mercredi 30 septembre 2020

La CAF finance l’IESH de Château-Chinon où la « colonie de vacances » étudie le Coran !



Captures d’écran de la page Facebook : https://www.facebook.com/IeshChateauChinonOfficiel/
Publié le 2 août 2020 - par Jules Ferry -

La CAF finance-t-elle l’endoctrinement ?

Les enfants sont invités à profiter : animations autour du Saint Coran assurées !

Et comme rien n’est gratuit, la CAF est aux côtés des familles musulmanes et met la main à la poche (du généreux contribuable).

 

La dette migratoire : cette bombe à fragmentation…


 
 

Depuis la crise de 2008-2009, la France, comme d’autres pays, s’inquiète de son niveau d’endettement public. 

Il a effectivement explosé sous la pression de nos déficits, devenus hors de contrôle, passant de l’étiage de 60 % à plus de 90 %, à la fin de l’ère Sarkozy, chiffre que Hollande n’a pas pu faire baisser par la suite. Le brillant technocrate, qu’une majorité a élu en 2017 avec la promesse d’une réduction de ce fardeau, l’a gaillardement porté à environ 100 %. La pandémie du Covid-19 a refait « péter les compteurs » et va nous emmener aux alentours de 120 % de dette sur PIB. On nous rassure : « Ce n’est pas très grave, cela ne coûte rien puisque les taux d’intérêts sont à 0 %. » Et on va même jusqu’à nous assurer que dès que la crise sera terminée, on s’emploiera à réduire notre dette publique.

Mais dans le même temps, une autre dette apparaît, plus difficilement chiffrable : celle du climat. La croissance exponentielle des émissions de gaz à effet de serre depuis le début de la révolution industrielle fait peser sur notre avenir une menace qu’une large majorité de la communauté scientifique rassemblée au sein du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) estime grave avec un réchauffement de l’atmosphère de 3 à 5 degrés d’ici 2100. Ces effets sont déjà apparents et les conséquences à long terme seraient dramatiques, nous dit-on. Soit.

Le monde entier s’en préoccupe et, de sommet en sommet, des objectifs de réduction des émissions sont adoptés. Bien. Les écologistes s’emballent en nous enjoignant de faire plus : bannir la voiture, clouer les avions au sol, divertir une masse considérable de ressources financières pour calfeutrer nos bâtiments et nos logements. La funeste Greta Thunberg tance les dirigeants mondiaux du haut de ses 16 ans en les accusant de laisser à sa génération une dette écologique mortelle. On se demande comment ont vécu ses parents, mais passons. La question est sérieuse et nous la prenons au sérieux.

Mais c’est une troisième dette qui gonfle sous nos yeux en Europe, et notoirement en France : le fardeau migratoire que nous accumulons année après année.

Les « mijeurs », jeunes migrants délinquants, sévissent partout en Île-de-France !


 

N’allez pas au Pont-Neuf, ceux-là y sont à demeure. Une bande d’ados, garçons et filles, fausses pétitions à la main. 

Les jeunes repèrent une proie, une jeune femme isolée dans ses écouteurs. Ils l’entourent, papillonnent pour mieux la distraire et lui faire le sac. Depuis le trottoir d’en face, j’observe la scène avec un ami. On crie pour alerter la jeune femme qui n’entend rien, ne voit rien, mais la meute s’éloigne en nous injuriant. Un autre client arrive…

On trouve les mêmes ados dans le métro. Ils aiment les rames en continu, celles où l’on peut circuler d’un bout à l’autre ; ils coincent les passagers dans les soufflets, les bousculent sur les banquettes en long… « Attention, des pickpockets sont actuellement dans la rame… »

La crise sanitaire a chassé les touristes. Les armées de Chinois qui faisaient les beaux jours des grands magasins ne sont plus qu’un souvenir. Il faut trouver des victimes ailleurs, alors le champ d’action s’est élargi et c’est maintenant toute l’Île-de-France qui subit l’assaut des hordes de « mijeurs ».

