Translate

vendredi 9 décembre 2022

Praud : ( les suspendus ) « Il n’y a aucune raison médicale. Juste une volonté de la MACRONIE de PUNIR ceux qui n’ont pas OBÉI »



La Grande Évasion : 14 migrants marocains en Espagne grâce à un faux accouchement !



  Arnaud Florac 8 décembre 2022

On ne cesse de nous dire que l'immigration illégale, parmi ses nombreux bénéfices, aide à résorber la pénurie de main-d'œuvre sur les métiers « en tension ». 

Mauvais esprits, passez votre chemin : nos ont du talent et, parmi les métiers en tension qu'ils pourraient exercer pour le bénéfice de toutes et tous, de chacune et chacun, il y a celui, un peu inattendu certes, d'intermittents du spectacle.

Les métiers de la scène et du spectacle vivant gagneraient tout à faire confiance, par exemple, à ces ressortissants marocains qui voyageaient, dans la nuit du 6 au 7 décembre, sur un vol commercial reliant Casablanca à Istanbul.

Alors que l'avion survolait l'Espagne, une femme semblait sur le point d'accoucher. Alerté par les passagers, le pilote a posé son avion en catastrophe sur le tarmac de l'aéroport de Barcelone. Une ambulance et trois patrouilles de attendaient au pied de l'appareil pour pouvoir emmener rapidement la future maman à la maternité. Las ! La femme qui se déclarait sur le point d'accoucher, si elle était bel et bien enceinte, pouvait encore largement attendre et n'avait pas, comme elle le déclarait, perdu les eaux. En revanche, ce qui était bien réel, ce sont les vingt-sept Marocains qui se sont échappés de l'appareil et ont pris la poudre d'escampette. Cinq d'entre eux sont revenus spontanément (on ignore encore pour quelle raison), neuf (dont la femme enceinte) ont été arrêtés et inculpés de troubles à l'ordre public. Les quatorze autres sont encore dans la nature.

Bruno, 100 € de chèque gasoil et rien pour les entreprises et les artisans qui vont tous crever !

 

 

Rantanplan

 par | 9 Déc 2022 |

 

C’est l’histoire de la paille et de la poutre.

Bruno, il est sympa et mignon. Je le connais bien moi Bruno, cela fait des années que je travaille avec lui. Lui ne sait pas que je travaille avec lui presque quotidiennement mais moi je sais tout ce que je lui dois.

Une panne d’inspiration ? Bruno.

Une idée à la con ? Bruno.

Envie de faire une vanne ou une bonne blague ? Bruno.

Non, franchement, je ne peux pas me plaindre de mon ministre de tutelle de l’économie, même si, nous, les greniers normands, on est un peu les oubliés de Bercy. On ne nous consulte pas souvent. Jamais même. Il faut dire que nous avons la réputation de lire dans les entrailles des poulets, alors que c’est faux. Nous lisons au mieux l’avenir dans des poules de cristal, mais que voulez-vous, c’est la suffisance parisienne qui regarde la province.

Bon allez, je cesse mes enfantillages pour vous parler d’un sujet nettement plus grave.

« Le gouvernement a annoncé une indemnité carburant de 100 euros pour aider les 10 millions de travailleurs les plus modestes. Des aides sont également attendues par les artisans pour faire face à la hausse des prix de l’énergie. Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances, était l’invité exceptionnel d' »Apolline Matin » ce jeudi sur RMC et RMC Story. Il a annoncé la prolongation du « guichet électricité » pour les artisans en 2023″.

Et oui, d’un côté l’ami Bruno gratifie 10 millions de gens d’une aide qui ne servira pas à grand-chose puisque 100 euros à l’année pour aider à faire le plein ce sera dans tous les cas trop léger et d’un autre côté il oublie complètement de traiter le vrai sujet.

Le seul sujet macro-économiquement sensible.

Le prix de l’électricité pour tous ceux qui ne bénéficient pas du bouclier tarifaire !

Alors Bruno nous explique le coup de l’amortisseur qui amortit la hausse à hauteur du carré de la puissance de l’hypoténuse avec un radius inversé, les jours pairs et uniquement lors des nuits de pleines lune lorsque le vent souffle d’est en ouest et que le loup hurle à la mort à minuit.

Bref, mon Bruno, ton amortisseur, c’est encore un truc d’énarque que même les polytechniciens d’EDF n’arrivent pas à mettre sur les factures.

Hé, Bruno, réveille-toi !!!

Vous n’arrivez plus à rien !

C’est à force de vouloir faire rentrer du tarabiscoté et des ronds dans le triangle.

Alors que Bruno est confortablement assis dans son fauteuil de ministre, il pousse même un coup de gueule à la place de ceux qui, croulent sous les charges, les impôts, les taxes et les autres rapines publiques.

Conserver notre électricité pour éviter la pénurie


 

Daniel Fédou 8 décembre 2022 

On a expliqué que la hausse du prix de l’électricité en était principalement due au système de tarification européen, qui aboutit à indexer les prix de vente sur le coût des productions faites à partir du gaz. 

De fait, le prix de ce dernier a fortement augmenté. Mais cette forme de production est marginale en France : en volume, 6,3 % en 2021, l’essentiel (plus de 80 %) ayant été fourni par le nucléaire et l’hydraulique. La hausse des coûts du gaz ne peut donc peser que marginalement sur les prix de revient de l’électricité en France.

