairage était tout autre et le propos, laissant apparaître la triste réalité de l’administration Obama, beaucoup moins séduisant.
L’enregistrement (ci-dessous) dure 36 minutes.
Kerry explique qu’Obama avait décidé de renverser Assad dès 2011, mais que « malheureusement, les Russes ont changé l’équation ». En effet, toujours selon Kerry : « les Russes sont intervenus parce qu’ils ne voulaient pas d’un gouvernement islamique» sur la Syrie. « La Russie a été invitée par le régime légitime. Ils ont été invités et nous (les Etats-uniens) n’avons pas été invités ». L’information est capitale, car par-delà les récits de propagande des politiciens et médias occidentaux, il apparaît donc que l’administration Obama considérait comme « légitime » le gouvernement Assad (ce qui rend d’autant plus criminel sa volonté de le renverser) et qu’elle savait que la motivation de l’intervention Russe était effectivement de lutter contre le terrorisme ( ce qui rend d’autant plus criminel la volonté de s’y opposer).
Mais il y a pire car si les Russes, toujours selon Kerry, sont intervenus « parce qu’ISIL (Daech) devenait trop fort et menaçait Damas… parce qu’ils (les Russes) ne voulaient pas d’un gouvernement islamique », les Américains, pour leur part, ont volontairement laissé l’Etat islamique se développer : « nous savions que cela se développait… nous voyions que Daesh grossissait en force, nous pensions qu’Assad était menacé » et qu’il serait dans l’obligation, dit Kerry, de « négocier ». Manque de chance pour l’Etat islamique et son allié les Etats-Unis « au lieu d’une négociation, nous avons Assad et nous avons Poutine qui le soutient ». Kerry avoue donc que les Etats-Unis ont volontairement misé sur l’Etat islamique. L’ont-ils militairement soutenu ?
Obligatoirement oui, car sans armement et sans argent celui-ci se serait effondré en quelques semaines. Kerry confirme : « Ce que nous essayons de faire est d’aider les Syriens à se battre pour leur propre pays… et nous avons dépensé beaucoup d’argent et fait de gros efforts pour essayer de vous aider à le faire ». Les Russes sont « ciblés (targeted) par l’opposition que nous avons armée et formée ». Cette opposition « se débrouillait très bien. Puis est arrivée la Russie, voilà le problème, je sais ».
En résumé, Kerry avoue que les Etats-Unis avaient misé sur l’Etat islamique pour forcer Assad à « négocier » (comme Saddam Hussein et Kadhafi ?) et qu’ils ont « armé » et « formé » « l’opposition » (laquelle : L’Etat islamique, Al Qaïda ?) pour « lutter contre ce gars » (Assad). Il admet que la Russie est intervenue parce que l’Etat islamique devenait trop puissant et que cela (l’intervention russe, pas la victoire de Daesh !) constitue le véritable « problème » Puis est arrivée la Russie, voilà le problème, je sais » !).
Tout cela relève à l’évidence du Tribunal Pénal International. Obama, Kerry, Clinton devraient être jugés pour crimes contre l’humanité, pour tentative de renversement par la force d’un régime qu’ils considèrent pourtant comme « légitime », pour complicité avec des organisations terroristes planétaires dont on ne compte plus les victimes. Et ce sont ces gens-là, dont la place est en prison, qui ont le toupet, sans même le début d’un commencement de preuve, d’accuser la Russie d’avoir truqué leurs élections ! Le comble du cynisme !
 
Antonin Campana

Corbeil-Essonnes : une policière en patrouille blessée à la tête par un pavé

Le 21/01/2017

 

Corbeil-Essonnes, ce vendredi 20 janvier 2017. Un pavé a été jeté sur une voiture de police qui circulait dans le quartier sensible des Tarterêts.

Florian Garcia (avec Florian Loisy)
20 janvier 2017, 22h28

Une voiture de police qui venait de conduire une personne placée en garde à vue au centre hospitalier sud-francilien (CHSF), à Corbeil a été encerclée dans le quartier des Tarterêts. Un pavé été lancé sur le pare-brise.
 
Une fonctionnaire de police du commissariat de Corbeil-Essonnes a été blessée à la tête, ce vendredi vers 20 h 15, par le jet d’un pavé à travers le pare-brise du véhicule de patrouille à bord duquel elle circulait.

