lundi 27 juillet 2015

République des copains : un verrouillage organisé

Vendredi 24 Juillet 2015 à 12:15 (mis à jour le 24/07/2015 à 12:18)


Bernard Cazeneuve et Christiane Taubira. L'Intérieur et la Justice : deux secteurs clés surveillés de près. Photo © AFP

Police-justice. L’exécutif s’active pour “blinder” les postes sensibles de la République. Avec une règle d’or pour sélectionner les nominés : leur proximité, idéologique ou personnelle, avec le pouvoir.

Ce n’était pas arrivé depuis plus de trente ans : du poste de procureur général de Basse-Terre, en Guadeloupe, peu réputé pour son prestige, Catherine Champrenault vient d’être choisie pour occuper celui, ultrasensible et très convoité, de procureur général de Paris.
Et son nom a été soufflé (imposé ? ) aux membres du Conseil supérieur de la magistrature par Christiane Taubira, garde des Sceaux.
 Illustration parfaite des méthodes de la gauche au pouvoir, cette nomination en a surpris plus d’un dans le sérail judiciaire, et fait tousser l’opposition, alors que quelques concurrents sérieux (y compris des femmes, ce qui écarte l’argument invoqué de la parité) étaient sur les rangs pour occuper ce poste généralement réservé au procureur général d’une grande cour.


Dans ces fonctions, où elle remplace le magistrat François Falletti — que Christiane Taubira voulait déjà remplacer il y a un an, en raison de convictions trop à droite à son goût —, Catherine Champrenault sera chargée d’arbitrer l’attribution des dossiers financiers au procureur de Paris ou au parquet national financier...Lire la suite...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.