Le système européen de tarification est une des conséquences des mesures proposées par la Commission européenne depuis plusieurs années pour améliorer le fonctionnement du marché européen de l’électricité. Le but affiché est que « les consommateurs européens puissent bénéficier d’un choix élargi et d’une concurrence renforcée propice au maintien des prix à un niveau bas… ».

Comme d’habitude, la Commission a cherché les moyens d’y parvenir dans la libéralisation des échanges : elle a voulu s’appuyer sur les bienfaits supposés des mécanismes libéraux, afin de prendre les mesures nécessaires « pour établir un marché réellement concurrentiel de l’énergie ». En l’espèce, la Commission a choisi d’instaurer une plus grande concurrence entre producteurs et entre distributeurs d’électricité. Le moyen principal en a été la « dissociation », c’est-à-dire une séparation aussi nette que possible entre ces deux types d’activités pour faciliter la venue de concurrents aux opérateurs historiques.

C’est ainsi qu’EDF a été coupée en trois morceaux pour donner naissance à deux nouvelles sociétés anonymes : RTE (Réseau de transport d’électricité), chargé des lignes à haute tension qui amènent le courant aux postes de transformation, et Enedis, gestionnaire du réseau situé en aval qui alimente les consommateurs finals.

Deux échecs patents

« Vaccins : un plan mondial », mars 2019 – Nexus #121 (Article en accès libre)


Nexus #121
 
 

Senta Depuydt, journaliste indépendante belge et présidente de l’association Children’s Health Defense, est spécialisée dans la question des politiques vaccinales mondiales. 

En mars 2019, elle publiait dans le magazine Nexus n°121 une vaste enquête sur l’idéologie politique, institutionnelle et industrielle de la vaccination dans ce qui semblait émerger en tant que marché global mondial. 

Nous avons décidé de vous la proposer en accès libre, ainsi qu’un second article d’elle paru dans le même numéro, avec en bonus un entretien vidéo avec elle tourné en février 2022.

Le travail de Senta Depuydt a récemment été découvert par beaucoup et reconnu comme étant « prophétique » puisqu’il décrivait avec précision, un an avant le début de la crise Covid, toutes les mesures liberticides et l’idéologie vaccinale qui allaient être imposées aux populations.

La prophétie n’est pas l’objectif du journalisme, mais lorsqu’il se confond avec, alors on peut parler d’une enquête bien menée !

◆ Un article qui fait le buzz 3 ans après sa parution

Notre article de mars 2019 a rencontré un vif succès et a généré un buzz début janvier 2022 sur les réseaux sociaux : Twitter, Telegram, Facebook… Tout cela à partir d’un seul tweet de Rhume 19, dont le compte Twitter a été depuis suspendu. Les mots de cet article, avec le recul de la crise Covid, ont résonné fort dans l’esprit de beaucoup de Français :

Lire l'article complet sur nexus.fr

jeudi 8 décembre 2022

Ukraine : une guerre partie pour durer ? - JT du jeudi 8 décembre 2022


 

 Publiée le 08/12/2022

A la une de cette édition : encore et toujours la guerre en Ukraine qui rebat les cartes du jeu international.  

Attaque nucléaire, alliance et énergie, le point dans cette édition.

Un détour par la Hongrie ensuite avec nos correspondants locaux. Le pays qui tient une position d’équilibre entre Washington et Moscou subit la hausse du prix de l’essence.

Et enfin, retour en France pour évoquer l’épineux sujet du trafic de cigarettes !

Rétablissons les suspendus dans leurs droits – au nom de la liberté! – par Patrick de Casanove



8 décembre 2022

La réintégration des soignants non vaccinés est sur le devant de la scène. 
 
« Le ministre de la Santé, François Braun, se prononcera lorsqu'il aura reçu les avis de la Haute autorité de Santé et du Comité consultatif national d'éthique ». En réalité, le pouvoir politique masque son gouvernement tyrannique derrière la prétendue obéissance à des autorités neutres. C'est toujours cela que les totalitarismes commencent. Il est temps de revenir, avec Frédéric Bastiat, à une pensée de la liberté simple à déployer en actes. Pourvu qu'on en fasse la valeur la plus précieuse d'une société.
 
 

Rappels utiles

Un vaccin

            C’est une « Préparation administrée pour stimuler le système immunitaire de manière à développer une immunité durable contre une maladie »

            Un vaccin n’est pas conçu pour protéger « les autres ». Il est conçu pour protéger la personne vaccinée. Il lui évite d’être malade, symptomatique ou non (porteur sain), en induisant une réponse immunitaire protectrice.

            Pour faire simple chez une personne vaccinée l’immunité engendrée lui permettra de détruire la bestiole ciblée par le vaccin.

– Soit il est efficace la bestiole est tuée par le système immunitaire qu’il a préparé. La bestiole n’existant plus, elle ne peut être transmise.

– Soit il n’est pas efficace et la bestiole n’est pas tuée, elle est toujours présente et peut être transmise.

            Par conséquent tester les vaccins pour vérifier qu’ils empêchent la transmission de la pathologie est sans objet. Le fond du problème est l’efficacité, ou non, du vaccin pour protéger la personne vaccinée. Tout le reste en découle.

