jeudi 21 novembre 2019

Le préfet de Police Lallement a tout fait pour que ça dégénère !

 
 

 
 
 Tous les week end le chantier place d'Italie est sécurisé, curieusement pas celui des 1 an des Gilets Jaunes.
Et c'est un agent de la ville de Paris qui le dit.
De plus, le préfet a autorisé la manifestation place d'Italie, alors que le maire avait émis des réserves.

Via fabie

mercredi 20 novembre 2019

Attentat à Marseille : 2 ans après, les parents des victimes veulent que la responsabilité de l'état soit reconnue

 

Le 2 octobre, la famille de Mauranne se recueille dans le village d'Eguilles / © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP 

Le 2 octobre, la famille de Mauranne se recueille dans le village d'Eguilles / © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Le 1er octobre 2017, Mauranne et Laura sont assassinées, gare Saint Charles à Marseille. Un attentat revendiqué par l'organisation État islamique.

A l'occasion du congrès des victimes du terrorisme, nous avons rencontré la mère de Mauranne.
Par Valérie Smadja


En 2018, un an après l attentat, les proches des deux jeunes filles (Mauranne, 20 ans et Laura, 21 ans) demandaient déjà que le tribunal reconnaisse la responsabilité de l'Etat pour faute.
 
Deux ans après l'attentat, les parents de Mauranne et de Laura se battent toujours pour que la responsabilité de l'État soit reconnue. 
 
Dans leur volonté d'attaquer l'Etat, les familles de deux victimes dénoncent de nombreux dysfonctionnements, notamment la veille de l'attentat.
 
L'assassin remis en liberté la veille du drame
 
Le 30 septembre 2017, Ahmed Hanachi, l'homme de 29 ans qui a assassiné à l'arme blanche Mauranne et Laura, avait été arrêté et placé en garde à vue, pour vol à l'étalage dans un centre commercial de Lyon.
Suite à un imbroglio administratif il avait été libéré quelques heures plus tard.
Le 1er octobre 2017, les deux étudiantes, étaient assassinées par ce ressortissant tunisien en situation irrégulière devant la gare Saint-Charles, à Marseille.
La veille donc, l' homme, interpellé pour vol à Lyon, avait été libéré du fait de l'absence d'une personne ayant autorité pour signer la procédure d’expulsion et de placement dans un centre de rétention.
Deux ans après ces faits, les parents des deux jeunes victimes, continuent de se battre pour que la responsabilité de l'État dans ce dramatique imbroglio juridique soit reconnue.

Nous avons rencontré la mère de Mauranne
ce qui l 'aide aujourd'hui : imaginer que ça ne se reproduira plus.
Que d'autres parents ou d'autres victimes ne se retrouvent jamais dans cette situation. 

L’inondation de Venise n’est pas due à la montée des eaux résultant du changement climatique

 

 Résultat de recherche d'images pour "venise inondation"

La Cité des Doges vient d’être submergée par une acqua alta exceptionnelle pendant laquelle le niveau de l’eau est monté à 1,87 mètre, son deuxième record historique après celui du 4 novembre 1966 (1,94 m).
 
Le terme acqua alta dans la lagune de Venise désigne un phénomène de pic de marée particulièrement prononcé qui provoque la submersion d’une partie plus ou moins grande de la zone urbaine insulaire, survenant surtout à l’automne ou au printemps.
 
Connu de tout temps (le premier témoignage certain du phénomène remonte à l’année 782) cet événement naturel, est renforcé depuis l’ère industrielle par les activités humaines.
Mais on aura de la peine à trouver dans ces marées hors normes l’effet du réchauffement climatique ou de l’élévation du niveau de la mer censé en être la conséquence.
 
« Acqua alta » à Venise, un événement naturel

Crise de la santé : les hôpitaux sous palliatifs ?

 
 




Crise de la santé : les hôpitaux sous palliatifs ?

