jeudi 31 octobre 2019

Gabegie gouvernementale

 
 

La guerre civile qui vient


La Mosquée de Bayonne



mosquee-de-bayonne-ce-lundi-28-octobre-2019

Pour MLP, « L’attentat commis contre une mosquée de Bayonne est un acte inqualifiable, absolument contraire à toutes nos valeurs portées par notre Mouvement.

Ces crimes doivent être traités avec la sévérité la plus totale ».

Il est vrai que cet acte, commis par un apprenti incendiaire de 84 ans, est totalement contre productif pour le RN.

Elle peut très bien se dédouaner de l’amalgame que cette attaque stupide fait peser sur sa politique, par la grâce des médias qui répètent tous en boucle, avec la plus grande délectation, que l’inculpé est un ancien du FN, mais elle restera toujours pour eux, celle qui par ses discours a armé le bras de l’incendiaire.

Elle se croit obligée ainsi, de hurler avec les loups contre cet octogénaire, qui peut être, maintenant, a des regrets pour sa folie d’un jour, au lieu d’essayer de comprendre sa psychologie, laquelle est reconnue maintenant, comme perturbée par la psychiatrie.

Mais cet acte de violence, dirigé contre une mosquée ne fait que refléter le ras le bol de la population, face aux actes anti-français et même anti-républicains, de plus en plus répétés, commis par des voyous de la diversité et autres intégristes fanatisés.
De plus en plus de nos compatriotes ne croient plus à ce fameux « vivre ensemble » tant vanté et sont sur le point de répondre à chaque coups reçu par d’autres coups.
D’autant plus, qu’ils ne se sentent absolument pas protégés par leurs dirigeants.

Entre 2015 et 2016, on compte 240 morts et 964 blessés, de la part de gens d’origine maghrébine ou africaine, souvent sous couvert de religion.

Lubrizol : les huées après la fumée – Journal du jeudi 31 octobre 2019

 
 




Lubrizol : les huées après la fumée

Un mois après l’incendie de l’usine Lubrizol, Emmanuel Macron s’est rendu, mercredi, à Rouen à l’occasion d’une visite surprise.
Un déplacement compliqué pour le chef de l’Etat qui a dû faire face aux huées et aux sifflets des riverains.
 
Énième plan banlieue dans le 9-3
 
Le gouvernement présente un nouveau plan pour le département de la Seine Saint-Denis.
Un numéro de communication en forme de gage social avant les élections locales… qui ne devrait pas faire de miracle
 
Des cocards pour la Cocarde

Le 17 octobre dernier, l’université de Nanterre a été le théâtre d’affrontements entre des militants d’extrême-gauche et des membres du syndicat de droite, la Cocarde etudiante.
 Une violente altercation entre étudiants qui est loin d’être une première dans cette Université marqué par le syndicalisme de gauche.
 
L’actualité en bref

Le terrorisme islamique tue massivement en Europe




Aucune description de photo disponible.
 
 
Alors les pleurnicheurs islamophiles du camp du bien, on en parle?

Trafic de drogue : un cadre LREM mis en examen

 
 

valeursactuelles.com
Jeudi 31 octobre
 
Moussa Ouarouss, député suppléant des Yvelines, est mis en examen pour importation, transport et détention de produits stupéfiants en bande organisée et association de malfaiteurs.
 
Moussa Ouarouss, député suppléant LREM des Yvelines et cadre local du mouvement à Reims, a été mis en examen dans le cadre d’une enquête sur un trafic de stupéfiants entre le Maroc et la France, rapporte L’Express.

Selon l’hebdomadaire, Moussa Ouarouss est mis en examen pour importation, transport et détention de produits stupéfiants en bande organisée et association de malfaiteurs.
Une information judiciaire a été ouverte par la Juridiction interrégionale spécialisée de Lille.
Entre six et huit personnes ont été mises en examen et certaines ont été placées en détention provisoire.

Des saisies « relativement importantes »

Les Français ne les supportent plus : je vais vous expliquer pourquoi…

 
 

Publié le 30 octobre 2019 - par Patrick Jardin -

C’est marrant un islamistes rentre à la préfecture, tue 4 personnes.

On en parle deux-trois jours.

Mais heureusement pour les bien pensants, un vieillard a voulu incendier une mosquée et là bien sûr c’est le tollé général dans les merdias!
On nous en sert matin midi et soir en insistant bien sur le fait que cet homme âgé de 84 ans a été encarté RN si on voulait détruire l’image du RN l’occasion est bien trop belle.
Loin d’approuver ce genre d’action, il faut quand même remettre l’église au milieu du village.
Depuis 2012, ce sont 263 morts dans des attentats islamistes en France, alors que de l’autre coté, pas un seul mort.
Faudrait quand même pas inverser les rôles !
Comment en est on arrivé là ?
Et bien c’est très simple et cela va s’accentuer.
Cela est du à la passivité de nos politiques et de notre pseudo justice vis à vis des islamistes, qui poussent à bout le peuple Français, et qui les poussent à faire des exactions.
Et à en croire ce que j’entends dans la rue, ce n’est pas prêts de diminuer.
Pire, cela va s’accentuer et cela finira par un bain de sang, dans une guerre civile ethnique, alors bien sûr des décérébrés du style Bellatar vous diront que c’est de la faute du RN et des fachos.

Les prémices de l’effondrement du marché aérien ?

Les prémices de l’effondrement du marché aérien ?
 
par | 31 Oct 2019 |
 
 
Il se passe des choses dans le secteur de l’aérien et du tourisme !
 
La faillite retentissante de Thomas Cook est encore dans tous les esprits et pourtant elle a déjà été oubliée aussi bien par les marchés euphoriques que par les observateurs.
 