Le Parisien de ce mardi nous rapporte qu’« en région parisienne, le nombre d’interpellations de jeunes migrants délinquants pour des cambriolages et vols est en forte hausse ». Ainsi ce jeune qui comparaît devant le tribunal correctionnel de Versailles. Arrêté avec deux complices de 11 et 12 ans à Plaisir (Yvelines), il a affirmé être âgé de 14 ans. Mais comme le terroriste à la machette, il est en réalité beaucoup plus âgé qu’il ne le prétend. « Les tests radiologiques réalisés sur ses os à l’institut médico-légal de Garches (Hauts-de-Seine) lui en donnent 19 », nous dit-on, si bien que les juges du tribunal correctionnel de Versailles l’ont condamné à 18 mois de prison ferme, le 8 septembre. Reste le plus intéressant dans cette histoire, la déclaration de l’accusé au tribunal : « Je vole pour le compte de deux Algériens qui me donnent des médicaments. »

Massacre pour une bagatelle



Mardi 29 septembre – Saint Michel

Les plus vénérables d’entre nos lecteurs s’en souviennent probablement, de cet hiver 1969. 

La grippe de Hong-Kong venait de frapper le globe mais personne ne s’en inquiétait réellement. 

C’est à peine si les médias la traitaient, et lorsqu’ils le faisaient c’était avec le sourire en coin du présentateur roué, habitué aux marronniers de l’hiver. Yves Mourousi y consacra sans doute quelques minutes au 20h, avec l’air entendu de celui à qui on ne la fait pas. Après tout à chaque fin d’année, les vieux meurent non ? C’est même fait pour ça, l’hiver. Pour rétablir la grande balance des naissance et des décès. Mettre à jour la comptabilité cosmique du Grand Architecte. Redistribuer un peu d’éternité dans les ventres parturients de nos mères. 

Dans la France des années 60, on est encore rempli d’un certain bon sens paysan, la mort fait encore partie de la vie. Et puis, il y a avait d’autres chats à fouetter : la conquête spatiale américaine, l’enlisement des GI’s en Cochinchine, l’invasion des mini-jupes et l’accession de Pompidou au pouvoir. C’est tout de même plus sexy qu’une poignée d’octogénaires cacochymes qui lâchent leurs derniers râles dans une literie mal famée. Pourtant, on nous raconte aujourd’hui que les morgues ne désemplissaient pas et que les hôpitaux, comme aujourd’hui, étaient saturés. 15% des cheminots furent touchés et les transports furent sévèrement perturbés, de même, de nombreux écoles et commerces se sont vus contraints de fermer. 

mardi 29 septembre 2020

La chute de l'empire vaccinal.


 26 sept. 2020

La chute de l'empire vaccinal est à présent inéluctable, les français refuseront majoritairement le vaccin. 

Les citoyens ont enfin compris qu'on les prenait pour des ... ... Emission sur Radio Courtoisie :

Quel sale temps. Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes


 éoliennes environnement EELV champs avenir

 
29 septembre 2020
 
Ils ne peuvent pas penser à tout, occupés qu'ils sont à faire la guerre aux voitures.

Les champs d'éoliennes habituellement si plaisants à voir ressemblent maintenant à des cimetières. Leurs pales décharnées pendent lamentablement immobiles. Des squelettes qui font pitié.

A qui la faute ? Au vent qui n'est pas au rendez-vous. Certes, les éoliennes ne fournissent que très peu de courant. Mais on en aurait bien besoin actuellement. En effet la France souffre d'une pénurie d'électricité.

Les écologistes y sont pour quelque chose. Non contents d'avoir imposé les éoliennes, ils font feu de tout bois pour faire fermer les centrales nucléaires. Avec celle de Fessenheim, ils ont réussi. Beaucoup d'autres sont à l'arrêt car en maintenance.

Donc on manque d'électricité. Que fait-on pour palier à cette pénurie ? Eh bien on a remis en marche deux centrales à charbon !

Covid-19 : Macron vers le reconfinement forcé ? – JT du mardi 29 septembre 2020


Dans l’actualité ce soir, le petit vent d’autoritarisme souffle de plus en plus fort sur le pays. 

Avec le Covid-19, le gouvernement continue sur sa lancée en multipliant les décisions incohérentes et de plus en plus de commentateurs évoquent la possibilité d’un reconfinement…

Egalement au programme de cette édition, nous sommes allés enquêter dans les bidonvilles qui fleurissent un peu partout à Paris.

Et puis une page internationale avec un conflit armé aux portes de l’Union européenne. Depuis dimanche, les tensions anciennes entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan sont ravivées autour de la question du Haut-Karabakh.

Pour s'affranchir de la téléréalité sanitaire globale, revoyons d'urgence le film Truman Show



The Truman Show, un film qui date de 1998 contient la clé de notre confinement mental et donc la clé pour en sortir https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Tru...

