Il y a trois jours, le principal journal israélien, Haaretz, a publié les résultats de son enquête approfondie et complète sur ce qui s'est réellement passé lors de l'attaque du Hamas le 7 octobre.

Jusqu'à présent, les grands médias américains n'ont pas dit un mot sur les résultats choquants de cette enquête.

Les critiques utilisent parfois l'expression « faute professionnelle des médias » pour décrire l'incapacité des grands médias américains à rendre compte avec précision de la situation en Israël/Palestine. Cette fois-ci, cependant, ce qui se passe est encore pire ; il s'agit d'une autocensure délibérée, destinée à cacher la vérité au public américain.


Commentaire : En fait, le terme plus adéquat pour qualifier ces médias serait « Pressetitué ».


Le long rapport de Haaretz a révélé que l'armée israélienne avait appliqué la « directive Hannibal » le 7 octobre. Cette directive est une politique israélienne qui ordonne à l'armée d'ouvrir le feu sur ses propres soldats pour les empêcher d'être faits prisonniers.

Bien entendu, ce site, ainsi que d'autres sources de médias alternatifs, a été l'un des premiers à souligner le rôle possible de la directive Hannibal dans les décès israéliens du 7 octobre.

Mais le rapport de Haaretz est significatif par le nombre de sources militaires qu'il a interrogées et qui ont confirmé qu'il y avait des ordres directs pour mettre en œuvre la directive.

Haaretz explique que cette politique a pour but de « déjouer les enlèvements, même au détriment de la vie des personnes kidnappées ». Dans un premier temps, l'armée a commencé à déployer des « Ziks », des drones d'assaut sans pilote. Plus tard, elle a tiré des obus de mortiers, puis des obus d'artillerie.

Haaretz a également confirmé que l'armée savait que des civils israéliens avaient également été pris en otage, mais l'ordre a tout de même été donné à 11h22 : "Pas un seul véhicule ne peut retourner à Gaza.

Le rapport de Haaretz est prudent, mais il conclut tout de même : « [Le message de 11h22] a été compris par tout le monde... À ce moment-là, les FDI ne connaissaient pas l'ampleur des enlèvements le long de la clôture de Gaza, mais elles savaient que de nombreuses personnes étaient impliquées. La signification du message et le sort réservé à certaines des personnes enlevées étaient donc parfaitement clairs ».