lundi 5 décembre 2016

Luxe, calme et volupté dans les palais dorés du millionnaire cubain Fidel Castro

Le 05/12/2016


Fidel


Fidel Castro, héros de la révolution marxiste latino-américaine, est mort depuis maintenant une semaine et sa dépouille croule sous les éloges funèbres dispensés par une pseudo-élite intellectuelle superficielle qui s’extasie devant les faux concepts humanistes du communisme international.

 Toujours les mêmes bobos conformistes de la pensée unique qui dispensent des bobards à longueur de temps et trompent énormément.
Fidel Castro ne fut pas seulement un sanguinaire révolutionnaire, un dictateur féroce, un boucher pour les pauvres Cubains, un ennemi politique sans état d’âme, qui transforma, « l’île en une énorme prison entourée d’eau » selon les mots de sa propre sœur Juanita qui n’ira pas à son enterrement.
Au nom d’une révolution des pauvres sensée libérer les prolétariens et apporter le bonheur à Cuba il en fit son domaine personnel pour son plus grand avantage et se maintenir au pouvoir.
De révolutionnaire marxiste il devint millionnaire capitaliste tout en cultivant, pour le public et les médias complaisants, l’image idyllique du chef incorruptible et détaché des biens matériels : le pur des purs révolutionnaires qui en privé nage dans l’or pendant que son peuple meurt de faim.

Libération

Les extrémistes de gauche rendent hommage à un assassin communiste en treillis militaire, les mêmes qui haïssent tout ce qui porte un uniforme lorsqu'ils sont en Europe...

Selon le magasine Forbes, Fidel Castro faisait partie des hommes « les plus riches parmi les rois, les reines et les dictateurs. »
 La fortune de Castro est estimée à 900 millions de dollars dus en partie aux revenus d’une mine d’or et de nombreuses entreprises d’États sous son contrôle.
Certains observateurs occidentaux et cubains expatriés parlent aussi d’une banque en Angleterre et de 270 entreprises de par le monde sous son emprise.

« Quand Hollande résume la France à ses fonctionnaires… » L’édito de Charles SANNAT

Le 05/12/2016

 
delacroix 

Charles Sannat
5 décembre 2016 


Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,
 
Bon, enfin une bonne nouvelle : Hollande ne se représente pas. C’était une évidence que seul ce couillon de première ne voulait pas voir.
 
Il lui aura fallu beaucoup de temps pour faire le deuil de sa carrière et de ce poste à la soupe si bonne mais au costume bien trop grand pour lui et qui restera comme l’un des plus mauvais présidents non pas de la Ve république, mais bien de l’Histoire de France.
Hollande c’est avant tout l’histoire d’un président qui n’aura jamais rien compris et que personne n’aura eu le courage de lui expliquer.
Tout est erroné.
Toutes ses analyses sont fausses.
Toutes ses actions qui en découlent sont complètement à côté des objectifs et de la réalité.
L’échec de ces 5 dernières années n’est en aucun cas un hasard mais l’aboutissement d’une vision en total décalage avec une réalité fantasmée et qui n’existe pas.
Qui n’existera jamais.
Hollande s’est donc fracassé sur la réalité.
C’était prévisible et c’était une évidence.
 Pourtant, la semaine dernière encore, il a lâché son dernier baroud d’honneur en lançant son ultime ballon d’essai sur le « patrimoine universel »… concept qui a fait un flop monumental.
Mais il continue, et sa dernière sortie à Abu Dhabi, bien loin de chez nous, en est encore une illustration flagrante.

« Quand il n’y a plus de fonctionnaires, il n’y a plus d’État et quand il n’y a plus d’État, il n’y a plus de France »
 
François Hollande, qui est déjà en campagne non pas pour lui mais contre Fillon, a donc décidé de s’en prendre au candidat de droite sur son « talon d’Achille » politique identifié, à savoir la réduction du nombre de fonctionnaires proposée et il le fera vraisemblablement sur « l’assurance maladie ».