Pr Tousssaint / Coralie Dubost, la compagne de Véran va regretter d'être venue


Vivre sainement


Le poison qui rend fou

 

 
  

Dans Le Lotus bleu, Tintin, prisonnier des méchants, se voit inoculer une dose de radjaïdjah, « le poison qui rend fou »

 Heureusement pour notre héros, un serviteur avait remplacé le poison par de l’eau !

Il n’empêche : depuis la sortie de cet album, en 1936, les toxicologues du monde entier cherchent ce qu’était, au juste, cet étrange poison, spécialité des fakirs du Rawhajpoutalah. Nous sommes heureux de vous offrir un scoop : ces recherches viennent d’aboutir ! Ce poison a un nom : Covid-19.

La fréquentation de ce poison altère gravement les facultés de discernement. On voit des politiques dire « blanc » le lundi et « noir » le mardi sans autre motif que le « girouettisme » qui les a surpris. On voit un professeur dont le traitement fonctionne durement attaqué par certains de ses confrères et même traduit devant l’instance judiciaire de la profession. On voit des médecins bénéficiaires de prébendes de labos pharmaceutiques jurer leurs grands dieux que seuls les traitements de ces labos seront efficaces. On a vu des gens se signer à eux-mêmes, sans rechigner, des Ausweis, ces autorisations de sortie faute desquelles la prune tombait. La pénurie de masques a amené nos gouvernants à mentir : inutiles et dangereux au début, puis obligatoires. Aujourd’hui, à circonstances identiques, il faut le porter, ici, mais pas là, et pas à la même heure. La folie, vous dis-je, s’est emparée de nos élites !

Isère: le corps de Victorine, 18 ans, a été retrouvé


 
  
Boulevard Voltaire

, 18 ans, était portée disparue depuis samedi soir. 

Elle n’était pas rentrée chez elle à Villefontaine. 

Son corps sans vie a été découvert, à la mi-journée, ce lundi, entre le stade de la Prairie, à proximité duquel elle avait disparu, et le hameau de Saint-Bonnet, rapporte Le Dauphiné. Selon nos confrères, le corps n’était pas dénudé. La procureure de Vienne a précisé, le 28 septembre, à 14 h, les circonstances de la découverte « d’un corps qui reste à identifier formellement ». Dans un premier temps, « les enquêteurs ont découvert ses baskets, le sac à main, ainsi qu’un masque chirurgical » près d’un ruisseau. En progressant, ils ont découvert un corps qui, pour le moment, n’a pas été formellement identifié, selon les mots de la procureure de Vienne Audrey Quey. Une deuxième équipe de techniciens en identification criminelle vient, à son tour, d’arriver sur les lieux.

Un appel sur Facebook pour chercher Victorine

Victorine Dartois, étudiante à l’université Lyon 3, avait disparu samedi 26 septembre, vers 19 heures, alors qu’elle devait rentrer chez ses parents. Elle avait passé la journée avec des amis dans les boutiques au Village de Marques et devait rejoindre le domicile familial situé dans le quartier des Fougères, à Villefontaine, explique Le Dauphiné. Mais elle n’est jamais arrivée. Plusieurs battues avaient été organisées, ce dimanche, aux abords du stade où Victorine a été aperçue vers 19 heures sur les vidéosurveillances de la ville, et à l’étang Saint-Bonnet, pour tenter de retrouver la jeune femme, en vain.

covid19: MESSAGE à Mr. Olivier VÉRAN, Ministre de la Santé.(Jean-Dominique Michel)



Un traitement expérimental du cancer détruit les cellules cancéreuses sans utiliser de médicaments



L’une des dernières méthodes mises au point par les scientifiques pour traiter le cancer utilise une attaque furtive par cheval de Troie pour inciter les cellules cancéreuses à s’autodétruire – le tout sans utiliser de médicaments.

La clé de cette technique est l’utilisation d’une nanoparticule enrobée dans un acide aminé spécifique appelé L-phénylalanine, l’un des nombreux acides de ce type sur lesquels les cellules cancéreuses comptent pour se développer. La L-phénylalanine n’est pas fabriquée par l’organisme, mais absorbée par la viande et les produits laitiers.

Lors de tests sur des souris, la nanoparticule – appelée Nano-pPAAM ou Nanoscopic phenylalanine Porous Amino Acid Mimic – a tué les cellules cancéreuses de manière spécifique et efficace, se faisant passer pour un acide aminé amical avant de provoquer la destruction des cellules par elles-mêmes.

