dimanche 20 avril 2014

Quel est donc le crime de la mère de la petite Mia ?


Kozzi

Le 20 avril 2014


   
Autrefois, ces « gens » étaient intégrés, trouvaient leur place, fût-elle modeste, dans une communauté à taille humaine.

C’était le treizième plan « alerte enlèvement » depuis 2006.
 Avec, une fois de plus, la France en émoi devant la disparition, à Nancy, de la petite Mia, quatre mois et demi.
 Dieu merci, le nourrisson vient d’être retrouvé, lors d’un simple contrôle routier effectué par la gendarmerie.
Qui l’a enlevée ?
 Sa mère, « déficiente mentale », c’est-à-dire un peu simplette, avec l’aide de son mari, également un brin benêt.
Dans la voiture, le grand frère de Mia.
 Bref, la famille au presque grand complet.
Le bébé, quoique de santé fragile, est « manifestement en forme », tient à préciser le procureur de Nancy.
 De son côté, Alain Couic, directeur du service régional de la police judiciaire locale, assure que « l’interpellation s’est déroulée de manière très tranquille ».
 Beaucoup de peur et de bruit pour rien, risquerait-on : l’enfant n’a pas été kidnappée par un inconnu aux intentions mauvaises.
 Juste par ses parents, auxquels la garde de leurs enfants – cinq au total – a été retirée.
Pourquoi pas, mais cela peut encore se discuter.
En effet, les parents en question, même si peut-être asociaux, voire intellectuellement limités comme écrit plus haut, n’ont jamais fait de mal à leur progéniture.
 Peut-être avaient-ils seulement envie de passer Pâques en famille. Alors…

Alors, autrefois, il y avait en milieu rural une place pour ces « gens ».
Dans un village avoisinant du mien, en vallée de Chevreuse, il y a un idiot du même nom, cantonnier de son état.
 Dans une grande ville, il en serait réduit à vivre sous les ponts.
À la campagne, tout le monde le connaît.
 Il travaille à embellir le paysage ; pas très vite certes, mais ici, nous sommes moins pressés qu’à Paris.
 On lui connaît même une petite amie dont le QI, lui aussi, ne doit pas crever la stratosphère.
 Et alors, une fois de plus…
 Et si les deux venaient à enfanter, un petit verrait le jour en un environnement non hostile et encore moins indifférent.
D’aucuns prétendront – et cela, encore, peut se discuter – qu’il serait préférable d’empêcher médicalement ces « gens » de procréer.
 Dans le cas de la mère de Mia, c’est trop tard.
 Pourquoi donc lui retirer ce qui doit largement participer à sa raison de vivre, même théorisée par une cervelle aux modestes capacités ?
 Oui, autrefois, ces « gens » étaient intégrés, trouvaient leur place, fût-elle modeste, dans une communauté à taille humaine.
Même avant l’avènement du christianisme, on respectait le nigaud ; l’ancestrale tradition enseignant que le simple d’esprit avait comme une sorte de ligne directe avec les… esprits, justement.

Et puis, tout bien compté, au lieu d’aller créer de toutes pièces des familles artificielles, deux mamans d’un côté et deux tantes à moustaches de l’autre, pourquoi ne pas prendre soin davantage des plus fragiles, des plus démunis ?

 Ça, ce serait un mariage pour tous qui aurait un peu plus de sens…

Car le seul crime de ces parents consiste, pour l’instant, à avoir voulu récupérer ce qu’une société, devenue folle à force d’égoïsme, leur a arraché. Même passablement neuneu, Antigone demeurera toujours Antigone.

1 commentaire:

  1. Bonjour. C'est la dictature des juges impies et pervers en France! Qui a jugé que les parents du bébé Mia sont déficients mentaux? S'ils sont criminels, s'ils sont délinquants qu'ils soient punis, que des juges honnêtes les mettent en prison, mais s'ils sont innocents, c'est injuste de leur prendre leurs enfants, les fruits de leurs entrailles. Pourquoi un juge enlève-t-il les enfants de parents déficients mentaux? C'est cruel et inique! C'est de la discrimination envers les gens déficients mentaux, ils ont le droit de fonder une famille! Mais ce sont peut-être des calomnies contre des parents chrétiens intelligents, normaux, car les juges méchants détestent Jésus-Christ et les chrétiens, les juges pervers pensent que les chrétiens sont des crétins. La loi française athée permet à des paires d'homos mariés d'adopter les enfants des autres, les homosexuels ne sont pas des déficients mentaux d'après la loi française. Mais pour Dieu, les homosexuels méritent d'aller en enfer, car ils désobéissent à la loi immuable de Dieu qui interdit l'homosexualité. Que les juges et les policiers et les gendarmes homosexuels laissent les parents hétérosexuels innocents vivre en paix avec leurs enfants légitimes, qu'ils arrêtent de les persécuter. La république française est un état impie, voleur d'enfants, sans doute pour faire plaisir aux politiciens et aux notables violeurs d'enfants. Malheur aux pédocriminels ils sont maudits, la malédiction de Dieu est sur eux, ils vont souffrir. Salut cordial. Béatrice Berthelage-Hervé, une mère française en colère 16 rue Mathias 89340 Champigny sur Yonne

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.