jeudi 25 avril 2019

Immigration : les villes débordent – Journal du jeudi 25 avril 2019

 
 




Immigration : les villes débordent

Alors qu’Emmanuel Macron dévoile sa nouvelle ligne de conduite sociale, 13 maires essentiellement socialistes, ont adressé une lettre au gouvernement pour réclamer davantage de moyens pour l’accueil des clandestins.
Un message politique en pleine campagne pour les élections européennes.

Grande confrontation et petit débat
 
Les six représentants des grands partis se sont affrontés jeudi soir 24 heures avant les annonces présidentielles.
Un échange sans trop de saveur qui ne devrait pas rebattre les cartes pour les élections européennes.
 
Rencontre entre Vladimir Poutine et Kim Jong Un
 
Rencontre à Vladivostok pour Kim Jong Un et Vladimir Poutine.
Alors que les négociations entre Pyongyang et Washington sont dans l’impasse, le président russe entend jouer sa propre partition.
 
L’actualité en bref

France 2 suggère qu’une partie des dons collectés pour Notre-Dame pourrait servir à la rénovation de mosquées

 
 
  
 

Acte XXIV

 
 
 

Une riche Saoudienne poursuivie à Paris pour traite d'êtres humains

 
 
Une riche saoudienne résidant à deux pas de la Tour Eiffel est poursuivie à Paris pour traite d'être humains, travail dissimulé et emploi d'étrangers non munis d'une autorisation de travail.
 
afp.com/GERARD JULIEN
Par LEXPRESS.fr ,
 
Une riche saoudienne résidant à deux pas de la Tour Eiffel est poursuivie à Paris pour traite d'être humains, travail dissimulé et emploi d'étrangers non munis d'une autorisation de travail.
 



LIRE AUSSI >>Traite des êtres humains: "L'esclavage moderne existe en France"
 
Shalimar Sharbatly, première artiste saoudienne à avoir eu l'autorisation du gouvernement de son pays pour réaliser des fresques murales et autres graffitis dans plusieurs villes du Royaume, a été dénoncée par ses employés de maison originaires d'Érythrée ou de Somalie, rapportent France Inter et Le Point ce jeudi.
Des personnes sans papiers très vulnérables.

Trois personnes dans une chambre de 7m2

Une employée a par exemple indiqué à la police qu'elle était séquestrée par l'artiste, qui a été interpellée et placée en garde à vue le 18 avril, avant d'être convoquée au tribunal le 7 mai prochain. Les enquêteurs ont indiqué au Point que "les domestiques étaient soumises à des conditions de travail et d'hébergement contraires à la dignité humaine".
Le témoignage de Mehdi Guenfoud, qui a travaillé pendant onze ans comme chauffeur pour Shalimar Sharbatly, sans jamais recevoir de fiche de paie, va dans ce sens.

Notre-Dame. : Virginie Vota interpelle Macron, et décode son inquiétant discours…

 
 
Résultat de recherche d'images pour "virginie vota"

Publié le 24 avril 2019 - par Jacques Chassaing -

La jeune blogueuse, dont les abonnés ne cessent d’incrémenter le compteur de sa chaîne You Tube ( L’Esprit Franc, 41 K) émet de sérieux doutes sur l’origine accidentelle immédiatement reprise en boucle le soir même de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

D’autant que l’encadrement de l’expression publique des experts par le gouvernement n’est pas de nature à lever l’opacité autour de la catastrophe.

Pour mémoire, les images de l’incendie en 1 min.
Dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, aux alentours de 18 h 50, lundi 15 avril.



https://youtu.be/FRGuJ0wVD-Y

Le boniment de Macron ne passe pas

Déjà des interrogations sur la combustibilité instantanée de bois très ancien avaient fusé. Nicolas Dupont-Aignan a immédiatement subi les foudres de la journaliste aux ordres, Ruth Elkrief, quand il a sous-entendu que la piste de l’attentat n’était pas à exclure : « la police a tort de privilégier une hypothèse ».