            Nul besoin d’être médecin ou scientifique pour comprendre ça. Il suffit de savoir lire le dictionnaire et d’avoir du bon sens.


Le vaccin contre les COVID

L’efficacité douteuse du vaccin était flagrante dès les premiers résultats des études des laboratoires. Voici une diapo largement diffusée pour démontrer l’efficacité vaccinale :

 

Prenons le Moderna. 30000 volontaires, 90 infectés soient 0,3 % ce qui est très peu et en dit long sur la maladie. Sur ces 90 personnes, 5 % avaient reçu le vaccin et 95 % ne l’avaient pas reçu. Le différentiel est d’environ 85 personnes. L’efficacité prétendue est : 85/0,90 = 94,44 % (95%) On peut supposer que les cohortes étaient en quantité égales. En réalité, pour éviter 85 infections, soit 0,56 %, il a fallu vacciner 15000 personnes!

            En toute honnêteté il n’était pas possible de conclure à l’intérêt de la vaccination.

            Il n’est guère sérieux d’accuser le ministère de la santé de « complotisme ». Pourtant, « l’efficacité partielle », bel euphémisme, a été reconnue par le ministère de la santé français dans son mémoire en défense du 28 mars 2021 devant le conseil d’État dans l’affaire 450956 : On y lit :

« comme on le sait, l’efficacité des vaccins n’est que partielle. (…) cette efficacité des vaccins est devenue particulièrement contingente du fait de l’apparition des nouveaux variants. (…) les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin ou de réinfection post-vaccinale, (…) le vaccin ne les empêche pas de transmettre le virus aux tiers. »  

Un député allemand : Le complot de coup d’État est un exemple des tactiques de diversion du gouvernement


 8 décembre 2022
/Réseau International

par Russia Today

Eugen Schmidt, du parti AfD, a déclaré que l’arrestation des prétendus conspirateurs était un écran de fumée dans le contexte de la crise énergétique. 

Un député du parti de droite Alternative pour l’Allemagne, Eugen Schmidt, a remis en question les affirmations des autorités selon lesquelles un groupe d’adeptes de QAnon aurait fomenté un coup d’État pour renverser le gouvernement allemand. Le député a affirmé que le pouvoir en place à Berlin avait organisé l’arrestation de dizaines de personnes mercredi dans le seul but de détourner l’attention des Allemands d’une crise énergétique de plus en plus aiguë. 

S’adressant au média russe Izvestia mercredi, M. Schmidt a souligné que la grande majorité des suspects ont 60, voire 70 ans. Il a noté que les troupes d’élite qui, selon les autorités, faisaient partie de la conspiration avaient servi avant 1990, lorsque la République démocratique allemande existait encore, et a ajouté que ces soldats avaient « largement dépassé l’âge d’or ».

Dans cette optique, le député a fait valoir que la position officielle selon laquelle ces individus avaient prévu de prendre d’assaut le Parlement allemand semble tout à fait « absurde » et « ridicule ». 

Pierre Brochand (ex-DGSE): «Pourquoi l’immigration est l’enjeu central de notre vie publique» D’où venons nous ?


Image

 resistancerepublicaine

Par la crapulerie de nos « élites » depuis 40 ans, la France est placée dans une situation catastrophique.


L’immigration folle que nous vivons, et que le traître Macron intensifie encore aujourd’hui, est le coeur du coeur de nos problèmes gravissimes.

Pierre Brochand, qui a déjà alerté lors d’un colloque de la Fondation « Res Publica » (proche de de Chevènement) du péril immense que nous fait courir cette immigration folle , synthétise ici le dossier dans une allocution aux Gaullistes du Sénat.

Et, surtout, apporte des solutions à discuter largement.

Le texte étant assez long je l’ai découpé en trois parties que « Résistance Républicaine » diffusera successivement.

Pierre Brochand (ex-DGSE): «Pourquoi l’immigration est l’enjeu central de notre vie publique»

EXCLUSIF – Le 15 novembre, l’ancien patron des services secrets et ambassadeur a prononcé un discours sur l’immigration à l’Amicale gaulliste du Sénat. Un texte exceptionnel que Le Figaro s’est procuré. Pierre Brochand y résume tous les enjeux que fait peser une immigration incontrôlée et propose des solutions.

Pierre Brochand a été directeur général de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) de 2002 à 2008, ainsi qu’ambassadeur de France, notamment, en Hongrie et en Israël. Il est intervenu lors d’un colloque de la Fondation Res Publica sur le thème: «Pour une véritable politique de l’immigration».

AMICALE GAULLISTE DU SÉNAT

Intervention de Monsieur Pierre Brochand, Ambassadeur de France

15 novembre 2022-Salons de Boffrand de la Présidence du Sénat

 

Monsieur le Président du Sénat,

Monsieur le Président de l’Amicale gaulliste,

Mesdames et Messieurs les sénateurs,

Je vous remercie de votre invitation. Elle est un grand honneur, pour quelqu’un qui a commencé à servir la France sous le Général de Gaulle et en garde, évidemment, une admiration inconditionnelle.

Vous m’avez demandé de parler d’immigration et j’ai suggéré qu’on ajoute « enjeu central ». J’aurais pu aussi bien proposer « enjeu principal ».

