samedi 7 décembre 2019

Personne frappée au sol par des policiers le 5 décembre : une enquête judiciaire ouverte à Paris

 
 
Personne frappée au sol par des policiers le 5 décembre : une enquête judiciaire ouverte à Paris

© Stéphane de Sakutin Source: AFP
La directrice de l'IGPN, Brigitte Jullien, le 13 juin 2019, à Paris (image d'illustration).
7 déc. 2019  - Avec AFP
 
Une enquête judiciaire a été confiée à l'IGPN après la diffusion d'une vidéo dans laquelle un homme est frappé au sol par deux policiers à Paris.

L'enquête a été ouverte pour «violences par personnes dépositaires de l'autorité publique»
                                   
Une enquête judiciaire a été ouverte après la diffusion d'une vidéo montrant une personne au sol frappée par deux policiers, le 5 décembre, lors de la manifestation parisienne contre la réforme des retraites, a appris l'AFP le 6 décembre auprès du parquet de Paris.
Cette vidéo d'un photo-reporter indépendant, Nnoman Cadoret, a été mise en ligne dans la soirée du 5 décembre après avoir été filmée boulevard de Magenta, non loin de la place de la République.
Elle montre une personne qui reçoit des coups de pied et de matraques de deux membres des forces de l'ordre, alors qu'elle se trouve au sol.
Les policiers partent ensuite sans procéder à son arrestation.


«Le ministre de l'Intérieur fait toute confiance à l'IGPN (Inspection générale de la police nationale), sous l'autorité de la justice, pour faire la lumière sur les conditions de cette intervention» a commenté auprès de l'AFP l'entourage de Christophe Castaner.
L'enquête, ouverte pour «violences par personnes dépositaires de l'autorité publique», a été confiée à l'IGPN, a précisé le parquet.
La manifestation parisienne a rassemblé le 5 décembre dernier 65 000 personnes selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, 250 000 selon la CGT. Elle a été émaillée d'incidents, dont une remorque de chantier retournée et incendiée et plusieurs vitrines brisées.

RT France

Propos anti-immigrés, anti-Europe et anti-fonctionnaires : quand le mari de la préfète du Puy-de-Dôme se lâche sur Twitter

 
 
Propos anti-immigrés, anti-Europe et anti-fonctionnaires : quand le mari de la préfète du Puy-de-Dôme se lâche sur Twitter
    
Publié le 06/12/2019

Christophe Clerc est arrivé à Clermont-Ferrand en décembre 2018, date de la prise de fonctions de son épouse, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. © Francis CAMPAGNONI
 
112 tweets seulement en sept ans : l’époux de la préfète du Puy-de-Dôme n’est pas vraiment un utilisateur compulsif de Twitter.

La lecture des messages postés par Christophe Clerc révèle pourtant quelques surprises détonantes.  

Sur son compte à la portée confidentielle (*), mais totalement public, le mari de la représentante d’un État « neutre et impartial » affiche à plusieurs reprises ses positions anti-immigration. Exemple en mars 2018 :


Un soir de victoire de la sélection algérienne de foot, suivie de scènes de liesse dans les rues de l’Hexagone, le même s’insurge : « Hier Algérie française, aujourd’hui c’est la France algérienne ! »

Le « peloton d'exécution » pour les « traîtres » de la droite
En mars 2018 encore, Christophe Clerc dénonce l’irruption de migrants et de sans-papiers dans la basilique de Saint-Denis.
« Ces personnes », écrit-il, « n’ont strictement rien à faire » dans l’édifice.
Très en phase avec le courant catholique traditionaliste de Sens commun et de La Manif pour tous - il suit d’ailleurs l’un et l’autre sur Twitter -, le quinquagénaire a également relayé cet été un texte d’Éric Zemmour, une autre de ses références revendiquées.
Alors que le polémiste stigmatise « cette droite française si bête », Christophe Clerc surenchérit :


Les syndicalistes ? « Toujours aussi menteurs », tranche-t-il en 2016, alors que son épouse était en poste à Tarbes.
L’Europe ? « Je ne sais plus très bien si l’on doit parler d’Union ou de secte. » (juin 2019)

vendredi 6 décembre 2019

La macronie est bientôt finie

 
 

La liste des mutilés s'allonge


Grève du 5 décembre : et après? – Journal du vendredi 6 décembre 2019

 
 

 

Grève du 5 décembre : et après?
 
Une démonstration de force et un gouvernement qui avance à tâtons…
La mobilisation du 5 décembre a bien pris et le fameux combat de l’opinion est engagé.
Avantage, pour l’instant, aux grévistes.
 
Grève du 5 décembre : une sécurité en question
 
Alors que la manifestation était prévue de longue date, de nombreux débordements ont eu lieu un peu partout en France et tout particulièrement dans la capitale avec notamment les fameux blacks blocs. Entre violence d’extrême gauche et policière, le scénario semble condamner à se répéter sans cesse.
 
La Lune dévoile ses secrets

Située à plusieurs centaines de milliers de kilomètres de la Terre, la Lune joue un rôle essentiel à l’équilibre de notre planète.
Seul endroit extra-terrestre où l’Homme a pu poser un pied, le satellite réserve néanmoins encore bien des mystères.
Petit tour d’horizon dans cette édition.
 
