vendredi 31 juillet 2015

Calais: thermomètre d’un désastre annoncé


29 juillet 2015


Un jeune soudanais de 25 ans, sans papiers, est mort cette nuit, écrasé par un camion alors qu’il tentait d’entrer dans le tunnel sous la Manche, pour passer en Angleterre.


C’est le 11e mort depuis le début de l’année.
 Les sans papiers qui campent à Calais sont 10 x plus nombreux qu’il y a trois mois!
Cette même nuit de mardi à mercredi, la police française a dénombré 3.000 tentatives de pénétrer sur le périmètre interdit de la part des clandestins qui campent aux alentours du port et tentent de passer en Angleterre.
Il y a un mois, on comptait moins de 300 intrusions par nuit.
La situation est devenue explosive.
Il y a déjà eu plusieurs émeutes et la police annonce 5.000 tentatives quotidiennes pour la fin de l’année.


Les arrestation de migrants pour vols et agressions se multiplient à Calais et la police française est débordée
Les arrestations de migrants pour vols et agressions se multiplient à Calais et la police française est débordée


Pour le ministère de l’Intérieur français, l’explosion du nombre de migrants à Calais, c’est le marqueur qui montre le dérapage complet de l’immigration clandestine via la Méditerranée et par voie terrestre, entre la Turquie, les républiques de l’ancienne Yougoslavie et la Grèce.
La veille, Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur était à Calais pour soutenir son dispositif policier, renforcé de 100 hommes la semaine précédente, pour faire barrage sur la rocade qui sépare «la jungle», site industriel toujours en activité où campent les milliers de migrants et la zone du port.
 «Pour éviter le dispositif, les migrants remontent le long de la rocade en amont, traversent les voies où il n’y a plus de surveillance policière, passent ensuite par le cordon dunaire et finissent par arriver au niveau du port par la plage», explique un policier.
A Calais, c’est le désastre.
 La ville préfigure ce qui attend toutes nos villes si l’Union européenne continue d’être incapable de stopper l’invasion qui est en cours en Méditerranée.
Selon la presse française, en marge des intrusions dans le port, les faits de délinquance en centre-ville se multiplient, si l’on en croit les nombreuses «remontées terrain» des policiers.
Les délits de droit commun commis par les migrants augmentent sans cesse.
Pas seulement de règlements de comptes ou de rixes entre eux, entre les différentes ethnies, nationalités, religions et clans, mais d’agressions contre les riverains.
 Près de son domicile, avenue Blériot, au cœur de la ville, une habitante s’est fait détrousser de «son numéraire», de ses cartes bancaires et des bijoux qu’elle portait, par trois migrants, précise un policier.
Quelques jours plus tôt, le vol d’argent et de téléphones portables de deux jeunes Calaisiens de 17 ans a tourné au drame.
Une trentaine de migrants, selon différentes sources policières, les ont passés à tabac pour les laisser finalement «totalement défigurés», attestent plusieurs témoins.
Le même jour, une habitante se faisait arracher son sac à main et son portable, tout comme le lendemain, où deux vols identiques étaient constatés et deux migrants interpellés, avant d’être relâchés.
 Sans compter les «vols à la roulotte», dans les voitures, souligne un policier qui les estime à 5% des infractions commises par la population clandestine.
 Selon lui, cette délinquance arrivée avec la sédentarisation en masse des réfugiés, c’est au total «25% d’affaires en plus depuis janvier».
Argent et téléphones portables sont particulièrement visés avec, depuis peu, une recrudescence des vols de vêtements et de chaussures.
D’autres imputent aussi l’agression sexuelle d’une femme de 40 ans, l’an passé dans la rue alors qu’elle sortait d’une soirée d’anniversaire, à trois migrants.

«Une milice pourrait bien se former chez les citoyens pour se rendre justice eux-mêmes», redoute un policier en service à Calais.

 Hors les renforts mobiles – et donc provisoires – de gendarmes et de CRS, les effectifs policiers à Calais sont à 180, dont une centaine «sur le terrain» dédiés à la sécurité publique.
Trop peu dans les circonstances actuelles, où l’immigration clandestine pourrait atteindre les 5.000 personnes d’ici la fin de l’année, répètent les syndicats policiers qui réclament de «vraies affectations».


Les tentatives de passage en Angleterre ont été multipliées par 10 en 3 mois; elles vont encore plus que doubler avant la fin de l’année, annonce la police.

Qu’attend le gouvernement Hollande pour agir?!

«On arrive deux à trois heures après les faits, rage un policier, accablé de n’être plus qu’«une police de constatation»».
 La police a, en tout et pour tout, 5 véhicules qui comptent «entre 200.000 et 300.000 km au compteur», déplore Renaud Roussel, secrétaire administratif départemental du syndicat Alliance Police Nationale.
La direction d’Eurotunnel répond vertement, aujourd’hui, au ministre Cazeneuve, qui a le culot de reprocher à Eurotunnel de ne pas faire assez pour la sécurité de la zone du tunnel.
 Eurotunnel veut que les gouvernements français et anglais paient pour les nouvelles clôtures et protections à installer.
Le gouvernement français montre tous les jours son incapacité à régler le problème.

Calais est une ville où ne s’arrête plus le moindre touriste; effrayés qu’ils sont tous de voir ce qui traîne dans les rues de la ville.
Les anglais, qui viennent acheter leurs alcools, s’engouffrent dans les supermarchés spécialisés et repartent aussi vite.
Pour Calais, la situation financière est catastrophique.
 Les calaisiens se retranchent chez eux.
C’est une ville finie.
Et pourtant! Il suffit de demander aux citoyens, à la sagesse populaire, ce qu’il faudrait faire:

 – signer, sous la pression de couper les budgets de la coopération, des accords de rapatriement avec tous les pays concernés, particulièrement en Afrique noire

 – rapatrier immédiatement tous les sans papiers qui campent à Calais, en leur donnant un viatique pour se réinsérer chez eux.
Les placer en centres fermés à construire pendant leur attente, la plus courte possible

 – tripler la présence policière à Calais de manière permanente et ne plus tolérer le moindre campement

 – enfermer les passeurs, avec de lourdes peines

 – accorder une aide financière à la ville de Calais pour la faire réémerger

 – ET SURTOUT, arrêter les flux migratoires en Méditerranée!

 Chaque jour qui passe, montre que les partis eurosceptiques, comme le Parti Populaire, ont raison et que l’Europe ne fonctionne pas.
 Le chancre de Calais est le témoin du fait que les masses de migrants sans qualifications, qui remontent du Sud de l’Europe, appauvrissent considérablement nos sociétés, déjà au seuil de la rupture pour le fonctionnement de nos systèmes de sécurité sociale.

Il y a urgence à agir.

 Luc Rivet


source



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.