samedi 31 août 2019

Le Frexit, sinon rien


Attaque au couteau à Villeurbanne par un Afghan demandeur d’asile, un mort, 9 blessés.

 
 
Résultat de recherche d'images pour "couteau meurtre"

Anne-Sophie Chazaud

 
On attend d’une seconde à l’autre la déclaration du ministre macronien Julien Denormandie condamnant fermement la couteauphobie laquelle risquerait de stigmatiser ceux qui font régulièrement usage de cet instrument fou pour attaquer nos concitoyens.

On attend aussi bien sûr que la magistrature condamne la foule des passants qui a neutralisé l’agresseur pour s’être substituée gravement aux forces de l’ordre.
 

Entre émoi et critique de l'immigration : les politiques réagissent à l’attaque de Villeurbanne

 
 
Entre émoi et critique de l'immigration : les politiques réagissent à l’attaque de Villeurbanne
 
© PHILIPPE DESMAZES Source: AFP
 
Des policiers se déploient devant une pharmacie à Villeurbanne, où s'est produite une attaque au couteau qui a coûté la vie à une personne et blessé neuf autres, le 31 août 2019.
Plusieurs personnalités politiques ont rapidement réagi à l’attaque au couteau commise par un ressortissant afghan ce 31 août à Villeurbanne.

Certains ont pointé du doigt les effets néfastes d’une immigration qu’ils jugent non contrôlée.
                                   
L’attaque au couteau qui s’est produite ce 31 août à Villeurbanne a suscité un vif émoi au sein de la classe politique.
Commise par un individu se réclamant de nationalité afghane, elle a fait, à l'heure où nous écrivons ces lignes, au moins un mort (un jeune homme de 19 ans) et neuf blessés dont trois graves.
Les autorités ont dans un premier temps fait état d'un second suspect en fuite, mais le parquet et une source policière ont ensuite démenti la participation d'un second auteur.
A gauche de l’échiquier politique, la sénatrice écologiste du Val de Marne, Esther Benbassa, a exprimé ses condoléances «à la famille et aux proches» de la victime de cette attaque et un «prompt et complet rétablissement aux blessés».

 
L’ancien ministre de l’Intérieur et actuel maire de Lyon, Gerard Collomb, s’est dit pour sa part «extrêmement choqué par l’attaque».

Francfort : un migrant maghrébin relâché après un 542e délit, il ne sera pas expulsé

 
 
(Bild: AFP, stock.adobe.com, krone.at-Grafik)



 
Un demandeur d’asile commet 542 délits – pas d’expulsion

Un demandeur d’asile qui a déjà commis 542 délits en Allemagne est en liberté malgré son casier judiciaire.
L’homme, originaire d’Afrique du Nord, dispose d’un moyen simple mais efficace d’empêcher son expulsion: il ne révèle rien sur lui-même.
Personne ne sait qui il est ni d’où il vient.
Jusqu’à présent, il a réussi, à plusieurs reprises, à bénéficier d’une tolérance temporaire, malgré un casier judiciaire probablement unique.
« Un tiers des procédures concernaient la possession et l’acquisition de stupéfiants »
En outre, il y a des voies de fait, des vols, des extorsions et des violations de la loi sur la résidence, a déclaré le commissaire en chef Rüdiger Buchta à propos de l’inconduite du demandeur d’asile, entré en Allemagne en 1998 sans passeport.
Et pourtant, le sans-abri peut traverser Francfort sans être inquiété.
Le relevé de ses empreintes digitales n’ont pas pu aider à l’identifier.
La plupart du temps il se dit Marocain ou Algérien.
Mais aucun de ces deux pays ne se sent responsable du demandeur d’asile.
Lors d’une razzia ce vendredi, le Nord-Africain a été brièvement arrêté.
En l’absence de mandat d’arrêt, l’homme a été relâché.


Traduction Fdesouche d’un article du Kronen Zeitung

"Les Corses ne peuvent plus se loger!": sur l'Île de Beauté, un tract déconseille aux "étrangers" d'y investir dans l'immobilier

 
 

30/08/2019

Corsica Libera, le parti de Jean-Guy Talamoni déconseille aux "étrangers" d'acheter en Corse afin de lutter contre la spéculation immobilière.

Ubuesque : un maire condamné pour avoir recruté trop de femmes dans ses instances !

 
 

 
 
Au pays de la parité, il ne fait pas bon déroger à la loi.

Le maire de Bourg-en-Bresse (Ain), président de la communauté d’agglomération du bassin de Bourg-en-Bresse, vient d’être condamné à 90.000 euros d’amende, à la demande de la préfecture de l’Ain, pour avoir embauché trop de femmes à des postes d’encadrement.

Depuis 2017, la loi impose, en effet, une proportion de 60 % d’hommes et 40 % de femmes, ou l’inverse.
Le maire a l’intention de saisir Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, pour savoir ce qu’elle en pense.
Cette situation ubuesque illustre les contradictions de toute loi visant à imposer la parité dans les institutions.
Interrogé par Europe 1, le maire sanctionné a expliqué son choix : « Quand je recrute dans ces fonctions, je ne me suis jamais posé la question de savoir si c’est un homme ou une femme, mais si c’est le meilleur ou la meilleure pour le poste. »
Ce qui paraît être une position de bon sens.
Il reconnaît que la loi a permis des progrès dans l’accession des femmes aux responsabilités, mais que son application trop stricte peut conduire à des aberrations.
Sans doute faut-il donner un cadre pour que la carrière des femmes ne soit pas entravée par des préjugés sociaux : c’est vrai en politique, comme dans les entreprises privées et dans la fonction publique, mais il faut tenir compte aussi des compétences, qui doivent être adaptées aux postes concernés.
Vouloir imposer un pourcentage d’hommes ou de femmes sous prétexte que c’est dans la loi et que la loi doit être appliquée montre qu’il est difficile de légiférer en la matière sans créer des situations absurdes.

vendredi 30 août 2019

Sciences Po en marche vers le néant.

