Translate

vendredi 21 janvier 2022

OTAN : la France est disposée à envoyer des troupes en Roumanie, fait savoir Emmanuel Macron


 Depuis le camp d’Oberhoffen (Bas-Rhin), Emmanuel Macron a présenté ses «vœux aux Armées» le 19 janvier. 

Après les remerciements d'usage, le chef de l'Etat a évoqué la solidarité militaire entre les alliés européens et fait état de la «disponibilité» de la France à aller «plus loin». 

Et, dans le cadre de l'OTAN, «afin de prendre toutes nos responsabilités dans des missions de type eFP [enhanced Forward Presence, présence avancée renforcée], à nous engager sur de nouvelles missions, en particulier en Roumanie, si elles étaient décidées».

Je salue chaleureusement l'annonce du président Emmanuel Macron sur la disponibilité de la France à participer à la présence militaire avancée de l'OTAN en Roumanie

 En clair, la France est donc disposée à envoyer des troupes en Roumanie, dans «la partie sud-est du territoire de l'Alliance», d'après la formule de l'OTAN. L'Alliance précise que sa présence dans ce secteur s'articule autour d'un quartier général situé à Craiova. «Devenu totalement opérationnel en juin 2017», celui-ci offre «des possibilités de formation aux contingents nationaux de l’ensemble de l’Alliance», détaille-t-elle, en assurant que cette présence doit «renforcer la posture de dissuasion et de défense de l'Alliance». Le président roumain s'est félicité le 20 janvier de la nouvelle. «Je salue chaleureusement l'annonce du président Emmanuel Macron sur la disponibilité de la France à participer à la présence militaire avancée de l'OTAN en Roumanie», a déclaré Klaus Iohannis dans un message publié sur Twitter. «Le partenariat stratégique Roumanie-France sera ainsi renforcé sur le flanc oriental, dans la région de la mer Noire», a-t-il ajouté.

Je salue chaleureusement l’annonce du Président @EmmanuelMacron sur la disponibilité de la France de participer à la présence militaire avancée de l’OTAN en Roumanie. Le partenariat stratégique ROU– FR sera ainsi renforcé sur le flanc oriental, dans la région de la Mer Noire.

— Klaus Iohannis (@KlausIohannis) January 20, 2022

 «Je salue chaleureusement cette preuve de fraternité dans le contexte de notre partenariat stratégique», a abondé le Premier ministre, Nicolae Ciuca.

 Cette annonce du président français est intervenue dans la foulée de son discours devant le Parlement européen de Strasbourg le 19 janvier, dans lequel il a milité en faveur de la construction d'un «nouvel ordre de sécurité» pour les Européens afin de contrer la Russie, toujours «dans le cadre de l'OTAN». Il a également appelé à avoir «un dialogue franc et exigeant» avec Moscou.

Poutine va-t-il envahir l’Ukraine ?

 

Jusqu’où ira Poutine se demande faussement naïvement l’Express ?

Je ne sais pas jusqu’où ira Poutine, mais je peux vous dire avec certitude jusqu’où il n’ira pas !

Il n’ira pas jusqu’à accepter de voir l’Ukraine rejoindre l’Otan en se retrouvant avec les missiles américains aux portes de Moscou.

Souvenez-vous de la crise des missiles à Cuba.

Les Etats-Unis refusaient que des missiles soient installés tellement près du territoire américain qu’en cas d’attaque ils n’auraient même pas eu le temps de réagir.

Dans la stratégie militaire la dimension espace/temps est considérable.

De la même façon Poutine n’acceptera jamais la réduction de l’espace/temps, et vivra toute tentative de ce type comme une ligne rouge qu’il ne laissera pas franchir.

Alors, oui, Poutine peut envahir l’Ukraine d’un jour à l’autre et mettre les Américains devant le fait accompli.

Ils ne feront rien, car ils ne déclencheront pas plus une troisième guerre pour sauver l’Ukraine que les soviétiques en leur temps pour laisser des missiles à Cuba.