Le mode d’autodestruction est déclenché lorsque la nanoparticule met en surcharge la production de certaines substances chimiques connues sous le nom d’espèces réactives de l’oxygène (ROS). Cela suffit à faire tomber les cellules cancéreuses tout en laissant intactes les cellules saines voisines.

Un chercheur suggère qu’une campagne de propagande chinoise délibérée a forcé le monde à se confiner


Le régime communiste a inondé les médias sociaux de fausses vidéos et de bots pour attiser l’hystérie du COVID.



Le chercheur et avocat Michael P. Senger suggère que le gouvernement chinois a lancé une campagne de propagande agressive pour exagérer la gravité des coronavirus afin de contraindre le reste du monde à un confinement draconien qui profiterait à Pékin.

Dans un article pour Tablet Magazine, Senger explique comment, fin janvier, « l’hystérie internationale du COVID-19 a commencé » avec une série de vidéos suspectes postées sur des sites de médias sociaux montrant des personnes en Chine s’effondrant soudainement dans les rues, dont un cas où un homme a tendu le bras pour amortir sa chute, ce qui suggère que la chute était mise en scène.

Après que des dizaines de millions de personnes ont été confinées chez elles au cours de l’un des confinement les plus brutalement appliqués de l’histoire, Senger note qu’en février, le PCC « a signalé une baisse exponentielle des cas de coronavirus, jusqu’au 19 mars, date à laquelle ils ont annoncé que leur confinement avait entièrement éliminé les cas nationaux ».

La Chine n’a officiellement enregistré que 4 634 décès dus aux coronavirus, malgré une population presque cinq fois plus importante que celle des États-Unis, où le nombre de décès s’élève actuellement à plus de 205 000.

L’Organisation mondiale de la santé et d’autres experts scientifiques ont ensuite parlé de la réaction de la Chine au COVID-19, ce qui a amené pratiquement tous les autres pays de la planète à adopter la même approche.

Cependant, Senger soutient que l’hystérie initiale à propos de COVID et du confinement qui a suivi pourrait avoir été une campagne de propagande chinoise soigneusement orchestrée pour tromper ses concurrents hégémoniques et les amener à détruire leurs propres économies en réponse à un virus dont le taux de mortalité est relativement faible.

Le chercheur montre comment les armées de comptes de robots chinois sur Twitter ont contribué à promouvoir un confinement précoce dans des pays comme l’Italie tout en bombardant de critiques et d’abus les personnalités politiques qui refusaient d’ordonner un confinement strict, comme la gouverneure du Dakota du Sud Kristi Noem.

lundi 28 septembre 2020


L'Edito

 

 Lundi 28 septembre – Saint Venceslas

 
Nouvelle saison

La pluie s’installe à nouveau dans nos vies. Elle y restera longtemps. 

Nous ne profiterons peut-être pas de sa fraîcheur, reconfinés comme nous le serons sûrement bientôt. Faut-il voir dans sa présence glaçante un signe du retour de l’histoire ? Ce serait d’un symbolisme naïf, mais parfois les coïncidences invitent à la naïveté. La France est devenu, littéralement, une boucherie, on y distribue des coups de hachoir avec entrain, que ce soit dans les anciens locaux de Charlie Hebdo ou sur les flics de Seine-Saint-Denis. Le projet de l’immigration de masse était peut-être de finir par ouvrir un kebab anthropophage géant porte de Clignancourt. Sur les plateaux télé douillets de l’Ouest parisien, il devient de plus en plus difficile aux éditorialistes de tout poil de nier le désastre de la guerre civile qui vient.

Il est une autre guerre, conventionnelle cette fois, à 3 000 kilomètres de Paris, trois Lille-Marseille, dans les monts caucasiens.

Covid-19 : bientôt la révolte ? – JT du lundi 28 septembre 2020



Au sommaire de l’actualité de ce soir, retour sur les dernières décisions du gouvernement relatives au Covid-19. 

Alors que les restaurants et bars de nombreuses villes ont été contraints de fermer, la France fait toujours les frais de dysfonctionnements importants. Depuis plus de 8 mois, l’exécutif enchaîne les décisions contradictoires et suscite de plus en plus de défiance dans la population.

Également dans cette édition, Nicolas Dupont-Aignan rempile pour 2022. Samedi, lors de son grand meeting de rentrée, le président de Debout la France a annoncé sa candidature pour la prochaine élection présidentielle.

Et puis nous reviendrons également sur le résultat des élections sénatoriales. Un scrutin qui s’est déroulé en toute discrétion et où les partis traditionnels ont tiré leur épingle du jeu.