https://www.youtube.com/watch?v=o6GhTA2vMP4

Alors comme le récitant président Emmanuel Macron, qui respire la fausseté (1), parle au nom de « nous » et du « tous ensemble » concernant Notre-Dame de Paris, Virginie Vota prend la balle au bond et lui demande des comptes en pointant toutes les contradictions du discours présidentiel.
De la piste accidentelle présentée comme la seule plausible, en passant par les commentaires se gaussant de l’incendie, par les promesses commerciales d’une nébuleuse reconstruction moderne, par la provenance et l’usage des millions  d’euros de dons, par le musèlement des experts, Virginie Vota veut savoir.
« Depuis le début de l’année 2019, une église est profanée et vandalisée ou incendiée chaque jour en France. Un immense brasier a ravagé Notre-Dame de Paris lundi 15 avril 2019. Le feu se serait propagé à partir des combles, pourtant bâties avec le bois de la forêt primaire, très difficilement inflammable. 
La cathédrale était alors en chantier pour restauration. Un chantier sur lequel il n’y avait ni point chaud, ni soudure. L’enquête privilégie d’office la piste « accidentelle ». 
Comment est-ce possible ? Pourquoi un tel silence médiatique sur la multiplication d’actes criminels envers les églises et les chrétiens ?
Dans ce contexte, difficile de croire à la cause accidentelle… 
Le patrimoine appartient au peuple, l’État en est le garant et il n’a pas rempli ses devoirs : protection et sécurité.
J’interpelle le président de la République, Emmanuel Macron, au nom des Français qui se posent, à juste titre, de nombreuses questions. »

Président Macron, répondez!

Notre-Dame n’est pas perdue pour tout le monde


Jean Nouvel a un projet pour Notre-Dame et ce n'est pas celui de Viollet-le-Duc. ©ROMUALD MEIGNEUX/SIPA - Francisco Seco/AP/SIPA

Christine Sourgins
24 avril 2019
 
Architectes et philanthropes se sont jetés sur l'occasion


Passée la stupéfaction, architectes et généreux philanthropes n’ont pas tardé à sauter sur l’occasion de l’incendie de Notre-Dame. Ce n’est pas tous les jours qu’on a une chance de rentrer dans l’histoire. Et tant pis pour l’identité de la belle endolorie…
__________________________________________________________________________________
 
Les associations caritatives ont donné de la voix : la réforme de l’ISF a considérablement tari les dons.
Et voilà qu’à la défaveur d’un incendie, les chéquiers des grandes fortunes chauffent et les millions affluent.
Naïves associations qui croient que les grands de ce monde ont soudain un coup de cœur !
 
Cœurs de pierres…
 
Pas pour Notre-Dame alors, mais pour la défiscalisation qui accompagne le mécénat depuis la loi Aillagon de 2003 : vous « donnez » 100 millions et, bingo, gagnez au moins 60 % de défiscalisation et ce pourcentage, qui ne rentre pas dans les caisses de l’Etat, ce sera au contribuable de le payer. C’est chic de faire le généreux sur le dos des classes moyennes.
 Certes, pour Notre-Dame, toutes ces grandes fortunes ne vont pas faire jouer cette clause de défiscalisation, c’est à leur honneur, mais toutes ont fait une opération de com.
Bref, cet incendie aura été pain bénit.
Cet afflux de dons est aussi une compensation de la négligence, du péché d’indifférence qui n’a que trop duré envers le patrimoine : la classe dirigeante se rachète une bonne conscience et le fait savoir. Candides associations qui n’ont pas vu que le patrimoine souffrait des mêmes maux que les plus démunis : le politique s’en désintéresse, d’autant que des vieilles pierres ne crient pas, ne manifestent pas, ne sont pas susceptibles de provoquer d’émeute (pas encore).
 
… et charité post-chrétienne
 
Le politiquement correct, lui, fait la chasse à l’émotion suspecte et Stéphane Bern se voit reprocher ses larmes alors qu’il était interrogé en direct devant le brasier de la cathédrale.

«Ile de la Cité. Vers la plus grosse promotion immobilière grâce à l’étincelle qui a mis le feu aux poutres ! ! » L’édito de Charles SANNAT


Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,
 
Parfois, la vie est bien faite et les heureux hasards s’enchaînent de manière à rendre possible ce qui était difficile…
 
Tenez, prenez au hasard, cette histoire d’étincelle qui a mis le feu aux poutres de Notre-Dame.
 
Saviez-vous quel beau projet nous attend ?
Saviez-vous quelles belles œuvres immobilières sont dans les cartons ?
Non…
Allez, voilà de quoi rassasier votre curiosité…
Nous avons là tous les ingrédients pour créer l’un des plus gros scandales économiques et politiques de notre histoire récente
 
L’île de la Cité appartient en grande partie à l’Etat !