Pourtant, si l’on y regarde de plus près, alors que la mondialisation heureuse a été le « moteur » de développement de l’industrie aéronautique à commencer par notre champion national Airbus, il se pourrait que nous soyons exactement au point d’inversion des tendances lourdes et que la démondialisation commence à affecter ce secteur industriel.
Il y a aussi des marges qui ont tellement été tirées vers le bas, que peu d’acteurs sont rentables dans l’industrie du tourisme au sens large et de l’aérien en particulier.
Les compagnies low-cost ont permis le développement du tourisme de masse et du week-end à pas cher à Lisbonne ou à Marrakech pour 50 euros!
Il coûte moins cher d’aller en Italie en avion que de prendre le train pour la Normandie !
Cette réalité n’interroge personne, tout le monde trouvant ce miracle génial et tout le monde cherchant à en profiter, ce que l’on ne peut pas reprocher.
Mais enfin, les choses ont un prix, et après 15 ans de délires collectifs, la mer est en train de se retirer, et les pertes vont apparaître pour ce qu’elles sont. Monumentales.
Entre la baisse du carnet de commande pour Airbus, la baisse des livraisons ou encore les compagnies qui remisent les avions en surcapacité, il existe quelques raison de tirer le signal d’alarme.
 
Quand Etihad range ses A350-1000 neufs… au hangar

« Ils ne se rendent pas compte de ce que nous avons préparé, c’est-à-dire nos enfants… » dixit Yassine Belattar



 
« Ils ne se rendent pas compte de ce que nous avons préparé, c’est-à-dire nos enfants », dixit Belattar aux musulmans de France.

Comme cette phrase en dit long.

Yassine Belattar s’enfonce, une nouvelle fois, dans l’outrance : après avoir déconseillé, sur RFI, le 22 octobre, au ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer de « mettre les pieds dans le 93 » – le ministre s’était simplement contenté de défendre une position républicaine, autrement dit neutre, sur le voile islamique –, "l’humoriste" a tenu des propos peu amènes à l’endroit des Français d’origine, à l’occasion du dernier rassemblement parisien contre l’islamophobie, organisé le dimanche 27 octobre.
D’abord, il n’a pas hésité à proclamer devant ses coreligionnaires : « Nous ne sommes pas dans un projet d’assimilation […]
La France doit s’habituer au fait que nous restons […]
Mon grand-père a défendu ce pays, mon père l’a bâti et moi je le revendique […]
Ils ne se rendent pas compte de ce que nous avons préparé, c’est-à-dire nos enfants » (cf. article paru sur le site de l’hebdomadaire Valeurs actuelles, le 28 octobre).
Un discours clairement sécessionniste.
Cette fois-ci, qui attise les haines ?

Le député El Guerrab s’insurge contre la haine et personne ne rigole

 
 


Les amateurs de surréalisme seront comblés par l’intervention de M’jid El Guerrab devant le ministre de l’Intérieur.

Le député mis en examen pour violences volontaires avec arme par destination prend la parole pour proposer des mesures contre… la haine.

Vite, un peintre, un photographe, un sculpteur.
La scène doit être immortalisée.
Le mur de l’indécence vient d’être franchi.
Christophe Castaner, qui est venu pour assister à l’exploit, ne dit mot.
L’instant est trop grandiose pour être souillé de quelques commentaires intempestifs.
Le champion peut développer son argumentaire à son aise.
La bouche en cœur, d’une voix de velours, le bienfaiteur El Guerrab entonne son hymne à l’amour. Premier constat : malgré ses efforts personnels pour un monde pacifié, la haine ne cesse d’envahir la société.
Extrême gauche ou extrême droite, peu importe.
Le député propose tranquillement de faire table rase de toute expression différente.
Question posée sur le mode sketch des Inconnus : « Pensez-vous que les lois existantes comme la loi Gayssot sur le négationnisme sont-elles encore efficaces ? Heu… Et peut-être introduire un point sur l’islamophobie. »
Qui serait ainsi passible de peines de prison ferme.
Nous y voilà. La haine a été identifiée.
Il n’y en a pas d’autre, Monsieur le Ministre.

mercredi 30 octobre 2019

Rouen



Il y a la propagande

 
 
 
Et la vraie vie

Bain de foule

 
 
 

 
 

«Démission !» ; «Dégage !» : Hué, Emmanuel Macron voit sa visite à Rouen perturbée


«Démission !» ; «Dégage !» : Hué, Emmanuel Macron voit sa visite à Rouen perturbée

© DOMINIQUE FAGET / POOL / AFP
Emmanuel Macron le 30 octobre 2019 à Rouen.
    30 oct. 2019  
Le président a fait un déplacement à Rouen qui n'était pas prévu dans l'agenda présidentiel.
 
Si les échanges étaient consensuels devant les caméras, des protestataires, tenus à l'écart du dispositif, ont accueilli Emmanuel Macron avec des huées.
                                   
Emmanuel Macron s'est rendu à Rouen le 30 octobre, ville frappée par l'incendie de l'usine de produits chimiques Lubrizol le 26 septembre.
Ce déplacement, qui n'était pas à l'agenda présidentiel, est intervenu alors que l'inquiétude demeure sur l'impact sanitaire et environnemental de l'incendie.
Si le bain de foule s'est déroulé, devant les caméras, dans le calme, les images ont clairement montré des sifflets et des huées à l'encontre du chef de l'Etat.
Parmi les slogans ont fusé «On n'en peut plus, Macron dégage !», ou encore «Macron, démission !»
 



«Le pays est en révolte et ça va être de pire en pire !»

Le maire David Lisnard demande l'expulsion des suspects et de la victime de l'agression au marteau à Cannes

 
 
L'agression s'est déroulée mardi 22 octobre vers 17 heures aux abords du marché Forville, à Cannes.
 
                                  
Publié le 30/10/2019

Un homme de 27 ans a été frappé à la tête, mardi 22 octobre, aux abords du marché Forville à Cannes.
 