Après des mois de mobilisations des urgences et des personnels hospitaliers, le gouvernement veut éteindre la colère pour éviter la coagulation du 5 décembre prochain.
 
FDJ : le pari risqué de la privatisation
 
Depuis le 7 novembre dernier la FDJ est coté en bourse.
Alors que l’addiction aux jeux d’argent est de plus en plus forte et que les retombées économiques pour l’Etat restent obscures, on peut s’interroger sur les conséquences sociales et sanitaires de cette privatisation.
 
Agriculteurs : la menace du système assurantiel
 
Les assurances privées remplacent peu à peu l’Etat pour dédommager les exploitants agricoles face aux aléas climatiques.
Un changement de modèle qui n’a rien d’anodin et qui pourrait plonger le pays dans une véritable régression qualitative de son agriculture.
 
L’actualité en bref

Bas les masques



masque


Le sulfureux Marwan Muhammad, le grand spécialiste de la Taqîya, s’est vu refuser la dédicace de son livre à Magnanville, sur les lieux où 2 fonctionnaires de police avaient été tués par des islamistes.

Ce grand démocrate qui voudrait bien faire passer les lois de la charia avant celles de la Nation.

Cela, tout en pratiquant le terrorisme de la pensée, en transformant l’islamophobie, qui est la crainte de l’Islam, en racisme et haine.
Un Islam, pourtant très critiquable.
« Vos morts, j’en ai rien à faire » rétorquait à Caroline Crista Bernard, (témoin de la tuerie du Bataclan), une femme voilée, suite à une courte explication entre les deux femmes.
Mots, qui témoignent bien de l’amour que portent une bonne partie de ces populations afro-arabo-musulmanes, venues récemment ou après 1962.
Des furies ou des soldates de l’Islam, qui ont gardé contre la France, une rancune mortelle, alors que les français ont oublié ces temps de guerre, au point de n’avoir à l’heure actuelle, aucune conscience du danger de disparition qui pèse sur eux.
Tout en étant, de plus en plus divisés, au lieu d’être unis devant l’adversité.
Pour ces radicaux, les morts du Bataclan n’étaient après tout, que des mécréants, venus dans cette salle de spectacle, pour écouter de la musique « haram » de perversion des moeurs.
Comme le déplore madame Caroline Bernard, il faut du courage pour s’ exprimer devant les questions posées et dire ce que l’on a sur le coeur.
Les rescapés du massacre n’ont pas pu nommer les choses, car il valait mieux quelquefois se taire, que passer pour un anti-musulman, un raciste ou quelqu’un ayant de la haine.
Nommer la religion des tueurs, c’était se voir exclure poliment par le ou les psychologues, dont une était d’ailleurs musulmane.

Deux syndicats de police annoncent un « black-out » pour le 5 décembre


5 décembre
 
Crédit : Lengadoc Info
 
19 novembre 2019
19/11/2019 – 15h45 Paris (Lengadoc Info) – 
 
Alors que le 5 décembre est annoncé comme une journée de grève générale par les syndicats et les Gilets Jaunes pour protester contre la réforme des retraites, deux syndicats de policiers ont annoncé également une série d’actions ce jour-là.
 
« Dernière sommation avant black-out ! »
 
Ils l’avaient annoncé, la « marche de la colère » du 2 octobre dernier n’était qu’un « premier avertissement ».
Malgré quelques annonces du gouvernement, les policiers restent très remontés contre la situation à laquelle ils doivent faire face : explosion des suicides, heures supplémentaires non payées ou sous-payées, « haine anti-flic », etc.
Alors deux syndicats, Alliance Police Nationale et UNSA Police ont annoncé une nouvelle mobilisation pour le 5 décembre.
Mais cette fois-ci il ne s’agit pas de manifester mais plutôt de faire une grève du zèle comme la fermeture symbolique des Commissariats ( sauf urgence absolue ), l’intervention uniquement sur appels d’urgence, ou à l’inverse, le renforcement des contrôles aux aéroports et aux péages autoroutiers afin de ralentir le trafic.