Alors, si j’ai bien compris, l’Institut de Sciences Politiques de Paris, supposé fabriquer nos élites administratives, c’est l’endroit qui s’est un temps rebaptisé Institut Clément Méric, qui a organisé un Hijab Day en hommage à la burqa parce que c’est so coooool d’avoir le droit de vivre soumise comme en l’an 600, c’est l’endroit où les puissants esprits de l’Unef exigent d’installer des distributeurs de Tampax dans les toilettes pour hommes car sinon c’est discriminant tu comprends car on ne pense pas aux transgenres, et, donc, très logiquement avec ce qui précède, c’est désormais le lieu où sera organisée cette année une classe spéciale ayant pour but l’étude de...Macron.

Macron, sa vie, son œuvre, un cours à la gloire de Macron le Père-Enfant de la Nation disparue, avec lecture obligatoire des œuvres apologétiques de Brice Couturier (véridique), celles vantant le fameux «Président-philosophe».

Ces éléments permettent me semble-t-il de mieux cerner l’ensemble du problème auquel le pays est confronté et aussi cela permet de bien comprendre que ce ne sont pas dans ces lieux lobotomisés qu’on trouvera les solutions, pour ceux qui nourrissaient encore quelques espoirs...

Le Populisme contre le Cosmopolitisme

 
 
Des-migrants-après-avoir-mis-le-pied-sur-le-sol-de-Ceuta

Publié le 30 août 201930 août 2019 par rra137


Le populisme menacerait la démocratie.

C’est au nom de cette affirmation injustifiée que le Système, par la voix des contestataires de la politique menée par Salvini, vient de déclarer persona non grata, le représentant le plus en vue des souverainistes italiens, opposés à l’Europe de Bruxelles.

Certes, ce divorce prévisible entre la droite populiste de Salvini, dite « extrême » et la gauche populaire, est une excellente affaire pour Macron, Merkel et Junker.

Le Système financier et mondialiste aurait-il gagné pour autant ?

Pas encore et probablement jamais, mais avec le Brexit en Angleterre qui est violement attaqué il passe sérieusement à l’offensive.
Mais c’est un revers providentiel pour nos ennemis.

Comme en France avec le « plafond de verre », chaque fois opposé au RN, la Léga de Salvini risque d’être bloqué par le « cordon sanitaire » de ses adversaires qui feront tout pour le discréditer et éviter de nouvelles élections.

Ainsi les immigrationistes se sentent le vent en poupe et la justice italienne complice, a laissé débarquer un bateau d’une ONG avec sa cargaison d’indésirables.

Comme chez nous, le peuple italien a oublié que l’autodétermination, dans le cadre de la démocratie, lui donnait la priorité des droits et se tait devant ce qu’on lui fait passer pour une fatalité irrémédiable. Le Procureur d’Agrigente (Sicile) a laissé débarquer sur l’ile des illégaux, sans s’occuper de l’avis des habitants.

Ces illicites hautement toxiques (pardon ces réfugiés), peuvent remercier Allah, qui leur permettra, au nom de notre généreux regroupement familial, puisque, ils arriveront très vite en France, de faire venir toute leur famille avec l’obligation de faire beaucoup d’enfants, selon les bonnes habitudes africaines.

Identitaires, justice politique

 
 
Résultat de recherche d'images pour "identitaire col de l'échelle"
 

Entre Cédric Herrou et les Identitaires, la justice française a tranché

 

 

Damien Rieu, Romain Espino et Clément Galant, trois courageux militants identitaires, viennent d’être lourdement condamnés par la justice en première instance.
 
Il est instructif de comparer cette sévérité extrême avec l’indulgence dont a bénéficié l’immigrationniste Cédric Hérou.
L’injustice est telle que seules les personnes les plus endoctrinées ou les plus haineuses peuvent ne pas s’en rendre compte.
En quelques lignes, voici un bref rappel des faits.
 
Pour mémoire, Cédric Herrou annonce tranquillement en 2017 au Monde qu’il a aidé près de 200 clandestins à traverser la frontière franco italienne, sans doute pour fuir d’atroces persécutions en Italie.

Il est inculpé puis condamné en première instance à… 3 000 € avec sursis !

En appel, il est condamné à… 4 mois de prison avec sursis.

La Cour de cassation annule ce jugement, qu’il reviendra à la cour d’appel de Lyon de rejuger.

La date de l’audience n’est pas encore fixée.

Il est vrai que la dépénalisation du « délit de solidarité » sans gain financier semble exonérer les passeurs bénévoles et compulsifs…
Paul Tormenen
Tribune reprise du site de Polémia

Strängnäs (Suède): un migrant condamné à 50 heures de travail d’intérêt général pour avoir violé une jeune fille de 12 ans


 

Viol à sang d’une mineure de 12 ans… 50 heures de travail d’intérêt général
 
Après une approche sur Snapchat [un réseau social] M. S., 17 ans, a réussi à attirer une jeune fille de 12 ans dans le sous-sol de la maison où il loge.

Là, il l’a brutalement violée au point de lui provoquer des saignements vaginaux.
Il s’est ensuite vanté des faits auprès de ses amis.
Le tribunal de district d’Eskilstuna estime que le crime doit être puni d’un travail d’intérêt général étalé sur une durée de trois semaines, ainsi que plusieurs entretiens avec un personnel de l’assistance sociale.
C’est le 21 juin 2018 que M. S. a rencontré la jeune fille de 12 ans accompagnée de l’une de ses amies, à Strängnäs, ville où ils résident tous trois.
Il avait prétexté qu’ils devraient se rendre au sous-sol, qu’il avait meublé d’un canapé,
au prétexte que la jeune fille pourrait y charger son téléphone portable.
Au sous-sol, M. a rapidement attaqué: il a poussé la jeune fille contre un mur, lui a déchiré son pantalon et lui a enfoncé plusieurs doigts dans le vagin, lui provoquant dès lors des saignements. Puis, tout aussi brutalement, lui a pressé ses organes génitaux, lui causant douleur intense et des saignements supplémentaires.
Au cours du viol, M. a également fait subir d’autres violences au corps de la jeune fille, de sorte qu’elle présenta des hématomes.
Lors de son entretien avec la police, la jeune fille précisa qu’avant qu’il la contacte sur Snapchat, elle savait qui était M. S. .
Elle déclarait « il vient d’un autre pays » mais elle ne savait pas lequel.
Elle raconte qu’après le viol, elle a eu beaucoup de douleurs au vagin -qui s’est fendu-, et avait du mal à marcher.