Pour deux raisons :

– D’un côté, j’estime que, de tous les défis qu’affronte notre pays, l’immigration est le seul qui menace la paix civile et, à ce titre, j’y vois un préalable à tous les autres.

– D’un autre côté, l’immigration exerce sur l’ensemble de notre vie collective un impact transversal, que je tiens pour globalement négatif.

Mais, faute de temps, je négligerai ce second aspect, qui se traduit concrètement par une tiers-mondisation rampante de la société française et sa régression continue dans des domaines clés, tels que l’éducation, la productivité, les services publics, la sécurité, la civilité, etc.

En d’autres termes, si tout ce qui va mal en France n’est pas la faute de l’immigration, loin s’en faut, elle y participe dans une mesure, à mon avis, très sous-estimée.

Disant cela, je précise aussitôt que mon sujet n’est pas l’immigration en général, laquelle n’est pas du tout un mal en soi, mais bien l’immigration très particulière que nous subissons depuis 50 ans.

Qui suis-je pour sonner le tocsin ?

A priori, je n’y étais pas destiné, puisque j’ai suivi un parcours exclusivement extérieur. Mais, avec le temps, je me suis aperçu, non sans angoisse, que les dures leçons, tirées de mes expériences au-dehors, s’avéraient de plus en plus pertinentes au-dedans, dès lors que, par le jeu de l’immigration, ce « dehors » était devenu notre « dedans ».

Quels sont ces enseignements ou ces vérités pas toujours bonnes à dire ?

D’abord, que le réel du monde n’est ni joli, ni joyeux, et qu’il est suicidaire de l’insulter, car, tel un boomerang, il se venge au centuple. Ensuite, que, dans l’action, le pire des péchés est de prendre ses désirs pour des réalités. Que, si le pire n’est pas toujours sûr, il vaut mieux le prévoir pour le prévenir.

Que les sociétés « multi » sont toutes vouées à se déchirer.

Que nous ne sommes pas plus « malins » que les Libanais ou les Yougoslaves, pour faire « vivre ensemble » des gens qui ne le souhaitent pas.

Et, enfin surtout, que, dans les relations entre groupes humains, personne ne fait de cadeaux à personne, que les conseilleurs – fussent-ils le New York Times ou SOS Méditerranée – ne sont jamais les payeurs et que, si nous ne prenons pas en charge nos intérêts vitaux, nul ne le fera à notre place.

Deux indications complémentaires :

D’une part, je ne m’embourberai pas dans les chiffres. Car, avec près d’un demi-million d’entrées annuelles et un taux de 40% d’enfants de 0 à 4 ans d’origine immigrée, la cause me paraît entendue sur ce plan.

D’autre part, il est clair qu’à ce niveau-là, nous ne sommes plus dans l’addition de cas individuels – tous singuliers -, mais bien dans la réactivation de puissantes forces collectives, ancrées dans l’Histoire. Si bien que procéder à des généralisations raisonnables – ce que l’on conspue en général sous le nom d’amalgame – n’a en fait, pour moi, rien de scandaleux.

Ceci posé, je diviserai mon intervention en trois parties :

D’où venons-nous ?

– Où en sommes-nous ?

– Où allons-nous ?

 

1. D’où venons-nous, ou, si l’on préfère, de quelle immigration est-il question ?

Commençons par tordre le cou au « canard », selon lequel la France aurait toujours été un pays d’immigration. Pendant 1000 ans, des Carolingiens à Napoléon III, rien ne s’est produit.

Depuis 1850, en revanche, nous avons connu trois vagues :

La première a duré un siècle. D’origine euro-chrétienne, discrète, laborieuse, reconnaissante, régulée par l’économique et le politique, elle a représenté un modèle indépassable de fusion réussie.

La deuxième a commencé dans les années 1970 et n’a fait que s’amplifier depuis. Elle est l’exact contraire de la première.

C’est une immigration de peuplement irréversible, qui n’est calibrée ni par l’emploi, ni par le politique, mais engendrée par des droits individuels, soumis au seul juge national ou supranational. Nous sommes, donc, submergés par des flux en pilotage automatique, « en roue libre », dont les Français n’ont jamais explicitement décidé.

Mais, surtout, l’écart identitaire qui nous sépare des arrivants n’a aucun équivalent dans notre Histoire.

Tous viennent du «tiers-monde», de sociétés hautement défaillantes, et la majorité est de religion musulmane, ainsi qu’originaire de nos anciennes colonies. De plus, tous sont, comme on le dit aujourd’hui, « racisés ».

La troisième lame a été déclenchée, il y a 10 ans, par le soi-disant « Printemps arabe », dont elle est une des conséquences néfastes. C’est pourquoi elle a d’abord pris la forme d’une crise d’urgence, rapidement devenue permanente, sous l’impulsion d’un nouveau dévoiement du droit, cette fois le droit d’asile, au besoin conforté par le droit de la mer et celui des mineurs.

2. Où en sommes-nous ou « l’état des lieux » ?

« William Saurin cesse sa production en France et ferme ses usines. L’industrie agro-alimentaire détruite par l’énergie. Que mangera-t-on en 2023? ». L’édito de Charles SANNAT



 

par | 8 Déc 2022 |

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Bravo Monsieur le président.

