mercredi 20 février 2019

Auchan teste des magasins sans employé ? Aidons-les à tester des magasins sans client





Carol Galand
      
A l’heure où nombre de Français grondent leur incapacité à boucler leurs fins de mois,

 à l’heure où les humains peinent à maintenir le petit lien de proximité qui les rattachent encore aux notions d’empathie et d’échange dans un monde de rendement, à l’heure où les emplois sans qualification se raréfient, précarisant encore davantage les plus fragiles…
Auchan décide de tester des magasins sans employés.
Science fiction, vous dites ?
Et pourtant… Le premier magasin d’alimentation sans personnel arrivera en France le mois prochain. 

Polémique ! Pour Tavares, l’augmentation du CO2 c’est parce qu’on est contre le diesel !!

 
 
Polémique ! Pour Tavares, l’augmentation du CO2 c’est parce qu’on est contre le diesel !!
 
 
Ouh la la la, encore une histoire d’opinions qui seraient divergentes…
 
 
Terrible polémique donc. Le patron de PSA Carlos Tavares est-il un affreux négationniste climatique electricophobe ou un brave type qui résiste encore et toujours à la crétinerie ambiante ?
C’est évidemment la seconde solution.
Tout d’abord, Tavares a fait une sortie très courageuse il y a quelques mois sur l’imbécillité de la voiture électrique qui était loin d’être une panacée absolue et au sujet de laquelle nous ferions mieux de réfléchir un peu plus aux conséquences qu’elle implique.
Aujourd’hui, Carlos Tavares critique les anti-diesels en faisant remarquer, avec une vraie justesse, que la hausse des émissions de CO2 est due aux politiques anti-diesel…
Eh oui, figurez-vous que plus on lutte contre le CO2… plus il augmente…
Forcément, les voitures diesel (qui peuvent polluer avec d’autres types de particules par ailleurs) émettent moins de CO2 que les voitures essence.
Quand on dit aux gens que le diesel c’est « beurk caca boudin crotte », ils n’achètent pas une Zoé électrique qu’ils ne pourront pas recharger au camping des Flots bleus cet été, d’ailleurs ils n’atteindront jamais ledit camping en partant de Lille avec une autonomie de 160 kilomètres (au mieux) avant plusieurs jours de route…
Ils achètent quoi à votre avis ?
 
Une voiture essence, une voiture essence qui va émettre plus de CO2…

J’y étais dès l’acte I, j’ai vu le mouvement changer de nature : il a été confisqué par l’extrême gauche

 
 


Le 17 novembre, acte I des gilets jaunes, j’étais sur un rond-point, à Rodez.

Je n’y étais pas seulement comme manifestant, mais aussi comme organisateur d’une des rares manifestations déclarées ce jour-là.
J’y rencontrais d’autres Français, la plupart pas ou peu politisés dont c’était, pour beaucoup, la première manifestation.
Cette première journée a vu l’union des classes moyennes et populaires, pour dénoncer un ras-le-bol. Ras-le-bol fiscal.
Si l’augmentation de la taxe carbone sur les carburants, en particulier le gazole, a été le détonateur, elle venait après l’augmentation, voire la création, de trop nombreuses taxes et impositions.
Ras-le-bol de salaires insuffisants pour vivre correctement, surtout quand, pour les familles monoparentales, mais aussi pour ces classes moyennes, on demande toujours plus sans jamais rien donner.
Ras-le-bol de l’abandon, par l’État, des zones rurales qui voient disparaître les bureaux de poste, les trains, les médecins, les commerces de proximité.
Ce mouvement a surpris tout le monde par son caractère spontané, massif et non partisan.
Si on trouvait, parmi les manifestants, des militants ou sympathisants de partis politiques ou de syndicats, aucune tentative de récupération ni d’affrontement idéologique.
Les seuls drapeaux qui flottaient étaient français.
C’était un soulèvement du pays réel.

Gaspard Gantzer : l’intelligence faite homme face à la bêtise en gilet jaune…

 
 


Vous connaissez peut-être Gaspard Gantzer ?