Le grand chaos de la rentrée – Journal du vendredi 30 août 2019






 
Le grand chaos de la rentrée
 
Après les nombreux couacs lors de la session du baccalauréat 2019, l’heure de la rentrée a sonné pour les professeurs.
Un retour marqué par les nombreux changements opérés par le ministre de l’Education Nationale, Jean-Michel Blanquer, qui laissent le corps enseignants et les parents d’élèves sur la réserve.
 
Les donneurs de sang voient rouge
 
Menace sur le don du sang.
Alors que des machines d’une firme américaine utilisées par l’établissement français du sang présentent des risques de contamination importants, les autorités sanitaires n’ont visiblement pas réagi à temps.
 
Mexique : la chasse aux journalistes
 
Vague d’assassinats de journalistes au Mexique.
Depuis le début de l’année, 10 ont été tués soit autant que pour l’ensemble de l’année 2018.
Face à ce fléau souvent en lien avec les cartels de la drogue, les autorités mexicaines se retrouvent impuissantes.
 
L’actualité en bref

Massacres, répression et politique : nouvelle semaine chaotique en Afrique

 Résultat de recherche d'images pour "massacre en afrique breizh infos"

 
Les années se suivent et se ressemblent en Afrique, et la barbarie ne semble jamais devoir s’y arrêter.

 Lundi, en quelques heures, de nombreuses informations plus inquiétantes les unes que les autres au sujet du continent africain ont encore été dévoilées par les médias européens.

Massacre entre tribus au Soudan, symbole des troubles de l’Afrique

Le Soudan est l’un des pays symbolisant le plus cette violence quasi-permanente.
Les famines succèdent aux guerres et les guerres aux famines.
Ce cycle infernal s’est poursuivi lundi avec un nouveau massacre.
Une quarantaine d’hommes ont été tués et deux cents autres ont été blessés lors d’affrontements entre tribus rivales de l’état de la Mer Rouge, à l’Est du pays.
Le président soudanais avait été destitué quelques jours plus tôt par l’armée, entraînant certaines régions dans le chaos.

Amnesty International observe le Zimbabwe et le Cameroun
La célèbre ONG Amnesty International s’inquiète de son côté des événements survenus au Zimbabwe et au Cameroun.
Le premier cas concerne le nouveau président zimbabwéen Muleya Mnangagwa dont le gouvernement serait déjà auteur de mesures liberticides et d’actes de tortures sur des opposants depuis les élections du 30 juillet dernier.
Amnesty International demande par ailleurs que toute la lumière soit faite sur les assassinats de deux femmes et de leurs enfants au nord du Cameroun avant l’ouverture du procès des militaires accusés de les avoir commis.

Les camionneurs pris pour cibles et tués en Afrique du Sud
En Afrique du Sud, il ne fait pas bon être étranger.

Hystérie anti-Brexit : un bon divorce rapide vaut mieux qu’un mauvais mariage sans fin !

 
 



La décision du Premier ministre du Royaume-Uni de suspendre, non pas le Parlement, mais ses travaux, exacerbe une campagne hystérique des activistes anti-Brexit depuis le vote par référendum du 23 juin 2016.

Si outrage il y avait à la Constitution, il ne serait pas violation et la mesure est légale.

Elle permet de travailler sereinement à la mise en œuvre d’une décision déjà prise, à l’abri du tapage et des harcèlements.
En désespoir de cause, les anti-Brexit misent sur l’idée que « la seule issue au chaos [qu’eux-mêmes ont créé] serait de convoquer de nouvelles élections… sur la base d’une relégitimation à la source » ; c’est-à-dire, si on a bien compris, jusqu’à ce que les citoyens qui se sont déjà exprimés votent « enfin correctement ».
Il est vrai que la majorité des Français ont donné l’exemple en se résignant à l’idée qu’on rejette leur choix souverain, comme ça a été le cas pour le référendum de 2005 sur la Constitution européenne.
Même les personnalités people s’en mêlent, comme Hugh Grant, décidément meilleur acteur de comédies légères que politicien.
Vingt-cinq ans après l’hilarante comédie Quatre mariages et un enterrement, il a perdu ses airs évaporés ainsi que son self-control et son humour “so British” pour adresser publiquement contre la personne de Boris Johnson des insultes aussi crues que peu argumentées ; en invoquant la mémoire de son grand-père qui se serait battu pour la liberté lors des deux guerres mondiales.
Comme le comédien tragi-comique, on devrait se demander si, dans un contexte totalement différent, « grand daddy », et tous les « grand daddies » et « grannies » qui se sont battus pour la liberté, comprenaient celle de s’exprimer sans contrainte par référendum ; et s’ils approuveraient l’usage que leurs petits-enfants font d’une liberté sans retenue ni limites, y compris celle d’interdire à une majorité de citoyens de quitter une Europe qui renie ses racines, ses valeurs, la souveraineté et l’intérêt prioritaire de ses citoyens nationaux.

Convention citoyenne pour le climat : une mascarade qui coûte cher !

 
 
 


Les apparences de la démocratie sont loin de garantir l’exercice réel de la démocratie.

Le magazine Le Point en fournit une illustration, en expliquant le recrutement et le fonctionnement de la « Convention citoyenne pour le climat ».