Les podo-suceurs porte-poisse

 


Le 05/12/2016


 
Décidément, à gauche, on ne peut plus compter sur personne ! Sauf sur Pierre Bergé quand il s’agit de tweeter une de ses trémulations épileptoïdes

François Hollande ne se représente pas, et voici des millions de sans-dents orphelins.
 Mais pas qu’eux.
Rive gauche aussi, un fleuve de larmes coule depuis La Closerie des Lilas jusqu’à la rue de Solférino, tandis que montent des hôtels particuliers du VIe arrondissement des hululements de douleur.
Ce sont ceux des récents contempteurs du Hollande bashing,
« ce dénigrement permanent [qui] met à mal toutes les institutions de la République et la fonction présidentielle. Il perdure encore aujourd’hui malgré la stature d’homme d’État que François Hollande a parfaitement incarnée […] »
​‌
Un « acharnement indigne qui entraîne le débat politique dans une dérive dangereuse pour la démocratie ».
Bigre, rien que ça !
Mais moins de deux semaines plus tard, le grand homme tirait le tapis sous les pieds de ces podo-suceurs porte-poisse…
Ça rappelle une Valérie Pécresse tendant ses petits bras vers un Juppé déjà mort.

Bon débarras !

 


Le 05/12/2016


Décidément, cette année, nous sommes gâtés ! C’est Noël avant l’heure : Sarkozy au rancart, Juppé au paddock. Et Hollande en voie d’extinction.

On lit çà et là qu’en annonçant lui-même aux Français son retrait de la course, il aurait « sauvé l’honneur ».
Pourtant, son discours est un tissu d’affirmations mensongères présentées avec un aplomb sidérant. Sur tous les terrains, y compris économique, sa présidence n’aurait connu qu’une suite d’éclatants succès. Il ne se reconnaît qu’une seule petite erreur : celle d’avoir proposé la déchéance de nationalité pour les terroristes !
Cela n’a pas empêché le repris de justice qui fait actuellement fonction de secrétaire du PS, le dénommé Cambadélis, de tweeter:
« Le président de la République avec élégance, hauteur de vue, sens de la France et non sans émotion, a décidé de protéger son bon bilan. »
 
Oui, vous avez bien lu : « bon bilan » !
 Alors, Cambadélis, vil flagorneur ou roi des bouffons ?
Qu’est-ce que l’Histoire pourra bien retenir de positif du passage de Hollande au pouvoir ? Quelqu’un a dit un jour que ce qu’il y avait de plus incontestable dans le bilan de Mitterrand, ce n’était pas d’avoir amélioré la situation économique et politique de notre pays, puisqu’il a fait tout le contraire, mais d’avoir réussi à liquider le PCF.

« La France ne doit pas devenir terre d’islam » Entretien avec Philippe de Villiers après la parution de

Le 02/12/2016

Philippe Villiers cloches sonneront elles encore demain Islam Smits Joubert
 
5 décembre 2016 0 h 54 min

Un an après « Le moment est venu de dire ce que j’ai vu » et l’entretien exceptionnel qu’il avait accordé à Réinformation.Tv, Philippe de Villiers nous reçoit à nouveau au Puy du Fou à l’occasion de la sortie de son dernier livre « Les cloches sonneront-elles encore demain », paru chez Albin Michel.

Durant 80 minutes, et dans ce nouveau document exceptionnel, l’ancien secrétaire d’Etat répond aux questions de Jeanne Smits et d’Armel Joubert des Ouches.
Jamais Philippe de Villiers n’était allé aussi loin dans son analyse de la situation qu’il décrit dans son ouvrage et des révélations qu’il présente au grand jour.
Dans cet entretien, le créateur du Puy du Fou pose des questions gênantes comme celle-ci : « A propos de la crise des migrants, pourquoi ni le Qatar, ni l’Arabie Saoudite ne prennent des réfugiés ? »
 
Une islamisation programmée et « des élites sont sous hypnose »

Pour Philippe de Villiers, « Il y a une espèce de fascination réciproque entre l’envahi et l’envahisseur. Cela me fait penser au lapin dans les phares. Le lapin, il regarde la lumière, il est incapable de tenter un mouvement d’esquive. Il se laisse happer. Voilà la situation de nos élites : elles sont xénophiles, islamophiles et s’exercent à une sorte de jubilation morbide à l’exotisme de leur propre disparition.
« Youssouf Al-Qaradawi est le grand penseur des musulmans européens, il nous prévient : avec vos lois démocratiques nous vous coloniserons, avec nos lois coraniques, nous vous soumettrons ».