« Cet équipage venait de conduire une personne placée en garde à vue au centre hospitalier sud-francilien (CHSF), à Corbeil, témoigne un policier.
Sur le chemin du retour, alors qu’ils étaient sur l’avenue Strathkelvin dans le quartier des Tarterêts, un homme s’est positionné au milieu de la chaussée et, après l’arrivée de cinq ou six autres personnes autour de la voiture des fonctionnaires, il a lancé un pavé à travers le pare-brise ».

Touchée à la tête, la jeune femme d’une trentaine d’années, « une policière expérimentée » selon ses collègues, a été conduite à l’hôpital pour « une plaie saignante ».
« Ses jours ne sont pas en danger », rassure un de ses collègues du commissariat de Corbeil-Essonnes.

 -

L'impact sur le pare-brise témoigne de la violence du choc. (DR.)

Rennes: Les mineurs étrangers isolés, gros point noir de la délinquance

Le 21/01/2017
 
 
Les arcades de République, à Rennes, où de nombreux jeunes traînent, vivant de petits deals de drogue.          
Les arcades de République, à Rennes, où de nombreux jeunes traînent, vivant de petits deals de drogue. - C. Allain / APEI / 20 Minutes
 Publié le
Jérôme Gicquel
 
SECURITE Une bande d'une soixantaine de jeunes multiplie les délits dans la capitale bretonne...
 
Si la délinquance à Rennes demeure bien inférieure à celle que connaissent les autres grandes villes, un sujet ne manque pas de cristalliser l’attention.
 Depuis près de trois ans, la capitale bretonne doit faire face au phénomène des « mineurs étrangers isolés ».
Originaires pour la plupart d’Oujda au Maroc, ces « mineurs », souvent majeurs au final, multiplient les actes de délinquance dans le centre-ville de Rennes et dans les quartiers périphériques.

A lire aussi : Rennes: Entre violences et trafic, la tension monte à République

Particulièrement impliqués dans les vols à la tire et les trafics de stupéfiants, ces jeunes hommes « étendent depuis peu leur champ d’action aux cambriolages dans la métropole », note Patrick Chaudet, directeur départemental de la sécurité publique en Ille-et-Vilaine.
 L’an dernier, les cambriolages ont ainsi augmenté de 4,5 % en zone police, les malfaiteurs ciblant notamment les locaux industriels et commerciaux.

Une bande de jeunes difficile à appréhender

Pour endiguer le phénomène, les autorités ont multiplié ces derniers mois les opérations et les contrôles, notamment dans le secteur de République.
 Malgré ces efforts, la délinquance perdure.
« Les faits de délinquance avaient diminué juste avant l’été mais cela a repris avec l’arrivée de nouveaux jeunes, encore plus violents », souligne Nicolas Jacquet, procureur de la République de Rennes.
« C’est un groupe qui compte environ une soixantaine d’individus mais tout cela est très mouvant, certains partent d’autres arrivent », poursuit Christophe Mirmand, préfet d’Ille-et-Vilaine.

La justice affiche sa fermeté

A Rennes, certaines voix s’élèvent d’ailleurs pour dénoncer l’impunité dont bénéficieraient ces jeunes hommes, du fait de la difficulté à connaître leur âge et leur vraie identité.
 Une idée que réfute le procureur de la République.

 A lire aussi : Rennes: La ville annonce des renforts pour sa police municipale

« Il n’y a pas d’impunité et les services de justice sont fortement mobilisés sur ce dossier. L’an dernier, 127 mineurs étrangers isolés ont ainsi été condamnés devant le tribunal pour enfants, dont 50 à de la prison ferme », souligne Nicolas Jacquet.

source

Evelyne Joslain : "Obama était plus musulman dans son coeur que Chrétien"

Le 21/01/2017
 
 



Evelyne Joslain : "Obama était plus musulman dans son coeur que Chrétien" (BFMTV, 20/01/17, 15h45)

Mise en ligne le 20 janv. 2017
 
Joslain Evelyne, spécialiste des Etats-Unis : "Obama était plus Musulman dans son coeur que Chrétien.

Il n'a pas voulu prononcer le terme même d'islamisme radical. Ca lui écorchait les lèvres. Il ne voulait pas. On en a terminé avec lui, Dieu merci."

François Fillon : voix de la sagesse ou voie de la folie ?