Un appel à la mobilisation qui risque de poser quelques soucis à l’État alors que le 5 décembre s’annonce particulièrement mouvementé avec un appel à la grève dans la RATP et la SNCF.
Un appel qui a, depuis, été soutenu par une large intersyndicale.
Une grève qui devrait donc toucher beaucoup de secteurs (éducation nationale, la Poste, les universités…) sur tout le territoire.
D’autant que l’Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes qui s’est réunie le 3 novembre dernier à Montpellier, a annoncé se joindre au mouvement.
 
Photos : Lengadoc Info
Lengadoc-info.com, 2019, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Le groupe Danone se prépare-t-il à la fin de la fertilité des terres ?

Les réflexions du patron de Danone doivent faire débat.

Il y a d’abord cette idée, que la viande c’est mauvais pour la santé ce qui est une ânerie, car la viande c’est indispensable à une bonne santé et nous en avons besoin.

A l’époque féodale les « saigneurs » tuaient sans hésiter les braconniers, nous sommes en train d’y revenir, et la réalité c’est que l’on explique aux gueux, que pour eux la viande ce sera terminé, mais pas pour les riches…
Ensuite, réduire la place de la vraie viande, est évidemment un moyen de rendre la viande d’usine que l’on est désormais capable de produire sans vache attractive.
Danone et les autres, pour le bien de la planète n’est-ce pas, finiront par nous fabriquer de la viande en éprouvette en cultivant des « cellules » de viande…
Bref, charmant. Surtout la marge qu’ils se feront, car tout est question de « pognon », l’environnement et la santé n’étant qu’un prétexte.
Plus grave en revanche, car le patron de Danone, « déplore qu’il y ait des chances que déjà dans une seule génération la terre ne soit plus fertile et nous ne puissions plus en user ».
Et oui, à force de pourrir nos terres par des intrants et à force de cultures intensives nous avons brûlé nos terres.
Rien ne dit que nous n’approchions pas d’une période de baisse importante et généralisée des rendements agricoles.
Dès lors, les prix s’envoleront avant… que la famine mondiale n’éclate.
Nous découvrirons alors que les faux billets ne se mangent pas.

Charles SANNAT

Le patron de Danone explique quelles habitudes alimentaires aura l’humanité dans le futur

Nick Conrad « baise la France » et le pouvoir, lui, montre son impuissance !

 
 

 
On l’a appris lundi, la procédure contre le rappeur Nick Conrad a été classée sans suite le 23 septembre.

Selon le parquet, cité par LCI, les faits n’étaient pas « clairement établis » et les preuves étaient « insuffisantes pour que l’infraction soit constituée ».

Quand le quidam moyen, le plouc, comme moi, qui ne connaît rien au droit et à ses subtilités, lit les paroles, il les trouve pourtant relativement claires : « Je baise la France/Jusqu’à l’agonie/Je brûle la France […] Cet hexagone, j’l’encule sa grand-mère []… Grosse p… me donne encore tort […] Doux pays de mon enfance […] J’vais poser une bombe sous son panthéon […] criminel, est mon génie/Ma plume détruit la France qui crie. »
Et ceci n’est qu’un florilège passablement édulcoré, pour ne pas heurter les chastes oreilles des grands-mères.
Rajoutons qu’avec, en sus, un « artiste » déjà condamné le 19 mars dernier – oh ! de façon bien magnanime : 5.000 euros d’amende avec sursis – pour avoir appelé à pendre les Blancs, il est difficile d’arguer du moment d’égarement.
Ironie de l’actualité, cette nouvelle tombe quelques jours après les cérémonies du 11 Novembre…
Il faudra donc que l’on nous explique avec beaucoup de pédagogie à quoi sert d’organiser des commémorations solennelles, des minutes de silence, des « Marseillaise » vibrantes, des dépôts de gerbes de fleurs, des sonneries aux morts au clairon et des hommages, devant le drapeau, pleins de componction, si on laisse ainsi humilier cette mère patrie que ces soldats ont aimée jusqu’au sacrifice de leur vie ?