L’agresseur présumé ainsi que trois complices soupçonnés de vols et trafic de stupéfiant ont été présentés devant le tribunal correctionnel de Grasse.
 
Ils ont été emprisonnés en attendant d’être jugés.
Le maire, David Lisnard, demande leur expulsion.

"Si je m’étais comporté comme ça à l’étranger, je me serai fait expulser du pays. Je veux que le code soit strictement appliqué compte tenu de la gravité des faits."

Le maire de Cannes, David Lisnard, ne mâche pas ses mots après cette violente agression et demande l’expulsion de l’agresseur, de ses complices... et de la victime!
 
L’élu réclame "l’application pleine et entière de l’article 131-30 du code pénal qui prévoit la possibilité de reconduction à la frontière d’un étranger ayant commis un acte lourd si le juge prononce une peine d’interdiction du territoire".
 
K. a été frappé à la tête aux abords du marché Forville, mardi 22 octobre vers 17 heures.
Dans la foulée, Mohamed, un Tunisien de 19 ans, et ses trois autres compatriotes, Bassem et Amin, 25 ans tous les deux et enfin, Hichem, 42 ans, ont été rapidement appréhendés par la police, grâce aux caméras et témoignages.
La victime est sortie de l'hôpital le lendemain de l'agression. 
 
Les quatre protagonistes sont tous en situation irrégulière sur le territoire, trois d’entre eux faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF) et d’une interdiction du territoire pour Mohamed.
 
Ils ont été emprisonnés en attendant d’être jugés, le 2 décembre.
 

Un vent de dégagisme souffle sur le Liban – Journal du mercredi 30 octobre 2019

 
 



 
Un vent de dégagisme souffle sur le Liban
 
Les manifestations qui agitent le Liban depuis plusieurs jours ont eu raison du premier ministre Hariri pour le moment… une crise de confiance dans la classe politique embrase le pays avec comme toujours le risque d’une récupération de la colère par des puissances étrangères.
 
PSA : une fusion avant le désastre?

Quelques mois après sa fusion avortée avec Renault, le constructeur automobile italo-américain, Fiat Chrysler, a entamé des discussions de rapprochement avec PSA.
Cette union pourrait donner naissance au 4ème groupe automobile mondial mais n’est pas sans risque pour le groupe français.
 
Les hôpitaux en situation d’urgence

Des médecins et des infirmières ont manifesté hier à Paris pour réclamer un relèvement du budget octroyé aux hôpitaux.
Un tour de chauffe avant une grande manifestation nationale prévue le 14 novembre prochain alors que le ministre de la santé Agnès Buzyn a promis qu’un plan de soutien à l’Hôpital serait présenté courant du mois de novembre.
 
L’actualité en bref

Fatima E., l’accompagnatrice en hijab, proche des « milieux de l’islam politique » selon E. Macron

 

 


Si même Macron le dit…  la gauche a donc défendu une islamiste…


SVP, pas d'amalgame

 

Résultat de recherche d'images pour "meurtre nimes pour un briquet"


 Publié le 26 octobre 2019.

Saïd, Farid et Karim ont tué pour un briquet

Assises du Gard : 16 ans et 14 ans de réclusion criminelle pour avoir tué pour un briquet

Le 22 mars 2016, un Alésien de 51 ans avait été battu à mort, dans une rue de Nîmes, pour avoir refusé de donner du feu à un jeune homme qu'il avait jugé trop jeune pour fumer.
Les trois accusés ont été condamnés dans la soirée du vendredi 21 juin à des peines de 16 ans et 14 ans de réclusion criminelle pour deux d'entre eux.
Le troisième est condamné à 6 ans de prison.

Au troisième jour d'audience à la cour d'assises du Gard, la culpabilité des trois mis en cause est abordée.
Après un rapport du médecin légiste qui a glacé l'assistance jeudi 20 juin, par la description de l'extrême violence des coups qui ont entraîné la mort de la victime, le 22 mars 2016, rue Séguier, l'avocate générale a requis, ce vendredi au matin, une peine de 12 ans de prison contre Saïd Berrahou (qui reconnaissait avoir porté "60 % des coups"), 10 ans de prison contre Karim Berrahou (qui affirme avoir "seulement séparé les belligérants") et 10 ans également contre Farid Ounaha.

Evacuation de la salle

Ce vendredi soir, la cour d'assises du Gard est allée au-delà des réquisitions de l'avocate générale pour Saïb Berrahou et Farid Ounaha.
Pour le premier, l'alteration du discernement n'a pas été retenu : Saïd Berrahou est condamné à 16 ans de réclusion criminelle. Farid Ounaha est condamné, lui, à 14 ans de réclusion criminelle.
Enfin, Karim Berrahou est condamné à 6 ans de prison.

Après le verdict, les familles des accusés ont protesté et hurlé. Elles ont été évacuées de la salle d'audience.
 
terreetpeuple

Macron s'engage à protéger les gens de confession musulmane.


Les sorcières d' Halloween en voyages scolaires


Ce petit garçon de 7 ans dit qu’il est une fille : c’est sa mère qui lui a dit

 
 


À l’heure de rédaction de ce billet, la vidéo compte 3,2 millions de vues.

Elle a été postée, jeudi dernier, par un certain Charlie Kirk via un tweet (1).