Durant trois ans, cet énarque fut conseiller en communication de François Hollande.
C’est lui qui était à la manœuvre lorsque eut lieu le grotesque Lucettegate, en octobre 2015. Libération, qui aime bien mettre les gens dans des cases – le côté pratique du quotidien -, écrivait de lui, en janvier 2017, qu’il était « l’archétype du bobo parisien cool, sûr de lui ».
Il se rêva un temps député puisqu’en mai 2017, La République en marche l’investit pour se présenter aux élections législatives en Ille-et-Vilaine, dans une circo où il n’y avait, a priori, que des lauriers à cueillir (Macron venait d’y faire 35 % au premier tour de la présidentielle, 85 au second).
Et puis, comme quoi tout ne marche pas toujours comme on veut, même pour les jeunes gens pressés (l’homme n’avait pas encore 38 ans), le duc Jean-Yves de Bretagne, l’inoxydable ministre de la Défense de Hollande, s’y opposa.
Retour à Paris sans en être peut-être jamais parti. 1 heure 25 de TGV quand tout va bien.
Depuis quelques mois, il affiche clairement ses ambitions pour la mairie de Paris en 2020.
Il est vrai qu’il fut, jadis, un conseiller com’ de Bertrand Delanoë.
À l’automne dernier, il a même créé son propre mouvement (Parisiennes, Parisiens) – il fallait y penser -, un mouvement qui pourrait même présenter des listes dans les communes du Grand Paris, apprend-on, le 19 février.
Comme quoi ceux qui disent que les bobos parisiens ne franchissent jamais le périph’, sauf pour se rendre à Roissy ou dans leur propriété du Luberon, sont vraiment des mauvaises langues.

mardi 19 février 2019

Armes de guerre contre manifestants civils

 
 

C’est donc aujourd’hui, le grand bal des hypocrites

 
 
L’image contient peut-être : une personne ou plus
 
 La marche prévue ce jour contre l’antisémitisme est une sinistre mascarade à mes yeux.

 Elle est initiée par le Parti Socialiste qui ressurgit ponctuellement de ses cendres et qui surtout n’a strictement jamais rien fait pendant plus de 30 ans pour empêcher la montée du nouvel antisémitisme lié à l’importation islamo-gauchiste du conflit israélo-palestinien en France comme paradigme de toute forme de pensée post-moderne (ce que JP Le Goff démontre admirablement dans son opuscule sur le gauchisme culturel).
L’importation de cette matrice est directement responsable de l’abdication de toute forme de pensée sociale de soutien du peuple, considérant la figure palestinienne comme l’alpha et l’omega des damnés de la Terre remplaçant toute cause populaire.
La plupart des partis qui vont défiler ce jour ont quant à eux collaboré à ce silence, ont fermé les yeux, ont pratiqué des politiques hypocrites et électoralistes avec pour but de ne jamais faire de vagues de peur d’être accusés de racisme, quand ils n’ont pas directement vendu le pays à la découpe au Qatar et autres États soutenant soit le terrorisme islamiste soit des discours ouvertement hostiles à l’existence-même d’Israël, sans même aller jusqu’à évoquer les abjections du Turc Erdogan, l’ami allemand, l’ami européen, sur cette question, le tyran islamiste pour qui nous sommes en train d’abandonner nos amis kurdes, puisque nous ne sommes, au nom de cette infâme lâcheté, jamais à une saloperie près.

Manifestations du 19 février : la lutte contre l’antisémitisme dévoyée par une classe dominante en perdition

 
 
Manifestations du 19 février : la lutte contre l’antisémitisme dévoyée par une classe dominante en perdition

L’antisémitisme est devenue l’épouvantail ultime auquel se raccroche la classe dominante pour en appeler, quand elle se sent menacée, à l’union sacrée des bien pensants autour d’elle.
 
Et pour en exclure tous les autres.
 