Crise sanitaire : un ministre reconnait qu’il s’agit de discipliner les Français !


 

 

Roxana Maracineanu, ministre déléguée aux Sports, s’est-elle rendue compte de la portée de ses propos ?

La grande arnaque de la voiture électrique


La science est un sport de combat. LE NOUVEAU LIVRE DE DIDIER RAOULT


Qui est Didier Raoult ? Que pense-t-il vraiment ? Pourquoi ce grand infectiologue, auteur de nombreuses découvertes, irrite-t-il autant les autorités politiques, sanitaires, et nombre de ses confrères ? 

Dans ce livre, dense, fort, personnel, le professeur Raoult éclaire toute sa démarche, au-delà de l’actuelle controverse autour de l’hydroxychloroquine et du Covid-19. Ce défenseur acharné du progrès scientifique donne sa vision de ce que doit être la médecine et la recherche.
Parce que Didier Raoult est avant tout un médecin, parce que soigner est son premier devoir, parce qu’il est un esprit farouchement indépendant, il s’oppose aux blouses blanches administratives qui n’ont jamais vu un malade, aux modélisateurs fascinés par les Big Data, aux grandes revues médicales qui font la pluie et le beau temps mais sont de plus en plus sous l’emprise des laboratoires pharmaceutiques, aux autorités sanitaires et politiques…

CENSURE : Les Pr Toussaint, Toubiana et 200 autres scientifiques, universitaires et professionnels de santé censurés par le JDD. Lisez la tribune interdite.


censure toussaint


27 septembre 2020
covidinfos.net 

Voici la tribune incriminée et censurée par le JDD (Journal du Dimanche).


À l’origine de ce texte on trouve notamment le sociologue Laurent Mucchielli, les professeurs Jean-François Toussaint et Laurent Toubiana

Il est urgent de changer de stratégie sanitaire face à la Covid-19

Avis au lecteur : Cette tribune devait initialement paraître dans le Journal du Dimanche (JDD) ce 27 septembre 2020. Acceptée le samedi matin par le journaliste en charge de la rubrique “Tribune/Opinions”, elle devait paraître intégralement sur le site Internet du journal et faire l’objet d’un article dans la version papier du lendemain. Le journaliste nous disait s’en féliciter car cela allait permettre un débat contradictoire avec d’autres opinions très alarmistes exprimées ce jour dans ce journal. A 16h, ce journaliste nous a pourtant prévenu que sa rédaction en chef interdisait la publication. Certitude de détenir soi-même la vérité ? Couardise ? Volonté de ne pas déplaire au gouvernement ? Nous ignorons les raisons de cette censure que personne n’a jugé utile (ou tout simplement courtois) de nous expliquer.

Dans cette tribune, plus de 200 scientifiques, universitaires et professionnels de santé critiquent la dérive de la politique sanitaire du gouvernement français. Ils estiment qu’elle conduit à des interprétations erronées des données statistiques et à des mesures disproportionnées. Et demandent que l’on évalue nos connaissances réelles pour définir démocratiquement une stratégie sanitaire.

Tandis que le gouvernement prépare une nouvelle loi (la quatrième en 6 mois !) prolongeant le « régime d’exception » qui a remplacé « l’état d’urgence » sanitaire, le ministère de la Santé a encore annoncé mercredi 23 septembre des mesures restrictives des libertés individuelles et collectives qu’il prétend fondées scientifiquement sur l’analyse de l’épidémie de coronavirus. Cette prétention est contestable. Nous pensons au contraire que la peur et l’aveuglement gouvernent la réflexion, qu’ils conduisent à des interprétations erronées des données statistiques et à des décisions administratives disproportionnées, souvent inutiles voire contre-productives.

Que savons-nous de cette épidémie et de son évolution ?

Près de Rouen, sa maison est squattée : « Je n’ai pas le droit de les expulser, c’est terrible »


 
Cécile Pigné veut récupérer sa maison squattée à Oissel, près de Rouen (Seine-Maritime), « coûte que coûte ». (©ML/76actu)

Publié le 28 Sep 20  sur actu.fr

Alors qu'elle s'apprêtait à la vendre, sa maison a été squattée à Oissel, près de Rouen. La loi protégeant les occupants des lieux, Cécile Pigné ne peut pas les expulser.