Par exemple sur l’île de la Cité vous trouvez l’ancien Palais de Justice, classé évidemment aux monuments historiques, et… qui ne sert plus à grand-chose depuis l’entrée en service du nouveau Palais de Justice dans le nord de Paris…
 
Je me demande ce que l’on va bien pouvoir faire de cet immense et superbe bâtiment…
 
Par exemple sur l’île de la Cité il y a le célèbre 36 quai des orfèvres… mais vous savez qu’il est presque vide lui aussi ?
Ainsi, « en septembre 2017 — après le départ, en juin, de la Brigade criminelle et de la Brigade des stupéfiants (BS) —, les derniers services de la police judiciaire ont déménagé au Bastion dans la cité judiciaire de Paris près du nouveau tribunal de Paris, porte de Clichy.
Seule la Brigade de recherche et d’intervention (BRI), nommée aussi l’« antigang », reste dans les locaux pour « intervenir plus vite en cas d’attaque terroriste ».
Mais la BRI ne sera pas un problème, et nous lui trouverons bien une petite place aux Invalides par exemple, ou ce n’est pas les m² qui manquent !!

Jean-Pierre Raffarin favorable au recul de l’âge de (votre) départ en retraite

Le temps de travail, la durée de la vie active, autant de paramètres qui permettent évidemment de réduire le coût des retraites.
 
Quand on allonge le temps de travail avant la retraite, c’est le temps de retraite que l’on réduit.
 
En faisant cotiser plus longtemps on paye des retraites moins longtemps.
 
La stratégie de l’itération.

Et c’est sans doute ce vers quoi on s’oriente, avec toujours cette politique par itération une année sur deux!
Une année on augmente les impôts, puis l’année suivante on augmente la durée de vie active, puis l’année d’après on trouve une solution pour réduire le montant des pensions soit en augmentant la CSG soit en bloquant les points etc…
Ce cinéma globalement dure depuis le début des années 90 et chaque année on défait un peu plus de l’état providence tel que nous l’avions connu.
Le problème c’est que l’on est de moins en moins bien protégé et couvert, mais que le coût pour la collectivité lui, poursuit son augmentation, que les prélèvements sont considérables et enfin… la dette chaque année grossit de plus en plus.
« Il est clair qu’il faudra travailler un peu plus » pour « maintenir le niveau des retraites », a déclaré l’ancien Premier ministre dans la matinale de RTL.
En attendant l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin « s’est clairement prononcé en faveur d’un recul de l’âge légal de sortie de la vie active, ce mercredi 24 avril.
« Je pense qu’il faut reculer l’âge légal de la retraite ».
« Si on veut maintenir le niveau de cotisation et maintenir le niveau de retraite, de pension, il est clair qu’il faudra travailler un peu plus », a-t-il insisté au micro de RTL.
« Ce que je veux c’est que l’on maintienne les pensions, que l’on indexe les retraites sur le coût de la vie et donc que l’on protège le niveau de vie des retraités », a-t-il poursuivi…
 
Marteler l’idée du recul

Mais il n’y a pas que lui… c’est une longue litanie de soutiens, avec des prises de paroles cadencées et préparées pour marteler encore et encore le même message.
Propagande et manipulation pour obtenir l’effet « habituation » des esprits.

Plus de champagne pour fêter la Cup de football anglaise !

 
 
 
L’équipe qui remportait la Cup d’Angleterre avait pour habitude de fêter sa victoire avec force jaillissements de champagne, bouchons explosifs et arrosages mutuels.

Oh yes, it’s good to be the king! La fédération de football locale a décidé de mettre un terme à cette tradition par respect pour…

Respect pour ? La pelouse ? Mauvaise réponse.
Les spectateurs ? Pas du tout.
Par respect pour les convictions religieuses de chacun.
Il y a tellement de « chacun » dans les équipes…
La vision d’une bouteille de champagne qu’on débouche trouble, perturbe, donne des migraines au « chacun ». Lui gâche la fête.
Après la gamme de papiers toilette mise au rencart par les magasins Marks & Spencer au prétexte qu’une poignée d’allumés musulmans y avaient vu le nom d’Allah inscrit en relief, c’est au tour du champagne d’être exclu d’un grand moment festif du football.
Un joueur musulman pourrait ne pas tolérer cette pratique.
L’Anglais respecte l’intolérance.