Rapport explosif du COR : il faudrait réformer les retraites avant même 2025 !

 
 


La grève du 5 décembre contre la réforme des retraites pourrait être encore plus suivie qu’on ne s’y attend.

Le Conseil d’orientation des retraites (COR) vient, en effet, dans un rapport commandé par le Premier ministre, de confirmer que le déficit du système actuel devrait s’établir entre 7,9 milliards et 17,2 milliards d’euros en 2025, en fonction des différents scénarios de croissance.

Comme le Président et Édouard Philippe ont répété que le financement des retraites devait être à l’équilibre au moment de l’entrée en vigueur de la réforme, devinez ce qui attend les Français.
Le COR a beau être un organisme indépendant, on en vient à se demander si ce rapport ne tombe pas à pic pour l’exécutif.
Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics, avait déjà, au début du mois de septembre 2019, annoncé 15 milliards d’euros de pertes, à l’échéance 2025. De son côté, Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, qui n’est pas hostile à une retraite par points, affirmait que « le système n’est plus menacé dans son équilibre financier ».
On ne savait plus qui croire.
Voici que le COR enfonce le clou.
Selon cette étude, trois leviers sont mobilisables : le niveau des pensions, celui des cotisations et, surtout, l’âge légal de départ à la retraite.
On ne sait pas encore ce que le Premier ministre en retiendra – il doit recevoir les partenaires sociaux le 25 novembre – mais ce n’est pas lui faire un procès d’intention que de penser qu’il a une idée derrière la tête.
Emmanuel Macron, comme s’il connaissait à l’avance les conclusions du COR, avait d’ailleurs prévenu, lors d’un déplacement à Rodez, début octobre : « Si le COR nous dit “Il manque 8-10 milliards”, on devra dire “Il faut travailler un peu plus longtemps”. »

mardi 19 novembre 2019

Jean Lassalle était présent au milieu des gilets jaunes à Paris le 16 Novembre

 
 

castaner, macron, lallement, un jour prochain, il vous faudra rendre des comptes

 
 
L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et plein air
 
L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, plein air
 
L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, plein air
 
Aucune description de photo disponible.
 
L’image contient peut-être : une personne ou plus
 
(Frantz MULLER proche du blessé)

 Les espoirs étaient minces...
Manu est sorti du bloc opératoire...
Manu, notre ami nordiste, valenciennois au grand cœur, père de famille, travailleur et gilet jaune pacifique ne verra plus jamais de son œil! ( info tombée ce 18.11.2019 à 20h30)
Il était venu ce samedi 16 novembre 2019, manifester pacifiquement pour une vie meilleure... Pour que chacun d'entre nous, pour que chacun d'entre-vous puisse vivre décemment... puisse vivre mieux !
Cela porte a la 25 ème victime eborgnée de cet état autoritaire, dictatorial et inhumain!!!!
Aucuns mots ne pourront soigner les maux de Manu et de ses proches..! A qui nous apportons tous notre soutien...
Nous sommes profondément horrifiés, choqués, abasourdis...
Tu es un Héros au yeux de tous, tel un résistant des temps modernes, tu as été la cible d'un lâche, la cible d'une personne qui était censé te protéger...
Jamais nous ne pourrons oublier ni vous pardonner.... #NiOubliNiPardon
Vous avez fait le choix de collaborer, de protéger et servir ceux qui vous/nous exploitent, ceux qui vous utilisent et vous rackettent au quotidien...
Soigne toi, repose toi, accuse le coup.. ca ne sera pas facile... mais sache que cela ne restera pas vain, nous t'en faisons la promesse...
La vidéo complète
https://youtu.be/ZAiOPpqpZ1c

L'ennemi de l'intérieur

 
 
L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte
 
Qui peut nier qu’il y a des dérives et des dysfonctionnements au sein de la Police nationale ? Des exemples ?