Ce n’est pas seulement le coût de cette consultation qui pose problème, mais la crédibilité même de cette assemblée tirée au sort.
La Société de sondage Harris Interactive a été chargée de recruter les 150 Français qui participeront à cette convention annoncée par le président de la République après le grand débat national.
Il faut que le panel représente le mieux possible la population française : on tient donc compte, parmi les 250.000 personnes qui doivent être contactées par téléphone, de critères comme la répartition des sexes, la pyramide des âges, le niveau de diplômes, la catégorie socioprofessionnelle, l’origine géographique…
Peu de chances que les 150 personnes sélectionnées soient aussi représentatives que l’échantillon de 1.000 personnes, habituel chez les instituts de sondage.
Le Conseil économique, social et environnemental (CESE), organisateur de cette opération de démocratie participative, sait que tous ne seront pas au fait des problèmes environnementaux.
Pour répondre à la question « Comment réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici à 2030, dans un esprit de justice sociale ? », il faut posséder certaines connaissances et y avoir déjà réfléchi.

jeudi 29 août 2019

On la sent super bien, la reconquête des territoires perdus de la République.

 
 
 
L’image contient peut-être : ciel, nuage, arbre, gratte-ciel et plein air
 

Les habitants d’une cité d’Avion dans le Nord vont être tous intégralement relogés ailleurs en raison de l’insécurité que les racailles font régner en ces lieux (comme en de très nombreux autres).

 Tandis que le Ministre de la Ville manifeste par des propos ineptes son soutien au délit de blasphème et à l’islam politique que celui-ci recouvre, on en est donc à un point où ce sont les honnêtes gens qui, dans les villes sinistrées et gangrenées, doivent déguerpir pour littéralement laisser la place aux délinquants.

On aurait pu imaginer des solutions judiciaires d’urgence, après tout, lorsqu’il s’est agi de réprimer le peuple français en révolte, l’exécutif n’a pas manqué d’imagination.
On aurait pu imaginer des actions fortes, de la véritable autorité (plutôt que des LBD dans les yeux de manifestants).
On aurait tout simplement pu imaginer que ce serait les racailles qui seraient virées des lieux, on aurait pu imaginer que la justice agisse fermement comme elle a si bien su faire lorsqu’il s’est agi d’opposants politiques, afin que la vie citoyenne normale reprenne ses droits.

Pour le ministre de la justice hollandais, les Pays-Bas deviennent « un narco-état »

 
 
Résultat de recherche d'images pour "Ferd Grapperhaus"
 
BREIZATAO – ETREBROADEL (29/08/2019)
 
Après la publication d’un rapport sur la criminalité organisée à Amsterdam, Ferd Grapperhaus, le ministre de la Justice et de la Sécurité du pays a déclaré qu’il fallait s’attaquer à la criminalité liée à la drogue sous peine de voir les Pays-Bas devenir un « narco-État ».
 
Selon un rapport de l’Algemeen Dagblad, l’économie de la drogue à Amsterdam, qui sert de centre pour le commerce multimilliardaire de la cocaïne en euros, est devenue totalement ingérable.
 
Les policiers s’inquiètent du fait que la bataille contre le monde du crime organisé lié à la drogue a été perdue.
Bien que les Pays-Bas ne disposent pas des ressources publiques nécessaires pour renforcer les forces de police, M. Grapperhaus a déclaré qu’il cherchait actuellement des moyens d’allouer des fonds pour lutter contre ce problème, car si rien n’est fait, le pays risque de se transformer rapidement en narco-État, selon M. De Telegraaf.
« Il y aurait alors un ministre avec des lunettes de soleil et non plus quelqu’un qui assure la responsabilité démocratique », a déclaré le ministre Grapperhaus.
« J’ai déjà débloqué 100 millions d’euros pour lutter contre ce problème », a-t-il ajouté.

Prévention sur l’immigration. Trois membres de Génération identitaire condamnés à 6 mois de prison ferme

 
 
Résultat de recherche d'images pour "génération identitaire breizh infos"
 
« L’Etat a donc décidé de persécuter les jeunes Français qui osent prouver symboliquement et pacifiquement que défendre nos frontières est possible : je viens d’être condamné à 6mois de prison et 2000€ d’amendes pour avoir participé à l’organisation de #DefendEurope Alpes » écrit Damien Rieu, membre de Génération Identitaire, sur son compte twitter.
 

Mercredi 28 août, le tribunal correctionnel de Gap a prononcé des peines de prison ferme, après l’opération menée au col de l’Échelle (Névache) en avril 2018. Le groupuscule d’ultra-droite et trois de ses membres étaient poursuivis. Six mois de prison ferme pour les trois jeunes hommes, poursuivis pour avoir « exercé des activités dans des conditions de nature à créer dans l’esprit du public une confusion avec l’exercice d’une fonction publique ». Ils écopent également de 2000 € d’amende et de privation des droits civils, civiques et familiaux pendant cinq ans. Enfin, l’association Génération identitaire est condamnée à 75 000 € d’amende.

Italie : Salvini recule… pour mieux revenir ? – Journal du jeudi 29 août 2019

 
 



 
Italie : Salvini recule… pour mieux revenir ?
 
Comme évoqué dans nos précédentes éditions, c’est bien un retournement d’alliance qui s’opère en Italie.
Le mouvement populiste 5 étoiles se jette dans les bras du centre gauche… laissant Matteo Salvini sur le bas-côté au moins pour l’instant.
 
Boris Johnson : un Brexit coûte que coûte
 
A deux mois de la date fatidique du Brexit, la suspension du Parlement britannique est présentée par les médias et l’opposition comme un coup d’Etat constitutionnel.
Une décision qui permet surtout de faire monter la pression sur l’appareil bruxellois.
 
Moix, moche et méchant !

L’arroseur arrosé !
Donneur de leçon, vilain critique de tout, Yann Moix est rattrapé par un passé qu’il n’assume pas. C’est à l’occasion de la parution d’un ouvrage autobiographique de l’individu que la polémique a pris forme boostant d’abord les ventes de l’auteur avant de, probablement, le condamner au silence.
 
L’actualité en bref

Je suis marin et je l’affirme : les migrants ne sont pas des naufragés !

 
 



Je suis marin et donc très sensible au devoir d’assistance à des personnes ou à des bâtiments en difficulté appelant à l’aide.

Les bâtiments les plus proches doivent se dérouter pour porter assistance et les moyens de sauvetage sont automatiquement mis en œuvre, quelquefois au péril de la vie des sauveteurs.