« Suicidez-vous ! » : l’horreur… oui, mais…

 
 
 
Ce dernier samedi, pour la 23e semaine de manifestation, la France n’ayant jamais connu une colère aussi longue dans le temps, il y a eu, en fin de parcours, sur la place de la République, des mots qui n’auraient jamais dû être prononcés par une foule en hargne.

Que des manifestants en arrivent à vociférer de telles horreurs pour inciter les policiers à se suicider comme 28 de leurs collègues est évidemment condamnable.

Mais les médias et les hommes politiques ont omis de dire que, le matin même, au départ de leur manifestation, les gilets jaunes avaient hurlé, avec la même force : « Ne vous suicidez pas, rejoignez-nous ! »
Que ceux qui ont proféré ces propos à l’encontre de ceux qui les “nassaient” en fin d’après midi place de la République soient des « Ultra-jaunes », comme les appelle Christophe Castaner, ou des Black Blocs n’y fait rien : l’atmosphère de ces samedis est toujours la même, avec pour seule conséquence, une répression quasiment sans équivalent dans notre histoire sociale.
Les responsables ne sont pas ces malheureux policiers qui ne font qu’obéir aux ordres, même si certains le font avec un peu trop de zèle.

Les responsables sont à la tête de l’État, Emmanuel Macron, en premier lieu, et son bras droit Christophe Castaner, avec toute la cascade hiérarchique allant jusqu’aux préfets.

mercredi 24 avril 2019

Notre-Dame : Crime avec préméditation ?

 
 

April 19, 2019


L’incendie de Notre Dame tombe à pic pour réaliser le projet futuriste de transformation de l’île de la cité !
 
Hollande et Hidalgo ont demandé à deux architectes fin 2016 d’établir un projet pour la rénovation spectaculaire de l’île de la cité pour la transformer en zone futuriste, projet repris par macron…

Hidalgo a vendu le parvis de Notre Dame à Auchan et Unibail.

Des réunions ont été organisées, des maquettes construites, les travaux devant être exécutés à échéance 2024, date des jeux olympiques.
En substance, ils ne supportent pas que les 14 millions de touristes ne se déplacent que pour visiter Notre Dame, sans qu’il n’y ait les retombées commerciales.
Donc ils veulent remplacer le parvis de notre dame en se contrefichant de l’aspect religieux par une plaque en verre avec des commerces en sous sol (style forum des halles) et des débarcadères depuis la seine.
C’est un projet immonde combattu par les riverains et les religieux.
L’incendie de notre dame va permettre de déclencher par nécessité les travaux de l’ensemble qui avaient initialement été prévus d’une durée de 5 ans (priorité pour les jeux !) et peut être d’affecter une partie des fonds donnés à l’ensemble des travaux de l’ile de la cité ; on peut imaginer que les mécènes milliardaires étaient déjà les financiers de ce projet immobilier grotesque.
Ceci explique la raison pour laquelle ils ont organisé une réunion rapide d’architectes en se servant probablement des plans déjà préétablis avant le sinistre.


“Le parvis de Notre-Dame recouvert d’une immense dalle de verre au-dessus de la crypte archéologique ; aux pieds de la cathédrale, un débarcadère et des plates-formes flottantes accueillant piscine, cafés, restaurants, salles de concert ; le long de la Seine, une longue promenade végétalisée, débarrassée des voitures, reliant les pointes aval et amont de l’île ; deux nouvelles passerelles qui franchissent le fleuve ; un peu partout, des verrières, des passages couverts, des galeries souterraines, des atriums en sous-sol…”

Les racailles de la Bac à l'oeuvre

 
 


Casqués, cagoulés, les plaques des motos cachées avec de l'adhésif, on est plus bien loin  des milices fascistes de pinochet 

Incendie de Notre-Dame : nouveaux éléments, nouvelles polémiques en perspective

 
 
La cathédrale Notre-Dame de Paris victime d’un terrible incendie

24/04/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :


 Le dramatique incendie qui a ravagé la toiture de la cathédrale de Paris et fragilisé une part importante de l’édifice n’a pas fini de faire parler de lui.

Les premiers éléments de l’enquête commencent à fuiter.