Oui Poutine ne reculera pas devant la guerre.

Les Européens sortiront affaiblis d’une telle confrontation même si nous sanctionnons la Russie, nous nous couperons du gaz russe bon marché pour acheter de gaz de schiste liquéfié américain et hors de prix, ce qui fera parfaitement l’affaire d’oncle Sam.

Si nous laissons l’Ukraine vouloir rentrer dans l’Otan, alors nous faisons tout pour pousser Poutine à la guerre et nous l’aurons.

Charles SANNAT

Le recteur de la grande mosquée de Paris appelle à voter contre Éric Zemmour


 
 
 
 Iris Bridier 20 janvier 2022

Interrogé par Maya Zerrouki, le 13 janvier, au cours de son émission « Diasporama », sur Le Soir d’Algérie TV, Chems-Eddine Hafiz, le recteur de la grande mosquée de Paris, a appelé tous les musulmans de France à « voter de manière citoyenne et républicaine pour qu’il [Éric Zemmour] ne soit ni au second tour, ni président de la République »

Il accuse les partis d’extrême droite de vouloir « montrer que les musulmans de France ne peuvent pas être des citoyens comme les autres »

 Qu'importe si, en novembre 2020, le sondage IFOP pour le Comité Laïcité République (CLR) indiquait que 57 % des jeunes musulmans considéraient que la charia est plus importante que la loi de la République. Malgré ces chiffres témoignant d’une réalité implacable, celle d’une montée en puissance de la radicalisation chez les jeunes générations, c’est bien Éric Zemmour qui « considère que les Algériens de confession musulmane ne peuvent pas s’intégrer dans la société française ». C'est le candidat qui représente « un danger car il considère qu’il va sauver la France » mais a « falsifié entièrement l’Histoire ».

Chems-Eddine Hafiz n'en est pas à sa première charge. En 2010, il avait déjà signé un livre De quoi Zemmour est devenu le nom pour répondre à ses « thèses inquiétantes ». Le recteur est avocat. Il manie l’art oratoire et sait défendre son camp. Pour mémoire, en 2002, il assignait, pour le compte de la grande mosquée de Paris, Michel Houellebecq devant le tribunal de grande instance de Paris pour « complicité de provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes en raison de son appartenance à une religion » et « injure ». Tout en défendant officiellement la liberté d'expression, il assigne en 2006 Charlie Hebdo, qui a publié les caricatures de Mahomet parues dans le Jyllands-Posten.

jeudi 20 janvier 2022

Cris de haine


 

Témoignage anonyme

Mc Kinsey, le cabinet engagé à prix d'or pour nous mettre en esclavage


micron traité de meurtrier par un député Croate



Pendant qu'on l'insulte, l'idiot fait semblant de prendre des notes

Macron, président de l’UE : le fiasco – JT du jeudi 20 janvier 2022


Au programme ce soir, une entrée en matière compliquée pour Emmanuel Macron à Strasbourg. 

Alors qu’il devait présenter sa vision de la présidence française de l’UE, il a été accueilli par l’hostilité et la colère de certains journalistes.

Également dans l’actualité, la nouvelle journée de grève dans les écoles. Alors que les enseignants et les parents n’en peuvent plus des protocoles décidés par Jean-Michel Blanquer, le ministre est au cœur d’une polémique qui le ridiculise.

Et puis nous partirons ensuite aux Etats-Unis, où les mesures sanitaires s’allègent aussi peu à peu dans de très nombreux Etats.

Cogiito – CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ : L’ENQUÊTE INTERNATIONALE EST EN COURS


cogiito via etresouverain

Le 20/01/2022

La plus grande enquête criminelle internationale jamais menée dans le monde est en cours, impliquant la police de Hammersmith, la police métropolitaine et la Cour pénale internationale.

La police britannique a accepté les informations fournies à l’appui de l’enquête et a convenu qu’il y avait suffisamment de preuves pour poursuivre l’enquête sous le numéro de crime de la police métropolitaine : 6029679/21. Numéro d’affaire de la Cour pénale internationale (La Haye) : OTP-CR-473/21…

L'Ivermectine est diabolisée car si elle était reconnue et utilisée elle empêcherait que le "vaccin" se vende.

