dimanche 19 février 2017

Résistance

Le 19/02/2017


19 février 2017

C'est notre Président qui a donné le coup d'envoi, en allant se faire photographier au chevet de TO.

Si TO avait été blanc, Français de cœur, catholique et anti mariage pour tous, nul doute qu'il aurait pu être violé par un car de CRS sans qu'il ne daigne se déplacer.
D'une manière générale, tout ce qui touche au patriotisme et à la famille traditionnelle, est honni par ce pouvoir vendu à la mondialisation.


LA GAUCHERIE, IDIOTE UTILE

La gauche, y compris les jeunes ultra violents des universités est veule.
Elle se gave d'idées-façades, casse, pille les commerces, quand la racaille ne la devance pas.
 Cette gauche, agitée de soubresauts sporadiques, ne bouge que pendant la période scolaire.
Dès que viennent les vacances, comme par miracle, les rues retrouvent leur calme.
C'est la mesure de leur engagement.
Des squatteurs nés, des coucous qui font leur nid dans celui des autres.
Ces petites frappes sans envergure, certaines de leur impunité actuelle, auraient rempli les bureaux de la kommandantur de lettres de délation.
Ils sont fondamentalement lâches, ne déplacent qu'en troupeaux bêlants pour commettre leurs méfaits.
Ils se terreront dans la maison de papa-maman si les patriotes sortent.

LA RACAILLE

Fortement identifiée au monde arabo-musulman, elle est visible et nous invite à commettre ce que les Mélenchon, Besancenot et consorts, appellent le "délit de faciès".
Comment procéder autrement ?
Qui brûle le mobilier urbain dans les environs des cités ainsi que les voitures, qui tend des piège aux pompiers et aux policiers ?
 Qui a commis les tueries Charlie, Bataclan, Promenade des Anglais ?

Le Général Bernard Messana réagit aux propos de Macron sur la guerre d’Algérie et le « crime contre l’humanité »

Le 19/02/2017



par 18 février 2017

 
RÉACTION du Général Bernard MESSANA aux propos de MACRON : Réconcilier les mémoires.

La colonisation que la France a imposée à l’Algérie a été qualifiée par M. Macron de « crime contre l’humanité », et de « vraie barbarie ».
C’est par cet aveu, que cet ancien Ministre, candidat à la présidence de la République, prétendait œuvrer à la réconciliation des mémoires.

Si l’on en juge par les réactions que ces propos ont provoquées, la réconciliation qu’il a appelée de ses vœux tourne au carnage :

– A Gauche, le silence est lourd.
Ne s’expriment avec passion que certains gauchistes impénitents, descendants des porteurs de valises du FLN.
Palpitants d’émotion, ils retrouvent leurs vieilles lunes, ce temps béni où l’on pouvait agonir les prétendus « colons » faisant suer le burnous, dénoncer les tortionnaires parachutistes, pleurer le fellah abattu lors de « corvées de bois », magnifier l’intrépide fellagha aux pieds nus, avide de dignité.
Il était donc juste et bon de trahir alors la France pour en « sauver l’honneur »!
 Ceux là ont totalement oublié qu’en ce temps là, c’était bien la Gauche qui défendait l’Algérie française, guillotinait les terroristes, et mettait aux arrêts de forteresse le général de Bollardière dénonçant la torture.

– A Droite bouillonne la fureur.
Fureur de voir, sur le sol algérien, un candidat à la présidence de la République française humilier une France qu’il accuse de crime et de barbarie.
Fureur de le voir ainsi tenir des propos jugés déshonorants envers notre Pays.
Dégoût de deviner que cette attitude qualifiée d’indigne n’a d’autre objectif que de racoler les suffrages des minorités musulmanes d’origine maghrébine installées sur le sol français.