Ce n’est absolument pas le cas de « migrants » qui se mettent volontairement en danger en appareillant sur des embarcations de fortune incapables de les conduire à bon port.
Il n’y a pas, dans ce cas, droit à assistance tant que les personnes ne sont pas en danger, c’est-à-dire tant que les migrants ne sont pas devenus des naufragés dont la vie est immédiatement menacée.
Tout bateau est, dans ce cas, tenu de porter assistance aux naufragés dont ils sont proches.
Je voudrais, à ce sujet, faire une remarque que je n’ai lue nulle part : la route maritime allant de Suez à Gibraltar est très fréquentée par tous les bateaux se rendant en Europe occidentale ou en venant, en particulier par la Manche et la mer du Nord.
Ce trafic dessert de très grands ports – Le Havre, Anvers, Amsterdam, Hambourg -, sans parler des ports méditerranéens – Gênes, Marseille, Barcelone. Chaque jour, des dizaines de cargos et de navires à passagers passent au nord de la Libye et au sud de la Sicile.
Or, jamais, au grand jamais, on n’a appris qu’un de ces bateaux s’était dérouté ou avait récupéré des naufragés.
Ceci signifie que, pour les capitaines de ces bateaux, les migrants qui s’exposent volontairement ne sont pas des naufragés.

Inna Schevchenko : la Femen qui revendique le « sextrémisme » siège au côté de Marlène Schiappa…

 
 
Résultat de recherche d'images pour "Inna Shevchenko"



Légère et court vêtue, elle allait à grands pas, ayant mis ce jour-là, pour être plus crédible, son soutien-gorge et sa belle robe couleur champagne.

Sa blonde chevelure bien lissée, elle a pris place à deux chaises du Président, sur sa gauche, forcément, quand Marlène Schiappa, ministre en titre, s’installait à sa droite.

À la table, il y avait aussi son ex, son amoureuse déchue, la journaliste Caroline Fourest qui tira un livre de ses déboires sentimentaux (je note au passage, chose rare, qu’on n’a pas cherché à féminiser les déboires…).
Elle, c’est Inna Schevchenko, « cheffe » des Femen, Ukrainienne que nous avons accueillie à bras ouverts en 2012 et consacrée Marianne sur un timbre-poste dès son visa en poche, un an plus tard. Certes, l’auteur du timbre en question a affirmé qu’elle n’avait été qu’un visage en passant, entre Marion Cotillard et les héroïnes de manga, mais bon, comme a dit Schevchenko avec la délicatesse qui la caractérise : « Désormais, tous les homophobes, extrémistes, fascistes devront lécher mon cul pour envoyer une lettre. »
Preuve que, quand on veut, on peut apprendre rapidement le français.

mercredi 28 août 2019

“Je nique la France, ce sale pays de blancs” : une élue RN filme son altercation avec une racaille

 


L'élue RN au conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, Isabelle Surply, a été agressée verbalement dans un supermarché de Lyon.

Sur les réseaux sociaux, l’affaire suscite l’indignation.

Samedi 24 août, fin de journée à Lyon. Isabelle Surply, conseillère de la région Auvergne-Rhône-Alpes étiquetée RN, fait quelques courses au Carrefour du coin ; au moment du passage en caisse, elle fait une rencontre, le genre de rencontres que l’on fait de plus en plus souvent, bien malgré soi. Un homme, chemise hawaïenne rouge vif, short en jean et sacoche en bandoulière, devant le guichet du service après-vente, demande à se faire rembourser son téléphone, acheté il y a peu et - semble-t-il – défaillant.
Problème, il n’a ni ticket de caisse, ni emballage ; en d’autres circonstances, ce genre de situation se serait réglé par un simple, poli quoique dépité, ‘’bonne journée, madame’’.

Là, ce sera un esclandre.

Mort du financier pédophile et ami de Bill Clinton Jeffrey Epstein : vrai suicide ou assassinat déguisé ?

 
 
 
 

par 28 août 2019

 
Quand la réalité dépasse la fiction !

Les films enregistrés par au moins une des vidéos de surveillance positionnées en-dehors de la cellule de la prison de New-York où se serait suicidé le 10 août dernier le financier pédophile et ami de Bill Clinton, Jeffrey Epstein, accusé de violences sexuelles sur mineurs et exploitation de la prostitution enfantine, seraient « inutilisables » selon le célèbre quotidien américain le Washington Post.
 
L’article se base sur des informations données par des sources policières en train d’enquêter sur la mort du millionnaire américain.
Le quotidien explique que pour l’instant le motif selon lequel certains des films enregistrés en-dehors de la cellule de Epstein soient aussi abîmés ou imparfaits ne serait pas clair.
Le FBI et le Département de la Justice sont en train d‘enquêter sur cet étrange incident.
Comment cela a-t-il pu se produire, est ce qu’essaye de comprendre les investigateurs.

Mais d’autres anomalies concernant la surveillance du pédophile, ami de bien des puissants de ce monde, ont été révélées par le New York Times : le jour de la mort du financier, étrangement, personne n’a contrôlé sa cellule pendant de nombreuses heures bien que des contrôles avaient été planifiés toutes les demi-heures.
A la suite de ce « suicide », le directeur par interim de l’office fédéral des prisons des États-Unis a été licencié par le ministre de la justice William Barr.
Les gardes en charge de la surveillance de Epstein ont été mis en congé administratif.
Et Shirley Skipper-Scott, la directrice de la prison a été transférée dans un bureau régional du nord-est.

Affaire Epstein : le scandale qui court au delà de la mort – Journal du mercredi 28 août 2019

 
 





Affaire Epstein : le scandale qui court au delà de la mort

Trois semaines après la mort suspecte du milliardaire Jeffrey Epstein en prison, de nombreuses victimes américaines ne comptent pas en rester là.
Tandis que de nombreuses questions demeurent sans réponse, une enquête qui pourrait éclabousser de nombreuses personnalités est également en cours en France.