 

Pourquoi il faudrait instaurer un statut d'objecteur de conscience vaccinale


 Image


Pourquoi il faudrait instaurer un statut d'objecteur de conscience vaccinale #PasseVaccinal Jurisprudence Vavricka ⁦

A l'attention des sceptiques chercheurs de sources


CHU de Rennes. Un tract à destination du personnel soignant évoque « un procès pour crime contre l’humanité »


 
 
20/01/2022

Il y a des tracts que personne ne remarque, et d’autres qui font parler toute la journée. 

Celui qui a été collé sur le pare-brise de plusieurs membres du personnel soignant du CHU de Rennes, cette semaine, relève de la deuxième catégorie.

Il y est question d’un « procès pour crime contre l’humanité » (rien que ça !) possible si ces personnels continuent notamment à vacciner contre le Covid-19.

 « A tous les praticiens, médecins, infirmières, infirmiers, ‘je n’ai fait qu’exécuter les ordres’ n’est pas une défense juridique. Vous restez personnellement responsables de vos actes (…) Votre devoir est d’informer les patients que le vaccin est expérimental, qu’il ne présente aucune garantie d’immunité (…) à défaut vous encourez le risque d’un procès pour crime contre l’humanité ». 

Tout comme la parole des autorités est faite de religiosité et d’irrationnel, ce tract semble conçu de la même façon…

Entre des médecins et soignants qui ont fait du non vacciné le mal absolu, qu’il faudrait obliger à payer son hospitalisation pour être soigné (ou signer une décharge de non prise en charge en cas de Covid grave), et d’autres qui laissent éclater leur colère sur les soignants, il n y a rien à dire, nos autorités ont parfaitement réussi à diviser la population française….pour mieux régner ?

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

L'agression "antivax" était totalement inventée : itinéraire d'une "fake news"



 
« Dénonciation mensongère d'un délit imaginaire »...
JEFF PACHOUD / AFP

Publié le 20/01/2022

francesoir 

La croisade médiatique contre les « antivax » se poursuit, quitte à sauter sur le moindre fait divers... 

Même totalement inventé. 

Le jeudi 7 janvier, un collaborateur d'un centre de vaccination dans le Grand-Est racontait avoir été « violemment agressé » à la fin de son service. Ni une ni deux, la presse a bondi sur l'affaire, mêlant la prétendue agression au « regain de mobilisation des antivax ». Hier, le collaborateur en question avouait avoir tout inventé.

Un épisode qui n'est pas sans rappeler celui du ministre Gérald Darmanin et sa manifestation nazie...

Lire aussi : Saluts nazis à la manif anti-pass : "fake news" de Gérald Darmanin, relayée par certains médias

Une attaque « clairement ciblée, et avec préméditation »...

Le récit était bien ficelé. Le collaborateur sortait de son centre de vaccination à 20 h, se retrouvait face à trois hommes qui, après s'être assurés qu'il travaillait ici, l'ont agressé physiquement. « Blessé "au ventre, à l’arcade sourcilière, à la cuisse et à la main", il s’est vu prescrire trois jours d’incapacité totale de travail (ITT) », pouvait-on lire sur Le Parisien. RTL ajoutait même que « ses agresseurs lui ont planté une seringue au niveau de l'abdomen ». De vrais sauvages !

 

Bien sûr, une enquête a aussitôt été ouverte pour « violences en réunion avec arme et avec préméditation », et Catherine Sorita-Minard, la procureure de la République de Colmar, n'est pas restée indifférente à l'affaire. Selon elle, l'attaque était « clairement ciblée ». De son côté, Jean Rottner, président de la région Grand-Est, y voyait un lien clair avec un « regain de mobilisation des antivax » et martelait que « ces agressions sont inadmissibles, il faut absolument les condamner. »

Sans surprise, les trois agresseurs imaginaires n'ont pas été retrouvés.