Bravo le Mozart de la finance. Non vraiment, les félicitations du jury s’imposent.

Réussir en France, un des pays à la terre la plus fertile, un pays d’agriculteurs remarquables, une industrie agro-alimentaire de renommée mondiale, réussir donc, en France, à faire fermer les usines de la société William Saurin c’est remarquable et je tenais à cet hommage appuyé et public au Mozart du palais de l’Elysée qui nous joue la 6ème symphonie (c’est sa 6ème année de mandat) du désastre.

Un désastre annoncé ici depuis des mois.

Les prix de l’énergie ne sont pas compatibles avec une économie fonctionnelle.

C’est tout.

Vous pourriez me dire, oui mais c’est qu’il n’y a plus d’énergie.

Je vous dirais que non, pas du tout !

Il n’y en a potentiellement pas assez s’il fait trop froid et sur quelques jours nous pourrions avoir un problème de quantité, mais globalement il n’y a pas de problème d’offre, il y a juste un problème de calcul de prix de vente de l’électricité. En gros cela coûte 0.50 cts à produire mais on nous oblige à acheter à 150, 200 parfois 300 euros l’unité et c’est même monté à plus de 1 000. C’est juste une immense organisation de voleurs en bande européenne organisée.

Quand les choses vont trop loin, le pire arrive. Il n’est pas souhaitable, mais parfois il arrive et ce n’est pas faute encore une fois de prévenir. A ces niveaux de prix, on ne peut pas produire.

Donc, si on ne fait rien, nous allons vers un effondrement brutal qui aura lieu lors du premier trimestre 2023 et qui prendra environ 3 mois.

Brutal et cinétique rapide pour ceux que cela intéresse.

Voici ce que rapporte le très sérieux et conventionnel Le Figaro.fr ici

William Saurin et Garbit mettent la quasi-totalité de leur production à l’arrêt

Petit coup de tonnerre dans l’alimentaire. Leur propriétaire Cofigeo va arrêter temporairement, dès le 2 janvier, quatre de ses huit usines en France.

« Un point de rupture ». En évoquant la semaine dernière le mur énergétique que s’apprêtent à affronter de nombreuses sociétés agroalimentaires françaises, Mathieu Thomazeau, le président de Cofigeo (William Saurin, Garbit) reconnaissait à demi-mot l’impossibilité pour ses conserveries françaises de continuer à fonctionner au vu des prix de l’énergie.

Sciences Po : Une enseignante contrainte de quitter son poste pour avoir osé dire « homme » et « femme » pendant son cours


 Clémence de Longraye 7 décembre 2022


La montée du totalitarisme woke à Sciences Po Paris n’est pas une nouveauté.

En cette fin d’année 2022, une professeur de danse, attachée au respect de son art, en a fait les frais. Refusant de se soumettre à la doxa woke et à la théorie du genre, cette enseignante a été contrainte d’abandonner son poste. Récit.

Contacté, Science Po n’a pas donné suite à nos sollicitations.

« Des propos à caractère discriminatoire »

Forte de ses ascendances corréziennes et hautes-savoyardes, Valérie refuse de baisser les bras face à l’emprise woke. Après huit années de bons et loyaux services à Sciences Po, cette professeur passionnée de danse préfère se retirer plutôt que de se soumettre aux impératifs de la théorie du genre.

Tout débute à la rentrée universitaire 2022. Sans qu’elle ne le remarque, modifie les catégories d’inscription pour ses cours de danse. Fini « homme » et « femme » ; désormais, place à une nouvelle classification : « leader » et « follower ». « Au début, je me suis dit qu’ils avaient mis les catégories en anglais pour qu’elles soient plus compréhensibles par les élèves étrangers », raconte-t-elle naïvement. Mais rapidement, l’enseignante déchante. Dès les premiers cours, ne tenant pas compte de la nouvelle nomenclature, elle décide de répartir ses élèves selon les catégories « homme » et « femme ». La sentence ne se fait pas attendre.

« J’ai reçu un coup de téléphone de Sciences Po. Ils m’ont dit qu’un élève s’était plaint de mon comportement, que je l’avais mis mal à l’aise. Ils m’ont demandé de respecter les "principes d’inclusion" et la charte éthique de l’école », explique-t-elle auprès de BV. Mais Valérie refuse de se soumettre à de telles injonctions. Elle leur explique que la danse est « un art de complémentarité », que la femme ne peut être réduite au rôle de « followeuse » (« suiveuse ») et que la nature physique et biologique est faite pour que les hommes dansent les rôles d’hommes et les femmes les rôles de femmes. Malgré les justifications, rien n’y fait. La direction de la vie de campus et de l’engagement lui explique alors, dans un échange de mail que BV a pu consulter, que « des propos avaient été perçus par certain.e.s étudiant.e.s comme non adaptés » (sic). Et d’ajouter : « Les propos à caractère discriminatoire ou perçus comme tels notamment liés à l'orientation sexuelle n'ont pas leur place dans les activités que nous proposons à nos étudiant.e.s » (sic). Autrement dit, si Valérie souhaite continuer à donner des cours aux élèves de Sciences Po, elle ne devra désormais plus constituer les couples sur la base « du genre ou sexe des participants ». Pour Valérie, « c’est de la folie ! »

L'affaire Alexandre Juving-Brunet : "Le Franc Libre", le cœur de l'affaire !