L’actualité en bref

Lyon: un lycéen de 15 ans touché au visage par un tir de LBD et transporté à l'hôpital





Les lycéens ont été repoussés par la police vers 8H15 FTV

Par
Arnaud Jacques
Publié le
 
 
Ce vendredi matin, le lycée Ampère-Saxe était bloqué par une quarantaine de lycéen.
Lors de l'intervention des policiers, un élève de 15 ans a été touché à la joue par un tir de LBD (lanceur de balle de défense) alors qu'il n'était pas visé.
 
Heurts entre lycéens et policiers

Selon les témoignages que nous avons recueillis, une quarantaine de lycéens bloquaient le lycée Ampère-Saxe ce matin vers 07H00.
Au moment de l'intervention des policiers vers 8H15, c'est en tout une soixantaine d'élèves selon les manifestants, une centaine selon la police, dont certains non-bloqueurs, qui ont été évacués.
 
Une intervention policière sans sommation

L'intervention policière de ce matin s'est faite sans sommation, surprenant les lycéens.
D'après la préfecture qui confirme cette information, l'abscence de sommation est justifiée par le fait que les policiers étaient visés par des tirs de projectiles, lancés par un manifestant en particulier.
Les forces de police ont donc chargé, les lycéens se sont alors rabattus sur les trottoirs en face du lycée.
Selon les témoignages des lycéens, des gifles et des coups ont été donnés, des tirs de gaz lacrymogène et un tir de LBD effectués.
 

Erreur de tir

Coucou les pauvres : Le Canard Enchaîné rappelle cette semaine que les sénateurs se sont taillé un régime très avantageux

 
 

PAR Planetes360


Rubrique : duplicité de la petite « gauche ».

Régis de Castelnau
La grande journée du 5 décembre a encore été marquée par d’intolérables violences policières.

La plus spectaculaire apparaissant dans une vidéo où l’on voit de membres des forces de l’ordre s’acharner sur un homme à terre.

Soutenus par le pouvoir, et protégés par la magistrature, des policiers dévoyés, s’en donnent à cœur joie depuis un an.
Sous le regard des caméras et des témoins de la presse étrangère effarés, sans que cela émeuve beaucoup ceux qui sont chargés de notre protection face à ces débordements, c’est-à-dire les magistrats.
Alors bien évidemment on ne se fait aucune illusion sur les ordres donnés par le ministère de l’intérieur et le préfet de police dont Mélenchon dit à juste titre qu’il a des méthodes de psychopathe, mais on va encore et encore rappeler que ces violences excessives sont autant d’infractions pénales et qu’il appartient à la justice de les sanctionner.
La responsabilité des parquets est dans ce domaine écrasante.
Comme d’ailleurs celle des organisations syndicales de magistrats restées quasiment muettes depuis le début.
Alors on nous dit que le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire à la suite du scandale provoqué par la vidéo des deux nervis s’acharnant sur leur victime.

Les racailles assermentées font le job selon le préfet de Paris

 
 
 

 
 
castaner, lallement, on attend vos commentaires avec impatience

Il ne faudra pas venir pleurnicher quand vous recevrez une lettre d'ACAB

Familles de CRS menacées : les policiers, victimes expiatoires de la fermeté du gouvernement ?

 
 
 Familles de CRS menacées : les policiers, victimes expiatoires de la fermeté du gouvernement ?
 
Capture d'écran Twitter des courriers menaçants, @UNITESGPPOLICE
 6 décembre 2019

 
Des courriers menaçants adressés à des familles de CRS ont mis le feu aux poudres dans les syndicats de police, déjà mobilisés au sujet de la réforme des retraites et d'un inquiétant sentiment anti-policiers.
                                   
Les syndicats policiers Alternative et Unité-SGP ont fait part le 5 décembre de leur «effroi» et de leurs inquiétudes après que des policiers des Compagnies républicaines de sécurité (CRS) ont reçu des courriers anonymes menaçant leurs familles de représailles, des faits «d'une extrême gravité» pour le ministre de l'Intérieur.
 
Dans un communiqué, Alternative joint la photo d'un courrier signé ACAB [All Cops Are Bastards, un acronyme signifiant «Tous les flics sont des salauds»] adressé à un CRS, l'auteur menaçant de s'en prendre à sa famille.
Le secrétaire général du syndicat, Denis Jacob, a affirmé à l'AFP que plusieurs policiers, également CRS, avaient reçu le même courrier.
Interrogée par l'AFP, la police nationale a fait état de «trois envois», tous adressés à des CRS, en ajoutant qu'il y avait eu dépôt de plainte et ouverture d'une enquête.
Le syndicat Unité-SGP évoque, selon l'AFP, «quelques dizaines» de courriers adressés aux domiciles de CRS en déplacement et déclare : «Ce qui se passe dans notre pays est très grave.
Nous avons passé un palier supplémentaire d'une République en passe de faillir, parce que ces seuls remparts sont attaqués et menacés dans leurs chairs».
 