Education Nationale : le ministre Blanquer fait sa rentrée
Mal aimé des professeurs et des oppositions, le ministre de l’éducation nationale fait sa rentrée après la chaotique session du bac 2019.
Jean-Michel Blanquer a profité de l’occasion pour annoncer quelques mesures controversées notamment concernant les violences scolaires.

Syrie : Libération de Mhardeh, la guerre se poursuit dans le silence

La ville de Mhardeh en Syrie libérée des bombardements terroristes.
Une information passée presque inaperçue alors que des cellules islamistes sont toujours actives en Irak et en Syrie.

L’actualité en bref

Macron et le G7 : le grand maître des illusions

 
 



Emmanuel Macron est content de lui : « On a formidablement réussi ce sommet, la France a rayonné », a-t-il déclaré, dans son entretien au 20 Heures de France 2.

Il faut dire que tout a été fait, dans la communication, pour transformer cette réunion coûteuse en réussite personnelle pour notre Président.

Pourtant, à y regarder de près, ce fut une séance d’illusionnisme.
Apparemment, la réunion du G7 est un succès.
Les discussions, selon Macron, ont permis de créer « les conditions d’une rencontre entre Donald Trump et Hassan Rohani ».
Il a donné une leçon à Bolsonaro sur les incendies en Amazonie, a réprouvé sa réaction, pour le moins désobligeante, à un montage photo qui compare son épouse à la première dame française (convenons que, s’il n’a fait que dire ce que beaucoup de Français pensent tout bas, ce n’est pas le rôle d’un chef d’État de faire ce type de remarques).
Il aurait, d’autre part, obtenu un accord avec les États-Unis sur la taxation des géants du numérique.
Mais, à bien les examiner, ces exploits sont relatifs et n’existent que parce qu’ils ont été présentés comme tels par les médias.
La visite du ministre des Affaires étrangères iranien à Biarritz, surprise préparée à l’avance, n’altérera pas la volonté des dirigeants iraniens d’acquérir l’arme nucléaire ; les incendies en Amazonie sévissaient avant que Bolsonaro n’arrivât au pouvoir et Donald Trump est trop expérimenté en affaires pour ne pas avoir une idée derrière la tête, à propos de la taxation des GAFA.
Qu’importe pour Macron ?
Il voulait étonner la galerie : il y a momentanément réussi.

Dire qu’un enfant a deux mères est comme dire que la Terre est plate

 
 
 



Le ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a annoncé, lundi matin, que dans la perspective du débat sur la PMA pour toutes, l’état civil mentionnerait désormais que les deux femmes sont les mères de l’enfant conçu par PMA. 

Nous voilà arrivés à ce que nous prédisions en 2017 lors de l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir : la mort de la parenté.

En établissant que deux femmes peuvent être reconnues mères du même enfant, l’État institutionnalise un mensonge.
Et par ce mensonge, il tue la parenté, c’est-à-dire le lien naturel de filiation de l’enfant.
Insidieusement, par la fraude des mots, nous sommes passés d’un fait naturel – la parenté – à la parentalité – concept élargissant les prérogatives parentales à des personnes étrangères à la filiation de l’enfant.
Puis les lobbies ont distillé l’idée que la parenté d’intention valait tout autant que la parenté biologique.
Et maintenant, il est question de supprimer clairement le père de l’enfant.
Voyez vous le processus ?
Rappelons quelques vérités.
Un enfant doit d’abord la vie à ceux qui l’engendrent.
Et ce fait-là ne peut être nié ni balayé d’un revers de main.
Car un enfant, pour sa construction psychique, a besoin de savoir de qui il est né, et non d’abord de savoir de quel désir il est issu.
Décréter qu’un enfant peut, sans dommages, être amputé d’une partie de sa filiation, c’est tout simplement prendre un enfant en otage du désir, changeant, aléatoire, narcissique, des adultes.

mardi 27 août 2019

Guerre ethnique et raciale dans les quartiers, Grenoble n’est qu’un début !






Publié le 27 août 2019 - par Gérard Brazon

Que se passe-t-il à Grenoble ? Il semblerait que des « jeunes gens » se seraient chahutés entre eux, auraient échangé des noms d’oiseaux, et auraient exprimé une certaine colère, comme on dit prudemment dans les médias.

Ce n’est tout à fait vrai en fait, si j’en juge par la sortie osée du journaliste Denis MASLIAH du Dauphiné !

Je le félicite car c’est très rare de lire, sous une plume libérée, une réalité qui s’efforce de dénoncer ouvertement ce que moult journalistes de France, tétanisés qu’ils sont, refusent de dévoiler !

Dans la nuit de dimanche à lundi, ce sont des rixes opposant de jeunes gens issus de cette communauté (noirs) à des jeunes d’origine maghrébine qui ont éclaté à La Villeneuve.

Allons donc, ce ne sont pas des blonds aux yeux bleus qui se chamaillent quelque peu pour une jolie du village ?
Ce ne sont pas des franchouillards pour un verre de bière ?
Pas même des jeunes Blancs qui contesteraient leur blanchitude et feraient un procès à leurs parents ? Serait-ce des allumés du bulbe, des cloches des bois, des tarés de la picole ?




Allons donc, ce sont des Arabes de nos belles cités de France, tous issus du Maghreb, cette belle région aux couleurs du Sahara, où règnent le couscous et l’islam qui ont tapé à coup de barres de fer, de pierres et que sais-je encore, sur de paisibles Noirs issus de cette belle Afrique si joyeuse, si ludique, si chaude, si musicale !

Feux en Amazonie, le bobard écolo-compatible destiné à déstabiliser Bolsonaro

 
 
 
Résultat de recherche d'images pour "feux en amazonie"


  par 27 août 2019
 
 
Après Salvini, Orban, Trump, voici venir le temps de la diabolisation par la police de la pensée mondiale de Bolsonaro, le président du Brésil.
 
Sus à l’intrus politique grâce à une campagne médiatique fervente qui joue des récents incendies en Amazonie pour déstabiliser le nouvel homme fort brésilien, aux infâmes relents populistes et s’opposant à une certaine vision progressiste destinée à façonner un nouveau monde sous gouvernement mondial.
 