ActuPlus11 
  BARON Sylvain 6 12 20122 https://youtu.be/07N5BLH34zE
 
 L'affaire Alexandre Juving-Brunet : Ou l'importance de l'examen juridique de la résistance monétaire
 
 Le 25 novembre 2022, Alexandre Juving-Brunet, patriote dont j'apprécie les initiatives et réflexions, a été incarcéré pour "escroquerie en bande organisée". 
 
Si je ne souhaite pas remettre en cause la volonté d'Alexandre d'outiller la résistance française pour nous battre avec une certaine efficacité, son histoire témoigne que l'on ne peut jouer de la monnaie sans un examen juridique pertinent des mécanismes que l'on souhaite mettre en œuvre. C'est pour le moins, la première partie de l'allocution livrée ici même en plus d'une réflexion sur un tout autre sujet pour conclure cet enregistrement. Je vous conseille le téléchargement de ce document pour mieux comprendre le cadre juridique autour de la révolte monétaire que je préconise dans cet enregistrement : https://drive.google.com/file/d/0B7L5-F_TUcRlYlRhNjJZeGNzSXc/view?resourcekey=0-FYkwXTxjZm0PfzsEuGqrew

A la fin des années 90 le nucléaire français était "la hantise et la phobie du monde allemand"



Vous comprenez pourquoi ils veulent nous désarmer?



Ami, entends-tu le vol noir du corbeau sur nos plaines?

Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne?
Ohé! partisans, ouvriers et paysans, C'est l'alarme!
Ce soir l'ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes!

https://youtu.be/0mStZvIg9Yg

mercredi 7 décembre 2022

C'est clair, ou il faut que je développe?


 Image

Allemagne:  Presque pas de soleil ou de vent pendant des jours, le réveil sera difficile


 Seit einer Woche kaum Sonne und Wind. Habeck will Frage, woher der Strom bei Dunkelflaute kommen soll, nicht beantworten


7 décembre 2022
blackout-news.de

Tout le monde sait que le soleil brille moins en hiver qu'en été.

 Le fait qu'il puisse être nuageux pendant des jours pendant la saison sombre et qu'il n'y ait pratiquement pas de vent est également assez courant. 

Cependant, le manque de soleil et de vent devient un problème lorsque l'intention est de générer 80 % des besoins en électricité d'un pays à partir de l'énergie solaire et éolienne. Mais c'est exactement l'objectif du gouvernement tricolore en Allemagne. Néanmoins, le gouvernement veut accélérer la sortie du charbon. Le ministre de l'Economie Habeck ne veut pas expliquer comment l'alimentation électrique fonctionnera alors.

Quasiment pas de soleil ni de vent pendant une semaine

En Allemagne, il y a eu un marasme noir pendant une bonne semaine. Ce n'est pas une situation rare en hiver. Cependant, cela pose d'énormes problèmes à la politique énergétique allemande. Car sans vent ni soleil, les systèmes solaires et éoliens ne génèrent que peu d'électricité. Au cours de la semaine écoulée, la proportion était parfois inférieure à dix pour cent des besoins totaux en électricité.
Quasiment pas de soleil ni de vent pendant une semaine. Habeck ne veut pas répondre à la question de savoir d'où doit provenir l'électricité pendant le marasme noir.Il y a eu peu de soleil et de vent depuis une semaine. Habeck ne veut pas répondre à la question de savoir d'où l'électricité doit provenir quand il fait noir

Le ministre de l'Économie Habeck veut augmenter la part des énergies renouvelables à 80 % d'ici 2032. Dans le même temps, la coalition tricolore veut fermer les dernières centrales nucléaires en avril de l'année prochaine et éliminer progressivement la production d'électricité au charbon encore plus rapidement que prévu. Comment c'est censé fonctionner?

Bulletin N°111. 100 000 morts ukrainiens, pétrole à $60, visite sur le front. 07.12.2022.


 December 7th, 2022

Macron, la pénurie et la banqueroute - JT du mercredi 7 décembre 2022


Publiée le 07/12/2022

A la une ce soir, la consommation d’électricité des Français diminue, les prix de l’énergie explosent et le risque de coupures s'intensifie.

Nous reviendrons ensuite sur un thème qui a occulté tout le reste de l’actualité pendant près de deux ans avant de disparaître… Pour revenir depuis quelques jours : le Covid-19.

Ils ont créé l’injection appelé VACCIN en 3H !!! Alors les covidiots, même pas un petit doute?

 

 

C'est beau la foi


Ils se moquaient tous des « survivalistes » et se demandent comment se préparer maintenant



Charles SANNAT

Dans cette vidéo je vous parle de préparation. 

Certains y voient forcément du survivalisme égoïste, d’autres comme moi de la prévoyance, collective et aussi altruiste et tournée vers les autres et l’expression de solidarités locales fortes. L’homme ne doit sa survie qu’à ses valeurs de prévoyances collectives et à ses capacités de collaboration.

Bonnes réflexions les amis.

Préparez-vous les amis. Préparez-vous.

Partagez sans modération.

A bientôt.

Amicalement.

