dimanche 23 décembre 2018

Macron en version Les Visiteurs au Courtepaille

 
 

 
Restaurant Courtepaille de Mareuil-lès-Meaux, jeudi 20 décembre, 12 h 30.

La porte s’ouvre.
Un groupe d’hommes et de femmes entrent.
Parmi eux : Emmanuel Macron.
Le sang du personnel ne fait qu’un tour.
Le Président s’est trompé d’adresse. L’erreur est humaine.
Immédiatement, le gérant du lieu arrive avec un plan de la région.
Les restaurants gastronomiques à plus de 100 euros sans les vins ne courent pas les rues.
Il y en a un dans le centre-ville qui peut faire un effort pour parvenir à exploser l’addition…
Un conseiller s’interpose : « Halte-là, aubergiste ! Le Président vient vraiment prendre son déjeuner avec ses collaborateurs dans votre humble gargote. »
Where is Mrs. Thénardier? demande le chef de l’État, qui a de la culture en restauration bas de gamme.

Le gérant : « Heu… Je vous apporte la carte. »
Le conseiller : « Inutile. Le Président prendra un plat populaire. Un graillon quelconque. Le Président est peuple. Apportez une large serviette. Le Président aime à se faire des taches de gras. »
Après de longues semaines de réflexion, l’équipe de communicants a estimé qu’il était grand temps de jouer la carte de la proximité avec les Français.
Opération sauvetage en pleine mer.
La tempête fait rage. Retour aux fondamentaux.
Première tentative : une halte dans un Courtepaille.
Les conseillers ont vu le film Les Visiteurs. Les Français feront l’analogie.
Emmanuel Macron peut se donner un côté Jacquouille la Fripouille.
Okay ! L’image est bonne. Voyage dans le temps, décalage sympathique, ambiance rond-point… Faut-il aller jusqu’à attaquer une camionnette de la poste ?
La question est sur le bureau.
Le cas Brigitte est plus épineux.
Comment l’habiller ?
L’option blouse à fleurs et bigoudis a été envisagée, puis réfutée par l’intéressée.
« Point trop n’en faut », a estimé la première dame.
Un repli sur le catalogue de La Redoute est actuellement à l’épreuve.
Côté sac à main, la maison Vuitton pourrait être abandonnée au profit du Vieux Campeur.
Le sac à dos de montagne avec pochette « premiers secours » sera inaugurée lors la prochaine rencontre avec Donald Trump.
La photographe personnelle d’Emmanuelle Macron, Soazig de la Moissonnière (descendante directe du comte de Montmirail), n’a pas manqué d’immortaliser l’escapade insensée du Président dans le grill au toit de chaume de Seine-et-Marne.
Cliché mis en ligne immédiatement sur Instagram.
L’image est en noir et blanc.
Ambiance repas des Tontons flingueurs adapté à la formule midi à 17 euros.
« On se risque sur le bizarre ? » Burger frites, pichet de rouge… Emmanuel Macron boit une gorgée du breuvage : « Faut reconnaître… c’est du brutal… »
Un conseiller : « J’ai connu un socialiste qui en buvait au petit déjeuner… »
Puis l’équipée reprit la route tant bien que mal.
Le Président a vomi par la portière de la chariote.
Il ne savait plus dans quel film il était.
Les images se mélangeaient. L’Élysée, les gilets jaunes, les danseurs trans…
Le chauffeur lança un CD de La Danse des canards
Proximité. On a frôlé l’overdose.

Jany Leroy

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.