samedi 2 septembre 2017

Toulouse: Le message hallucinant des dealers aux habitants


 
 
Le message hallucinant des dealers aux habitants

Publié le 02/09/2017

Le message imprimé en plusieurs exemplaires et affiché dans les immeubles 19 et 20 de la place des Faons, dans le quartier des Izards, est signé «La Direction».


Toulouse:  Métropole Habitat, le gestionnaire du parc HLM de ce quartier populaire, n'est évidemment pas l'auteur de cette note d'information rédigée en réalité par des trafiquants de stupéfiants qui, depuis quelques semaines, ont pris le contrôle des deux bâtiments où les locataires sont tenus désormais de se conformer au nouveau règlement intérieur imposé par les dealers.

Traqués par les policiers de la Brigade anti-criminalité (BAC) qui descendent chaque semaine aux Izards, l'une des plaques tournantes du commerce de drogues à Toulouse, les trafiquants sous pression se sont retranchés dans ces deux immeubles où ils imposent leurs lois.

 Les blocs 19 et 20 sont des adresses bien connues de consommateurs de shit, d'herbe et de cocaïne. Les trafiquants n'ont pas l'intention d'abandonner cette position stratégique .
Ils l'ont fait savoir aux habitants de l'immeuble dans un message d'intimidation qui ne fait pas dans la nuance, et s'adresse «à tous les habitats de la tour et du quartier des Izards».
Ceux qui, parmi les locataires, seraient des «complices» des policiers de «la brigade des stups» sont priés de se dénoncer, faute de quoi les informateurs identifiés par les trafiquants devront «assumer les conséquences» de leur silence.
Les autres sont également avertis : «refusez le moindre coup de main de la police».

Otages des dealers, les habitants des deux immeubles n'ont plus le droit d'emprunter les escaliers dans lesquels des barrières de chantier ont été installées pour faire obstacle aux forces de l'ordre en intervention.
Lorsque, comme cela se produit souvent, les ascenseurs tombent en panne, rentrer ou sortir de chez soi devient une périlleuse mission.

Hommes ou femmes sur lesquels se portent les soupçons des dealers, font l'objet de fouilles.

Car ici, le business et le client sont rois.

«La direction» garde le sens des affaires.
 

4 commentaires:

  1. Dégoupillez un grenade quand ils seront ensemble et fini le libre marché !
    Il ne faut pas se laisser faire, ce ne sont pas des courageux, ,ils sont juste des fainéant et des couards.

    RépondreSupprimer
  2. Empalot,mirail,reynerie,papus,faourette,bagatelle,izards,mazades,et des dizaines d'autres quartiers dans la conurbation toulousaine ne sont que des zones de non droit,des lieux où la racaille est visible au grand jour.

    RépondreSupprimer
  3. Il u bien longtemps que ces quartiers de Toulouse sont aux mains des traficants et les élus, les juges, la police et le Président de la République le savent. Pourtant rien est fait pour stopper les trafics en tout genre. Cette volonté du "laisser faire" est scandaleuse. Cette economie hors la loi semblent arranger tout le monde. L'arrêter pourrait sans aucun doute déboucher sur des emeutes.C'est ça qui est craint par les autorités. Alors, courrage fuyons...

    RépondreSupprimer
  4. Les paras dans la ville, culassse à l'arrière !

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.