 
«Les faits rapportés par Unité-SGP sont d'une extrême gravité», a réagi sur Twitter Christophe Castaner, ajoutant : «Tout doit être fait pour identifier les auteurs de cette infamie.
Je n'accepterai jamais que l'on menace ceux qui nous protègent, jusque dans leurs foyers ! Ces actes doivent être condamnés par tous».

« La grève des moutons… » L’édito de Charles SANNAT

 
« La grève des moutons… » L’édito de Charles SANNAT
 
par | 6 Déc 2019 |
 
Mes chères impertinentes, chers impertinents,
 
Comme promis hier, après le conte pour enfant Cornebidouille, voici la Grève des moutons, ma seconde histoire politique pour enfant de la semaine.
 
« Aujourd’hui, à la ferme, c’est la révolution.
Tout le monde est au courant, les moutons se sont mis en grève
C’est Ernest qui a lancé l’idée. Il monte sur l’abreuvoir et prend la parole :
– Pourquoi ce sont toujours les mêmes qui sont tondus ? Et pourquoi on ne fait pas des pulls en poil de chat, des chaussettes en duvet de canard, des caleçons en crin de cheval ou d’âne ?
Le troupeau tout entier hoche du museau. Encouragé, Ernest reprend de plus belle :
– Et qui a froid quand octobre arrive, et que le pré se couvre de gel au petit matin ?
Les agneaux se regardent. Le moins timide lance :
– Euh… nous ?
– Qui du coup se met à tousser et à renifler ?
– Nous !
– Et qui doit avaler des médicaments dégoûtants et supporter les piqûres du vétérinaire pour guérir ?
– Nous !
Alors vous l’aurez compris, rien ne va plus à la Ferme du Bout du Pré. Lassés d’être tondus, une fois l’hiver venu, les moutons passent à l’action et se mettent… en grève !
Les chiens de berger parviendront-ils à maintenir l’ordre au sein de la ferme divisée ? »
Evidemment, toute ressemblance avec des événements présents serait totalement fortuite… Quoique…

Débat retraites France 2: Le naufrage de Darmanin et Sibeth N'Diaye

 
 
 
Olivier Piacentini

 Toujours aussi avisé, le gouvernement a envoyé hier soir Darmanin et N'Diaye pour défendre la réforme des retraites sur le plateau de France 2.
 
Il est vrai que Delevoye étant déjà carbonisé, on fait avec ce qui reste en magasin…
 
Pour ceux qui soutenaient encore à cette réforme, une chose est sure : après avoir entendu les deux ministres répondre aux questions du panel de Français, de Martinez et des autres, il y a de fortes chances qu'ils n' y croient plus du tout.
Face à des Français très bien informés, ce sont les ministres qui ont fait figure d'amateurs.
On aurait dit deux Séraphin Lampion, assénant slogans et plaisanteries de mauvais gout pour placer le produit…

jeudi 5 décembre 2019

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

 
 


© Martin OUELLET-DIOTTE / MARTIN OUELLET-DIOTTE / AFP / AFP
Publié le 05 décembre 2019
Avec Laurent Alexandre   
 
Pas grand chose à voir avec l'environnement
 
          
Atlantico.fr : Le texte de Greta Thunberg publié dans Project Syndicate identifie trois causes qui peuvent être à l’origine du réchauffement climatique dont le racisme et le système patriarcal entre autres. Au vu de cela, quels sont les discours de ces mouvements portés par Greta Thunberg ?

Laurent Alexandre : D’emblée, une chose étonnante est que ce discours a été écrit, ce qui montre bien que les spin-doctors (ou communicants) qui manipulent Greta Thunberg se sentent tout puissants.
Ils se permettent de dire que le CO2 n’est pas leur objectif contrairement au fait de mettre la société occidentale – responsable de tous les maux de la terre - à mort.
Ils ont tout de même dit que la crise climatique est liée au patriarcat raciste, colonial, oppressif et qu’il est nécessaire de le démanteler.
C’est un discours trotskiste, révolutionnaire au sens propre du terme et il est très étonnant de voir ce passage à l’acte car ils vendent la mèche alors que jusqu’à présent ils n’ont jamais dit quel était leur véritable agenda.
On est passé en réalité de la défense des coquelicots à la volonté de détruire l’homme blanc, hétérosexuel, chrétien et européen.
Pour un peu, cela donnerait raison à Eric Zemmour.

Était-ce un phénomène latent dans le mouvement écologique tel qu’il s’organise autour de cette figure-ci ?

Greta Thunberg est issue d’un milieu d’extrême-gauche et jusqu’à présent, elle n’avait jamais commis de faute.

Participation

 
 


Via fabie

Bernard Arnault VS Lucy : la doyenne de l'humanité aurait dû travailler 10 millions d'années au Smic pour être aussi riche que le milliardaire


 
Bernard Arnault détient 47,16% des parts de LVMH, valorisées 97 milliards d'euros. - IP3 PRESS/MAXPPP


A quoi correspond l'incommensurable fortune de Barnard Arnault, qui titille Jeff Bezos pour le titre d'homme le plus riche du monde depuis le rachat fin novembre 2019 du joaillier américain Tiffany ?
 