 


Le 21/01/2017


Tout au long de sa vie politique, François Fillon a progressé à couvert. Il continue.

Julien Aubert, député de Vaucluse, vient de donner une tribune à L’Opinion dans laquelle il prédit un second tour Fillon-Macron.
Certains imaginent bien que Jean-Luc Mélenchon puisse être au second tour…
 Alors, dans une élection où tout est ouvert, pourquoi pas !
M. Aubert fonde cette hypothèse sur un raisonnement par récurrence en déclarant : « La politique française est en train de se recomposer à vitesse grand V. Adieu Sarkozy, Juppé, Hollande, et ce n’est pas fini ! Les prochains sur la liste pourraient être les hiérarques du PS, puis Marine Le Pen. »
La liste n’est pas close, effectivement, et il se pourrait bien que cette élection soit l’occasion, pour les Français, de dire adieu à M. Fillon, entré en politique en 1976 alors que M. Aubert n’était pas encore né.
 Selon celui-ci, « la France de 2017 hésite entre deux voies : la voie de la raison ou la voie du coup de folie ».
 La voie de la raison étant, évidemment, celle de M. Fillon.
M. Fillon, toujours selon M. Aubert, « représente une façon traditionnelle et rassurante de conquérir le pouvoir – un programme, une expérience… »
Comme s’exclamait Philinte dans Le Misanthrope – et non dans Tartuffe -, « Ah ! Qu’en termes élégants ces choses-là sont mises ! »

Marisol tout baigne

 


Le 21/01/2017


Médecin
 
Marisol Touraine est venue faire une petite tournée. Ils ont vidé les urgences…
 
On se souvient de la prestation dévastatrice de Jean-François Mattéi, ministre de la Santé, commentant mollement en polo la canicule de 2003 depuis le balcon de sa villa de Bandol : il ne lui manquait qu’un verre de pastis à la main…
Depuis, les événements sanitaires de masse, au premier rang desquels les épidémies, sont la hantise de ses successeurs.
Comme Roselyne Bachelot, tout juste remise des 95 millions de doses de vaccins commandées pour 6 millions injectées, le tout (aux dires de la Cour des comptes) pour 382 millions d’euros. (Principe de précaution, que de bêtises déjà commises en ton nom !)
Heureusement, depuis ces funestes événements, les communicants sont entrés en piste pour limiter les dégâts médiatiques, donc politiques.
C’est ainsi qu’au plus fort de l’épidémie de grippe, Marisol Touraine (« MST », pour les médecins) tenait à convaincre de sa profonde implication, en débarquant « impromptu » à Tours dans le service des urgences hospitalières.
Et là, miracle !
« C’était propre, ça sentait bon et c’était aseptisé », relate Nicolas Gadrat, délégué syndical SUD santé au CHU de Tours.
 « Sauf que, depuis plusieurs semaines, le temps d’attente était parfois de 5-6 heures sur les brancards.
Marisol Touraine est venue faire une petite tournée. Ils ont vidé les urgences », dénonce le syndicaliste au micro de France Bleu.

Faire présider la cérémonie des Césars par Roman Polanski poursuivi pour viol d’une mineure ?

 Le 21/01/2017



 
      par 20 janvier 2017

 La socialiste Aurélie Filippetti n’y voit pas de problème…

Aurélie Filippetti, parlementaire socialiste et ancien ministre de la Culture ne voit pas de problème à confier au cinéaste Roman Polanski, poursuivi pour le viol d’une mineure, la présidence de la prochaine cérémonie des Césars.



"C'est quelque chose qui s'est passé il y a 40 ans" : Filippetti défend le choix de Polanski pour présider les César

Obama, l'autre visage

Le 21/01/2017
 
 

vendredi 20 janvier 2017

Journal du vendredi 20 janv. 2017: Immigration/ Les migrants au chaud, les Français à la rue

 



Ajoutée le 20 janv. 2017
 
01:37 - Cap sur l'Elysée
13:36 - Immigration/ Les migrants au chaud, les Français à la rue
17:40 - Sécurité/ La préfecture de police de Paris va faire payer ses appels
19:50 - Société / L’Etat providence va payer les pensions alimentaires
21:36 - International / Le sinistre bilan du président Obama
23:47 - L’actualité en bref
29:27 - La France de Campagnol

Les réfugiés de Mutti Merkel ont traversé le Rhin : ils marchent sur Paris

 


Le 20/01/2017


Les bonnes âmes assurent que cela fera sous peu de jolis Français qui vont compenser notre faiblesse démographique et résoudre nos problèmes de retraite.
 