Etre con est une chose, l'assumer en est une autre: darmanin assume


 

C'est même à ça qu'on le reconnaît!

Pour Macron, les emmerdements volent désormais en escadrille


 
 
 
 20 janvier 2022

Début janvier, Emmanuel Macron tentait un pari pré-électoral : celui "d'emmerder les non-vaccinés" pour se refaire une santé auprès de ses admirateurs. 
 
Manifestement, le pari n'est pas seulement peu concluant. Il est tout proche d'être complètement perdu, si l'on en juge par les emmerdements... qui se succèdent pour lui, et qui pourraient bien mal se terminer. Le Stalingrad de Macron est en passe de déroute complète. 
 

Macron a des ennuis, qui volent en escadrille en ce moment. Il faut dire que réduire la politique à la communication, fût-elle électorale, cela n’a qu’un temps.

Macron et sa terrible séquence européenne

Déjà, en décembre, Emmanuel Macron avait donné une conférence de presse sur la présidence française de l’Union qui n’avait intéressé personne, et avait fait moins bien que le débat Mélenchon-Zemmour. 

Hier, Macron a fait pire. Sa prestation à Strasbourg, devant la presse, bien devant le Parlement européen, a tourné au cataclysme. 

D’abord, les journalistes européens ont quitté la salle parce qu’ils ne pouvaient poser aucune question. Eh oui! Emmanuel, il n’y a qu’en France où la presse est aux ordres, à ce point en tout cas. 

Ensuite, le Président en titre de l’Union est arrivé au Parlement sous les huées de la foule, comme le montrent les images que nous diffusions ci-dessus. 

Enfin, les orateurs français se sont succédé à la tribune du Parlement pour dire pis que pendre de lui

Ces déconvenues s’accompagnent de discussions tendues avec l’Allemagne sur la remise à plat de l’orthodoxie budgétaire pronée par le traité de Maastricht. 

Bref, la présidence française de l’Union est loin d’être la marche triomphale que le Président imaginait sans doute.

Ibiza, ce peut aussi être très emmerdant

Sur le front intérieur, la situation n’est guère meilleure. 

Manifestement, le ministre Blanquer est le bouc-émissaire désigné pour un sacrifice humain dans les jours à venir. Après avoir pédalé dans la semoule de son 50è protocole sanitaire en dix-huit mois, Blanquer passe à la désagréable paëlla de son séjour à Ibiza durant la trêve des confiseurs, d’où il a annoncé le 49è protocole

Il n’en fallait pas plus pour que des activistes viennent danser en maillot de bain sous les fenêtres du ministère. 



Pour comble de drôlerie, la compagne de Jean-Michel Blanquer, Anna Cabana, a animé un débat sur la chaîne de télévision israélienne I24 sur le sujet… Pouvait-on donner un meilleur sentiment de connivence entre les medias et les politiques ?

Covid, fin des restrictions en Angleterre, appel du ministre de l’économie israélien, en Espagne etc…


 

 par | 20 Jan 2022 |

Certains pays commencent aussi bien à changer le narratif autour de la vaccination que leur stratégie de lutte contre l’épidémie.

En réalité, il n’y a plus de stratégie de lutte contre l’épidémie, pour une raison simple.

Omicron est tellement contagieux que seul un confinement très dur et très durable pourrait éventuellement ralentir sa propagation.

Mais, est-il dangereux ?

C’est là la véritable question. Si nous luttons comme il y a deux ans contre un virus qui fait 3,5 % de morts et qui embolise les services hospitaliers ce n’est pas la même chose que de lutter contre un virus qui n’est pas plus mortel, cette fois-ci, qu’une grippe. D’après les informations disponibles. Du coup, on laisse passer l’épidémie.

Pour certains pays, même tester n’a plus de sens. Si on ne teste plus, alors tout y passe, y compris les passes sanitaires ou vaccinaux. C’est ce qu’il commence à se passer au Royaume-Uni, ce qui est évoqué en Espagne ou encore en Israël.