Ils révèlent d’importantes failles de sécurité et une série d’erreurs humaines qui ont retardé l’intervention des pompiers, prévenus seulement 35 minutes après le retentissement de la première alarme.
Par ailleurs, la Brigade criminelle écarte désormais les deux pistes qu’elle privilégiait jusqu’ici : celle du point chaud ainsi que celle du court-circuit lié aux ascenseurs menant en haut des échafaudages ou aux boîtiers électriques nécessaires aux travaux.
Il n’y avait pas de point chaud sur le chantier, hormis les cigarettes des ouvriers.
Les ascenseurs se trouvent trop loin de la flèche d’où est parti le feu.

Quelle serait donc la nouvelle piste privilégiée par les enquêteurs ?

Notre Dame : une sécurité qui pose question – Journal du mercredi 24 avril 2019

 
 




Notre Dame : une sécurité qui pose question
 
Une semaine après l’incendie de Notre Dame, la sécurité du chantier est sévèrement mise en cause. Le début d’un long feuilleton judiciaire qui devrait permettre d’établir les responsabilités des différents acteurs en présence.
 
Elections européennes : Les Républicains reviennent dans le jeu
 
A un mois du scrutin européen, Les Républicains regagnent du terrain…
Une progression qui semble se faire au détriment du Rassemblement National alors que la majorité présidentielle voit ses intentions de vote stagner.
 
Biodiversité : l’ONU tire la sonnette d’alarme
 
Alors qu’une réunion au sommet sur la biodiversité doit se tenir à partir du 29 avril à Paris, près d’un million d’espèces animales et végétales seraient menacées d’extinction dans les prochaines décennies.
Un danger pour la biodiversité mais également pour l’Homme.
 
L’actualité en bref

Manifestation des gilets jaunes , le préfet de Paris mobilise des chiens d'attaque et ordonne de les démuseler

 
 
 
Photo Frédéric CHAMBERT
 

Sept mégots auraient été retrouvés

 
Résultat de recherche d'images pour "notre dame brasier drone"
 
Comment peut-on écrire de telles imbécilités dans un canard, même enchaîné



Ils n'ont quand même pas osé parler de l'ADN ( mais ça ne saurait tarder)


Fichage de gilets jaunes: les Hôpitaux de Paris admettent un usage "inapproprié"

Résultat de recherche d'images pour "street médic paris"
 
24/04/2019
Par Geoffroy Clavel 

Face aux preuves du Canard Enchaîné, l'AP-HP sort du déni et promet de "corriger" cette atteinte au secret médical.
GILETS JAUNES - Le week-end dernier, l’AP-HP rejetait encore toute accusation de “fichage” et assurait avoir traité les blessés des manifestations des gilets jaunes “dans le respect du secret médical”.

Ce mercredi, face aux preuves dévoilées par Le Canard Enchaîné, la direction des Hôpitaux de Paris change de discours.
Dans un communiqué, celle-ci reconnait désormais qu’un fichier nominatif recensant les blessés pris en charge lors de grands événements, avait parfois inclus “de manière inappropriée” des précisions de nature médicale, une pratique qu’elle promet de “corriger”.
De son côté, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a assuré que le ministère de l’Intérieur n’avait pas, ”à [sa] connaissance”, eu accès à ces données médicales.
Que s’est-il passé?
Tout débute avec l’inscription dans le fichier “SI-VIC”, un  système d’information mis en place après les attentats de 2015 pour faciliter l’identification et la prise en charge des victimes, de nombreux blessés dans le cadre des mouvements sociaux, faisant naître un soupçon de fichage politique et d’atteinte au secret médical.
La semaine dernière, un gilet jaune blessé le 9 février avait annoncé qu’il allait déposer plainte contre X, soupçonnant un possible fichage “illicite” par l’hôpital parisien l’ayant opéré.
 


L’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et l’Agence régionale de Santé avaient alors rejeté en bloc ces accusations.

L'incendie de Notre-Dame "n'a pas eu lieu"

 
 
L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et nourriture

Olivier Milza de Cadenet
 
Plus le temps passe - et dans ce cas précis, le temps joue pour la pensée officielle - et plus le cas Notre-Dame rappelle celui de l'assassinat de Kennedy en 1963.

Dans les deux affaires, une thèse officielle, immédiatement assénée du haut d'une commission d'enquête chargée, dans la cas américain de confirmer la version de départ souhaitée, à savoir celle du tueur solitaire et "déséquilibré", dans le cas français, celle de "l'accident de chantier".

