dimanche 20 avril 2014

Candidature 2017 ? Merci de ne plus taper sur Hollande. Il est KO !

Game over

Publié le 20 avril 2014
Benoît Rayski

 
François Hollande gît sur le ring. Un homme à terre sur lequel il serait barbare de s’acharner.
François Hollande gît sur le ring. Un homme à terre sur lequel il serait barbare de s’acharner. Crédit Reuters
 
Ça suffit en effet. Et ça ne va pas nous manquer. Un petit peu quand même…
C’était le bon temps.
Celui où on pouvait brocarder le président de la République pour ses amoureuses escapades en scooter.
 Pour ses reniements successifs (« mon ennemi c’est la finance »).
Pour ses contre-vérités (sur le chômage). Pour ses hypocrisies (sur les impôts).
Ce temps-là est révolu.
Comme doivent être révolues les vilénies proférées contre le chef d’Etat (et je n’en suis pas absous).
Car François Hollande a été compté jusqu’à 10.
Sur le ring, il gît malheureux et abîmé. Un homme à terre sur lequel il serait barbare de s’acharner.
 Dans tous les sondages présidentiels, il est distancé par Sarkozy (ou Juppé) et Marine Le Pen. Prendrait-on un illustre inconnu qui se proclamerait de droite et anti-Hollande que le résultat serait le même.

Ayons pitié du pauvre Hollande !
 Il a d’ailleurs presque anticipé sa défaite en déclarant que si le chômage ne baissait pas d’ici 2017, il ne se représenterait pas.
Certes le chômage baissera. Pour des raisons évidentes.
 Quand une inondation submerge une ville, il y a un moment où, automatiquement, le niveau de l’eau baisse et s’amorce la décrue.
Et quand un incendie a fini de bruler un immeuble, le feu vient à s’éteindre faute de combustible. Pour autant, qu’il le veuille ou non, François Hollande ne se représentera pas.
Car ses amis – peut-on encore les appeler comme ça ? – feront tout pour l’en empêcher.
En effet, si nous, charitables et humains, avons cessé de lui taper dessus, eux commencent à le faire.
Ah, c’est pas beau de frapper un homme à terre !
Mais s’ils le font, c’est précisément parce qu’il est à terre et qu’ils ne veulent pas finir comme lui. En effet, Hollande candidat c’est la débâcle assurée.

Pour le moment ils ne tapent pas trop fort.
 Mais les coups vont bientôt redoubler.
 Un Claude Bartolone qui lui reproche d’avoir manqué à sa promesse d’une « République irréprochable ».
 Des députés de l’aile gauche du PS qui le soupçonnent d’être vendu au grand capital.
 Et, last but not least, un Julien Dray qui réclame des primaires au PS pour désigner le candidat du parti pour 2017.
Un crime absolu de lèse majesté.
 
Avec sa Majesté Hollande, nous voilà revenus au temps des rois fainéants.
 Des gros mollassons qui ne se bougeaient pas, allongés qu’ils étaient dans des chars à bœufs.
Ils avaient de jolis noms. Dagobert, Childebert, Clovis III, Chilpéric…
On les a bien oubliés depuis.

Mais l’Histoire a retenu les noms des maires du Palais qui exerçaient, de facto, le pouvoir : Charles Martel, Pépin le Bref.

Au fait, il s’appelle comment le maire du Palais d’aujourd’hui ?

 source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.