jeudi 23 juillet 2015

Golfe Juan : l’argent prime le droit



Ainsi donc l’État est intervenu en faveur du roi Salman d’Arabie Saoudite pour que la privatisation de la plage publique de Vallauris – Golfe Juan continue de se dérouler : la préfecture des Alpes Maritimes a autorisé les travaux d’emprise sur la plage publique par le roi d’Arabie Saoudite.


La messe est (saou)dite [voir notre édition d’avant-hier].

L’État rappelle ainsi ce que certains avaient oublié, soumis qu’ils sont par la Bien Pensance : l’argent prime le droit, autrement dit la force prime le droit.
L’interview du sous-préfet d’arrondissement de Grasse, Philippe Castanet(1), dans Nice Matin du mercredi 22 juillet, est un morceau d’ontologie de la soumission de l’État aux pouvoirs de l’argent.
 Notre sous-préfet de service croit avoir trouvé l’argument qui apaisera les esprits : « Évitons que le roi d’Arabie saoudite n’aille finalement en vacances au Maroc ».
Cette seule phrase résume à elle seule toutes les dérives de notre État.

1) Jamais le roi d’Arabie Saoudite ne se permettrait de telles incartades au Maroc.

Tout comme l’Arabie Saoudite, le Maroc est un royaume, donc un État fort, personnifié.
Jamais le roi Salman n’irait se frotter au roi Mohammed VI.
Il le fait en France parce qu’il sait que l’État français est faible.
Ses pétrodollars lui confèrent une arrogance dont il sait parfaitement user.

2) Cet argent est-il vraiment bienvenu ?


Les faveurs exceptionnelles que l’État français concède à l’Arabie Saoudite, ne sont pas neutres à l’heure où de nombreux observateurs, et non des moindres, suspectent l’Arabie de soutenir financièrement l’État islamiste et de nombreuses guerillas islamistes, … contre lesquelles nous combattons !
 C’est aussi cet argent qui finance la construction à marche forcée de très nombreuses mosquées sur notre territoire.
Pourquoi cet argent serait plus acceptable que l’argent des russes, par exemple ?

3) Dans le même temps, nous refoulons les touristes russes.

Sous la pression atlantiste, la France a mis en place un embargo à l’encontre de la Russie, qui pourtant est une grande amie de notre région depuis plus d’un siècle.
Les Russes sont ainsi dissuadés de se rendre sur la Côte d’Azur qu’ils affectionnent pourtant.
 Nous acceptons les pétrodollars saoudiens, mais pas les roubles russes.
Autre incohérence de notre politique que le sous-préfet d’arrondissement colporte en bon serviteur de l’État.
Que le roi Salman aille au Maroc ! et quelques oligarques russes (probablement mafieux) le remplaceront bien vite pour alimenter l’économie locale.
 Notre sous-préfet sera ainsi rassuré.

4) Pourquoi continuer de nous faire croire que nous sommes dans un État de droit ?

Le plus grave dans tout cela, c’est que l’État de droit est complètement bafoué, outragé même.
C’est bien l’oligarchie qui fait la loi.
 La démocratie est morte, cette affaire en est une démonstration de plus.

La classe politique révèle son véritable rôle : faire le tampon entre le pouvoir véritable – oligarchique – et le peuple qu’il faut maintenir dans l’illusion démocratique(2).

Georges Gourdin

(1) Alors que cette affaire est traitée au plus haut niveau de l’État, c’est un sous-préfet d’arrondissement qui est envoyé au front, histoire de garder les mains propres.

(2) Les événements récents qui se sont déroulés en Grèce nous ont également montré comment la démocratie et le vote populaire étaient méprisés par l’oligrachie bruxelloise.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.