Nous sommes face à une inflexion dans l’épidémie, et nous espérons tous que ce soit la fin d’un monde de restrictions, d’un monde étouffant et le début d’une période où nous pourrons sortir, nous prendre dans les bras, vivre, chanter, boire et danser.

[TRIBUNE] Zemmour victime d’une politique spectacle ?


 

Christian Vanneste 19 janvier 2022

Éric ressemble de plus en plus à la bille du flippeur (parlons français !) et notre vie politique au billard électrique. 

Sur le plateau - sur les plateaux, plutôt -, la bille est lancée. 

C’est elle la vedette, qui retient toute l’attention en pulvérisant les records d’audience. En arrière-plan, sur le fronton, s’allument les slogans et les critiques des concurrents. C’est le décor qui ne change pas depuis de nombreuses parties où la bille ne s’appelait pas Zemmour. On peut compter sur Pécresse pour débiter ses formules de disque rayé des campagnes précédentes, sur en progrès pour croire à son non-destin, sur pour y aller de ses manipulations coutumières, sans compter la faune de gauche pour faire entendre cris de putois, hurlements et aboiements divers. La gauche affichée n’est plus qu’un fond sonore. La gauche décadente, dite « progressiste », aimée des milliardaires, est à l’Élysée, c’est l’essentiel. Mais le côté répétitif du spectacle est lassant et c’est pour cela que les yeux sont tournés vers la bille : au moins, avec elle, quelque chose se passe. On s’ennuie moins.

Dans le fond, la bille a la destinée du taureau dans l’arène. Et notre spectacle politique tient de plus en plus de la corrida. C’est le taureau qui en est le personnage principal, même si, après les escarmouches avec les toreros et les picadors, après les banderilles, c’est le matador qui sera élu au second tour. Cette fois, pas de doute, le scénario a été revu : au lieu de la mise à mort, devenue classique, du candidat réputé d’extrême droite, un taureau inattendu, plus petit mais plus vif que les autres, est rentré sur la piste et se bat avec une énergie rare. Pas étonnant que tous les toreros s’attaquent à lui : s’il venait à encorner le matador, c’est toute la profession qui serait humiliée, et le spectacle, de solennel et terrible, en deviendrait ridicule au point de cesser ses représentations. La politique pourrait redevenir ce qu’elle a été jadis : une occupation sérieuse d’hommes responsables face au tragique de l’Histoire.

Jordan Bardella habille le paltoquet pour l'hiver


mercredi 19 janvier 2022

Appel à affamer les non-vaccinés : je fais citer le docteur Masson en correctionnelle !


 
Jean-Philippe Masson, président de la FNMR
 
19 janvier 2022

Chacun se souvient que, au mois de décembre, le médecin radiologue Jean-Philippe Masson, avait appelé à affamer les non-vaccinés sur la boucle WhatsApp lancée par l'Institut Santé de Frédéric Bizard, qui compte 90 membres éminents (dont moi-même, exclu depuis cette date). 

J'ai décidé de le poursuivre en justice pour incitation publique à la haine. L'audience, qui aura lieu le 21 mars, sera l'occasion de connaître le point de vue des juges sur le discours très macroniste du "j'emmerde les non-vaccinés". 
 
 

Je vous avais parlé, au mois de décembre, de cette boucle WhatsApp de l‘Institut Santé de Frédéric Bizard, qui prône “l’autonomie solidaire en santé”. Autonomie, on veut bien croire. Solidaire, on comprend un peu trop ce que cela signifie : solidaire entre certains, mais pas entre d’autres.

Le docteur Jean-Philippe Masson se lâche sur WhatsApp

Pour promouvoir son obscur institut, énième structure de lobbying dans le domaine de la santé, Frédéric Bizard avait lancé une boucle WhatsApp avec des personnalités diverses (dont votre serviteur). Dans la pratique, cette boucle a surtout servi de caisses de résonance à des médecins en mal de reconnaissance.