Pour vous abonner gratuitement:

https://insolentiae.com/

Quand Dominique Voynet (EELV), ministre de l’Environnement de 1997 à 2001 nous explique « fièrement » comment elle a sabordé le nucléaire français à Bruxelles





Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

 

« Vent de révolte en Allemagne contre les Etats-Unis ». L’édito de Charles SANNAT



par | 7 Déc 2022 |

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Pour Oskar Lafontaine : « L’Europe paie le prix de la lâcheté de ses propres dirigeants ».

Oskar Lafontaine n’est pas n’importe qui.

Il né en 1943 en pleine Seconde Guerre mondiale. Il est le fils d’un boulanger mort au front, « il est élevé par les jésuites avant de suivre des études de physique. Depuis son adhésion au parti social-démocrate allemand (SPD), en 1966, il poursuit une ascension politique régulière dans la Sarre, devenant maire (1974-1976) puis super-maire de Sarrebruck (1976-1985), avant d’être ministre-président de la Sarre de 1985 à 1998 (à nouveau depuis 2009). Ses critiques à l’encontre du plan en dix points d’Helmut Kohl concernant la réunification allemande (et notamment son opposition à la participation de l’Allemagne unie à l’OTAN) lui valent de passer pour un opposant à l’unité allemande. Grièvement blessé d’un coup de couteau au cours d’un meeting en 1990, il se retire de la scène politique nationale. De retour en 1995, il est élu président fédéral du SPD. face à Rudolph Scharping, mais il doit s’effacer devant Gerhard Schröder comme candidat à la chancellerie en 1998. Nommé ministre des Finances dans le cabinet de ce dernier, il démissionne de toutes ses fonctions politiques, y compris de la tête du SPD, six mois plus tard, en 1999, pour protester contre les options qu’il juge trop libérales du chancelier : en effet, revendiquant l’héritage spirituel de Willy Brandt, O. Lafontaine prône la justice sociale, la lutte contre les privilèges des grandes sociétés et de leurs dirigeants mais aussi le refus de la participation allemande aux interventions au Kosovo ou en Afghanistan ».

Oskar Lafontaine aura toujours cerné et appréhendé la dangerosité de l’alignement des intérêts européens sur ceux de l’Otan qui ne sont rien d’autres que ceux des Américains et uniquement ceux des Américains. Il aura toujours horreur de la guerre et militera toujours pour l’indépendance de l’Allemagne.

[Vidéo] Les supporters marocains et algériens déferlent sur les Champs-Élysées


 Jordan Florentin 6 décembre 2022

Après la victoire du face à l’ en huitième de finale de la de la Fifa au Qatar, des milliers de supporters algériens, marocains, tunisiens, et même palestiniens, déferlent sur les dans une ambiance électrique. 

Le affrontera le Portugal ce samedi en quart de finale.

BV sera sur place, sur les Champs, pour couvrir la situation en cas de victoire de l’équipe marocaine.

 


« Patients sous respirateurs, rassurez-vous, ça va bien se passer… » (air connu)


 
 

 Richard Hanlet 6 décembre 2022

Il y a une semaine, notre Première ministresse émettait un message alarmant sur les coupures de courant à prévoir cet hiver. 

Peu de jours après - probablement à l’occasion d’un arrêt pipi entre Washington et la riante cité de Tirana, en Albanie -, le Président Macron apaisait nos angoisses avec un « Pas de panique, ça ne sert à rien ! » Une baffe, un baiser, une baffe, un baiser... nous sommes au point d’incandescence de l’art de communiquer « en même temps ».

Il est vrai que, comme en 14, il ne manque pas un bouton de guêtre au plan gouvernemental de rationnement de l’électricité. Surtout que ce ne sera pas partout, mais «dans une configuration en peau de léopard », comme l’assure un conseiller de l’exécutif, et que « l’idée est de ne pas délester deux fois de suite les mêmes personnes ».

Mais si les grands froids durent ? D’expérience, quand votre interlocuteur commence une phrase par « l’idée c’est que », c’est qu’elle est encore largement à l’état gazeux, et plutôt en peau de caméléon.

mardi 6 décembre 2022

La commission Européenne ridiculisée en 2 heures

 

VF#3 – Vaccination Obligatoire ! Pour que ce porc retourne dîner en ville ! (2 vidéos)


Aujourd’hui j’ai voulu vous présenter deux vidéos dont l’une date déjà de 1 an.

Vous trouverez en dessous une seconde vidéo qui est une réponse magistrale à tous ces Collabos et qui s’adresse à eux plus particulièrement.

Prenez 18 minutes de votre temps pour visionner la première vidéo afin de mieux apprécier la seconde.


Triste jour pour les médias Français que ce 29 juin, qui a vu déferler sur les plateaux de télés des collabos dignes de la belle époque, réclamant l’instauration d’une société ségrégationniste pour conserver le plaisir des dîners en ville.
Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, il m’a semblé important de rappeler certaines choses. Ne serait-ce que pour me dissocier de ces gens-là. (PS: les vrais auront reconnu le motif « Vichy » sur la vignette )
Texte magnifique, plein de douceur et de justesse dans les mots de Sébastien Recchia en direction des vendus

Embargo sur le pétrole Russe : Vous avez fait le plein ?


 Trouble Fait

  4 déc. 2022  

Le point sur la tentative d’embargo du pétrole Russe par les pays de l’UE et du G7. 