Un taux de suicide intolérable. Des violences policières contre les Gilets jaunes sans précédent.

Le déni de ces exactions.
Pourtant, l’ONU s’en est alarmé sur la scène internationale.
Une police des polices organisée en contravention des engagements européens de la France.
Dans un dossier, elle a « sciemment truqué une procédure » où est cité un candidat aux élections présidentielles.
Dernière péripétie en date ?
Il y aurait « une potentielle destruction de preuves ».
Nous pouvons ajouter l’affaire Benalla et tant d’autres révélant que la hiérarchie policière peut mentir et tricher, y compris en falsifiant les chiffres de la délinquance, et percevoir des primes stupéfiantes.
Le réquisitoire est accablant, le règne de l’impunité doit cesser.
C’est l’un des enjeux de ce livre : dévoiler ce qui se passe à l’intérieur afin que la société engage une réflexion collective sur sa Police nationale pour la réformer en conséquence.
C’est un devoir de démocratie.

Désintox (toxique ?) : un bouclier, un casseur et des questions

 
 
Désintox (toxique ?) : un bouclier, un casseur et des questions
  
19 novembre 2019
Author: Pierrick Tillet
 
J’ai publié un peu vite la photo ci-dessus en assimilant les deux personnages de gauche à des membres des forces de l’ordre en regard de leur bouclier estampillé “gendarmerie”.

Vérification faite, le bouclier aurait été récupéré par terre.

Mais cela n’empêche pas les questions :
1/ Quelqu’un pour nous dire comment des olibrius cagoulés et vêtus en noir peuvent brandir un bouclier de gendarmerie sans que les forces de l’ordre présentes en nombre ce jour-là ne leur foncent dessus pour récupérer l’objet ?
2/ Quelqu’un pour nous dire comment aucun gilet jaune enfoui au fond d’un sac n’est passé aux contrôles, quand le type de droite peut se balader avec un pied-de-biche ou “l’arme par destination” d’un mètre de long qui en tient lieu?
 
 3/ DERNIÈRE MINUTE : que fait ce même individu en train de décharger des palettes sur un camion de la mairie de Paris (volé lui aussi, sans doute) ?
Un blackbloc que tout le monde voit partout… mais pas la police !
 Et puis, rappel, il y a ça aussi :
 

«Plusieurs fois, alors que des policiers avaient repéré des casseurs et demandaient à les interpeller, en salle de commandement, la hiérarchie leur ordonnait de ne pas le faire»

 
 
 
«Gilets jaunes»: des policiers témoignent

Alors que le bilan des violences policières est dramatique, des policiers ont accepté de revenir pour Mediapart, sous couvert d’anonymat, sur les opérations auxquelles ils ont participé.
 
L’un parle de « guérilla » et soutient qu’« on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs », un autre estime avoir été « instrumentalisé », un troisième adhère au mouvement tandis qu’un dernier s’inquiète de sa suite.

 

Carlos Ghosn : quand TVLibertés avait raison avant les autres – Journal du mardi 19 novembre 2019



19/11/2019

Carlos Ghosn : quand TVLibertés avait raison avant les autres

Depuis un an, TVLibertés expliquait que l’ancien dirigeant de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, avait fait les frais d’un complot pour l’évincer de ses responsabilités.
Une théorie confirmée désormais par la plupart des commentateurs et… la suite des événements.

Pont effondré : accident ou négligence des pouvoirs publics?
Après l’effondrement d’un pont routier, lundi, à Mirepoix-sur-Tarn près de Toulouse, l’état des infrastructures françaises inquiète.
Près de 25 000 ponts seraient en mauvais structurel et les investissements pour y remédier sont aux abonnés absents.