Après l’attentat de Berlin, le 19 décembre dernier sur le marché de Noël de la Breitscheidplatz – attentat qui a fait 12 morts et plus de 50 blessés -, les Allemands se sont tout à coup réveillés avec la gueule de bois : ils n’étaient pas invulnérables !
Pas immunisés contre le terrorisme.
Pas auréolés d’une reconnaissance aussi ineffable qu’inconditionnelle pour avoir accueilli un million de migrants en 2015.
Bref, pas si différents pour les islamistes de ces Français sans cœur qui campent de l’autre côté de la frontière et laissent s’installer villages de toile et cabanons de la misère en bord de Manche.
Mais l’efficacité allemande n’est pas une vue de l’esprit.
Là-bas, on est réactif et pragmatique, alors la réponse ne s’est pas fait attendre.
Aussitôt les blessés ramassés et les morts enterrés, tandis qu’Anis Amri faisait son petit tour d’Europe l’Allemagne commençait à expulser ses déboutés du droit d’asile.
Vers leur pays d’origine ?

Ben… pas vraiment.
Il faut dire que c’est bien compliqué dans la mesure où bon nombre d’entre eux s’inventent des identités fantaisistes, quand ce n’est pas carrément multiples.

Voici un message écrit par la ministre de l’Éducation nationale :

Le corrigé de la semaine

N°19 - 19 janvier 2017
 
Chère amie, cher ami,

 Voici un message écrit par la ministre de l’Éducation nationale :

 
mot najat

Et voici un tweet de notre ministre de la culture :

mot najat

Ce sera tout pour aujourd’hui.

Claire Polin

Présidente de SOS Éducation

 

jeudi 19 janvier 2017

Allemagne. Une vieille dame agressée par un migrant: « Il faut montrer cette photo dans le journal ! »

Le 19/01/2017


agression


Christian Hofer: Le terme "südländischen Typ", littéralement "Type méridional" est utilisé pour décrire les migrants en Allemagne, comme lors des agressions sexuelles à Cologne.

**********
 
« Le soleil était si beau, je voulais aller voir le jardin… »
 
Hilde M., 80 ans, se promène dans la rue Graffstraße à Leipzig-Neulindenau [Saxe].
C’est samedi après-midi, le 14 janvier 2017, il est 15 heures lorsqu’elle rencontre par hasard un homme :
 » Il était là à côté des poubelles. Un type méditerranéen avec une casquette. Je l’ai juste regardé une seconde. Je n’ai rien dit – mais soudain il s’est précipité sur moi et m’a frappé du poing en plein visage ! »
Comme le rapporte le journal « Bild », la vieille dame couverte de sang s’est traînée en direction de la rue Lütznerstraße.

TVL, journal du jeudi 19 janv. 2017: Immigration / Clandestins : les expulsions en baisse

 



Ajoutée le 19 janv. 2017
 
1) Cap sur l'Elysée
2) Immigration / Clandestins : les expulsions en baisse
3) Economie / Grèves : La France championne d’Europe
4 ) Société/ Démographie: les naissances au plus bas depuis 10 ans
5) International / Afrique : La Gambie a frôlé la guerre
6) L’actualité en bref
7) La France de Campagnol

Drancy (93) : Ana, 62 ans, dort dans sa voiture par -7°C

Le 19/01/2017
 
 

Drancy. Ana, 62 ans, dort dans sa voiture par -7°C por leparisien
 
Par   pour fdesouche le 19/01/2017
 
Une montagne de couvertures recouvrent le fauteuil passager de sa voiture, que Ana a incliné au maximum pour pouvoir étendre ses jambes.

 Le coffre fait office de garde-manger. Ana Zec a élu domicile dans sa voiture, que cette retraitée handicapée, gare juste devant son ancien logement incendié en 2015 à Drancy (Seine-Saint-Denis).

Ana a passé Noël dans sa voiture

Le 19/01/2017

Ana passera-t-elle Noël dans sa voiture ?