« C’est pire que ce qu’on voit à la télévision », dénonce Cécile Pigné, 50 ans, une habitante de l’agglomération de Rouen (Seine-Maritime). Les larmes aux yeux, cette aide-soignante raconte comment le jeudi 17 septembre 2020, elle a retrouvé la maison de ses grands-parents, dont elle avait hérité neuf ans auparavant, occupée par des inconnus, à Oissel.

« Ce sont des voisins qui m’ont appelée. Ils m’ont demandé si j’avais bien vendu ma maison car il y a avait des personnes qui étaient en train de couper tous les arbres sur le terrain et de faire des travaux à l’intérieur… »

« Il n’y avait plus rien, pas même une cuillère ! »

Cécile Pigné s’est alors rendue directement sur les lieux et a constaté les dégâts avec stupeur :

Ils avaient coupé tous les arbres, ils avaient cassé les meubles de mes grands-parents qui étaient des belles antiquités… Ils avaient tout vidé, ma chambre d’enfant, ma collection de poupées… Il ne restait plus rien, même pas une cuillère. Je ne sais pas où tout est parti, ils ont certainement tout vendu ! 

Paniquée, elle a appelé directement la police qui est venue sur place. « Mais ils n’ont rien pu faire car les squatteurs avaient ouvert des compteurs d’eau et d’électricité plus de 48 heures avant que je les prévienne… Et la loi les protège.

Un professeur d’Université : Les musulmans doivent quitter le pays. Les Suédois ne seront plus majoritaires en 2065.


Un hebdomadaire suédois a révélé des chiffres de Statistics Sweden qui montrent que dans pas moins de 18 municipalités, les enfants dont les deux parents sont nés en Suède sont déjà une minorité. 

Le statut de minorité pour les nouveau-nés suédois prévaut désormais dans les grandes villes comme Malmö, Helsingborg et Eskilstuna, mais aussi dans des municipalités rurales comme Lessebo, Hylte et Fagersta.

"Mes recherches montrent que les Suédois seront minoritaires en 2065, dans 45 ans. Au tournant du siècle prochain, les musulmans constitueront le plus grand groupe de population en Suède", a déclaré Kyösti Tarvainen, docteur et professeur émérite associé en analyse des systèmes à l'université Aalto à Helsinki (Finlande), au site d'information Nya Tider.

M. Tarvainen mène actuellement des recherches sur les changements démographiques en Suède, en Norvège, au Danemark et en Finlande.

Dans les 18 municipalités, la proportion de nouveau-nés ayant deux parents suédois est désormais inférieure à 50 %. Et les grandes villes comme Malmö (40 %), Helsingborg (48 %), Eskilstuna (49 %), ne sont pas les seules à connaître un déclin, mais aussi les petites municipalités.

En outre, dans près de la moitié des municipalités du pays (124), la situation est presque aussi mauvaise. La proportion d'enfants dont les parents sont nés en Suède s'y situe entre 50 et 70 %. Göteborg (51 %), Stockholm (57 %) et la plupart des autres grandes municipalités du pays se situent dans cette fourchette.

Dans seulement 40 municipalités du pays, la proportion d'enfants nés en Suède dépasse 80 %, presque exclusivement dans les petites municipalités. La seule exception où une grande municipalité peut afficher une forte proportion d'enfants de parents suédois est Kungsbacka, avec 82 %.

Pr Toussaint : "Ils assument publiquement des décisions qui ne sont plus fondées sur la réalité"



Pr Toussaint : "Ils assument publiquement des décisions qui ne sont plus fondées sur la réalité"

28 sept. 2020

Ruraux et urbains, vers une convergence des luttes ?


Boulevard Voltaire publiait vendredi le résultat du sondage “Le mouvement des gilets jaunes a-t-il encore un avenir ?”, le oui ne l’emportant qu’à la faible majorité de 56 %.


À voir les réactions de Marseille au sort qui lui est fait par le pouvoir parisien, on peut se demander si l’avenir des GJ ne serait pas plutôt, selon l’expression houellebecqienne, dans l’extension du domaine de la lutte. 

Quand Samia Ghali – qui en tant que maire adjoint a rang d’officier de police judiciaire -, déclare tout de go que « La police municipale ne verbalisera pas les restaurants et bars ouverts », c’est qu’elle se sent forte d’un soutien populaire qui dépasse visiblement celui des cafetiers et restaurateurs.