Un article acidulé, publié par le blog satirique  Hastable, remet les pendules à l’heure sur ce bobard médiatique et politique écolo-compatible tout en donnant un corrosif coup de griffe à notre Jupiter national :
« Une Amazonie bien pratique pour la politique idiote de Macron :
Comme l’expliquent fort mal certains auteurs, il ne faut jamais perdre une bonne crise : avec l’Amazonie qui brûle, il aurait été dommage pour le président français de ne pas en profiter pour pousser son agenda personnel et de ne pas utiliser ce magnifique tremplin médiatique pour une nouvelle fois enfiler le costume (manifestement trop étroit) de héros des temps modernes, sauveur de la veuve, de l’orphelin, de l’air pur et des petits animaux mignons.
C’est ainsi qu’Emmanuel Macron s’est fendu d’un de ces petits tweets indispensables qui auront permis d’amplement modifier les relations internationales de la France avec le Brésil.
Découvrant que des feux de forêts étaient en cours en Amazonie, le président français a donc prestement exprimé son opinion avec toute la diplomatie dont il était capable. On admirera la dextérité de l’homme d’État dans le tweet suivant : 

Eh oui, c’est troporrible, nous allons tous mourir et pour beaucoup (trop), ce tweet de Macron ressemblait à un cri de détresse et à l’affichage d’une conscience écologique du président français.

http://h16free.com/wp-content/uploads/2019/08/greta-macron.jpg

La réalité est évidemment très différente puisqu’il s’agit surtout d’un « signalement vertuel », destiné d’une part à pleurer dans le sens des larmes écolo-hystériques, d’autre part à donner le change de tous ceux – très nombreux – qui ne peuvent pas encaisser le dirigeant brésilien qui est directement visé par cette agitation cosmétique, et enfin à donner un semblant de raison solide pour rejeter ensuite toute possibilité d’un accord marchand international, ce qui sera fait dans la foulée quelques heures plus tard avec le rejet officiel de l’accord Union Européenne-Mercosur, pourtant âprement négocié pendant 20 ans.

Balances et indics: la police infiltre les gilets jaunes

 
 
 
 
 
 
- « Elle poussait à des actions, elle mettait en relation des gens afin que la police puisse procéder à des arrestations » -

Deux témoignages, à lire et faire lire, prouvent que l'Etat français infiltre le mouvement des Gilets Jaunes.

La police politique tente de recruter des balances au sein des Gilets Jaunes, ou envoie directement des agents infiltrés dans le mouvement, qui nouent des relations, organisent des actions, et préparent même parfois les manifestations, pour mieux ficher et interpeller les personnes en lutte.
Deux textes à partager.

- Premier témoignage : la police politique tente de recruter des balances.
Trouvé sur un groupe facebook de Gilets Jaunes bretons

« Il y a quelques semaines, une personne a pris contact avec les gilets jaunes pour nous avertir que la police lui avait donné rendez vous pour discuter. Afin de pas le laisser seul, plusieurs personnes se sont présentées sur place pour se rendre compte de la situation, et cela s’avère particulièrement curieux.
Le service des Renseignements Territoriaux donne des rendez vous aux gens, dans des lieux tenus secret jusqu’au dernier moment (parking, étang, bar, ...) pour leur proposer un deal.
Le deal étant de balancer des infos sur les gens, les manifestations, contre de l’argent, mais également contre une protection au cas où ceux ci sont interpelés.
Ces personnes ne sont pas choisies au hasard, car le plus souvent, ces personnes sont connues par les services et ils menacent de donner des dossiers au procureur ou de les coincer pour qu’ils acceptent.
[...]
Nous avons bien entendu vérifié à plusieurs reprises les dires, et tout concorde. […]
N’hésitez pas à enregistrer, et mettre en place des gens de confiance à différents endroits du rendez vous, qui puissent aussi faire des vidéos ! »

Macron – Trump : le duo gagnant du G7 ? – Journal du mardi 27 août 2019

 
 




Macron – Trump : le duo gagnant du G7 ?

Il a réussi son coup et il le sait.
Après un G7 réussi à Biarritz, Emmanuel Macron a tenu à savourer le moment avec une conférence de presse de fermeture après s’être affiché fièrement aux côtés de Donald Trump.
Des coups de com‘ qui mettent la pression sur le président français pour les prochains mois.
 
Amazonie : incendie diplomatique franco-brésilien
 
Alors que les pays du G7 ont proposé une aide de 20 millions de dollars pour combattre les feux en Amazonie, le président brésilien, Jair Bolsonaro, a rejeté l’offre et accuse Emmanuel Macron d’ingérence.
Une fracture entre les deux chefs d’Etat qui dépasse le cadre des incendies.
 
GAFA : une victoire en trompe l’œil

Le président de la république et ses équipes se félicitent d’avoir tenu bon sur la taxe Gafa tout en évitant une augmentations des tarifs douaniers du vin français à destination des Etats-Unis.
Une joie de façade qui cache une réalité un peu plus complexe.
 
L’actualité en bref

Incendies au Brésil, le règne de la désinformation





 
C’est une vieille tactique de la gauche que d’avancer derrière des victimes, et cette fois elle fait fort, puisque la victime n’est autre que la nature, la planète et son atmosphère, en bref la vie, symbolisée par la forêt amazonienne.

Le responsable de ce crime contre l’humanité et objet de toutes les haines n’étant autre que le président populiste du Brésil, Jair Bolsonaro.
 