– Les Pieds-noirs étouffent de colère, et de douleur.
 Eux savent l’histoire de l’Algérie, car ils l’ont faite, transformant des terres sous-développées en espaces fertiles, donnant naissance à un Etat moderne.
Ils ont inventé cette Algérie que Ferhat Abbas cherchait en vain dans les cimetières.
 L’Algérie était leur terre de France, bâtie pierre après pierre, ils l’aimaient, la respectaient. Aujourd’hui, en Algérie, au milieu des déchets qui inondent villes et campagnes, Kamel Daoud tonne : « la terre appartient à ceux qui la respectent. Si on en est incapable, autant la rendre aux colons ».
 Et Boualem Sansal renchérit en invitant « à reconnaître que ces foutus colons ont plus chéri cette terre que nous qui sommes ses enfants », oubliant toutefois que ces colons étaient aussi « enfants » de cette terre.

« La France n’a pas colonisé l’Algérie. Elle l’a fondée »

 


Le 19/02/2017

 
On l’oublie souvent mais l’identité algérienne n’existait pas avant 1830.
 
Ces mots ne viennent pas d’un nostalgique de l’Algérie française mais de Ferhat Abbas, ex-leader FLN et président de la République algérienne du temps du GPRA.
On l’oublie souvent mais l’identité algérienne n’existait pas avant 1830.
 Jusqu’au VIIIe siècle, les populations qui y vivaient étaient d’origine phénicienne, berbère, romaine et de religion majoritairement chrétienne.
Ce sont les Arabes, peuple nomade venant du Moyen-Orient, qui ont envahi toute l’Afrique du Nord et converti de force toutes ces populations.
Ainsi, et après quelques siècles de domination arabo-islamique, il ne restait plus rien de l’ère punico-romaine.
Plus tard, au XVIe siècle, en profitant du chaos répandu par les Espagnols, mais aussi en soufflant habilement sur les nombreuses divisions existant entre les différentes tribus de la région, les Ottomans en prirent le contrôle avec Alger pour capitale.
C’est alors que se développa, pendant près de 300 ans, la piraterie barbaresque, arraisonnant tous les navires de commerce en Méditerranée, permettant, outre le butin, un trafic d’esclaves chrétiens, hommes, femmes et enfants.
Ainsi, dans l’Alger des corsaires du XVIe siècle, il y avait plus de 30.000 esclaves enchaînés.

Macron s’enfonce (et ce n’est que le début !)

 


Le 19/02/2017
 
 
Connaître si jeune un destin à la Juppé, malgré tous ses médias, tous ses millionnaires, toutes ses transes extatiques qui le portent !

La fin de semaine apporte son flot de sondages et, à deux mois du premier tour, les tendances qui se dessinent sont intéressantes.
Notamment dans le sondage quotidien d’OpinionWay avec Orpi, pour Les Échos et Radio Classique.
Premier enseignement : Macron, que sa bonne presse vous présente pourtant comme l’incontournable, le favori, le seul, l’unique, perd deux points et se retrouve à 20 %.
À égalité avec Fillon, dont l’électorat est visiblement aussi déterminé que lui à se maintenir et à aller au bout.
Il y a, dans cet électorat Fillon, une inertie (celle de l’âge ?) que les gesticulations de Macron ne parviennent pas à entamer.
Certainement le bénéfice de son triomphe à la primaire.
En revanche, dans l’électorat Macron, c’est très friable, très fluide, et ça s’échappe de partout : les hommes (-3) ou les femmes (-2), les jeunes âgés de moins de 35 ans (-2), les plus de 50 ans (-3).
 Et jusqu’à une baisse de 10 points chez les sympathisants du Parti socialiste !

samedi 18 février 2017

Un "sans dents" remet Emmanuel Macron en place

Le 18/02/2017


Pays-Bas: Geert Wilders lance sa campagne "anti-racaille marocaine"

Le 18/02/2017

geert_wilders_flash.jpg

 Par L'Economiste| Le 18/02/2017 - 
 
Le député néerlandais d'extrême droite et anti-islam Geert Wilders a lancé aujourd'hui sa campagne pour les législatives du mois de mars par une attaque contre "la racaille marocaine" dont il a dit vouloir débarrasser le pays pour "le rendre au peuple néerlandais".