À la fronde des ruraux “perdants de la mondialisation” (comme théorisés par Guiluy) et mobilisés des mois sur les ronds-points, pourrait-il s’ajouter demain celle des urbains déchirant les ukases de biocrates qui les empêchent non seulement de gagner leur vie, mais tout simplement de la vivre pleinement ?
Parce que les habitants des métropoles sont loin d’être tous des béats bobos- gentrifiés en trottinettes électriques, et ce n’est pas parce qu’ils sont plus souvent cadres et diplômés du supérieur qu’ils ne souffrent pas de la saleté, des rodéos, de la délinquance, du terrorisme, des transports défaillants, et plus généralement de l’abandon par l’état de ses missions régaliennes, au seul profit de la protection de “la planète” et du sanitarisme répressif.

Avec les écolos, les rats sont choyés !


 
 
 

Comment se débarrasser des ? C’est le débat qui anime nombre de villes de France envahies par ce fléau que très peu de municipalités arrivent à juguler. 

A commencer par où au début de l’année, des rats ont été filmés en train de se balader sur la nourriture d’une boulangerie de la gare de Lyon. C’est qu’ils sont chez eux à où l’on estime leur population à pas loin de quatre millions d’individus, soit presque deux par habitant ?

Et s’ils ne votent pas encore, les rats ont leurs défenseurs au sein du conseil municipal, à commencer par le groupe des Verts dont la tête de liste, David Belliard tweetait en 2017 : « non aux expérimentations sur les rats. réguler la pop. des rats ne doit ps se faire au prix de la souffrance animale ! » Ce David Belliard allié pour les municipales au Parti animaliste dont le lancement de campagne avait été organisé en novembre 2019 par l’association Paris Animaux Zoopolis, défenseur acharné des rats. Une association qui n’hésitait pas à écrire en 2018 sur sa page Facebook : « Nous devons apprendre à cohabiter avec les animaux. Les animaux sont aussi légitimes que nous à vivre en ville (…) Les rats sont intelligents, territoriaux, affectueux et altruistes… Non, les rats ne sont pas nos ennemis. Nous pouvons cohabiter avec eux de manière pacifique. » ?

dimanche 27 septembre 2020

Janvier 2017 : 67.000 morts en France en raison d’un pic de grippe hivernale… et ça n’a pas fait une vague !


 Covid : anatomie d’une crise sanitaire

  PAR Planetes360

 67.000 morts en un seul mois, donc un grand nombre de la grippe ! 

Vous la voyez, l’entourloupe du coronavirus ? 

Un “couillonavirus” en réalité, puisque d’après les statistiques officielles cet « ennemi invisible » contre lequel nous sommes « en guerre » depuis mars n’a fait que 31.000 morts au total… 

Un chiffre dont on sait qu’il a été gonflé à l’hélium (en y incluant notamment les cas de grippe) et qu’il faudrait, pour être honnête (on peut rêver !), le diviser au moins par deux… Attali avait raison : c’est bien une toute petite pandémie qui sert de rampe de lancement au Nouvel ordre mondial. OD

 

 

(source : INSEE, 15/10/2018)

L’armée arménienne a détruit des chars azerbaïdjanais lors d’une puissante attaque : vidéos


Des séquences vidéo de l’attaque de l’armée arménienne contre les forces azerbaïdjanaises ont été diffusées sur les médias sociaux, dimanche, alors que les images montraient des chars détruits par des tirs de missiles.

Dans une vidéo diffusée par les médias arméniens, on peut voir l’armée arménienne détruire des chars azerbaïdjanais lors d’une puissante attaque qui, selon Erevan, a été menée en représailles aux attaques des forces azerbaïdjanaises sur le Karabakh.



Une autre vidéo diffusée dimanche et partagée sur la chaîne YouTube montre des images en gros plan des troupes arméniennes détruisant un autre char azerbaïdjanais.

C'est reparti dans le Caucase



Le monde s'est réveillé sur la nouvelle de violents affrontements dans le Haut-Karabagh ayant déjà fait plusieurs dizaines de morts. 

La situation étant quasiment un copié-collé de la flambée de tensions de 2016, citons notre billet de l'époque :

La situation dégénère sérieusement au Caucase entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Erevan reconnaît 18 soldats tués et Bakou 12, sans compter les hélicoptères et chars détruits des deux côtés, lors des violents affrontements qui ont soudain éclaté dans le Haut-Karabagh.