Avant que les actions d'Amazon ne reprennent du poil de la bête et que Jeff Bezos repasse en tête, Bernard Arnault aura été, pendant quelques heures, l'homme le plus riche du monde : avec l'acquisition du joaillier américain Tiffany pour 16,2 milliards de dollars, l'héritier se trouve depuis la fin du moins de novembre à la tête d'un pactole de 100,2 milliards d'euros selon nos confrères de Challenges.
A quoi correspond cette incommensurable fortune ?
Ce chiffre astronomique – pensez qu'un milliard de secondes représente environ 31 ans et demi – a fait ressurgir sur les réseaux sociaux un amusant montage photo, selon lequel la fortune du propriétaire du groupe
LVMH était supérieure à celle qu'aurait accumulée l'australopithèque Lucy, doyenne de l'humanité, si elle avait travaillé au Smic sans rien dépenser jusqu'à aujourd'hui.
Ce calcul est-il fondé ?
Marianne a décidé de vérifier - ou "fact-checker", selon l'expression en franglais consacrée - cette étonnante statistique.


C'est l'humoriste Pierre-Emmanuel Barré qui, le premier, avait fait le calcul en mars dernier.

Grève du 5 décembre : une journée test réussie – Journal du jeudi 5 décembre 2019

 
 

 
Grève du 5 décembre : une journée test réussie - Journal du jeudi 5 décembre 2019
 
Cortèges d’ampleur à Paris et dans toute la France, débordements de Black blocs ici et là, la grève du 5 décembre a tenu ses promesses.
 
La RATP et la SNCF prolongent le mouvement… mouvement qui pourrait bel et bien durer.
 
L’ecstasy, la drogue mortelle du moment
 
Facilement accessibles dans le milieu de la nuit, certaines drogues dites récréatives font des ravages. C’est notamment le cas de l’ecstasy, à l’origine d’une dizaine de décès à Paris depuis le début de l’année.
 
Le Mont Vema retrouve des couleurs
 
Après des années de pêche intensive, le Mont Vema, est devenu le symbole de la protection des océans.
Située aux larges des côtes sud-africaines, cette montagne sous-marine fait l’objet de nombreuses études pour son éco-système unique.
 
L’actualité en bref

La surveillante surveillée

 
 
Résultat de recherche d'images pour "prison"

Publié le 5 décembre 2019 par voixdupeuple

Chère Madame, cher Monsieur,

Il me paraît bien loin le temps où en prison, les gardiens faisaient régner l’ordre. Les choses ont bien changé.

Et en effet, voilà ce que disent les surveillants dans le livre Prisons de France :

« Je suis surveillant depuis 1990. Depuis cette période, les détenus ont acquis beaucoup de droits. »

« Quand je suis arrivé, il n’y avait pas de télé. Il y en a eu par la suite, mais avant 2010 les détenus payaient sept euros par semaine. Maintenant, c’est huit euros par mois. »

« Plus ils gagnent en avantage, plus nous perdons en autorité et on nous demande en plus d’être vigilants pour ne pas blesser leur dignité ! Je suis obligé de vouvoyer et de qualifier de “ monsieur “ quelqu’un qui me tutoie et me traite de tous les noms. Voilà où nous en sommes. »

« On ne peut plus être strict avec les détenus, il faut négocier, s’entendre. »

« L’évolution de la prison est bonne pour les détenus mais mauvaise pour les surveillants. On fait face à des rapports de force au bénéfice du détenu. »

Si j’osais, je dirais même que parfois le rapport de force s’inverse complètement…

C’est en tout cas ce que l’on peut penser en découvrant cette histoire.
Une surveillante de prison de 41 ans a été condamnée lundi à six mois de prison ferme pour « remise illicite d’objets à un détenu ».
Cette femme mariée, mère de famille sans histoire, avec quinze ans d’ancienneté dans son travail, s’est t-elle laissée berner par un détenu manipulateur ?

Témoignage. « J’ai quitté les Restos du cœur car on ne servait quasiment plus que des migrants à la fin »

 
 
restos_coeur



En cette période hivernale, les Restos du cœur, comme d’autres associations de solidarité envers les plus fragiles et les plus démunis, s’activent pour fournir de la nourriture et du réconfort, un peu de chaleur humaine, à ceux qui n’ont plus rien, comme le voulait Coluche, fondateur du mouvement.
 
Néanmoins, le bénévolat se heurte de plus en plus à une crise.

Y compris chez les Restos du cœur (70 000 bénévoles en France environ).
Et pas uniquement pour des raisons de vocation.
Certains bénévoles, écœurés par la tournure que prend « l’aide sociale » en France aujourd’hui, aide sociale de plus en plus tournée vers les migrants, notamment dans les grandes métropoles, ne veulent plus aider.
C’est le cas de Louise, qui a longtemps été bénévole dans la couronne parisienne.
Mais l’hiver dernier, ce fût son dernier en temps que bénévole chez les Restos du cœur (après 17 années de bons et loyaux services).
Et pas en raison de sa forme physique ou de son âge (elle a 71 ans).
Mais parce qu’elle explique « avoir l’impression désormais de ne plus servir la cause qu’elle voulait servir au début ».
Elle nous raconte.
« La demande explose. Il y a de plus en plus de pauvreté et de misère, c’est terrible. Et depuis quelques années, on voyait de plus en plus de migrants venir chez nous. D’Asie comme d’Afrique. Au début, on faisait face comme on pouvait, et on les aidait comme n’importe qui. Mais il y en a beaucoup trop aujourd’hui. Et pourtant, il y a beaucoup de Français pauvres aussi. Mais j’en connais qui n’osent même plus venir aux Restos du cœur, ils ont même peur parfois ».
Pourquoi peur ?