Dans ce cadre, plusieurs figures de la santé, comme le docteur Jean-Philippe Masson, radiologue à Carcassonne et président (réélu, donc expérimenté) de la Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR) ont échangé sur la meilleure façon de convaincre les non-vaccinés de se faire vacciner. 

Nous étions en décembre, en pleine campagne orchestrée par Mc Kinsey et par le gouvernement, de persuasion sur le danger que les non-vaccinés représentent (prétendument) pour les vaccinés. 

Cette ambiance très guerrière a suscité des vocations. Nous vous l’avions raconté : le docteur Masson, avec quelques autres, a trouvé l’idée du siècle, interdire aux non-vaccinés de se ravitailler. Condamnés à la faim, ils seraient bien obligés de subir l’injection. 

Planet Lockdown - le documentaire qui complète Hold-Up et Ho


 

libreinformations.be

Macron et McKinsey : l’idylle d’enfer – JT du mercredi 19 janvier 2022


Au programme ce soir, focus sur le cabinet de conseils américain McKinsey. 

Considéré comme le prestataire essentiel de la macronie dans la gestion logistique de la crise sanitaire, McKinsey était entendu mardi au Sénat. Une audition loin d’avoir évacué les accusations de conflits d’intérêts et de liens troubles avec le président de la République… Nous faisons le point sur ce prestataire incontournable de la Macronie.

Également au programme de cette édition, nous partirons en Espagne où la politique sanitaire tranche avec la coercition d’Emmanuel Macron.

Et enfin, une page présidentielle avec la candidature Taubira qui ne fait toujours pas décoller la gauche socialiste. Un personnage providentiel en forme de mauvaise pioche !

Les années micron laisseront dans l'histoire l'impression d'un foutage de gueule permanent

 

 

Remboursez! et foutez moi tous ces escrocs en cabane

La stupidité de youtube qui censure à tout va en oubliant qu'elle n'est plus le seul support de la réinformation


 


La honte: le paltoquet hué lors de son arrivée au Parlement européen


Le pass vaccinal expliqué en 2 minutes


« Attention !! Choc pétrolier en cours ! » L’édito de Charles SANNAT



par | 19 Jan 2022

 Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Attention les amis. « Pétrole : le Brent au plus haut depuis 2014, dopé par des tensions sur l’offre »

« Les perturbations de l’offre en Libye et au Nigeria et la remontée de la demande expliquent entre autres cette hausse.Les perturbations de l’offre en Libye et au Nigeria et la remontée de la demande expliquent entre autres cette hausse. Le cours du baril de Brent de la mer du Nord a atteint près de 87 dollars, et pourrait encore grimper ».

« Le prix du pétrole de Brent a atteint mardi un plus haut en sept ans, dopé par les perturbations de l’offre en Libye et au Nigeria entre autres, et par une remontée de la demande, malgré le variant Omicron. Le cours du baril de Brent de la mer du Nord évoluait à 86,95 dollars mardi (+0,54 %), dépassant ainsi son record d’octobre 2014 (86,74 dollars) ». 

Entre les interruptions de production «en Libye, au Nigeria, en Angola, en Équateur et, plus récemment, au Canada en raison du froid extrême», selon Hussein Sayed, analyste chez Exinity. «Les marchés restent concentrés sur l’équilibre délicat entre l’offre et la demande, qui semble avoir un impact assez important sur les fluctuations de prix tout au long de la reprise économique post-pandémie», remarque Walid Koudmani, analyste chez XTB ».

Enfin, il ne faut pas oublier le risque géopolitique avec les probabilités de conflit entre la Russie et l’Ukraine qui pourraient avoir un impact terrible sur l’approvisionnement de l’Europe en gaz russe.

Du côté des producteurs de pétrole, OPEP+ personne ne semble vouloir produire plus pour faire baisser les prix. Il y a une grande logique à cela. D’abord les pertes des pays pétroliers ont été considérables lors des confinements et notamment du premier avec des prix du pétrole qui sont devenus négatifs.