Macron a su reconnaître le succès international de la jeune Greta Thunberg, et, comme dans une ascension du Tourmalet, il a donc décidé de lui « prendre la roue » en se positionnant comme défenseur du poumon vert de la planète et en aboyant comme un roquet mal dressé contre le président du Brésil, allant jusqu’à le traiter de « menteur ».
Mais Bolsonaro a parfaitement cerné le personnage : « Je regrette que le président Macron cherche à instrumentaliser un problème intérieur au Brésil et aux pays amazoniens pour un profit politique [passage généralement caviardé par nos médias], avec un ton sensationnaliste, et en utilisant des photos vieilles de 16 ans [passage généralement également caviardé], qui ne contribue en rien à régler le problème. »
 
Pas seulement le Brésil
 
Maintenant, qu’en est-il de ces feux de forêts qui ravagent le Brésil ?
Tout d’abord, ils ne ravagent pas que le Brésil mais également le Venezuela, le Paraguay, la Colombie, le Pérou, la Bolivie du socialiste Morales, où le phénomène a atteint les proportions d’une crise nationale, la Guyane française (terre macronienne) qui a vu une augmentation du phénomène de 100 % en un an ; et aussi la Sibérie, le Groenland, l’Alaska ; et en Afrique, l’Angola et le Congo, où l’on dénombre plus de feux de forêts qu’au Brésil.
De ces pays, de ces catastrophes naturelles, personne ne parle.

Lettre ouverte au PM suédois Stefan Löfven : « Vous avez détruit la Suède, vous devriez démissionner »

 
 
 
Publié par Rosaly le 26 août 2019
L’auteur à succès de romans policiers et chroniqueuse Eva-Lisa Dezmin a publié sur le siteweb « Katerina Magasin », un média populaire indépendant, une lettre ouverte au PM suédois Stefan Löfven, une critique virulente bien méritée.
 
Tandis que vous êtes en sécurité au Parlement, vos concitoyens souffrent et la superpuissance humanitaire s’effondre.
Est-il bien reposé après la pause estivale et prêt à prendre sa responsabilité face à la criminalité endémique, qui sévit dans le pays et aux autres problèmes qui frappent la Suède ? »
Il est temps maintenant de voir les faits en face au lieu de marmonner des absurdités et blâmer les Démocrates de Suède (SD) pour tous les problèmes que vous et votre gouvernement avez créés, alors qu’ils ne sont en rien responsables de la désastreuse situation actuelle.
 
Autant que je sache, aucun d’eux n’a commis des viols en bande, volé, abattu ou assassiné qui que ce soit, ni fait exploser des bombes cet été.
De même, ils ne sont pas responsables si nos voisins ont été obligés de sécuriser leurs frontières avec notre pays.
Les tentatives malavisées de Löfven de désigner des boucs émissaires sont devenues franchement ridicules.
S’il avait eu le moindre souci pour le bien-être de ses concitoyens, il aurait mis depuis longtemps, fin à la folie qui est en train de détruire le pays, mais la seule chose qu’il semble capable de faire est d’empirer la situation.
Jimmie Åkesson, le dirigeant du Parti des Démocrates de Suède (SD) avait prédit tout cela il y a 10 ans :
  • aggravation du nombre d’incendies criminelles, hausse dramatique des agressions, des viols, des vols, des meurtres, des actes de cruauté envers les animaux ;
  • application des lois de la charia dans certains quartiers de nos villes, multiplication des sociétés claniques, des zones de non droit, des crimes d’honneur, des répressions violentes liées à « l’honneur » ;

Une élève anglaise disqualifiée pour opinion anti-halal… puis réintégrée

 
 


 
Touche pas à mon halal. Les autorités anglaises traquent l’islamophobe. Tapette à souris en main, ils le guettent, l’attendent au virage.

Il peut surgir à tout moment. Dans la rue, un journal, à la télé, dans un texte, un discours… Et même à l’école ! C’est affreux. Horribeul.

Une élève de 16 ans, nous rapporte le Sun du 18 août, qui passait un examen s’est rendue coupable du fameux mal qui ronge l’Angleterre et même l’Europe tout entière.
En tant que végétarienne convaincue, la jeune dévergondée s’est saisie de son stylo à bille et a écrit les mots insoutenables que nous reproduisons ici entourés de guillemets en béton armé : « Je trouve l’idée de la viande halal dégoûtante. »
En 2019, oser affirmer que le halal… Ah non…
Le meuglement de la vache qui agonise dans de terribles souffrances durant de longues minutes n’est-il pas doux à nos oreilles de correcteurs ?
Oh yes it is! Et le bêlement du mouton égorgé sans étourdissement préalable ne nous rappelle-t-il pas les vocalises de Joe Cocker ?
Cheveux droits sur la tête, gravement traumatisé, le jury s’empressa de disqualifier la candidate impie.
L’islamophobie était flagrante, le racisme consommé.
Le mot « obscène » fut extirpé du dictionnaire.

Les caissières vont-elles être remplacées par des robots ?

 
 



Un accord national autorise les caissières « volontaires » à travailler les dimanches dans les magasins d’alimentation jusqu’à 13 heures.

Passé cette heure, les hypermarchés et les supermarchés sont, en théorie, contraints de fermer, sauf s’ils font appel à des caisses robots.

Or, celles-ci se multiplient et quelques magasins les utilisent désormais pour ouvrir le dimanche après-midi en ne vendant ni pain, ni poisson, ni alcool.
Des vigiles sont là pour s’assurer que les clients ne partent pas sans payer ou pour limiter les fraudes et des intérimaires engagés par des entreprises extérieures et qui (hypocritement) ne sont pas considérés comme des caissiers (ce qui serait interdit par la convention collective en vigueur) sont présents pour conseiller les clients et parer aux nombreux dysfonctionnements des automates.
Ce qui s’est passé pour la première fois à Angers, le dimanche 26 août dans l’après-midi. L’expérience a tourné au fiasco du fait de la manifestation prévue par les syndicats ainsi que de nombreux problèmes techniques.
Nombre de clients ont abandonné leurs courses, générant des pertes pour le magasin.
Les caisses automatiques ne cessent de se généraliser malgré les risques importants de fraude (changement volontaire d’étiquetage pour payer moins cher) et les innombrables bugs.
Elles sont d’abord apparues pour des achats rapides à côté des caisses classiques.
Des supermarchés ont ensuite misé sur ce type d’équipement pour ouvrir 24 heures sur 24.
Et, récemment, ce sont des hypermarchés qui ont banni les caissiers humains.