Extinction Rebellion sabote 3600 trottinettes à Paris, Lyon et Bordeaux


 
Extinction Rebellion revendique 2020 engins électriques mis hors d’usage à Paris. (Illustration) LP/Olivier Arandel


Ça ne paraît pas évident au premier coup d'œil.

Mais pourquoi donc les activistes écolos d'Extinction Rebellion (XR) ont ciblé ce jeudi les trottinettes en libre-service à Paris, Lyon (Rhône) et Bordeaux (Gironde) en pleine mobilisation contre la réforme des retraites?

Dans un communiqué, le groupe a en tout cas revendiqué ce jeudi la « mise hors service » de 3600 engins électriques.
Il ne s'agit pas d'une dégradation permanente, précise XR, qui s'est notamment fait connaître pour ses occupations symboliques de lieux dédiés à la consommation comme le centre commercial Italie 2 (Paris XIIIe) en octobre dernier.



Illustration VA
Anne-Sophie Chazaud

Et là, tu l’entends la France ?

C’est la France entière qui est dans la rue.

 Toutes catégories sociales confondues, toutes générations, tous métiers, et presque toutes tendances politiques, cadres, ouvriers, enseignants, pompiers, étudiants, retraités, femmes, hommes.
Tandis que des médias stupides ahanent depuis des jours aux fins de savoir comment contourner la grève, fidèles courroies de transmission d’un pouvoir en déréliction, au lieu de s’interroger sur les motifs profonds de celle-ci.
Tandis que le préfet du Mein Camp annonce quasiment au chiffre près le nombre de casseurs qui viendront tenter de décrédibiliser le mouvement général de révolte et dont on se demande s’ils seront véhiculés directement par ses services (puisqu’ils sont si finement comptabilisés en amont) ou s’ils viendront quand même par leurs propres moyens, le peule français est là pour dire : STOP.

« J’veux pas travailler jusqu’à 70 ans… 5 décembre. » L’édito de Charles SANNAT

 
par | 5 Déc 2019 |
 
Mes chères impertinentes, chers impertinents,
 
Vous connaissez l’histoire pour enfant « Cornebidouille » ?

Moi oui, ma femme doit la lire une fois par semaine depuis par loin de 10 ans à l’un de nos futurs révolutionnaires en culottes courtes de la maisonnée.
 
Quand il était petit, Pierre ne voulait pas manger sa soupe et ça faisait des tas d’histoires.
Ça faisait des histoires avec sa mère :
« Pierre, mange ta soupe ! »
« Nan, j’veux pas ! »
Ça faisait des histoires avec sa grand-mère :
« Pierre, mange ta soupe ! »
« Nan, j’veux pas ! »
Ça faisait des histoires avec son grand-père:
« Pierre, mange ta soupe ! »
« Nan, j’veux pas ! »
Ça faisait des histoires avec son père :
« Pierre, mange ta soupe ! »
« Nan, j’veux pas ! »
Cornebidouille c’est la sorcière qui veut forcer le petit Pierre à manger sa soupe…
Mais évidemment, le petit Pierre, va réussir à s’occuper de la sorcière.
De là, dire que Philippe et Macron sont les sorcières de cette petite fable, il n’y a qu’un pas que je vous invite à franchir allègrement !
 
… Parce que, ben moi travailler jusqu’à 70 ans, « Nan, j’veux pas ! »
Je sais c’est injuste.
 
Ce méchant cheminot qui part trop tôt à la retraite, ou ce vilain agent de la RATP qui ne travaille pas assez vieux.
Mais en fait, je vais partager avec vous, aujourd’hui non pas deux vérités – ce qui serait fort prétentieux – mais deux considérations qui me semblent essentielles pour alimenter notre débat actuel, autour de ces méchants retraités qui gagnent trop !
Car au-delà des 3,5 % de retraités que représentent les crapules de cheminots et de ratépistes, c’est bien toutes les retraites qui seront diminuées de 10 à 25 % et ça… pour les 96.5 % de pas privilégiés, qui le seront encore moins après cette réforme !

Alexandre Langlois : « Notre pays attire les Black Blocs étrangers car ils s’y savent en toute impunité ! »

 
 


Alexandre Langlois réagit à la venue annoncée de 1.000 casseurs à la manif du 5 : « Cela décourage les gens de venir manifester. »

Il fait le point sur les moyens mobilisés par la préfecture de police et s’inquiète de la stratégie du préfet Lallement.