Pour Valérie Pécresse, le passe vaccinal ne sert à rien : c’est pour ça que les LR ont voté majoritairement pour !


 
 
 
Georges Michel 18 janvier 2022

Le passe vaccinal a donc été voté dimanche. 215 voix pour, 58 contre, 7 absentions. 

Les deux tiers des LR ont voté pour. Dont acte. 

Lundi, Valérie Pécresse, candidate à la présidence de la République, était l’invitée de Sonia Mabrouk sur Europe 1. Très intéressant. La présidente de la région Île-de-France y a dénoncé une « une gestion complètement chaotique avec un gouvernement qui a en permanence un train de retard. Il aurait fallu distribuer les auto-tests dans les classes comme JE l’avais demandé dès septembre… »

La journaliste coupe l’héritière présomptive de Chirac : « On ne va pas refaire le match… » Réponse : « C’est important, faut quand même tirer les enseignements de ce qui n’a pas été fait… » On est d’accord et ça vaut sans doute aussi pour celle qui est aujourd’hui candidate à la fonction suprême et qui fut, jadis, ministre de Sarkozy. Passons. « Oui mais sur le passe vaccinal, est-ce que vous-même les tirez, ces enseignements. La droite s’est divisée… Est-ce qu’il est nécessaire, ce passe vaccinal ? » L’art d’appuyer où ça fait mal et de poser les bonnes questions. Réponse de Valérie Pécresse : « Le sujet, aujourd’hui, est simple, il aurait fallu repousser d’une semaine la rentrée des classes comme JE l’avais demandé… » Et suit un baratin sur le registre « MOI, je ne gouvernerai pas comme ça, MOI, je ferai comme ci, etc. » Mais Sonia Mabrouk n’étant pas du genre à se laisser embarquer là où elle ne veut pas qu’on la mène rétorque : « Mais vous ne répondez pas sur le passe vaccinal… » Et puis un joli et émouvant couplet, histoire de gagner du temps à l'antenne, sur la désespérance des parents, des enseignants. Toutes choses vraies et bien réelles. Mais ce n’est pas la question de la journaliste...

Votre responsabilité est directement engagée lorsqu'il y a crime contre l'humanité




 

Publié le 18 Jan 2022 

L'Aile à Stick

 Tout ça va se payer un jour, avis à tous les petits collabos qui font preuve d'un zèle pour le moins lamentable


Les actions passées et cachées de Valérie Pécresse


 .blast-info

Quand elle remplit sa déclaration d’intérêts (une obligation au titre de la transparence), Valérie Pécresse écrit « néant » à la ligne réservée aux participations financières depuis 2015 et son arrivée à la tête de la région Ile-de-France. 

Validées notamment par la HATVP, ces documents délivrent au citoyen une information tronquée. 

Contrairement à ce qu’indiquent ses déclarations de 2016 et 2017, la candidate à la présidentielle détenait un beau paquet d’actions, dont la valeur fait d’elle une multimillionnaire (avec son époux). Pour réussir ce tour de passe-passe, l’ancienne ministre du Budget a eu recours à un montage inédit : une fiducie, l’équivalent des Trust anglo-saxons. Nos révélations.

A la HATVP (Haute autorité pour la transparence de la vie publique), on aime le travail bien fait. Et on sait prendre son temps – celui pour instruire les dossiers déposés par les milliers d’élus, grands et petits, que compte la République. A la page dédiée à Valérie Pécresse sur le site de cette autorité indépendante, aucune déclaration à lire. En revanche, la même mention apparaît depuis des semaines : « Déclaration déposée - publication à venir ». Frustrant pour le citoyen qui veut connaître la réalité du portefeuille de celle qui brigue la fonction suprême, après avoir créé la surprise lors de la primaire LR. 