Elle montre un petit garçon de 7 ans, James Younger, qui explique qu’il est une fille, que sa mère lui a dit qu’il est une fille, qu’elle l’habille en fille, le coiffe en fille, lui met du vernis à ongles.
Donald Trump Junior, le fils aîné du président des États-Unis d’Amérique, a repris ce tweet en le commentant ainsi : « C’est une maltraitance contre un enfant. Les gens doivent se lever contre cette connerie. Ça suffit. » (2)
C’est au Texas que l’affaire se passe.
La mère de l’enfant, Anne Georgulas, pédiatre, et son père Jeffrey Younger, mathématicien, ont divorcé et se disputent.
La mère prétend que James est Luna, qu’elle est atteinte de dysphorie de , ce que le père conteste.
Elle a tenté de faire modifier le jugement relatif à la garde de l’enfant afin de contraindre Jeffrey à respecter « l’expression de  » de leur enfant.
Dans un premier temps, elle a obtenu d’un jury pour elle seule la garde de son enfant.
Mais les affaires judiciaires sont toujours plus compliquées que ça aux USA, pour le bonheur des feuilletonistes.
Un juge a décidé d’invalider ce jugement et de maintenir la garde conjointe et la coresponsabilité des parents.
Des bruits avaient circulé sur les réseaux sociaux : la mère voudrait entamer pour son fils une transition médicamenteuse ou chirurgicale.

Qatar : pognon, climatisation, pollution… l’équation mortifère

 
 


C’est petit, le  : 11.586 km2. Population : 2.639.000 habitants.

C’est petit, mais c’est riche. Très très riche.

Passé en moins d’un siècle de la pêche et de la culture des perles à l’extraction du pétrole et du gaz, l’émirat voit l’Occident lui lécher les babouches.
Pensez, encore 6,4 % de croissance annuelle quand nous dépassons péniblement 1,3 % en criant au miracle.
On construit, au Qatar.
Les tours sans fin qui surgissent du désert voient ceux qui les font grimper vers le ciel s’effondrer comme des mouches.
D’une certaine façon, il se passe à la verticale ce qui s’est passé à l’horizontale quand on a construit nos chemins de fer dans des contrées hostiles : les milliers de morts du Congo-Océan, ce tronçon du train du Congo qui relie Pointe-Noire à Brazzaville ; ceux du Transsibérien, aussi nombreux ou presque que les traverses pour soutenir les voies…
Au Qatar, comme autrefois dans le Mayombe ou sur les rives du Baïkal, on meurt de la chaleur et de l’humidité.
Et au Qatar comme dans le Mayombe, on s’en fout.
Ces travailleurs-là venaient d’Oubangui-Chari (l’actuelle République centrafricaine), du Cameroun, du Tchad et des geôles du tsarevitch ; ceux-ci viennent d’Inde et du Népal. En somme, rien que de la bête de somme.
La revue Cardiology a réalisé une étude sur la mortalité des travailleurs étrangers au Qatar.
Elle est parue en juillet, avant ces mirifiques Championnats du monde d’athlétisme qui nous ont tous tenus en haleine devant des sportifs hors d’haleine.
Parue en juillet, elle a révélé que « sur 571 arrêts cardiaques mortels qui ont touché des migrants népalais sur leur lieu de travail au Qatar, 200 ont été causés par un “choc thermique sévère” ».
Gênant…

1/3 des réserves mondiales de pétrole sous sanctions des USA

Un tiers des réserves mondiales de pétrole visées par les sanctions des USA.

Rien que ce titre résume parfaitement, à lui seul, la réalité géopolitique qui est la nôtre, et aussi la politique américaine actuelle qui vise à maintenir son leadership à tout prix.

Cette volonté nécessite de maîtriser la totalité du marché du pétrole et les Américains sont les grands maîtres et les grands manitous du marché de l’énergie aidé par leurs gaz de schiste et leurs porte-avions.
Les sanctions américaines affectent aujourd’hui 33 % des réserves mondiales de pétrole et plus de 20 % de sa production quotidienne, indique une économiste russe.
Lorsque je vous expliquais la place du pétrole dans la stratégie de domination de Trump dans la lettre stratégie vous en avez ici une confirmation évidente.
La démocratie, la liberté, le bien des peuples, tout ceci est de la foutaise.

Comprendre la stratégie de domination de Trump
 
La réalité c’est que nos économies sont carbonées et que nous avons besoin de pétrole et d’énergie pas chère.
Il faut tuer pour cela au sens premier du terme.
Et c’est ce que nous faisons, nous les pays « occidentaux » au sens large, enfin au sens « otanesque » du terme.

mardi 29 octobre 2019

Appel de Zineb El Rhazoui au peuple français

 
 
Résultat de recherche d'images pour "Zineb El Rhazoui"


29 octobre 2019 Publié par Marc Le Stahler
    
Elle a 37 ans. Née à Casablanca en 1982, franco marocaine, elle est journaliste, militante des droits de l’homme, écrivain (auteur de « Détruire le fascisme islamique »).

Journaliste à Charlie Hebdo, elle a échappé par miracle à la tuerie de janvier 2015.

Comme notre ami Eric Zemmour, et comme de trop nombreuses personnes courageuses, elle vit, elle et sa famille, sous protection policière permanente.
Parce que penser, parler, dire, écrire ce qu’on pense d’une religion mortifère moyenâgeuse et obscurantiste est un crime, pour les illuminés de l’islam, en 2019, en France, patrie de Voltaire et de la tolérance…
Combien sont-ils, en France, à être ainsi protégés ?

Comment en sommes-nous arrivés là ?
Quels dirigeants traîtres ou inconscients ont-ils laissé ainsi sombrer la France qu’on leur avait confiée ?
Savez-vous, mes chers compatriotes, ce que représente vivre dans le danger permanent ?

Jour et nuit, tous les jours de la semaine.
Soi-même et sa famille. Partout…
Quand, quelques jours après l’attentat meurtrier de la Préfecture de Police de Paris, une femme voilée s’autorise à faire de la provocation au Conseil Régional de Bourgogne et tente d’émouvoir la France par les larmes de son fils, on a du mal à contenir sa colère en pensant aux enfants des policiers assassinés dont personne ne parle déjà plus…
Zineb El Rhazoui n’a pas peur.