La manifestation intersyndicale prévue jeudi aura bien lieu à Paris.
Elle fait partie des 245 points de manifestations recensés par le ministère de l’Intérieur.
Le préfet de police de Paris annonce la venue de 1.000 casseurs.
Ces casseurs pourront-ils être neutralisés avant qu’ils ne commettent les violences dont on les accuse d’avance ?

Le syndicat VIGI préconise d’interpeller toutes ces personnes et de leur interdire l’accès à la manifestation avant qu’elles commettent des dommages.
Sur les manifestations, comme celles des gilets jaunes, de la loi Travail ou encore de la Manif pour tous, des gens viennent désorganiser les manifestations et ne sont quasiment jamais interpellés.
On se demande ce que M. Lallement entend par casseurs.
S’il considère qu’une dame de 60 ans qui n’est pas dans le même camp que lui est une casseuse, alors il va y avoir de nombreux casseurs.
Si ce sont réellement des casseurs tels les Black Blocs, qui viennent commettre des actions criminelles et délictuelles pour de vrai, on retrouve toujours un noyau dur de 300 à 400 personnes sur les grosses manifestations parisiennes, connues des services de renseignement.
Des personnes viennent toujours profiter de ces manifestations pour se déguiser en noir et se donner une dose d’adrénaline.
Par conséquent, on trouve tout et n’importe qui dans ce Black Bloc.
Notre pays attire les Black Blocs étrangers pour la simple et bonne raison qu’ils peuvent agir en toute impunité chez nous.

Alexis Poulin : « On a l’impression que le préfet Lallement joue avec le feu »

 
 


Analyse des raisons profondes de la colère et de la gestion de la manifestation par le pouvoir : « ils annoncent des casseurs, mais ils ne font rien. »
 




Nous sommes à la veille d’une énorme manifestation à l’échelle nationale.
Pas moins de 245 points de rassemblement sont déclarés dans le pays.
Les pouvoirs publics et la presse laissent entendre que plusieurs centaines de milliers de manifestants seront présents.
Quel est l’enjeu de la manifestation de demain ?


Le premier enjeu est de montrer que les forces syndicales sont encore mobilisées.
Cela n’avait pas été le cas lors des dernières grandes manifestations.
Il y a une certaine fierté syndicale.
L’autre enjeu est plus large.
La manifestation du 5 décembre est peut-être le vrai anniversaire de cette première grande manifestation de ras-le-bol des Gilets jaunes.
Cette politique doit cesser et doit répondre aux attentes des Français.
Il y a une demande de justice fiscale et sociale et d’un meilleur futur plutôt que la politique de moins-disance sociale permanente d’Emmanuel Macron.

Les gens vont-ils manifester uniquement contre la réforme des retraites ?

Ils ne vont pas seulement manifester contre la réforme des retraites en effet.

Jeudi 5 Décembre

 
 

Provocation, irresponsabilité ou imbécilité?

 
 
L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air
 
 
 
 



mercredi 4 décembre 2019

Grève politique en vue

 
 
Les 4 Vérités Hebdo - La publication anti bourrage de crâne

Demain 5 décembre, devrait commencer un «mouvement social» (ce qui, dans la novlangue orwellienne qui a cours dans notre belle France transformée en Tchernobylistan, signifie un arrêt de tout dans la société!) contre la réforme des retraites.

Il est possible d’avoir des analyses diverses sur cette réforme.

On peut y voir le verre à moitié plein (la tentative de réformes des régimes spéciaux) ou le verre à moitié vide (le fait que les salariés du privé vont, encore une fois, payer le prix fort – et notamment payer, selon toute vraisemblance, les jours de grève et les nouveaux avantages que les syndicats extorqueront à Matignon en échange d’un arrêt de la grève).
Mais une chose est sûre: si la France ne s’est pas remise de la grande grève de 1995 (se souvient-on qu’à l’époque, notre économie allait mieux que celle de l’Allemagne?), elle ne pourra pas supporter, cette année, un mouvement dur.

À 73 ans, l'écolo Yann Arthus-Bertrand découvre depuis New-York que l'avion pollue



L'auteur de La Terre vue du ciel annonce qu'il ne prendra plus l'avion.
 
L'auteur de La Terre vue du ciel annonce qu'il ne prendra plus l'avion. - Capture d'écran France Inter
 
Ok boomer
L'écolo honteux et confus jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.
Ce mercredi 4 décembre, sur France Inter, le photographe et réalisateur Yann Arthus-Bertrand, 73 ans, a confessé une faute impardonnable entachant son impeccable – et longue – carrière de militant vert : "Moi, j'aurais dû arrêter l'avion depuis longtemps", s'est excusé l'auteur de La Terre vue du ciel.
Si tant est qu'il s'agisse effectivement de la solution à la crise climatique, ce mea culpa a tout du réveil tardif.


"J'aurais dû le faire avant. Et je n'en suis pas fier. Je fais le modeste, parce que j'ai quand même émis énormément de carbone dans ma vie", reconnaît Yann Arthus-Bertrand, pour qui la responsabilité individuelle est la mère des batailles écologiques : "Arrêtons de penser que c'est la faute de Trump qui a quitté l'accord de Paris, que c'est la faute du président brésilien, c'est moi, en tant que
personne, qui doit changer", insiste-t-il. "J'étais un peu l'exemple de l'incohérence dans laquelle on est tous."