Mercredi 14 Décembre 2016 - 15h50
SOS Noël
 
Ana Zec 62 ans à la retraite et sans famille, se retrouve aujourd’hui à vivre dans sa voiture à la suite de multiples problèmes de santé.

« Je suis tombée malade trop tôt » raconte aujourd’hui cette ancienne contremaître qui cumule les ennuis.
 Insuffisante cardiaque, elle a également des problèmes de motricité.
     
Ana passera-t-elle Noël dans sa voiture ?
Trois accidents vasculaires cérébraux (AVC) en 2003 puis en 2006, ont fait perdre à Ana de sa mobilité.
Aujourd’hui, elle marche lentement avec l’aide d’une canne, doit s’arrêter régulièrement pour reprendre son souffle.
Elle a du mal à s’exprimer et sa parole est marquée par des difficultés respiratoires.
Mais le sort semble s’acharner sur la jeune retraitée.
 A ces problèmes de santé s’ajoute, en mars 2015, l’incendie de son domicile.
Ana doit être relogée et la mairie de sa ville de Seine-Saint-Denis lui procure un logement en urgence.
Trop petit, peu accessible, l’appartement s’avère vite mal commode.
Les 22 marches pour accéder à la chambre deviennent un obstacle indépassable.
 La salle de bains est exiguë et Ana fait plusieurs fois des chutes au moment de la toilette.
Pendant ce temps-là, l’entreprise, envoyée par la compagnie d’assurance pour effectuer les travaux dans sa maison fait faillite en septembre dernier.
 Le chantier s’arrête.
Il est aujourd’hui à l’abandon.

Sortie en salle du mercredi : « La gifle 2 » avec Manuel Valls

Le 19/01/2017
 
 
La gifle 
À Lamballe, communauté des gens de Bretagne, un remake du Pinoteau « La gifle » sort sur les écrans.
 
Avec Nolan L., 18 ans, dans le rôle de Lino le catcheur et Manuel Valls, 55 ans, dans celui d’Adjani, l’enfant espiègle.
 
Le remake 2017, c’est l’inversion générationnelle.
Décidément ces jeunes d’aujourd’hui ne respectent plus rien.
 
En son temps, en 1974, le film symbolisa la génération tête à claque.
Manuel Valls a 12 ans, l’âge de cette génération.
 L’histoire l’a rattrapé (Manuel Valls naît en 1962, il est baptisé à Barcelone par le père Ventura, ça ne s’invente pas).
 
Gifle, claque, tarte, torgnole, taloche, mornifle, chiquenaude, baffe, mandale, qui n’a pas pris la sienne dans son adolescence boutonneuse, et sans broncher, en plus !
 
Là, l’affaire est grave, c’est Marianne qui est giflée, par la joue républicaine dépositaire des Valeurs de la République, de son plus grand voyageur représentant placier, urbi et orbi.
Certes, il y a des précédents nombreux.
 Rappelez-vous : en 2002, François Bayrou avait donné une claque à un enfant qui essayait de lui faire les poches durant la campagne présidentielle.
À l’époque, les Français avaient salué une marque d’autorité.
 Nul doute alors que Nolan aura fait preuve d’autorité, les mêmes causes produisant les mêmes effets ?
Eh bien non, à l’inverse, l’action du jeune Breton est humiliante : le candidat passe pour une personne fragile, qui ne peut se protéger.

Afrique : la crise migratoire n’en est qu’à son commencement !

 


Le 19/01/2017

 
Nous pourrions sombrer et, avec nous, toute une civilisation qui a longtemps été un phare pour le monde.