Les manifestations organisées ce mardi 19 février par une élite que terrifie le soulèvement des Gilets jaunes en sont un exemple frappant.
Les bruits douteux autour de la préparation de ce grand raout improvisé dans la panique, mêlant allègrement la lutte contre l’antisémitisme (qui est un racisme) et la défense du sionisme (qui est une politique expansionniste menée par l’État d’Israël à l’encontre de ses voisins) a des relents extrêmement détestables.
Mon beau-père (le grand-père de mes filles) avait un numéro gravé au creux du bras.
Mais est-ce vraiment à la mémoire de ce Juif hongrois rescapé d’Auschwitz et de ses compagnons d’infortune que la France du haut va défiler dans la fièvre ce mardi ?

Gilets jaunes: Bilan après 3 mois de manifestations

 
 

          
allo - c'est pour un bilan provisoire 450 signalements 1 décès 195 blessures à la tête 20 éborgné·es 5 mains arrachées Mise à jour sur
 

Crase et Benalla dormiront en prison



Patrouille de police attaquée à Lyon, Alain Finkielkraut agressé à Paris aux cris de « Palestine, Palestine », groupes paramilitaires prêts à prendre le pouvoir en France selon un « GJ », pillages, violences, saccages, émeutes : si la macronie n’avait pas fait évacuer manu militari les ronds-points à coups de Bulldozers, nos collègues ne subiraient pas aujourd’hui la chienlit chaque week-end


patrouille police attaquée lyon gilets jaunes acte 14.png


Antifas, Blacks blocs, zadistes, soralo-dieudonnistes, pro palestiniens, racailles de banlieues, BFM TV ne montre plus qu’eux tous les samedis..


Si le gouvernement n’avait pas opportunément démantelé tous les ronds-points, nous ne subirions pas tous les samedis ces manifestations gangrénées par des groupes ultra-radicalisés dans les centres-villes.
Les ronds-points étaient généralement parfaitement tenus par les Gilets jaunes eux-mêmes.
C’est bien le gouvernement qui porte la responsabilité d’avoir obligé les Gilets jaunes à manifester les samedis dans les centres-villes, faute de droit à occuper les ronds-points en périphérie.
Les commerçants et nos collègues peuvent remercier chaleureusement l’exécutif pour sa clairvoyance et sa brillante gestion de ce mouvement social.

La protection des barrières de péage en campagne est parfaitement assurée pendant que les commerçants en centre-ville font faillite.. Cherchez l’erreur..

finkielkraut antisémitisme gilets jaunes agression police
 
 
finkielkraut agression paris 16 février 2019 gilets jaunes police palestine

Les djihadistes divisent l’Europe – Journal du 19/02/2019

 
 



VO : Alors que le président américain Donald Trump a demandé aux Etats européens d’accueillir leurs ressortissants partis faire le djihad en Syrie, les différents pays du Vieux Continents demeurent divisés sur la question.
Derrière la demande étasunienne plane en effet le risque de multiplication des cellules terroristes partout en Europe.

2) PMA : une catastrophe de santé publique en devenir

VO : La Procréation Médicalement Assistée, future bombe sanitaire ?
De plus en plus d’études scientifiques mettent en avant la corrélation positive entre des troubles physiques ou mentaux chez les enfants nés d’une PMA.
 
3) Orthographe : la chute libre se poursuit

VO: Les Français toujours plus mauvais en orthographe.
Selon un sondage, le niveau est en chute libre dans les CV.
 
4) L’actualité en bref

La grande arnaque des compteurs Linky

 
 

Bernard-Henri Lévy veut chasser Salvini: « Italiens, voici par qui vous devriez le remplacer »

 
 



« Matteo Salvini est ridicule, et Luigi Di Maio aussi. »

Parole, ou même sentence de Bernard-Henri Levy, l’intellectuel le plus célèbre et le plus puissant de France.
Ce n’est pas qu’un détail, car comme avec Mitterrand et Sarkozy, il est aujourd’hui l’un des conseillers les plus écoutés du président Emmanuel Macron.
Les jugements de BHL peuvent donc aller jusqu’à affecter les relations entre Paris et Rome comme cela s’est passé ces dernières semaines.
Levy attaque durement le gouvernement de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles : « Il se montre tout le temps déguisé en pompier ou en policier » – dit-il de Salvini -, « je le trouve affligeant. Et je suis convaincu qu’à long terme, cela génère des tensions et de l’insécurité. »
Idem pour Di Maio: « Il agit d’une manière totalement démagogique. Avec son côté de petit César qui rêve de sa mini-guerre gauloise contre la France, je le trouve assez ridicule. »
L’intellectuel, symbole de la gauche caviar, rêve de la fin du « gouvernement xénophobe » italien (« Il arrive que le peuple vote fasciste, désire le fascisme, parle fascisme. Et quand cela se produit, c’est aux élites de donner l’alerte »).
Il suggère qui devrait remplacer les dirigeants actuellement au pouvoir.