Elle est en colère, et ne se taira pas.

Une femme de 59 ans poignardée dans le dos sur la voie verte à Valfrembert

 

© PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP 

© PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP
Une femme de 59 ans a été poignardée dans le dos alors qu'elle se promenait sur un chemin de balade avec ses petits enfants.
 
Ce mardi 29 octobre 2019 vers 11 heures 15, une grand-mère de 59 ans a été victime d'une violente agression alors qu'elle se promenait avec deux de ses petits-enfants.
Ils se promenaient tous les trois sur la voie verte en direction de Valframbert, au lieu dit le Londeau, quand un individu âgé d'une vingtaine d'année les a croisé.
Le jeune homme a assené un coup de couteau dans le dos de la quinquagénaire avant de disparaître.

La victime est griévement touchée.
Elle a été conduite à l'hôpital d'Alençon par une équipe de pompiers.
 
france3-regions

Deux poids, deux mesures?


Paris croule sous la délinquance – Journal du mardi 29 octobre 2019

 
 


 
Paris croule sous la délinquance
 
La criminalité explose dans la Capitale.
Les chiffres de la préfecture de Paris viennent de tomber et le verdict est implacable : les attaques aux personnes sont en hausse depuis janvier.
Sans surprise, les 18 et 19èmes arrondissements sont les plus criminogènes.
 
Criminalité : le gouvernement veut cacher la vérité

Alors que la sécurité demeure l’une des préoccupations majeure des Français, le gouvernement a annoncé la suppression de deux instituts régaliens : l’INHESJ et l’ONDRP.
Une décision sous couvert d’économie budgétaire qui cacherait, en réalité, une dérive bien plus importante.
Le criminologue, Xavier Raufer, et l’avocat Stéphane Maître, témoignent dans cette édition.
 
La revanche de Matteo Salvini
 
Deux mois après son départ du gouvernement, Matteo Salvini revient plus fort que jamais.
Dimanche, la Ligue a remporté haut la main les élections régionales en Ombrie infligeant, par la même occasion, une claque à l’alliance gouvernementale.
 
L’actualité en bref

Victimisation obsessionnelle

 
Pierre Duriot
 
Madame Ghali, sénatrice, toujours dans la controverse, se fend d'une longue tirade sur son mur Facebook, pour expliquer que les musulmans seraient terrorisés après l'attentat de Bayonne.
 

Il ne faudrait pas faire d'amalgame pour une attaque d'un côté contre plusieurs dizaines de l'autre.
Et en profite pour réitérer l'autorisation du voile dans les sorties scolaires, ben voyons.
On comprend qui elle soutient et que la frontière entre tolérance et soumission aux signes politico-religieux musulmans est mince au point de ne pas être.
En réalité, c'est nous qui sommes terrorisés.
Les attaques ou menaces aux couteaux, aux cris d'Allah-Akbar ont lieu tous les jours ou presque.
Nos fêtes se déroulent désormais toutes à l'abri de blocs de béton.
Nos pompiers et policiers se font caillasser tous les jours dans des cités communautaires.
Des attentats sanglants commis par des musulmans radicalisés ont faits des dizaines de morts et de blessés en quelques années.

Dans ce pays, nous avons accueilli de multiples autres sources d'immigration, ils ont tous, en France, fait comme les Français et tout s'est toujours bien passé.

 

Gilbert Collard dénonce la responsabilité colossale des journalistes-voyous de BFM dans la montée des violences

Gilbert Collard dénonce la responsabilité colossale des journalistes-voyous de BFM dans la montée des violences

 
Alors que tous les journalistes dénonçaient à l’unisson la pratique de l’amalgame lorsqu’il s’agit d’un agresseur ou terroriste musulman, la totalité des médias ne traite que d’un seul sujet ce matin en boucle : le fait que l’agresseur âgé de 84 ans des 2 musulmans à la mosquée de Bayonne ait été candidat du FN en 2015.
 
Pas un seul ne fait preuve de retenue ou n’évoque un éventuel déséquilibre mental.
C’est beau les médias !
L’agression, le 8 octobre dernier à la gare RER de Corbeil-Essonnes, de deux personnes blessées au couteau à la gorge et au thorax n’a pas même pas été évoqué sur BFM…
On ne saura jamais ni le nom ni l’origine de l’agresseur.
 
Gilbert Collard (RN) a remis à sa place un journaliste de BFM en direct :
 


 
Les journalistes sont tellement mauvais qu’ils ne s’en rendent même plus compte… 

Rubrique : divine surprise.

 
 
 Bouquet

Hier, je n’avais pas la tête à ça et n’ai pris connaissance de l’attentat de Bayonne que ce matin.

Je dis attentat parce que manifestement ce geste de guerre civile commis par un vieillard en est un.
Et voyant les réactions, j’ai eu le spectacle écœurant de la cohorte de ceux qui se pensent le camp du bien, les professeurs de morale, les indigénistes, les gardes rouges du Capital.
Affichant une véritable jubilation pour cette « divine surprise » qui leur permet de se précipiter et de cracher sur leur pays et d'abord sur le peuple qui l’habite.
Ravis de l’aubaine ils nous assènent que la France vient de basculer dans un nazisme effréné mais surtout islamophobe qui traite les musulmans pire que les juifs sous le troisième Reich.

Il y a trois ans après les horreurs de l’été 2016 (voir l'article ci-dessous) j’avais relevé, pour m’en réjouir, la résilience des Français face aux différents massacres perpétrés par des islamistes (tous musulmans revendiqués) dans notre pays.

Pas de représailles, pas d’assassinats, pas de mosquées attaquées et brûlées, juste des bavardages interminables et l’expression d’une sourde inquiétude que reflètent toutes les études d’opinion.

Alors, on va quand même rappeler le score du match.