 
 
“Les cloches sonneront-elles encore demain ?” dénonce le rapport Eurislam

« Quand j’en parle, les gens ne me croient pas ! L’argent des Européens sert à financer un grand programme d’islamisation de l’Europe et de la France. Un programme de la Commission de Bruxelles, soutenu par les Etats, par les gouvernements. Les gouvernements Sarkozy-Fillon, Hollande Valls soutiennent ce projet ! »

Matteo Renzi démissionne après l'écrasante victoire du «non» au référendum

Campagne pour le "non" au référendum 

Source: AFP
 
Campagne pour le "non" au référendum
4 déc. 2016, 23:04
 
Avec 60% des suffrages et une participation avoisinant les 70%, le «non» l'a très largement emporté en Italie dimanche 4 décembre. Matteo Renzi, le chef du gouvernement, a annoncé sa démission suite à ce désaveu cuisant.
                                   
Les Italiens ont rejeté massivement dimanche la réforme constitutionnelle portée par le chef du gouvernement Matteo Renzi, qui a annoncé sa démission.
Il a par ailleurs salué «les partisans du non pour leur victoire nette» tout en remerciant «l'Italie qui s'est mobilisée et croit à la politique».
Selon les premiers résultats partiels relayés par les médias italiens après le début du dépouillement : le «non» réaliserait un score situé autour de 60% contre 40% pour le «oui».
 Avec une participation très forte, aux alentours de 70%, c'est un très fort désaveux pour le Premier ministre Matteo Renzi.




Les partis d'opposition n'ont pas attendu les résultats officiels pour exiger la démission de Matteo Renzi.
«Renzi va s'en aller et avec lui le puissant lobby que nous venons de défaire», a déclaré Renato Brunetta, le leader du groupe parlementaire de Forza Italia, parti de l'ancien Premier ministre Silvio Berlusconi.
 C'est également l'analyse de la Ligue du nord, qui a réclamé une «démission immédiate» ainsi que des élections législatives anticipées.
Matteo Renzi avait engagé sa responsabilité sur l'issue de ce scrutin, qui portait sur une réforme constitutionnelle visant à limiter le rôle du Sénat et des régions : il a annoncé sa démission lors d'une allocution aux alentours de minuit.

Allemagne: Tuée à 19 ans par un réfugié. A son enterrement, collecte pour les MIGRANTS

Le 05/12/2016
 
 
maria-ladenburger-739620


Nous en parlions déjà ici.
**********
 
Maria s’est fait violer puis tuer par un « réfugié » Afghan à Fribourg.
 
Pour l’enterrement, les parents ont demandé aux personnes de donner à une association qui aide les migrants.

Son visage est désormais iconique :

 
 
Cyw6IhpWgAALBYG
 
Mais cette tragédie recèle quelques faits assez stupéfiants.
Déjà, son père est un nanti de la Commission Européenne : il ne gère pas directement l’invasion migratoire mais est clairement ancré dans le système qui la soutient.
Du coup, sa fille a incarné la bien-pensance souriante qui ouvre ses bras à des hordes d’étrangers qui fuient le chaos qu’ils ont eux-mêmes mis dans leur pays.

Maria aurait en effet participé à des initiatives pro-migrants :

 
Screen-Shot-2016-12-04-at-19.19.07

Rien de condamnable mais les cyniques relèveront l’ironie… Sauf que ça ne s’arrête pas là.

dimanche 4 décembre 2016

1873 ONG africaines portent plainte contre Nicolas Sarkozy pour «déstabilisation de l'Afrique»


Source: Reuters
4 déc. 2016, 15:27
 
L'ancien dirigeant français est dans le viseur d'un collectif d'ONG qui lui reprochent d'avoir engagé la France dans des opérations de déstabilisation de plusieurs pays africains, parmi lesquels le Gabon, la Guinée équatoriale et surtout la Libye.
                                   
Une coalition africaine, qui regroupe 1873 organisation non-gouvernementales du continent, a l'intention de poursuivre l'ancien chef de l'Etat français, Nicolas Sarkozy, pour «déstabilisation de la Libye, pillage, complicité de déstabilisation, tentative de déstabilisation du Gabon et de la Guinée équatoriale».
 
«L'Afrique a changé, l'Afrique ne se laissera plus dicter des lois de l'Occident.
Nous mettrons fin aux pillages de notre continent par les Occidentaux et nous mettrons fin aux pillages des dirigeants africains irresponsables», a déclaré le représentant de cette coalition pour expliquer sa démarche.