Pourtant, Wilders a bel et bien été jugé pour discrimination et incitation à la haine après avoir déclaré en 2014 vouloir "moins de Marocains" aux Pays-Bas (Voir: Pays-Bas : Wilders jugé pour ses attaques contre les Marocains)
 
"La racaille marocaine en Hollande... bien sûr, ce ne sont pas tous de la racaille, mais il y en a beaucoup, qui rendent nos rues dangereuses, principalement des jeunes... et il faut que ça change",

a déclaré Wilders à la presse avant un bain de foule dans la petite ville de Spijkenisse, au sud de Rotterdam.
 Geert Wilders est donné en tête par les sondages pour les élections du 15 mars au cours desquelles les Néerlandais sont appelés à renouveler le Parlement.

Bobigny : un homme attaque des policiers au couteau et ressort libre, la police choquée

Le 18/02/2017
 
 
Bobigny : un homme attaque des policiers au couteau et ressort libre, la police choquée
 
Source: Reuters
17 févr. 2017
 
Déjà sur les nerfs, la police française risque de ne pas apprécier la décision des juges de Bobigny.
 
Selon les informations d’Europe 1, un individu qui comparaissait le 16 février au tribunal de Bobigny pour avoir attaqué des policiers avec un couteau est ressorti libre de l’audience.
 Le syndicat de police Alliance est fou de rage.
«C'est plus que choquant, c'est inacceptable, c'est inadmissible.
Aujourd'hui vous pouvez attaquer un policier, vous pouvez tenter de le tuer et vous ne serez pas puni.»
Jean-Claude Delage, secrétaire général du syndicat de police Alliance, n’en revient pas.
 Le 16 février, le tribunal de Bobigny voyait comparaître un homme jugé pour s’en être pris à des policiers à l’aide d’un couteau.


Cet individu âgé de 46 ans et connu des forces de l’ordre pour des faits de deal de drogue, avait été interpellé le 18 décembre à Saint-Denis.
Muni d’un couteau de 20 centimètres, il avait attaqué un agent qui avait de justesse éviter une blessure au coeur grâce au port de son gilet pare-balle.
 D’après les informations d’Europe 1, les policiers avaient dû utilisé leur taser pour maîtriser l’assaillant.

Pourquoi la colonisation n’a pas été « un crime contre l’humanité » comme l’affirme Macron

Le 18/02/2017

colonisation_macron

17/02/2017 – 06H35 Paris (Breizh-info.com) –

 Dans son interview à Echourouk News, Emmanuel Macron, le candidat des médias et du système à la présidentielle, est revenu sur la présence française en Algérie.



« La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime, c’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes »
, a-t-il déclaré.
 
 Des propos qu’aucun autre acteur politique sérieux n’avait osé prononcer avant lui.
Ceux-ci ont provoqué de nombreuses réactions de colère, d’autant plus qu’Emmanuel Macron a déclaré vouloir bâtir une « vision d’avenir » commune avec l’Algérie et un pont entre les deux pays, alors même que la France connait de gros problèmes avec l’immigration en provenance de ce pays.
Concernant la notion de « crime contre l’humanité », si l’on s’en tient à ce qu’en dit la Cour pénale internationale, dont l’autorité est reconnue par 124 États pour juger les personnes accusées de génocide ou de crime de guerre, elle définit dans l’article 7 de ses statuts (PDF) les crimes contre l’humanité.
Il s’agit d’un des « actes ci-après lorsqu’il est commis dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique lancée contre toute population civile et en connaissance de cette attaque ».
 Cette définition englobe également la « persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs d’ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste ».
La colonisation de l’Afrique ne rentre donc pas dans ces critères.
 Par ailleurs, au-delà de ce dérapage idéologique, la perception de la colonisation est très mauvaise en France.
Si l’on écoute les médias, les hommes politiques et les associations communautaires, la colonisation fut un drame pour l’Afrique.
Et pourtant, de nombreux témoignages s’opposent à cette vision des choses. 
Qu’il s’agisse des propos de Kofi Yamgnane ou de ce Congolais qui déclare à un journaliste du Time : « [Les blancs] ont pris ce pays par la force, s’ils revenaient, cette fois-ci, nous le leur offririons. » , nombreuses sont les voix discordantes !
Un fait historique majeur explique à lui seul l’intérêt de la question des apports positifs de la colonisation : la roue était inconnue en Afrique subsaharienne avant son apport par les Européens.