La SNCF au bord du déraillement ?
Lundi, la Cour des Comptes a dévoilé un rapport salé sur la mauvaise gestion de la SNCF.
Masse salariale exorbitante et productivité en baisse, les conclusions sont sans appel et pourraient bien crisper un peu plus un secteur déjà chauffé à blanc.

L’actualité en bref

Didier Lallement : mépris des gens, mépris des lois.

 
 
 
 
L’aveu du préfet de police de Paris Didier Lallement filmé le 16 novembre a un énorme mérite, révéler la vérité d’un moment politique dans tous ses aspects.

Répondant à une dame pacifique lui disant être gilet jaune, il ne va pas hésiter, lui le haut fonctionnaire qui devrait observer une neutralité républicaine, à proférer cette phrase de guerre civile : « nous ne sommes pas dans le même camp Madame ».

 Le tout en déployant une démarche chaloupée dont il doit penser qu’elle pose son homme, alors qu’elle est encore plus ridicule que celle d’Aldo Maccione qui lui avait le mérite de vouloir nous faire rire.
Didier Lallement n’est pas là pour nous faire rire, il est là pour réprimer, pour intimider, et empêcher l’usage de la liberté constitutionnelle de manifestation.
À ceux qu’Emmanuel Macron lui a désigné comme ennemis : « la foule haineuse ».
Une petite visite sur YouTube permet de trouver un florilège de ses différentes interventions où alternent, déclarations martiales, coups de menton et rodomontades.
Le préfet de police de Paris dont le prédécesseur débarqué avait été jugé trop respectueux des libertés publiques, y fait preuve d’une certaine franchise : il est là pour cogner.
Rejoignant ainsi la cohorte d’aventuriers politiques ou d’aventuriers tout court qui entourent Macron et qui proviennent quasi-systématiquement du PS.
Castaner, Ferrand, Belloubet, Le Drian, Griveaux, Benalla, Taché, Kholer, Emelien, Strzoda, Ndiaye, Guillaume, etc… etc… sont maintenant flanqués d’un garde-chiourme sans état d’âme.

Concernant les manifestations parisiennes du 16 novembre, commémorative du premier anniversaire du déclenchement du mouvement social des gilets jaunes, il faut écouter la conférence de presse du préfet de police de Paris donnée le samedi après-midi pendant le déroulement des événements de la place d’Italie.
On a d’abord un petit aperçu de la façon dont il conçoit le rôle de préfet de la république chargée du maintien de l’ordre.
À 5’20’’ où on l’entend répondre de façon provocatrice à un slogan classique des gilets jaunes : « On est là, on est là ! Même si Macron ne le veut pas, nous on est là ! ».
 « Nous aussi nous sommes là, et nous serons toujours là » lance-t-il, confirmant ainsi sa conviction du nécessaire affrontement avec une partie du peuple français.

Grand reportage d’ERTV en Syrie

 
 
 
    par 19 novembre 2019
 
Une équipe d’ERTV s’est rendue en Syrie pour réaliser un grand reportage comme vous n’en verrez pas sur une chaîne de télévision institutionnelle française.
 
En voici un extrait :


 
Pour accéder à l’intégralité du reportage, cliquez ici

Les retraités fantômes étrangers coûteraient 1 milliard d’euros aux caisses françaises

 
 
Résultat de recherche d'images pour "gabegie"
 
Le 19/11/2019
 
Les faux retraités étrangers coûteraient 1 milliard d’euros aux caisses françaises.
 
C’est le chiffre avancé par le magazine économique Capital, dans son dernier numéro.
 