Le lundi 16 janvier, une journée de débats sur les crises migratoires se tenait à Sciences Po Paris, organisée à l’occasion du Youth & Leaders Summit 2017.
Arnaud Leparmentier, directeur éditorial du journal Le Monde, a cosigné une tribune avec Maryline Baumard, spécialiste des migrations du même quotidien.
Les constats qui y sont dressés font froid dans le dos mais conforteront ceux qui, comme moi, pensent que nous n’en sommes qu’au début d’un phénomène historique majeur, dont il faut absolument se prémunir.
Rappelons quelques données brutes pour commencer :
– l’immigration africaine a largement supplanté l’immigration moyen-orientale en 2016 ;
– selon Frontex, 93 % des personnes débarquées sur les côtes italiennes en 2016 provenaient du continent africain ;
– les Africains venant en Europe transitent par la Libye, pays en proie au chaos suite à la funeste décision de la communauté internationale, menée par Nicolas Sarkozy et Hillary Clinton, de l’attaquer ;
– parmi les « migrants » arrivés en Italie en 2016, des personnes venues indifféremment d’Afrique de l’Est comme d’Afrique subsaharienne (21 % de Nigérians, 11,7 % d’Érythréens, 7,2 % de Guinéens et 6,7 % d’Ivoiriens) ;
– quelques « migrants » sont éligibles au droit d’asile, véritable machine à blanchir les clandestins, quand les autres, beaucoup plus nombreux, ne sont que de simples « migrants économiques » ;
– quand les pays commencent à se développer, les candidats à l’émigration se font plus nombreux parce qu’ils ont les moyens techniques, intellectuels et financiers de nourrir un tel projet ;

Anne Hidalgo chez les Grecs !

 

Illustration : Jany Leroy

Le 19/01/2017
Jany Leroy

 À la question « Qu’auriez-vous à dire à Anne Hidalgo ? », un passant interviewé répond : « Qu’elle aille se faire foutre ! »

Lors d’un micro-trottoir réalisé à propos des importantes augmentations de PV de stationnement prévus sur Paris, à la question « Qu’auriez-vous à dire à Anne Hidalgo ? », un passant interviewé répond : « Qu’elle aille se faire foutre ! »
Nous sommes sur Canal+, temple de la bien-pensance…
 Le blasphème résonne dans tout l’édifice…
Sur le plateau, une chroniqueuse nommée Émilie Besse est au bord de l’apoplexie.
Outrée, indignée, révoltée, la voilà s’insurgeant sur le ton de la baronne à qui on vient de mettre la main au derrière : « On ne s’adresse pas comme ça à une femme, je suis désolée. »
 Désolée.
Nous sommes dans l’ère de la désolation, véritable tic verbal de l’Homo festivus outragé.

Alerte incendie.
Un dé-désolateur est appelé en plateau.
Hélas, il est occupé à réanimer Léa Salamé dans le studio d’à côté.
Il ne peut pas être partout, il faudrait embaucher, les chaînes n’ont pas les moyens et j’en suis, à mon tour, désolé.

Donc, on ne s’adresse pas comme ça à une femme.
 Surtout de gauche.
 Une « de droite », passe encore.
Quant à une classifiée « extrême droite », l’insulte s’impose.
Ne pas y recourir est un grave manquement au règlement intérieur.
 Le catéchisme ambiant est très clair sur ce point.
Comparer Marine Le Pen à un étron, comme ce fut le cas dans « On n’est pas couché », est un devoir. Une question d’éthique ! Et d’étiquette…

Face à sa chroniqueuse tourneboulée, l’animatrice défend la réaction de la personne interrogée en invoquant la liberté d’expression.

mercredi 18 janvier 2017

L'est pas content le petit looser catalan

 

vidéo mystérieusement effacée du net 
 
Sur France Inter, où Manuel Valls répondait en direct aux questions, un jeune auditeur lui lance : « Manu, cette claque on est 66 millions à vouloir te la mettre »…

Eure: brûlée et poignardée, une femme de 72 ans dans un état critique

Le 18/01/2017
 

 
Les gendarmes du Groupement de gendarmerie de l’Eure ont été chargés des investigations autour de cette sombre agression.
 
©Frédéric Bisson/Flickr
Mercredi 18 Janvier 2017 - 16:27

    Une septuagénaire a été retrouvée inanimée, partiellement brûlée et blessée de plusieurs coups de couteau, à Cormeilles dans l'Eure. Son pronostic vital est engagé.
 
Cormeilles, petit village de l'Eure située non loin de la frontière avec le Calvados, a été mardi 17 le théâtre d'un sombre fait divers.
Une femme âgée de 72 ans a été retrouvée inanimée, le corps partiellement brûlée et plantée de plusieurs coups de couteau.
Selon une information révélée par Paris-Normandie,  un des nombreux coups de couteau lui a entaillé profondément la gorge.
Elle a été héliportée à l’hôpital Saint-Louis à Paris.
Son pronostic vital est engagé.
Les gendarmes de l’Eure n’excluent aucune hypothèse mais la piste criminelle est privilégiée.