L'afrique c'était mieux avant.

Le 18/02/2017

Ile-de-France : une agression anti-blanche filmée (video choquante)

Le 18/02/2017






 17 février 2017

Une scène banale de la France d’aujourd’hui, dans les transports en commun d’Ile-de-France.
Des Africains agressent des Blancs, dont une femme courageuse.

 Le coup de pied dans la tête d’une personne à terre, très dangereux, est typique.
Sur le profil facebook où la video a été postée, des dizaines d’immigrés ont signalé le plaisir ou la joie qu’elle leur procurait :

Retrouvez cet article et l'info alternative sur : http://www.contre-info.com/ |

Trump ressuscite en 80 minutes !

 


Le 18/02/2017
 
 
Trump a taillé un costume à la presse comme aux politiciens trahissant l’électorat…

« Donc, la presse est le vrai parti d’opposition (les démocrates ne comptent plus).
Et ce nouveau parti de la haine et de la désinformation s’acoquine avec les groupes d’intérêt qui profitent de notre crise, avec le soutien de certains éléments félons des services secrets, en vue de déstabiliser, fuites à l’appui, le seul représentant du peuple qui prouve qu’il tient ses promesses sur les fronts du travail, de l’économie, de la sécurité des frontières, comme de la défense nationale.

Ces fuites sont criminelles, passibles de prison, et seront sévèrement punies.
 Plus grave encore : en freinant la constitution de mon gouvernement tout en déployant massivement la “ruse” de votre intox sur la Russie, vous avez forcé Poutine à montrer les crocs à Washington, pour la première fois depuis des lustres.
Pourquoi ?

 Vladimir Poutine commence à se demander, depuis deux semaines, si Trump pourra vraiment mettre en œuvre sa politique de détente dans ce chaos antidémocratique…
En fait, l’actuelle “coalition Folamour” qui tente de priver mon gouvernement de ses prérogatives constitutionnelles met notre pays en danger d’une guerre nucléaire.
 Mesdames et Messieurs les bellicistes, vous êtes ici à deux doigts de la haute trahison ! »

Tel est le message – décodé – de la décoiffante conférence de presse tenue le 16 février par un président Trump qui relance sa campagne électorale, puisqu’il n’a pas encore le pouvoir.

Affaire Théo : de grosses ambiguïtés

 


Le 18/02/2017


Qui peut douter du fait que ces attaques contre les forces de l’ordre aient été planifiées par des activistes ?
 
Après que François Hollande est allé au chevet de Théo Luhaka, la France a subi dix jours d’émeutes. Toute la bobosphère s’est emportée, allant jusqu’à publier une tribune commune dans Libé, signée par ses plus éminents représentants : Yannick Noah, Omar Sy, Smaïn, Josiane Balasko, Anne Roumanoff, Olivier Py ou Jean Benguigui. Évoquant aussi l’affaire Adama Traoré, les pipoles appellent à la fin de « l’impunité des violences policières ».
Ils ne font pas preuve de la même compassion pour les dizaines de milliers de policiers agressés chaque année ni pour leur public, les honnêtes gens qui subissent les agissements des voyous au quotidien, en empruntant simplement les transports en commun ou en osant se promener la nuit.
 On notera, d’ailleurs, que pas plus ces gens que François Hollande ne se sont rendus aux côtés du policier brûlé vif à Viry-Châtillon qu’au chevet de ce jeune fonctionnaire de l’Assemblée nationale, actuellement entre la vie et la mort, pour avoir essayé de secourir une femme violentée par un gang de racailles.
Leur sollicitude est à sens unique, s’exerçant toujours au profit de ces nouveaux damnés de la terre que seraient les Français issus de l’immigration et vivant dans les « quartiers ».
À Barbès, les émeutiers pro-Théo ont brûlé une bijouterie appartenant à des Asiatiques.
La propriétaire s’est écriée « C’est ça, la France ? »
 Je peux lui répondre : ce n’est pas la vraie France.