Cette région est une pomme de discorde entre les deux pays depuis l'éclatement de l'URSS et même un peu avant (1988). Enclave arménienne en Azerbaïdjan, réclamant son rattachement à l'Arménie, elle se proclama indépendante en 1991, marquant le début d'une guerre qui fit environ 25 000 morts. Depuis 1994, le Nagorno-Karabadh est de facto contrôlé par l'Arménie mais aucun traité de paix n'a été signé et Bakou revendique ses droits sur la région.

Des escarmouches ont régulièrement lieu sur la ligne de cessez-le-feu mais la flambée de violence de ce week-end interroge : il s'agit des plus importants combats depuis 1994 et aucun des deux pays ne veut reculer. Tandis qu'Erevan met en alerte son aviation, Bakou se dit prêt à une solution militaire. Diantre. Comme si la zone ne connaissait pas suffisamment de conflits... Guerre civile turco-kurde juste à l'ouest, guerres syrienne et irakienne à quelques encablures au sud, conflits gelés en Géorgie voisine (Ossétie du sud et Abkhazie), crise ukrainienne à l'horizon septentrional.

Remdesivir : « aucun bénéfice clinique n’a été suggéré », juge la Haute Autorité de Santé. Pourtant, il reste accessible.


remdesivir 
 
26 septembre 2020

La Commission Européenne avait commandé au laboratoire GILEAD en juillet 2020 pour 63 millions d’euros de doses de Remdesivir afin de soigner le COVID-19,  même si aucune étude ne prouvait son efficacité. 

« Aucun bénéfice clinique n’a été suggéré », juge aujourd’hui la Haute Autorité de Santé à son sujet. 

Le Remdesivir ne sera donc plus pris en charge par notre système de santé. Pourtant, même jugé inefficace, il pourra être délivré aux Français, et sera distribué à titre gratuit aux pays les plus touchés par la Covid-19 !

Dans notre article du 4 août 2020, nous annoncions la couleur de ce qui se passait au sein de la Commission Européenne : « Il n’y a plus de doute quant à la trajectoire de la Commission Européenne pour traiter le COVID-19 : préférer le REMDESIVIR des laboratoires GILEAD à tout autre forme de traitement. »

◆ Un traitement estimé aujourd’hui non efficace, pourtant autorisé et distribué

Aujourd’hui, la Haute autorité de santé nous rapporte cet article de Medisite, « Le remdesivir ne montre pas à ce stade d’effet global sur la mortalité », « Le médicament ne sera donc pas pris en charge dans notre pays. (…) Néanmoins, les Français pourront continuer à bénéficier du traitement. La Commission européenne s’est procuré un stock de remdesivir, qui sera livré aux pays les plus touchées par la Covid-19, à titre gratuit. »

Notons donc que le médicament, ne sera pas enlevé du marché, mais simplement déremboursé en France. Et distribué gratuitement dans plusieurs pays malgré ses effets secondaires, notamment sur les reins.

Face aux viols en Mauritanie, le monde rural invente ses « Cages à filles »



 vendredi 25 septembre 2020

Face à la recrudescence des viols qui se sont déportés jusqu’aux plus lointaines localités, les populations de la Mauritanie profonde ont créé des cages en fer où elles enferment leurs filles pendant la nuit. Ce sont les « Cages à filles ».

Il faut dire que le démon de midi, qui décrit les appétits sexuels redoublés qui s’emparent d’hommes ou de femmes mûrs, au midi de leur vie, a gagné énormément de terrain dans ce pays, surtout parmi les jeunes. Et pourtant, l’enseigne du pays peut prêter à confusion.

On parle ici d’une République Islamique. Pour qui ne connait pas ce pays à cent pour cent musulmans, croirait à un pays de dévots, fait de génuflexions, chasteté, coupage de mains, flagellations et autres lapidations pour qui ne se conformerait à la loi islamique. Mais une fois à l’intérieur, on découvre un pays de cocagne, où tous les plaisirs, sans s’étaler forcément à l’œil nu, déborde les huttes fagotés des bidonvilles jusqu’aux villas suintant l’opulence. Ici, on trouve du tout, de l’alcool à flots, mais bien soustrait à la vigilance d’une République qui quoi qu’on dise reste intransigeant sur les interdits. N’empêche, l’alcool est disponible pour qui en connaît les secrets circuits, mais aussi les maisons closes, les salles de jeu, les dealers, les faux monnayeurs et autres trafiquants de devises, et les faussaires en tout sorte. On y côtoie aussi bien de faux marabouts que de faux médecins, avec une administration publique qui grouille de faux diplômés.

Une ancienne ministre de la Fonction Publique parlait de 80% de faux diplôme.