Même menaces sur les interrogations de ceux qui entendent poser des questions dérangeantes, immédiatement qualifiées de "théories du complot".
On sait ce que furent les difficultés, et les menaces encourues par le juge Garrisson, pendant les quelques dix années de sa contre-enquête.
On ne peut pas ne pas penser encore au 11 septembre, et aux consignes données par le Président G.W.Bush à la commission d'enquête sénatoriale, à savoir l'obligation de trouver des exécutants irakiens, alors que 99% des terroristes étaient de nationalité saoudienne, et sans compter les zones d'ombre pesant toujours sur les faits, près de 20 ans plus tard.
Pour Notre-Dame, rien n'y fait: ni les fumées jaunes du (ou des) départ(s) de feu, typiques de l'usage de thermite, ni la contextualisation des menaces récurrentes sur la cathédrale parisienne - dont la tentative d'attaque avortée de 2016 et les agressions, désormais presque quotidiennes, contre des lieux de culte catholiques.

Deux Gilets jaunes seront jugés pour avoir tenté de manifester au Touquet contre Macron

© FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Macron distribue des poignées de mains au Touquet le 21 avril 2019 (image d'illustration).

Accusés «de participation à un attroupement sans arme après sommation de se disperser», les deux manifestants voulant faire entendre les revendications des Gilets jaunes à Emmanuel Macron au Touquet, avaient été arrêtés puis relâchés le lendemain.

Un homme et une femme qui souhaitaient manifester le 21 avril dans le centre ville du Touquet contre Emmanuel Macron (présent dans sa résidence secondaire en ce week-end de Pâques), seront jugés en août pour «une infraction de participation à un attroupement sans arme après sommation de se disperser», selon le parquet de Boulogne-sur-Mer le 22 avril.
 
Cité par l'AFP, le procureur de la République Pascal Marconville a rapporté qu'au lendemain de l'acte 23 du mouvement citoyen, environ 20 militants avaient «subitement revêtu un gilet jaune et [...] tenté de manifester dans le centre ville du Touquet».
«Cette manifestation non déclarée a fait l'objet de sommations de se disperser. Seules deux personnes ont refusé obéissance à la loi et ont été arrêtées pour ces faits», a-t-il précisé. Les deux Gilets jaunes sont sortis de garde à vue le soir du 22 avril.

Plusieurs manifestations de Gilets jaunes ont eu lieu ces derniers mois devant le domicile des Macron au Touquet.

source

Effondrement des hypermarchés suite. Casino vend 32 magasins


Hier je vous parlais des difficultés du groupe Carrefour, visibles parce que Carrefour est un groupe coté en bourse, et aujourd’hui nous apprenons que Casino cède 32 murs de magasins à Apollo.
 
D’après cet article du site Boursier.com « Casino a signé un accord avec des fonds gérés par des sociétés affiliées à Apollo Global Management en vue de la cession d’ici fin juillet d’un portefeuille de murs de 12 Géant Casino et 20 magasins à enseigne Monoprix et Casino Supermarchés ».
 
Ces 32 actifs, situés principalement en province, représentent 26,6 millions d’euros de loyers, dont 14,2 millions d’euros issus d’actifs hypermarchés et 12,4 millions d’euros issus d’actifs Monoprix et supermarchés, valorisés à un taux moyen droits inclus de 5,3%.
Près de 80% de la valeur des actifs après déduction des droits d’enregistrement, soit 374 millions d’euros, seront versés au Groupe Casino à la finalisation de l’opération envisagée au plus tard fin juillet.
L’opération envisagée est conditionnée à la mise en place d’un financement pour lequel un accord de principe a d’ores et déjà été obtenu ».
Le Groupe Casino avait annoncé en mars 2019 qu’il souhaitait réaliser la cession de presque 2.5 milliards d’euros d’actifs d’ici 2020.
En attendant, Amazon se met à livrer des produits frais… Casino (je vous en parlais déjà dans cet article, ceci expliquant sans doute cela, et là aussi on voit se dessiner la stratégie de ce groupe de la grande distribution avec par exemple l’ouverture également… nocturne que j’évoquais dans cet article ici.
 
C’est une terrible mutation de modèle économique qui se joue et la casse sociale risque d’être douloureuse pour nos concitoyens travaillant dans ce secteur.
 
Charles SANNAT
 
Source Boursier.com