vendredi 17 février 2017

Le "syndicat de la magistrature" s'associe aux rassemblements contre la police

Le 17/02/2017


Demain, le mur des cons sera dans la rue 

La supercherie Macron

Le 17/02/2017
 
 

Alerte rouge: Macron, ce mec est complètement taré

Le 17/02/2017
 
 

 
Officiel, Macron est le fils caché de Jean-Claude Van Damme

Admirez la tête de l'interlocuteur qui s'aperçoit qu'il a un fou en face de lui

On en fait beaucoup pour Théo…Pourquoi ne parle-t-on pas de Marin?

Le 17/02/2017

marin theo police hollande

Marin. Photo: DR.

Benoît Rayski
Journaliste et essayiste
Publié le 17 février 2017
 
Marin a vingt ans. Il est étudiant. Ou peut-être –et  hélas- il faudrait dire était… Il est hospitalisé à Lyon. On lui a fracassé le crâne.

Après un long coma, il a repris conscience.
Mais il a, en grande partie, perdu la mémoire. Ne sait pas pourquoi il est là. Et ne se souvient plus de
ce qui lui est arrivé.

 La tête défoncée à coups de béquilles


Voilà donc ce qui lui est arrivé.
Il se trouvait dans une rue de Lyon, à proximité d’un couple qui s’embrassait sur la bouche.
 Il y a des pays où un tel comportement vaut le fouet ou un lynchage immédiat.
 Mais pas à Lyon, tout de même ?
Eh bien si !
Un groupe d’individus, choqués et indignés par ce baiser, s’en est pris au couple. Insultes, injures … Sur les rares sites qui évoquent cette affaire, les individus en question sont qualifiés au choix de « jeunes » ou de « racailles ».
Marin s’est interposé.
 Et c’est lui qui a tout pris.
La tête défoncée à coups de béquilles.
Dans certains quartiers de nos villes, la béquille est une arme.
La presse locale a évoqué ce drame.
Mais pas avec suffisamment d’insistance pour que Gérard Collomb, le maire de Lyon, se rende au chevet de Marin.
Il était sans doute trop occupé à soutenir Macron…

 Hollande non plus n’est pas venu.

 Pourtant, le courage est une vertu tellement rare de nos jours que la moindre des choses serait de le saluer.
Le président de la République a trouvé le temps d’aller au chevet de Théo, blessé par un policier à Bobigny.
Son Premier ministre a trouvé le temps de recevoir des soutiens de Théo.
A-t-il reçu des membres du comité de soutien à Marin ?

TVL, journal du vendredi 17 févr. 2017: Société / Le délit d’entrave numérique à l’IVG adopté

 
 

 
 
Ajoutée le 17 févr. 2017
 
Retrouvez ici le texte du JT :
 02:14 Cap sur l'Elysée
09:37 Société / Le délit d’entrave numérique à l’IVG adopté
13:44 Economie / L’Europe lance la chasse aux robots
15:51 Fiscalité / Le métro parisien prend l’eau
19:12 International / Le Yémen toujours dans un bain de sang
24:14 La France de Campagnol

France: Nelly, 78 ans, violée par Mamadou lors d’un cambriolage. Aucune manifestation, aucune émeute et nos médias n’en parleront pas.

Le 17/02/2017


chut


A Créteil, le procès pour le vol et le viol d’une retraitée à Ivry en août 2014 s’est ouvert à huis clos, vendredi matin, devant la cour d’assises du Val-de-Marne, à la demande de l’avocate de la partie civile Me Vélia Volland.

Deux hommes, Mamadou K. et Phan-Eric L., comparaissent l’un pour avoir violé Nelly N. sous la menace d’une arme, le second pour non-assistance à personne en danger, et tous les deux pour vol en réunion.
Seul le second, un jeune homme de 24 ans aux cheveux mi-longs, comparaît libre.
Mamadou K., 24 ans également, est arrivé dans le box des accusés avec une béquille.
La retraitée, âgée de 78 ans aujourd’hui, était présente au début de l’audience.