Présidentielle autrichienne: l'extrême droite battue selon les projections

Le 04/12/2016
 

                  
© AFP | Des panneaux électoraux où figurent le candidat écologiste (G) et celui de l'extrême-droite, le 3 décembre à Vienne
              
04 décembre 2016 - 17H25
 
VIENNE (AFP) -  Le candidat du parti d'extrême droite (FPÖ) Nobert Hofer est nettement devancé par son adversaire écologiste libéral Alexander Van der Bellen au second tour de la présidentielle autrichienne dimanche, selon les projections de la télévision publique autrichienne
 
M. Van der Bellen, 72 ans est crédité de 53,6% des voix contre 46,4% à son adversaire de 45 ans, selon ces projections intégrant les votes par correspondance que ne seront décomptés que lundi.

source

Ségolène Royal fait l'éloge de Fidel Castro et déclenche une vive pomémique

Le 04/12/2016
 



Source: Reuters
 
4 déc. 2016, 14:33 - Avec AFP
La ministre de l'Ecologie a été chargée de représenter la France à l'hommage national rendu par Cuba à Fidel Castro, décédé le 27 novembre. Les propos élogieux qu'elle a tenus à l'égard du régime castriste ont fait grincer des dents en France.
                                   
«Grâce à Fidel Castro, les Cubains ont récupéré leur territoire, leur vie, leur destin : ils se sont inspirés de la Révolution française sans pour autant connaître la Terreur qu'il y a eu pendant la Révolution française».
Ces paroles, prononcées par Ségolène Royal devant des journalistes en marge de son voyage à Cuba où elle assistait à l'hommage national rendu à Fidel Castro le 3 décembre, ne sont pas du goût de tout le monde.
 
Accusée de minimiser les violations des droits de l'homme supposément commises par le régime de Fidel Castro, la ministre, qui était l'un des deux seuls représentants d'un Etat européen à être présent sur place, avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras, a dénoncé une «désinformation», rappelant qu'il y a «toujours du positif et du négatif dans une histoire». 
«Certains ne vont pas se rhabiller à bon compte au nom des droits de l'homme alors qu'on sait qu'ici, quand on demande des listes de prisonniers politiques, on n'en a pas : et bien fournissez-moi des listes de prisonniers politiques, à ce moment-là on pourra faire quelque chose», a-t-elle ajouté.
Les réactions aux déclarations de Ségolène Royal n'ont pas tardé à apparaître dans les médias et sur les réseaux sociaux, notamment de la part des responsables politiques de droite.
 
Le député Les Républicains (LR) Thierry Mariani a dénoncé un «éloge» inapproprié.
 
François Bayrou a également fortement critiqué les propos de Ségolène Royal, estimant que «cela déstabilise ce qui devrait être la position de la France».
 Il a établi un parallèle avec ses précédentes déclarations, lors d'un voyage en Chine en 2007, au sujet de la justice chinoise, dont elle avait salué la «rapidité».

Débat: Hollande 2011 contre Hollande 2016

 
 

Norbert Hofer : «Il nous faut un nouveau contrat avec l’UE» (EXCLUSIF)

Le 04/12/2016

  
Norbert Hofer, candidat à l'élection présidentielle en Autriche et chef du Parti de la liberté (FPÖ) avec le correspondant de RT
 
© RT
 
Norbert Hofer, candidat à l'élection présidentielle en Autriche et chef du Parti de la liberté (FPÖ) avec le correspondant de RT
Norbert Hofer, candidat à l'élection présidentielle en Autriche et chef du Parti de la liberté (FPÖ), la personne dont la victoire pourrait être un bouleversement pour l'Europe, confie à RT son état d'esprit deux jours avant le scrutin.
Norbert Hofer a déjà été proche de remporter l'élection présidentielle le 22 mai 2016, dont les résultats ont été annulés en raison d'irrégularités.
La nouvelle élection se tiendra le 4 décembre.
Mais quel avenir Norbert Hofer veut-il pour l'Union européenne et son pays ?
Quelles sont en réalité les affiliations politiques de l'homme souvent qualifié de nationaliste ?
A la veille de l'élection, le chef de FPÖ expose dans une interview exclusive quelques-unes des idées sur la politique intérieure et extérieure de l'Autriche qu'il entend promouvoir s'il devient président.
 

Sortir de l’Europe





Le 04/12/2016
Un référendum sur la sortie de l’Europe n’est pas au programme du candidat Fillon. Faut-il s’en féliciter ou s’en désoler ?
 