Sollicitée par nos soins, la HAVTVP n’a pas été en mesure de préciser la date de cette « publication à venir », se contentant de confirmer ce que nous savions déjà par mail : « sa déclaration d’intérêts (1) ne sera rendue publique qu’après vérification, contrôle et examen par le collège de la Haute Autorité, écrit à Blast son directeur de la communication. Ces procédures prennent du temps, justifie le même, compte tenu du volume des déclarations à contrôler et des moyens limités de la Haute Autorité ». Le temps donc, toujours le temps. Résultat, à trois mois du premier tour de la présidentielle, on doit se contenter du « néant » des déclarations antérieures de Valérie Pécresse.

Le retour du néant ?

La championne de la droite doit normalement se fendre de deux déclarations : la première, à l’instruction et dont la « publication [est] à venir », la patronne de Libres ! l’a remplie dans la foulée de sa réélection de juillet 2021 à la tête de la première région de France ; la seconde, comme tous ses concurrents à la présidentielle (2), elle doit la déposer dans les prochains jours. Ces déclarations (de patrimoine, d’intérêts et d’activités) « seront visées par le Conseil constitutionnel et rendues publiques par la Haute Autorité au moins 15 jours avant le 1er tour, indique la HATVP toujours par mail, sans vérification préalable de leur contenu ». Ni contrôle, ni avis donc. Dans ces conditions, la fameuse mention « néant » risque de perdurer.

mardi 18 janvier 2022

Le maître et ses perroquets


Via lactudissidente

Aujourd’hui, honnêtement, je pourrais me taire, je pourrais me cacher et espérer sortir de cette crise en n’ayant choqué ou déplu à personne, priant que je puisse enfin recommencer à vivre normalement et gagner ma vie… Mais non…

Et tous ceux et celles qui s’étonnent de mes positions clivantes en se disant « fans » du groupe IAM, vous avez sûrement du vous arrêter à « je danse le mia » mais vous ne semblez pas connaître les positions que nous défendons dans de nombreux textes depuis 30 ans.

Si mon obsession était de gagner plus d’argent, je serais un perroquet, un bon gros perroquet docile qui répète et imite sans connaître le sens des mots, la voix de son maître. Amis journalistes, docteurs, chercheurs, artistes et citoyens, c’est dans les temps difficiles qu’on affirme ses positions, qu’on prend des risques, ce n’est pas lorsque tout est fini qu’on distille des « Je le savais mais je ne pouvais rien dire ».

A titre personnel, professionnellement parlant, je n’ai rien à gagner en prenant position, en tant que père, ami et mari, je ne peux pas me taire, c’est une question d’honneur, de bon sens, d’honnêteté et de cohérence avec 30 ans de textes.

Ce qui m’a motivé à clarifier mes positions une bonne fois pour toutes, c’est la tribune du professeur Grimaldi dans le JDD, qui pense que les non-vaccinés doivent être responsables et signer une attestation de refus de prise en charge en réanimation en cas d’infection due au COVID19.

Vous êtes docteur monsieur Grimaldi ? Vraiment ? Vous avez prêté serment ? Vous vous rendez compte de ce que vous dites ? Vous êtes diabétologue c’est bien ça ? C’est comme si des personnes qui font du sport et mangent sainement demandaient bêtement à la partie non héréditaire de vos patients qui est diabétique de signer une attestation de non prise en charge en réanimation, car ils ne veulent pas que des gens qui ont mangé et bu de la « merde » prennent leur place en cas de saturation du service. Ce serait au minimum stupide, au maximum criminel.

Et puisqu’on y est, allez, une attestation à la caisse du bar-tabac pour les fumeurs (150.000 décès en France en 2 ans), une attestation électronique pour ceux qui dépassent 50 km/h en ville, une attestation à la caisse des fast-foods, une attestation pour ceux qui boivent de l’alcool à la maison, en soirée ou au restaurant, lors de vos repas entre collègues (100.000 décès dus à l’alcool en France en 2 ans), une attestation pour les gens inactifs…

Puisque je suis contribuable, selon votre logique, je peux y prétendre et allons-y, construisons une société où chacun édicte ses propres règles et ses propres lois. Ce n’est pas possible, on va droit dans le mur. Le bon vieux mur du con.