Pour l’instant, c’est islamistes : 300 morts, peuple français : zéro.

Guerre civile? le refus du peuple Français - Vu du Droit

Limburg (All.) : La police préfère menacer les internautes plutôt que de dévoiler l’origine du meurtrier

    
 

Analyse du journal autrichien Wochenblick à l'encontre du politiquement correct qui fait loi dans l'affaire du massacre qui s'est déroulé à Limburg, en Allemagne. 

**********

Au lieu d'informer la population de manière exhaustive, les autorités allemandes ont des préoccupations totalement différentes après le meurtre à coups de hache.
Le public a été menacé de plainte - personne ne doit connaître les antécédents de l'auteur de Limburg. Même dans l'influent journal Bild, la mention de "l'origine migratoire" a été supprimée.
Sous la pression du gouvernement ?
Sur Twitter, la police s'est montrée extrêmement réticente à admettre que l'agresseur de Limburg, qui a d'abord renversé sa femme avec une voiture en plein jour et qui l'a ensuite démembrée à coups de hache, "ne portait pas un nom allemand".


Ceux qui ont vu la vidéo sur Internet, dévoilant une brutalité qui n'a plus sa place en Europe occidentale depuis très longtemps - une séquence qui émeut toute personne occidentale éduquée - se doute très vite de l'origine : Encore une fois, ce n'était pas un Allemand.
Au cours de nos recherches, nous n'avons trouvé qu'un seul journal allemand qui a osé poser la question de l'origine migratoire.

Nucléaire. « Une perte de compétences généralisée »


 
Nucléaire. « Une perte de compétences généralisée »
par | 29 Oct 2019 |
 
 
Le rapport Folz dresse un bilan sévère de l’« échec » de l’EPR de Flamanville et pointe un élément essentiel qui explique cet échec.
 
« Une perte de compétences généralisée ».
 
Cette perte de compétences touche ici un secteur très sensible, très technique.
On ne cesse pas de construire des centrales nucléaires, pendant plus d’une génération, en pensant reprendre les choses là où elles avaient été laissées.
Maintenir un savoir industriel cela demande beaucoup d’argent, beaucoup de moyens humains et techniques et une véritable volonté de le faire.
Plus largement, cette « perte de compétences généralisée » qui est problématique dans ce dossier et qui ne peut pas être caché aux yeux du grand public est en réalité généralisée !!
Car ce n’est pas que le nucléaire qui est touché.
Lorsqu’un pays abandonne même l’ambition de l’écriture scripturale pour tous, lorsque les exigences scolaires s’effondrent, lorsque tout se vaut, lorsque la médiocrité est érigée en standard et en exemple, disons-le, ce n’est pas que les centrales nucléaires que nous ne saurons plus construire demain mais tout ce qui fait la différence entre une société civilisée et un maelstrom informe.

Paris ? Comme Zorro, Bayrou est arrivé !

 
 


Manifestement, à quelques mois des échéances municipales, les enjeux parisiens manquaient un peu de clarté : entre Benjamin Griveaux (LREM canal officiel), l’historien qu’on sait, qui confond Marc Bloch et Charles Maurras et qui pense peut-être que le concile de Trente était une réunion de copropriété rassemblant trente colocataires.

Sans oublier Cédric Villani (LREM canal impromptu), notre mathématicien, dont l’araignée n’est pas arborée qu’à la boutonnière, mais aussi et parfois un peu dans les sous-pentes de son cerveau fécond.

En face ? Anne Hidalgo, la reine maire de Paris.
Il fallait donc que quelqu’un se dévoue pour remettre un semblant d’ordre dans cette pétaudière.
François Bayrou, dont la force de frappe politico-médiatique est aujourd’hui globalement équivalente à celle d’un Jacques Cheminade, ne pouvait que participer à ce qui est devenu une sorte de happening permanent, plus fort encore que les tulipes de Jeff Koons.
Ainsi, ce dimanche dernier, sur les ondes de France Inter, lors de l’émission « Questions politiques », le président à vie du MoDem s’inquiète des ravages que pourrait causer cette lutte fratricide, sachant que les voix de Griveaux ne se reporteront pas, au second tour, sur celles de Villani, et inversement. Pour éviter ce cataclysme, il y a « une possibilité de faire une majorité de rassemblement », sachant que « les Parisiens cherchent une alternance à Paris et cette alternance doit venir d’une majorité large avant le premier tour » et que le même François Bayrou ne croit pas aux « réconciliations de second tour ».
On espère que les lecteurs, qu’ils soient ou non parisiens, suivent ce raisonnement aérien sans trop se gratter l’occiput.

Élection régionale en Ombrie : Salvini donne sa « première giffle » à l’exécutif italien !

 
 


Au moment où cet article est écrit, une dépêche de l’agence de presse Reuters vient de confirmer une large victoire de la Ligue, alliée aux partis Forza Italia et Fratelli d’Italia, lors de l’élection régionale de dimanche, en Ombrie.

Cette union de droite était opposée à la coalition entre le Mouvement 5 étoiles et le Parti démocrate.

Selon un sondage sorti des urnes, le trio de droite, mené par Donatella Tesei, sénatrice de la Ligue, obtiendrait entre 56,5 et 60,5 % des voix, devançant les deux partis associés au gouvernement depuis septembre dernier.
« Une première giffle » à l’exécutif, a annoncé Matteo Salvini.
En attendant la raclée électorale qui le conduira au pouvoir ?
Cette région, contrôlée par la gauche depuis plusieurs décennies, va donc passer aux mains de la droite.
Il faut dire qu’elle est confrontée à une crise économique, à laquelle s’est ajouté un scandale de corruption touchant des personnalités régionales du Parti démocrate.
La présidente du conseil, Catiuscia Marini, avait elle-même été poussée à la démission pour son implication présumée dans cette affaire.
Ironie du sort, le M5S avait été particulièrement critique envers l’ex-présidente de région, ce qui avait poussé Salvini à dire : « En Ombrie, on vote d’abord parce que le M5S a mis fin au conseil dirigé par le PD. Maintenant, ils sont ensemble sur le bulletin de vote. »
Les Italiens, comme les Français, n’aiment guère les gens corrompus, ni les girouettes qui, par opportunisme, chérissent aujourd’hui ceux qu’ils détestaient hier.

lundi 28 octobre 2019

Les Tartuffes.