Grève du 5 décembre : vers un Jeudi noir dans les transports – Journal du mercredi 4 décembre 2019

 
 




Grève du 5 décembre : vers un Jeudi noir dans les transports

Une journée, au moins, pour paralyser le pays.
Les grévistes du 5 décembre entament leur bras de fer avec le gouvernement…
En première ligne, le secteur des transports est regardé de très près mais d’autres professions pourraient être touchées.

Les pompiers déjà sur le pied de guerre
 
Les soldats du feu n’ont pas attendu le 5 décembre pour se faire entendre.
Depuis Lundi, des pompiers occupent la Place de la République, de jour comme de nuit, avec pour volonté d’exprimer leur mécontentement et d’alerter l’opinion autrement en allant à sa rencontre.
 
Uber : quand la course vire au cauchemar

Jusqu’ici vantée pour son efficacité et ses prix concurrentiels, l’application Uber fait face à une crise majeure.
Sur les réseaux sociaux, de nombreuses clientes affirment avoir été victimes d’agressions de la part de certains chauffeurs et accusent l’entreprise de passer ces témoignages sous silence.
 
L’actualité en bref

Coucou les pauvres : Jack Lang aurait reçu plus de 500.000 euros de costumes entre 2003 et 2018





 
Des perquisitions menées chez la marque italienne Smalto ont fait progresser l’enquête sur ces cadeaux reçus par l’ancien ministre.
 
Des perquisitions ont eu lieu en novembre dans les locaux de la marque italienne Smalto dans l’enquête sur les costumes qui auraient été reçus en cadeau par l’ex-ministre Jack Lang entre 2003 et 2018, a-t-on appris mardi de sources judiciaire et proche du dossier.
 
Selon le Canard enchaîné et l’Obs, qui ont révélé l’information, la valeur totale de ces cadeaux pourrait dépasser les 500.000 euros.
 

Christine Kelly menacée de mort pour avoir donné la parole à Eric Zemmour ?

 
 
 
 

 
Ce n’est pas une surprise et Breizh Info est bien placé pour le savoir, la liberté d’expression est une vaste fumisterie.

Le moindre média réellement transgressif est persécuté, censuré, ruiné, et c’est encore pire pour les représentants politiques du camp national dont le nom est sali à jamais lorsqu’ils osent se montrer en public.

Plus le temps passe, plus l’étau se resserre.
Ainsi, après les médias, penseurs ou hommes politiques dissidents, ceux qui acceptent encore de leur adresser la parole, ou, « pire », de la leur donner, sont eux aussi accablés.
Christine Kelly fait partie de cette dernière catégorie.
Depuis le mois d’octobre, elle anime en effet l’émission à succès Face à l’info dans laquelle Eric Zemmour débat contre diverses personnalités, de François Asselineau à Bernard Henri-Levy en passant par Jean-Christophe Lagarde.
Nous avons d’ailleurs relayé plusieurs de ces émissions.

Un tweet comme appel au secours

Mais ce grand rendez-vous quotidien (diffusé à 19 heures sur C News) a bien sûr entraîné son lot de détracteurs.
La première cible fut la chaîne elle-même, sommée par les employés du groupe Canal+ de licencier immédiatement le dangereux Zemmour et de stopper le programme.

« Assurance-vie rendements en chute libre, 1 % pour les fonds euros… » L’édito de Charles SANNAT


Mes chères impertinentes, chers impertinents,
 
Cela fait des années que nous chroniquons les problèmes inévitables qui se poseront sur l’assurance-vie, placement préféré des Français et ses quelques 1 400 milliards d’euros placés en… fonds en euros !
 
Je rappelle que le fonds en euros est appelé ainsi, mais devrait plutôt se nommer fonds obligataires rempli d’obligations d’Etats plus ou moins en faillite.
 
Lorsque je place mon argent dans le fonds en euros de la compagnie d’assurance-vie de mon choix, j’achète en réalité des obligations c’est-à-dire de la dette d’Etat. Dit autrement, vous financez les dettes des Etats.
Or, les Etats sont tellement endettés, les Etats sont tellement proches de la faillite et de insolvabilité que les banques centrales n’ont que deux choix qui s’offrent à elles.
Soit elles maintiennent les taux à des niveaux convenables, et tous les Etats font faillite.
Dans un tel cas, les épargnants perdraient tout, tout de suite.
Soit elles baissent les taux (même sous zéro) et cela vient éroder le rendement puisque les taux tendent vers zéro, avant éventuellement de devenir négatifs si le mouvement se poursuit ou s’amplifie.
Dans un tel cas, les épargnants s’appauvrissent d’autant plus que désormais les taux servis ne couvrent même plus l’inflation annuelle.
Ils vont perdre une partie de leur épargne mais progressivement.
 
 
Avec une inflation de 1.8 % par an et un rendement de vos placements de 1 % seulement, vous perdez 0.8 % de pouvoir d’achat chaque année.

