samedi 17 août 2019

Scandale Epstein : politiques et hommes d’affaires mouillés peuvent trembler…

 
 
Résultat de recherche d'images pour "photo epstien et maxwelle"
 
Publié le 17 août 2019 - par Jacques Guillemain -
.
Avec l’affaire Epstein, on n’est plus dans le simple fait divers concernant du menu fretin pervers qui s’adonne à ses sordides activités de pédophilie.
.
Car c’est un vaste réseau mondain qui a été démasqué, un banc de très gros poissons que la justice américaine a bien l’intention de capturer dans ses filets.

C’est une enquête tentaculaire qui s’annonce, aux nombreuses ramifications mondiales.
De la dynamite, compte tenu de l’ampleur de ce réseau pédophile.
.
On comprend mieux le peu d’empressement du Parquet à lancer une enquête en France.
Le pouvoir joue la montre et ne semble pas pressé de remuer la vase avant de voir ce qui va d’abord ressortir du côté américain.
.
Ceux qui s’imaginent que la justice américaine va mettre la pédale douce et minimiser les faits se trompent lourdement. Nous ne sommes pas en Europe !
Et ce n’est pas le suicide plus que suspect du principal coupable qui va enterrer l’affaire, si l’on en croit le procureur général des États-Unis.
.
« Je peux vous assurer que l’enquête va continuer, visant quiconque ayant été complice de Jeffrey Epstein. Aucun complice ne dormira tranquille. » C’est clair !
.
En Angleterre, le pouvoir et la police ont couvert pendant des années un viol de masse ayant fait plus de 1 000 jeunes victimes, tombées sous la coupe d’un réseau pakistanais.
.
Mais en Amérique, suite à l’agression sexuelle commise par DSK, les policiers new-yorkais n’ont pas hésité à lui passer les bracelets aux poignets, tout directeur du FMI qu’il était.
Images qui ont fait le tour du monde.
.
Si les faits s’étaient déroulés en France, nul doute que l’affaire aurait été étouffée.
Quel policier aurait osé arrêter celui qui était pressenti pour devenir le futur président de la République ?
.
La justice américaine n’a pas hésité non plus à s’attaquer à Bill Clinton pour ses frasques avec Monica dans le bureau ovale.
.
Les complices sont donc dans le collimateur du procureur, avec en tête de liste Ghislaine Maxwell, maîtresse et rabatteuse présumée de proies sexuelles pour Epstein.
.
Fille du magnat de la presse Robert Maxwell, cette Anglaise serait détentrice de secrets inavouables. Le problème, c’est qu’elle a totalement disparu de la sphère mondaine dans laquelle elle évoluait depuis toujours.
.
Elle est soupçonnée d’avoir agi en tant qu’entremetteuse, recrutant des mineures pour le vaste réseau.
.
Les plaintes de victimes abusées affluent. Recrutées comme « masseuses », les mineures se retrouvent piégées et entraînées dans des orgies sexuelles.
.
Son défunt père, Robert Maxwell, est soupçonné d’avoir été un agent du Mossad, ce qui ajoute au mystère entourant cette affaire devenue planétaire.
.
.
Le fait est que c’est par le puissant réseau mondain familial que Ghislaine Maxwell a pu intégrer les élites new-yorkaises à la mort de son père.
Proche du couple Clinton, son cercle de relations haut placées ne cessera de s’élargir.
.
Et le carnet noir du milliardaire le prouve.
Politiques et hommes d’affaires de renom venus de toute la planète y figurent.
.
Mais le clou de l’affaire, et qui rend le suicide encore plus suspect, c’est que le couple Epstein-Maxwell ne se contentait pas de procurer des filles mineures au réseau.
Les deux complices se seraient vantés « de posséder des éléments compromettants sur un nombre incroyable de personnalités riches et célèbres. »
De quoi dynamiter le Gotha mondain.
.
On imagine que les ébats torrides des grands de ce monde, invités par Epstein sur son île des Caraïbes lors des orgies sexuelles organisées, ont été filmés sous tous les angles…
L’île était truffée de caméras.
.
Une assurance-vie pour Epstein, voire un moyen de chantage ?
.
« Je contrôle tout et tout le monde », aurait dit Epstein.
« Je rassemble les gens, je possède les gens, je peux nuire aux gens. »
.
À la lecture du lien cité plus haut, on mesure l’ampleur du scandale qui couve dans bien des chancelleries à travers le monde.
Ce n’est pas de la dynamité que manipule le procureur général des États-Unis, c’est une bombe nucléaire.
.
Et apparemment, il semble bien décidé à la faire exploser.
Et tant pis pour les victimes collatérales de la déflagration !
.
Jacques Guillemain

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.