vendredi 24 octobre 2014

Ce que dit la lettre de Bruxelles que François Hollande a refusé de publier.

Vendredi 24 Octobre 2014 à 17:14 (mis à jour le 24/10/2014 à 17:15)
 
 

Mediapart révèle le contenu du courrier adressé par Bruxelles à la France.Photo © SIPA
 
Lettre à François. Nos confrères de Mediapart révèlent le contenu de la lettre envoyée par Bruxelles que François Hollande ne voulait pas publier.
 
Le contenu du courrier dévoilé
 
Un courrier «très banal» pour François Hollande, tellement banal qu’il n’a pas souhaité le divulguer, contrairement à l’Italie par exemple.
Mediapart  a révélé aujourd’hui le contenu de la lettre envoyée par Bruxelles.
 Selon Mediapart, le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Jyrki Katainen, écrit :
 
«Je vous écris pour vous demander les raisons qui ont conduit à ce que la France prévoit de dévier des objectifs budgétaires fixés par le Conseil, en ce qui concerne à la fois le déficit public général, et l'ajustement de l'équilibre structurel en 2015. Je voudrais également savoir comment la France prévoit de se conformer à ses obligations de politique budgétaire en 2015, conformément au pacte de stabilité et de croissance».
 
La Commission européenne est en effet inquiète du budget de la France pour 2015 :
 
«A partir de la proposition française, il ressort que l'ébauche de proposition budgétaire ne prévoit pas de ramener le déficit public global sous la barre des 3% du PIB définie par les traités d'ici 2015, qui correspond à la date butoir fixée par le Conseil dans ses recommandations du 21 juin 2013 - avec l'objectif de mettre fin à la procédure de déficit public excessif pour la France».
 
 Toujours selon Mediapart, le courrier continue ainsi :

 
 «d'après notre analyse préliminaire (…), l'ajustement du déficit structurel devrait ressortir à un niveau bien inférieur au niveau recommandé. Dès lors, tout porte à croire que l'ébauche de programme budgétaire pour 2015 prévoit de manquer aux obligations budgétaires qui découlent des recommandations du Conseil, sous la procédure de déficit public excessif».
 
Malgré les inquiétudes de Bruxelles, le chef de l’Etat a assuré lors d’une conférence de presse qui a eu lieu cette nuit à l’issue du vote européen du plan Climat: «le dialogue avec la Commission se poursuit dans de très bonnes conditions».

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.