castaner laisse délibérément les black-blocs tout casser pour décridibiliser les gilets jaunes


“Quand vous êtes trop vieux pour le travail et trop jeune pour la retraite, le jaune vous va bien”

 
 


              
Les déboires des gens trop vieux pour retrouver un emploi et trop jeunes pour percevoir leur retraite, on n’a pas fini d’en parler mais Emmanuel Macron n’en parle pas…

La Finlande enterre son expérimentation du revenu universel

 
 
La Finlande enterre son expérimentation du revenu universel
 
 
Il est très difficile d’aborder en quelques lignes seulement un sujet aussi passionnant et complexe que le revenu universel.
 
 
Je vous invite donc à prendre ces quelques considérations comme une contribution modeste d’éléments pour alimenter une réflexion bien plus vaste évidemment.
À titre personnel, je suis opposé au revenu universel, qui est un revenu favorisant l’oisiveté au lieu d’inciter les individus à réaliser leur potentiel de création pour le bien de la collectivité dans son ensemble.
Nous avons besoin de nous sentir utiles autant que nous avons besoin d’argent, l’ensemble constituant la dignité légitime que nous nous devons à tous.
C’est les raisons pour lesquelles je préfère l’idée de droit opposable au travail (même si ce travail n’est « rentable », car il ne faut pas confondre utilité sociale et rendement) à celle du revenu universel.
Que sort-il donc de l’expérimentation finlandaise ?
Quelques réponses et pistes dans cet article du quotidien La Croix.
 
En Finlande, le gouvernement enterre son revenu universel
 
« Les conservateurs au pouvoir ne souhaitent pas prolonger l’expérimentation lancée en 2017, au motif qu’elle ne facilite pas la reprise d’un emploi de manière significative.

Alain Finkielkraut, Pierre Perret : comment peut-on être gilet jaune ?

 
 

 
Comment peut-on encore être gilet jaune ?

Avec l’entretien qu’Alain Finkielkraut a accordé au Figaro vendredi, et surtout l’agression dont il a été victime samedi, le gouvernement pensait tenir la caution imparable.

Mais l’affaire de l’agression verbale antisémite a été un révélateur à trois coups.
D’abord, la présence ou l’infiltration dans le mouvement, notamment à Paris, de certains éléments proches de Soral ou Dieudonné, voire de radicalisés islamistes.
L’épisode des quenelles vues à Montmartre en décembre l’avait déjà attesté.
Ensuite, le rejet qu’il suscite chez certains, à gauche, pour ses prises de position franches contre l’islamisation : Thomas Guénolé et Yassine Bellatar, entre autres, ne sortent pas grandis de l’épisode. Mais, surtout, la surréaction des plus virulents adversaires des gilets jaunes, à commencer par le pouvoir, qui, d’Emmanuel Macron à Christophe Castaner et Benjamin Griveaux, ont sauté sur l’occasion pour surjouer l’indignation, exploiter l’incident et discréditer à nouveau le mouvement tout en s’érigeant en hérauts de la lutte contre l’antisémitisme.
Car il y a bien eu surréaction, comme Alain Finkielkraut lui-même l’a souligné rapidement en revenant aux faits, au profil des agresseurs et en rappelant opportunément que les gilets jaunes auraient bien tort de s’en prendre au rare intellectuel les ayant soutenus.
Il faut saluer l’honnêteté intellectuelle et la tenue de ces mises au point qui dévoilaient, du même coup, la malhonnêteté et l’excès de certaines indignations.
Alain Finkielkraut nous a assez mis en garde contre les victimisations et certains aveuglements de la lutte contre l’antisémitisme pour se laisser enrôler.