Agnès Marion : « À Lyon, une conférence avec un prédicateur musulman aux propos dégradants pour les femmes ! »

 
 



Le 8 décembre, à Lyon, doit se tenir une conférence avec Nader Abou Anas, prédicateur musulman qui s’est déjà fait remarquer par ses propos misogynes sur les femmes.

Agnès Marion, tête de liste aux municipales pour le Rassemblement national, ainsi qu’Andréa Kotarac dénoncent et alertent le préfet et le maire sortant Gérard Collomb.

L’occasion d’évoquer avec elle la campagne qu’elle mène avec Andréa Kotarac, ancien élu de La France insoumise.
Explications d’Agnès Marion au micro de Boulevard Voltaire.



Pourquoi avoir dénoncé la visite d’un prédicateur musulman qui doit tenir une conférence à Lyon ?

Ce prédicateur musulman n’en est pas à son coup d’essai.
L’imam Nader Abou Anas s’est déjà fait remarquer à plusieurs reprises pour ses prises de position, notamment sur les femmes.
Il a des propos extrêmement misogynes, irrespectueux, voire dégradants.
Cela me paraissait important d’alerter les Lyonnais sur la tenue de cette réunion publique.

Comment la municipalité de Lyon défend-elle la tenue de cette conférence ?

Pour l’instant, nous n’avons pas eu de réponse de Gérard Collomb.

COP25 : après la surchauffe, des ambitions à la baisse !

 
 


On se souvient des larmes d’émotion de Laurent Fabius au terme de la COP21 en 2015, la fameuse « Conférence de Paris », où 150 chefs d’Etat et de gouvernement avaient juré croix de bois croix de fer qu’ils s’empresseraient de prendre des mesures drastiques de lutte contre le réchauffement, oups… pardon ! , le changement climatique.

Quatre ans et une Greta plus tard, ils ne sont plus qu’une quarantaine de hauts dirigeants à honorer de leur présence la COP25 à Madrid ; ni le Japon, ni le Canada, ni l’Inde ne sont représentés au plus haut niveau.

Croyants, mais pas très pratiquants…
Quant aux Etats-Unis -qui viennent de confirmer leur retrait de l’accord de Paris-, ils n’ont envoyé qu’une simple observatrice : Trump a au moins le mérite de la franchise climatosceptique !
On pense à la symphonie de Haydn dite des « Adieux », où les instruments s’arrêtent de jouer les uns après les autres : à la fin, il ne reste que deux violons.
Et imaginez une crise financière, le pot-au-feu de la COP26 sera vegan : il ne restera que les navets, au nombre desquels la France s’honorera certainement de compter, avec le Botswana et la Jamaïque pour « sauver la planète »…

Je m'appelais Constance

 
 
L’image contient peut-être : une personne ou plus, bébé et gros plan

Flo Ovz   Joh Mru
 
Chère madame Buzyn,

Constance ! C'était le prénom que mes parents m avaient choisis.
Je suis née le 1er Août 2018 dans un grand hôpital parisien dont je ne citerai pas le nom mais que tout le monde connaît bien... et j y suis morte le 25 Août 2018.
Je suis née avec un petit cœur bien malade et alors que les médecins conseillaient à mes parents de se débarrasser de moi, ils ont décider de me faire vivre !
On leur a dit que interruption medicale de grossesse coûtait moins cher que des soins...
Ma petite vie avait donc un prix même avant ma naissance !
Mes parents ont fait 900 km pour que je puisse recevoir les meilleurs soins possible car près de chez moi dans les hôpitaux marseillais, le plafond des chambres tombe et le matériel est tout délabré et non remplacé faute de moyens...
J'étais une jolie petite fille avec l'envie terrible de vivre mais je suis née au mauvais moment ! 
Je suis née à la mauvaise période a t on dit a mes parents.
Il y a t il une bonne période pour naître Mme Buzyn ?!
Il y a t il une période meilleure qu'une pour être soigné ?!
Ou plutôt est il normal qu'il y est des mauvaises périodes Mme Buzyn ?!
J ai été soignée dans le soit disant meilleur hôpital de France et pourtant on m a laissé mourir.

mardi 3 décembre 2019

5 décembre : une nouvelle arme potentiellement létale ajoutée à l'arsenal des forces de l'ordre ?

 
 
L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, ciel et plein air

Syndicat France Police policiers en colère
 
Plusieurs sources nous indiquent que la Préfecture de police aurait réquisitionné des lanceurs d'eau portatifs appartenant aux pompiers.
 
Problème ? Ces lances débiteraient à environ 11 bars de pression et seraient potentiellement létales à moins de 5 mètres.
 
Les collègues chargés d'utiliser ce matériel n'ont reçu aucune formation et s'inquiètent des conséquences juridiques pesant sur eux en cas de blessé ou de mort.
Après une année de fiasco dans le cadre des maintiens de l'ordre face aux Gilets jaunes, nos collègues n'ont pas envie de se retrouver à nouveau renvoyés devant les tribunaux correctionnels en tant que prévenus pour avoir utilisé une arme non-conforme.
Le syndicat France Police - Policiers en colère demande au préfet de police de communiquer sur ces lances et, au besoin, de démentir si ces informations sont inexactes pour rassurer nos collègues inquiets.
 
Merci à fabie