Depuis le moment où j’ai tourné cette vidéo, ils se sont entendus pour un plafonnement des prix à 60$ le baril comme demandé par les Etats-Unis. 

Ce mécanisme de plafonnement est donc à la fois inutile (prix trop haut) et inapplicable (facilement contournable). Quant à l’interdiction d’importer du pétrole Russe dans l’UE, rien n’est prévu pour surveiller la bonne application de la sanction. Que ce soit par les pétroliers, les transporteurs, les assureurs, ou les pays de l’UE eux-mêmes. Il y a donc toutes les chances que cela reste un embargo de pur forme, ce qui vaut mieux si on veut garder des prix à la pompe abordable.

Russie/Ukraine : la guerre totale - JT du mardi 6 décembre 2022


 

Au programme ce soir, un retour sur le conflit en Ukraine avec un point sur les combats en cours dans le pays.

 Et nous ouvrirons ensuite un volet sur l’inflation en Europe estimée à plus de 10 points. 

De Paris à Budapest, l’augmentation des prix rend la vie difficile aux peuples européens.

Au fou!

 

Le conseil municipal d'Oxfordshire testera une sorte de verrouillage climatique à partir de 2024
Le conseil municipal d'Oxfordshire testera une sorte de verrouillage climatique à partir de 2024

Publié pour la première fois par JoNova ; Imaginez si vos politiciens fous de pouvoir aimaient tellement les verrouillages de Covid qu'ils voulaient les poursuivre indéfiniment. Cela sera testé dans l'Oxfordshire, au Royaume-Uni.

Le conseil du comté d'Oxfordshire décide que l'essai de verrouillage climatique commencera en 2024

Le conseil du comté d'Oxfordshire a approuvé hier des plans visant à enfermer les résidents dans l'une des six zones dans le but de sauver "la planète" du réchauffement climatique. La dernière étape de l'agenda "15 Minute City" envisage d'installer des portails électroniques sur les principales artères de la ville et de confiner les habitants dans leurs quartiers.

Si les résidents veulent quitter leur zone, ils doivent obtenir l'autorisation du gouvernement de la ville, qui décide qui est digne de liberté et qui ne l'est pas. Selon la nouvelle réglementation, les résidents sont autorisés à quitter leur zone pendant un maximum de 100 jours par an. Pour obtenir ce permis, chaque résident doit enregistrer les détails de son véhicule auprès du gouvernement de la ville, qui suit ensuite ses déplacements via des caméras intelligentes à travers la ville.

Le communisme rend le temps meilleur.

Le conseil du comté d'Oxfordshire, dirigé par les travaillistes, les libéraux démocrates et les verts, a secrètement décidé peu après son élection de diviser la ville d'Oxford en six "arrondissements de 15 minutes" en 2021. Bien sûr, aucun des conseillers municipaux n'a exprimé l'intention d'enfermer les résidents locaux dans leurs manifestes électoraux, faisant plutôt de vagues déclarations sur la manière dont ils « amélioreront l'environnement ».

Chaque résident doit enregistrer sa voiture auprès du gouvernement du comté, qui utilisera ensuite des caméras de reconnaissance de plaque d'immatriculation pour surveiller la fréquence à laquelle il quitte son comté. Et ne pensez pas que vous pouvez contourner le système si vous êtes un ménage à deux voitures. Les deux voitures sont comptées comme une seule, ce qui signifie que vous devez vous répartir les trajets entre vous. 2 voitures avec 50 trajets chacune ; 3 voitures avec 33 trajets chacune etc. Plus de détails ici .

Cette histoire est tellement folle que je voulais qu'elle soit confirmée. C'est la même histoire publiée dans l'Oxford Mail;

Les filtres de circulation diviseront la ville en six "quartiers de 15 minutes", selon le conseil municipal des routes

25 octobre

Les barrages routiers, empêchant la plupart des automobilistes de traverser le centre d'Oxford, diviseront la ville en six quartiers de "15 minutes", selon un agent des transports du Borough Council.

Et il a souligné que le plan controversé sera mis en œuvre que les gens le veuillent ou non.

Duncan Enright, membre du cabinet du conseil du comté d'Oxfordshire pour la stratégie de transport et de développement, a expliqué les propositions de l'Autorité pour les filtres de trafic dans une interview avec le Sunday Times.

Il a déclaré que les filtres transformeraient Oxford en une "ville de 15 minutes", avec des services locaux dans un petit rayon de marche.

...

Les gens peuvent conduire librement dans leur propre quartier et demander un permis pour conduire à travers les filtres et dans d'autres quartiers jusqu'à 100 jours par an. Cela correspond à une moyenne de deux jours par semaine.

L'Oxfordshire abrite l'Université d'Oxford, l'un des établissements d'enseignement les plus importants du Royaume-Uni.

Les États communistes comme l'Union soviétique et la Chine semblent aimer les restrictions de mouvement et les passeports internes. À mon avis, la Grande-Bretagne évolue vers un communisme nu depuis au moins un demi-siècle, il était donc inévitable qu'une tentative soit faite pour imposer des restrictions de mouvement à la chinoise pour les Britanniques. À mon avis, les revendications climatiques ne sont qu'un écran de fumée, une tentative de détourner les critiques de leur autoritarisme.