 
 
L’image contient peut-être : une personne ou plus
 

Parmi les multiples censures et régressions que subit notre époque, le grand retour de la pudibonderie.

 Cacher le corps, voiler la femme, masquer les sexes des statues...

L’Unesco a donc demandé que le sexe des statues de l’artiste Stéphane Simon soit couvert, ce qui a donné lieu au spectacle grotesque que vous pouvez apercevoir sur cette photo.
Car il s’agit de «ne pas choquer» la sensibilité de certains...
De qui au juste ?
Parce que nous ça fait bientôt 200 ans qu’on se promène dans des musées sans être choqués à part quelques vieux réacs empaillés cachés au fond d’une grotte et qui ne vont même plus au musée.
Qui donc cela peut-il bien gêner ?
On serait curieux de le savoir, que l’institution les désigne précisément.
Cette obsession et ce rapport pathologique et névrotique que certains, particulièrement actifs, entretiennent avec le corps et la sexualité sont donc validés ipso facto par l’Unesco de Myriam Azoulay dont on croyait la mission culturelle et non catéchiste.

Al Baghdadi est-il encore mort ? – Journal du lundi 28 octobre 2019

 
 


 
Al Baghdadi est-il encore mort ?
 
Le calife Abou Bakr al-Baghdadi serait mort !
Le chef de l’organisation Etat Islamique, traqué par des forces armées étasuniennes aurait actionné une ceinture explosive.
Ce n’est pas la première fois que l’individu est censé être mort… une mort qui ne changera finalement pas vraiment la donne.
 
Policiers, pompiers : cibles de choix

Alors que le gouvernement appelle à la reconquête républicaine des zones de non-droit, les guet-apens contre les policiers et les pompiers se multiplient dans les banlieues parisiennes.
Un phénomène devenu quasi-quotidien qui enflamme un peu plus des quartiers totalement hors-de-contrôle.
 
L’actualité en bref

« Faut-il acheter des actions de la Française des jeux ? » L’édito de Charles SANNAT


par | 28 Oct 2019 |

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,
 
Avis à tous mes abonnés à la Lettre STRATÉGIES, le dossier spécial « Comment fuir les taux négatifs et éviter le gel de votre épargne » est en ligne et disponible depuis vendredi soir dans vos espaces lecteurs ici.
 
C’est beau une privatisation.
 
Tout démarre avec ce que les Anglais appellent le « Storytelling », qui se traduit en français par « la mise en récit » ou « l’accroche narrative » et qui est une méthode de communication fondée sur une structure narrative du discours qui s’apparente à celle des contes, des récits.
Mes enfants me diraient « raconte moi une histoire papa ».
Ici la Française des jeux dans sa réclame fait exactement la même chose et utilise (fort bien) ce procédé.
Tout y est.
L’histoire. La grande et celle de la guerre.
Les souffrances des hommes et de nos « gueules cassées » des soldats de la grande guerre.
Dans le salon de ma grand-mère du genre un peu de « la mère à titi » (la chanson de Renaud) traînaient entre les vieux cendriers en forme d’huître, les douilles d’obus gravées et la croix de guerre de l’arrière pépé gagnée dans les tranchées de Verdun.
On ne vous raconte pas cette histoire par hasard, elle vint s’accrocher à l’inconscient collectif.
Puis, l’humanité de la solution qui apparaît, la solution, pleine d’empathie.
Et si on créait un jeu pour gagner des sous pour nos pauvres soldats blessés ?
Haaaa, que voilà une belle idée.
Du coup cela donne le « spot » suivant…
Quant à vous, pour prolonger cette belle histoire vous êtes invités à devenir actionnaires de la Française des Jeux…

 



Meuh…. Charles, acheter de la FDJ c’est forcément une bonne affaire…

Jean-Pierre Chevènement estime que « le voile est identitaire »

 
 

 
On peut reprocher à Jean-Pierre Chevènement bien des choses, notamment de n’avoir pas su se débarrasser totalement des préjugés idéologiques de la gauche ; mais on doit lui reconnaître des qualités qui le distinguent de nos gouvernants mondialistes : son respect de la souveraineté française, son patriotisme et, ce qui est rare en politique, la fidélité à ses convictions.

Dans un entretien à Sud Ouest Dimanche (27 octobre 2019), il revient sur la question du voile, apportant son soutien à des personnalités comme Jean-Michel Blanquer, qui estime que si le port du voile est actuellement « légal » dans l’espace public, il n’est « pas souhaitable », ou Robert Badinter, pour qui le voile en sortie scolaire n’est « pas illégal mais pas bienvenu ».