Les récentes révélations de WikiLeaks tendent à démontrer une certaine déliquescence au sein de l’Union.
Les mails dévoilés révèlent, non pas une coopération des services allemands avec la CIA – ce qui pourrait être explicable -, mais une véritable collusion.
Est-il possible de persister dans la voie de cette Europe, avec une Allemagne qui domine les autres États par sa puissance économique et dont il est désormais évident que ses plus hautes instances sont noyautées ?
 Madame Merkel a beau annoncer que tout cela s’est fait dans son dos, il suffit d’observer la politique menée par son gouvernement pour douter de la sincérité de ses dénégations.
Quant à la politique conduite par les autres gouvernements socialistes, on ne peut que constater qu’elle consiste en un alignement systématique sur celle de Washington, parfois au détriment des intérêts nationaux et européens.
Un référendum sur la sortie de l’Europe n’est pas au programme du candidat Fillon.
Faut-il s’en féliciter ou s’en désoler ?
 En tant que Premier ministre de Nicolas Sarkozy, François Fillon a été un des artisans du traité de Lisbonne, mais il a toujours été contre la ratification du traité de Maastricht.
Le personnage cultive l’ambiguïté.

Que restera-t-il de la présidence Hollande ?

 


Le 04/12/2016



L’Audacieux autoproclamé se préoccupe, paraît-il, de l’image qu’il laissera dans l’Histoire ? Qu’il se rassure : il n’y a pas d’image, il n’y a rien.

Que restera-t-il de la présidence de Hollande, la plus pénible et la plus impopulaire en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ?
Rien, le néant…
L’Audacieux autoproclamé se préoccupe, paraît-il, de l’image qu’il laissera dans l’Histoire ?
Qu’il se rassure : il n’y a pas d’image, il n’y a rien.

D’ailleurs, pourquoi se soucie-t-il de l’Histoire de France qu’il a abandonnée à des complices qui la détestent ?
Ah oui, c’est son moi (moi je), si démesuré au regard de ses capacités.
Cependant, l’Histoire retiendra cette omniprésence du sociétal dans son quinquennat.
On pourra même parler de quinquennat sociétaliste, la naissance avortée de l’homme nouveau libertaro-libertaire, l’Homo boboïcus, une branche décadente et sans descendance d’Homo sapiens.
Ah, l’illusionnisme sociétal, c’est si commode pour camoufler l’impuissance économique de mondialistes inféodés aux sinistres puissances islamiques et aux multinationales américaines.

samedi 3 décembre 2016

« Trump : La gauche contre la démocratie » (Le Lapin Taquin)

Le 03/12/2016


 
ça m’avait échappé

PAPA, ÇA VEUT DIRE QUOI, « LA DÉFECTION DE FRANÇOIS HOLLANDE » ? (par Alexis Céron)

Le 03/12/2016




Publié le 3 décembre 2016 par Marc Le Stahler

− Papa, que veut dire « la défection de François Hollande » ?

− Cela veut sans doute dire, mon grand, que François Hollande va arrêter de déféquer sur la France.

Malheureusement, il reste quelques mois pendant lesquels il va finir de tout casser avec l’appui d’une “représentation nationale” diabolique pour laquelle l’avortement est un des piliers de la République dont il est devenu obligatoire de faire la promotion (comme en Allemagne, quand il était obligatoire de scander “Heil Hitler !” en faisant le salut nazi chaque fois qu’on rencontrait un officiel ou qu’on entrait dans un lieu public − un peu l’équivalent du “bonjour m’sieurs-dames” des classes populaires de mon enfance).

Il aurait été préférable qu’il démissionnât et allât pleurer sa pauvre vie, mais il n’a ni la conscience cognitive, ni la conscience morale qui eussent exigé une telle attitude de sa part.
Quoi qu’il en soit, les Français − en pensant à sa déclaration de jeudi soir − ne peuvent que lui dire : « merci pour ce moment ».

Tu vois, mon fils !
 On peut accéder aux plus hautes marches du trône et n’être qu’un pauvre type, dont le sillage est parsemé de Taubira, de Belkacem, de Cahuzac, de Cazeneuve et de Ayrault, sans oublier tous les seconds couteaux qu’on oublie forcément, malgré leur toxicité, du fait de leur inconsistance.

De même que la lecture de « Un président ne devrait pas dire ça… » est probablement l’un des meilleurs plaidoyers en faveur de la monarchie que je connaisse tant la “République” y est dévalorisée par le héros de ce récit (national, hélas !), le quinquennat pathétique qui est entré en agonie le 1er décembre souligne l’intérêt d’apprendre l’histoire de France.
Car il ne faudra oublier ni François-le-Fécal, ni François-le-Minable (qui se voulait aussi François-le-clown, lors de la démission du Pape Benoît XVI, en disant − pour faire rire quelques potaches insolents et stupides − que la France ne présentait pas de candidat, sous-entendu à sa succession).