Pour Brigitte Bardot, les gilets jaunes ont des couilles ! et si elle avait tout résumé quand les politologues vasouillent ?

 
 



Elle est comme ça, Brigitte Bardot.


Elle pourrait « coacher » tous les Amélie de Montchalin, Stanislas Guérini et autres technocrates de LaRem incapables de se faire comprendre de la France « d’en bas » : ce qu’elle dit, ils l’entendent immédiatement.
Il faut dire qu’elle ne s’entoure pas de circonlocutions inutiles.
Invitée surprise d’une débat organisé par des gilets jaunes dans le Var, elle est entrée sous les ovations de la salle, avant de dire quelques mots.
Brefs mais percutants. « Je soutiens les gilets jaunes parce qu’ils ont des couilles ».
Brigitte est de cette génération aimant les hommes en ayant, qui eux-mêmes – que les pimbêches anorexiques sur les podiums de grands couturiers me pardonnent – aiment les femmes ayant ce qu’il faut là où il faut.
Comme Brigitte Bardot, la boucle est bouclée.
On me rétorquera qu’il y a de très nombreuses filles parmi les gilets jaunes.
Mais ce n’est pas incompatible.
Comme disait Jacqueline Pascal, soeur de Blaise : « Puisque les évêques ont des courages de filles, les filles doivent avoir des courages d’évêques ».
Et il s’agit aussi bien des évêques laïques de l’église République.
Et si Brigitte Bardot avait tout résumé ?

lundi 18 février 2019

Gilets Jaunes : Un acte 14 sur fond d’anniversaire

 
 



VO : Les Gilets Jaunes ont fêté leurs 3 mois d’existence avec de nouveaux rassemblements samedi et dimanche.
Si la mobilisation est revue un peu à la baisse, les participants sont plus motivés que jamais, outrés par la propagande du gouvernement…
 
2) LBD 40 – GLI F4 : des armes dans le viseur
 
VO : Ces acronymes barbares n’étaient pas connus il y a encore quelques mois, les LDB 40 et les GLI F4 sont devenus les ennemis publics n°1 des Gilets Jaunes.
Ces armes non létales utilisées par la police pour le maintien de l’ordre ont déjà fait des dizaines de blessés…
 
3) Syrie : l’Etat Islamique terrassé ?
 
VO : Fin de parcours pour l’Etat Islamique.
La coalition internationale est sur le point de reprendre le dernier bastion du groupe terroriste en Syrie.
Une victoire territoriale qui ne signifie pourtant pas la fin de Daesh.
 
4) L’actualité en bref

De «larges boîtes» d’or pillé par Daech évacuées par les USA, selon SANA

 
 
 
Véhicule militaire US en Syrie
 
© AP Photo / Hussein Malla
 
Des hélicoptères de l’armée américaine ont évacué de «larges boîtes» remplies de l’or pillé par Daech* en Irak comme en Syrie, à en croire l’agence officielle syrienne SANA.

 
Les forces américaines toujours présentes en Syrie ont utilisé des hélicoptères pour transporter «les butins» accumulés par les terroristes de Daech*, affirme l’agence de presse officielle syrienne SANA.
 
L’agence se réfère à des «sources locales» qui racontent que de «larges boîtes» contenant les richesses pillées par les djihadistes ont été chargées dans des hélicoptères états-uniens dans la zone d’al-Dachicha située dans la province de Hassaké (nord-est).

Selon ces sources, les boîtes en question renfermaient d’importantes quantités d’or convoyées par les terroristes à al-Dachicha depuis Mossoul ainsi que «d’autres régions syriennes».
 
Toujours d’après SANA, des hélicoptères de l’armée américaine ont atterri à al-Dachicha ainsi qu’à Hadjin dans la région de Deir ez-Zor (sud-est) avec à leur bord plusieurs chefs de guerre de Daech* qui s’étaient rendus aux Américains.
Pour l’agence, Washington a conclu avec les djihadistes une entente qui a permis de «sauver les vies de centaines de chefs de guerre et experts de l’organisation terroriste».

* Organisation terroriste interdite en Russie
 
sputniknews