Sur 6,5 milliards de retraites versées à l’étranger en 2015, notamment à d’anciens travailleurs immigrés retournés au pays, il y aurait 15 % de fraude. 
Ce milliard d’euros représenterait 83 euros par mois en plus pour un millions de petites retraites.
En cause, des retraités qui s’obstinent à ne pas mourir…une immortalité suspecte : les familles enverraient aux caisses françaises des faux certificats de vie tamponnés par l’administration locale corrompue et continueraient à toucher une rente après la mort de l’ayant-droit.
L’Algérie serait la première concernée.
Au Sénégal et au Mali, ce serait plutôt par le biais des pensions de reversion que l’arnaque fonctionnerait.
Car à l’heure de Mee-Too, la France reconnait la polygamie des retraités africains.
Et dans ce mic-mac, de vraies-fausses pensions de reversion peuvent être versées, sur un temps très long à de très jeunes veuves.

Julien, journaliste indépendant blessé au visage place d'Italie, témoigne

 
 


 
Journaliste vidéaste indépendant, Julien a été touché au visage par un projectile alors qu'il couvrait la mobilisation place d'Italie à Paris, lors de l'acte 53 des Gilets jaunes.
 
Le jeune homme est revenu sur ces instants au micro de RT France.
                                   
Julien est journaliste vidéaste indépendant pour Le Média pour vous.
Il couvrait la mobilisation des Gilets jaunes et les affrontements entre les forces de sécurité et des manifestants violents vêtus de noir, le 16 novembre sur la place d'Italie à Paris (XIIIe), lorsqu'il a été atteint en plein visage parce qu'il pense être une grenade de type GLI-F4 ou GM2L (la première contient de la TNT et l'autre non).


Les images du journaliste qui s'écroule en arrière, mais reste conscient, sont rapidement devenues virales sur les réseaux sociaux. RT France lui a donné la parole, pour qu'il relate les faits tels qu'il les a vécus.

« De Ben Ali à Macron.» L’édito de Charles SANNAT

« De Ben Ali à Macron.» L’édito de Charles SANNAT
 
par | 19 Nov 2019 |
 
Mes chères impertinentes, chers impertinents,
 
Vous vous souvenez sans doute du printemps arabe, des événements qui ont secoué la Tunisie et précipité la chute de Ben Ali.
 
Tout commence avec l’immolation d’un jeune homme du nom de Bouazizi au fin fond de la Tunisie.
La semaine dernière en France un jeune étudiant s’est immolé lui-aussi.
 
De Ben Ali à Macron.
 
Nous étions en 2011 et à l’époque j’avais écrit un édito intitulé « Karl Marx… la révolution tunisienne et la prochaine révolution française ».
8 ans après nous y sommes.
En fait cela aura mis 7 ans puisque le mouvement des Gilets Jaunes, qui était à bout de souffle à force de s’essouffler,  selon les mamamouchis qui s’époumonent à faire croire que le mouvement a disparu, a démarré il y a un an. 
Vous pourrez relire ces textes de 2001 et 2014 ici.
Je poursuis cette réflexion aujourd’hui en 2019, nous pourrons donc ressortir ces textes d’ici 3 ans… pour les mettre à nouveau en perspective. 
En réalité, dès 2011, ce qui allait se produire aujourd’hui, qui n’est pas fini et ne peut au rythme actuel que se finir par un terrible bain de sang, était prévisible.
Pour cela, il faut relire Marx. Karl Marx.
Certes la mise en application de ses théories ne fut pas un franc succès avouons-le, mais ce garçon n’a pas dit que des sottises.
Notamment son explication entre l’infrastructure et la superstructure permet d’avoir un cadre intellectuel pour comprendre ce qu’il se passe dans le monde depuis 10 ans.
Partout, où que vous regardiez, les peuples sont actuellement en train de se révolter.
Cela a commencé dans les pays arabes, mais l’Amérique latine est très touchée, de même que l’Asie. Regardez ce qu’il se passe à Hong-Kong, à Paris, au Chili, en Equateur, ou encore en Bolivie.
Partout la situation est chaotique.
Que se passe-t-il donc ?