 Le 7 août 2014, cette petite dame aux cheveux courts, qui marche avec difficulté, avait été agressée chez elle dans la cité Gagarine par plusieurs personnes au visage dissimulé, peu avant 6 heures du matin.
 
Un homme l’avait immobilisée et violée pendant que trois autres retournaient son appartement.
 Ils étaient repartis avec 70 €, des bijoux, une montre, ainsi que des affaires qui appartenaient à son mari décédé.
 Elle avait eu 15 jours d’ITT.
 
Ce sont les nombreuses traces d’ADN prélevées dans le logement et sur le corps de la retraitée qui avait mené les policiers du SDPJ 94 jusqu’à Mamadou K., dont le profil était enregistré au fichier national des empreintes génétiques (FNAEG).

 Ils étaient ensuite remontés jusqu’à Eric-Phan L., qui nie avoir assisté au viol.

 Le procès devrait se terminer mercredi.
 
Source

François Hollande ne c'était pas déplacé pour réconforter la vieille dame .

Barack Obama prépare un coup d'État contre Donald Trump et son gouvernement

 Le 17/02/2017                                                                       

                                                                            
 
15 Février 2017
| Publié par  Thomas Joly.
 
Un mois seulement après l’entrée de Donald Trump à la Maison Blanche, un coup d’état est déjà lancé pour détruire le nouveau gouvernement américain.
 
La démission précipitée de Michael Flynn, principal conseiller militaire du président, est le résultat d’une véritable révolution lancée par différentes factions et groupes d’intérêts, dont des agents gouvernementaux fidèles à Barack Obama.
Flynn s’était simplement entretenu par téléphone avec l’ambassadeur russe aux USA, peu avant l’entrée de Trump à la Maison Blanche, afin de discuter du futur des relations des deux pays.
 Ayant été accusé de s’être impliqué sur le champ de la diplomatie sans autorisation, Flynn a été violemment attaqué par les médias du système jusqu’à ce qu’il soit démis de ses fonctions.
Barack Hussein Obama, rompant avec la tradition, est toujours actif dans le débat politique et s’est établi à Washington.
Une situation inédite dans l’histoire du pays.
En réalité, il a constitué un gouvernement parallèle, alimenté par d’innombrables relais à tous les niveaux de l’État américain.

En Algérie, Emmanuel Macron s’est déshonoré !

 
 
 
Le 17/02/2017
 
Il est scandaleux  qu’un ancien ministre, prétendant à la fonction suprême, se permette d’accuser son pays de « crime contre l’humanité ».
 
Il appartient à l’Histoire de juger des aspects positifs et négatifs de la colonisation française.
 Sans précipitation ni préjugés, avec le recul nécessaire à une étude objective.
Aussi est-il particulièrement choquant qu’un candidat à l’élection présidentielle, en déplacement en Algérie, déclare dans une interview à la télévision : « [La colonisation], c’est un crime. C’est un crime contre l’humanité. C’est une vraie barbarie, et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l’égard de celles et ceux vers lesquels nous avons commis ces gestes. »
Certes, il a ensuite nuancé ce propos abrupt en ajoutant : « En même temps, il ne faut pas balayer tout ce passé, et je ne regrette pas cela parce qu’il y a une jolie formule qui vaut pour l’Algérie : “La France a installé les droits de l’homme en Algérie, simplement elle a oublié de les lire.” »
 Mais il a, ainsi, révélé un défaut de sa personnalité, caractéristique de sa campagne : il nage entre deux eaux, en bon opportuniste, affirmant, avec la même apparence de candeur, tout et son contraire.
Il est scandaleux qu’un ancien ministre, prétendant à la fonction suprême, se permette d’accuser son pays de « crime contre l’humanité » dans un État étranger qui, depuis qu’il a obtenu son indépendance, ne brille pas – c’est le moins qu’on puisse dire – par sa démocratie.