Celui qu’on surnommait « le Che » n’hésite pas à dire que « le voile n’est pas une prescription religieuse » mais « une manifestation identitaire ».
Ce n’est pas la première fois qu’il exprime un tel jugement.
Déjà, le 2 décembre 2002, lors de l’émission « Mots croisés », il avait déclaré que « le voile est un signe ostentatoire d’appartenance » et « tend à fixer le statut de la femme dans la société à un niveau inférieur ».
Plus tôt encore, en 1985, quand il était ministre de l’Éducation nationale, il avait soutenu la principale d’un collège de Créteil qui, constatant la présence de jeunes filles refusant d’ôter leur voile en classe, suggérait une modification du règlement intérieur visant à proscrire « toute marque ostentatoire tendant à manifester […] une conviction religieuse, philosophique ou politique ».
Elle ajoutait que le port de ce vêtement était « un refus de notre civilisation ».
C’était avant la loi du 15 mars 2004, encadrant « le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics ».
C’est le même Chevènement qui, en 1999, alors qu’il était ministre de l’Intérieur, affirma qu’il fallait lutter contre l’insécurité « sans surenchère ni démagogie » », qualifiant de « sauvageons » les mineurs multirécidivistes, ce qui provoqua une polémique.
C’est le même qui, en 1985, suscita un tollé en rappelant aux enseignants que « La Marseillaise » figurait au répertoire scolaire et devait, en conséquence, être enseignée.

Sondage : les Français vent debout contre le voile (et la mollesse de Macron)

 
 

Nouveau sondage choc, après celui du bilan de mi-mandat d’Emmanuel Macron : pour Le Journal du dimanche, l’IFOP a interrogé les Français sur leur perception du voile islamique après la nouvelle « affaire du voile » du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté soulevée par Julien Odoul.

Et les résultats sont édifiants : une très forte majorité de Français se dit opposée à la présence du voile dans l’espace public, et au-delà même de ce qu’interdit actuellement la loi.

Pour Hervé Gattegno, cette enquête « révèle un net durcissement de l’opinion face à toutes les manifestations religieuses dans l’espace public et confirme une focalisation particulière envers la religion musulmane. À Emmanuel Macron, qui assurait jeudi que le port du voile hors des enceintes scolaires n’était « pas [son] affaire », les citoyens répondent en quelque sorte que c’est la leur. »
Et quand on dit « majorité », les chiffres sont nets, et en augmentation depuis les précédentes enquêtes : 78 % des Français estiment le modèle français issu de la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’État « en danger » (+4).
De plus, 80 % jugent que la question de la laïcité « se pose différemment s’agissant de la religion musulmane » et 61 % que l’ est « incompatible avec les valeurs de la société française » (+8 par rapport à février 2018).

Ils vont tuer le nucléaire français

 
 


27 octobre 2019 Publié par Marc Le Stahler
L’Imprécateur)



« La France fabriquera des t-shirts pendant que la Chine produira des voitures électriques » (Laurent Alexandre).

Si la France avait depuis 25 ans ne serait-ce que gardé au même niveau son industrie, il y aurait aujourd’hui entre 1,5 et 2 millions d’emplois de plus en France et notre balance commerciale serait excédentaire.
Nous étions les champions mondiaux dans l’aviation (Airbus l’est resté), les TGV, le nucléaire. Imprégnés de l’idéologie écologiste rétrograde et réactionnaire hostile à tout ce qui est vitesse et nucléaire, les gouvernements socialistes successifs ont abandonné l’industrie, la vérolant par une nuée de normes souvent irréfléchies, ou vendant ses meilleurs morceaux, comme les turbine Alsthom passées sous contrôle américain, ou encore en laissant partir ses meilleurs ingénieurs, comme ceux d’Areva, en Chine qui est maintenant à la pointe du nucléaire mondial.

C’est ce domaine que l’un de ses meilleurs spécialistes défend dans cette interview réalisée par Le Point, où il dit qu’il est encore temps de sauver le nucléaire, seul espoir authentique et sûr d’une décarbonisation de l’atmosphère, ce que le GIEC reconnaît dans son dernier rapport de 2018.

Il n’y a pas de ministre de l’industrie en France.
C’est une secrétaire d’État qui en est chargée.
Sciences Po-ENA comme il se doit, dont l’expérience professionnelle se limite aux voitures et stations de ski !
Aucune formation scientifique, comme son patron Bruno Le Maire.

Yves Bréchet, ingénieur, a été Haut commissaire au nucléaire jusqu’en 2018, membre de l’Académie des sciences et du Conseil scientifique de Framatome.

Sa retraite le libère de son obligation de secret professionnel et défense, et ce qu’il dit est pour le moins surprenant.

L’Imprécateur
27 octobre 2019



Le Point : Nouveau dépassement de budget de 1,5 milliard d’euros pour l’EPR de Flamanville, arrêt du projet Astrid…
Les mauvaises nouvelles s’accumulent pour le nucléaire en France.
La filière est-elle en mauvaise passe ?

Yves Bréchet : En France, le nucléaire a des difficultés, c’est vrai.
Mais connaissez-vous une filière industrielle qui n’en aurait pas quand son principal client, l’Etat, ne sait pas ou n’ose plus dire ce qu’il veut et que l’on s’évertue à rendre le nucléaire honteux ?

Dans les médias, on parle ainsi de manière obsessionnelle des déboires du nucléaire, on tresse des lauriers à ses concurrents énergétiques et on accumule des contrevérités sur les déchets, sans jamais se soucier de vérifier ces informations.

Je ne connais pas beaucoup de filières industrielles qui pourraient survivre à ça.
Dès qu’un chat se coince la queue dans la porte d’une centrale, c’est un accident nucléaire !
Il ne s’agit pas de dire que tout va bien.
Aujourd’hui, l’industrie a du mal à se remettre en marche après vingt ans (une génération !) sans avoir eu de grands projets.

Ce n’est pas la même chose d’entretenir un parc nucléaire et d’en construire un nouveau.
Dans les années 1970, l’industrie nucléaire construisait cinq centrales par an.
Quand on parle aux vétérans, on se rend compte qu’à l’époque aussi, les débuts étaient compliqués. Mais l’Etat savait ce qu’il voulait.
On était alors capable de mobiliser des capacités industrielles de haute valeur pour une mission qui était claire et durable.

Le Point : C’est ce qui explique pourquoi la Chine est capable de construire des EPR alors que nous accumulons les difficultés ?