Intégration, Islam, beurs, excuses bidons : en 1990 déjà ça ne marchait pas

Le 03/12/2016

 
 

 

ISLAM. POUR CET IMAM, LE FAIT DE SOUHAITER JOYEUX NOEL EST LE PIRE CRIME A NE PAS COMMETTRE. Le faire est pire que de violer, voler, tuer, piller, ou manquer de respect à ses parents..

Le 03/12/2016


enrichissement

NDLR. Il y a là un exemple du genre de vidéos que l’on trouve en permanence sur les réseaux sociaux.

Ce qui est grave c’est que les commentateurs se contentent de ridiculiser à qui mieux mieux ces idéologues déments et criminels.
Il faut absolument les prendre au sérieux car un très grand nombre de jeunes doivent écouter cela à longueur de journées.
De tels propos doivent être sanctionnés immédiatement et condamnés très sévèrement.
Imaginons des chrétiens tenant ce genre de propos contre l’islam dans des pays musulmans!
 Il faut absolument et très rapidement entrer dans cette façon de voir les choses si l’on ne veut pas laisser de graves actes criminels continuer à se développer contre le christianisme et nos sociétés qui tolèrent ce genre d’incitateurs au crime.
Ce ne sont pas des plaisantins!

 

 

Hollande, anormal jusqu’au bout

 
 
 
 
Le 03/12/2016
 
 
Son départ sans gloire n’est pas un choix, mais l’acceptation d’une nécessité, le constat implacable d’un mandat raté.

Tandis que quelques députés de gauche et d’ailleurs votaient le renforcement du « droit » d’entraver la vie avant la naissance et pénalisaient, au contraire, ce vrai droit fondamental qui est la liberté de penser différemment et de proposer d’autres solutions, le « Président », penaud, avouait qu’il était dans l’incapacité de se représenter.
Incapable de mener une politique cohérente et efficace, d’améliorer la situation économique et sociale du pays, malgré les artifices employés, le pouvoir de gauche que la France a subi s’est réfugié dans les problèmes sociétaux.
Il a commencé par le mariage unisexe.
 Il finit par une sorte de « sanctuarisation » de l’avortement, comme si la destruction systématique des institutions et des valeurs qui pérennisent une nation était le seul progrès dont il fût capable.
Cette idéologie est marquée par un aveuglement devant le réel et par une inversion entêtée des valeurs.
 Les commentaires qui saluent avec respect la décision « courageuse » du Président en sont un bel exemple.
Comment peut-on célébrer la fuite devant le combat ?
Comment la concevoir autrement que comme un pitoyable aveu d’échec ?
 Cet échec est personnel, car cet homme n’était pas à la hauteur de la mission que les Français lui avaient confiée.

Jean-Marc Ayrault n’est pas content : Alep pourrait revenir à Bachar el-Assad…

 
Résultats de recherche d'images pour « alep »


Le 03/15/2016



De Washington à Paris en passant par Londres et Berlin, les diplomates ont tout simplement oublié que, jusqu’à présent, il y a un gouvernement légitime à Damas.

Ayrault, notre formidable ministre des Affaires étrangères – celui qui sauve la renommée internationale de la France, as de la diplomatie française -, n’est pas content.
 Il est même suffisamment furieux pour avoir demandé une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU !
Qu’Alep revienne plus tôt que prévu sous la responsabilité du gouvernement syrien lui reste en travers de la gorge.
Alep libérée ?
Il n’en est pas question.
 Alep doit échapper aux griffes de Bachar el-Assad.
Quel qu’en soit le prix.
 Et ce prix, jusqu’à présent, est monstrueux puisqu’il a coûté la vie à des milliers de civils bombardés par les « rebelles » ou par la coalition russo-syrienne.


De Washington à Paris en passant par Londres et Berlin, les diplomates ont tout simplement oublié que, jusqu’à présent, il y a un gouvernement légitime à Damas, lequel essaye depuis cinq ans et avec beaucoup de difficulté de récupérer la souveraineté de son territoire face à une opposition politique devenue militaire puis terroriste, très fortement aidée par les capitales ci-dessus mentionnées !
La version médiatique officielle est toujours la même : Assad, soutenu par l’aviation russe, bombarde à tout va les quartiers est d’Alep, conquis avec le sang de ses habitants par les « rebelles modérés » et la défunte « Armée syrienne libre » alors que plus d’un million d’Aleppins vivent tranquillement dans les quartiers huppés de l’Ouest.