mercredi 21 mars 2018

Nicolas Sarkozy en garde à vue : sa présomption de culpabilité au sujet du dossier libyen se précise…

 
 


Le 21/03/2018


Les années passent, les affaires demeurent, et le dossier libyen est en train de rattraper l’ancien chef de l’État.
 
Dans notre monde où l’information circule à la vitesse de la lumière, il se produit des télescopages douloureux.
Ainsi en est-il de l’actualité de Nicolas Sarkozy, notre ancien président de la République dont tout prouve, quoi qu’il en dise, qu’il aimerait bien le redevenir.
Nicolas Sarkozy donc, un homme balayé par les électeurs.
Les Français en général, en 2012, puis ceux de son propre camp, puisqu’il n’a pas franchi la barre des primaires des LR à l’automne 2016.
Mais il est là, tire dans l’ombre les ficelles des marionnettes qui s’agitent sur le devant de la scène et, toujours aussi amoureux du « bien vivre », s’offre à l’étranger des conférences à six chiffres.
La dernière, chez ses amis d’Abou Dabi, où il évoquait son goût pour un leadership « musclé ».
À ce propos, son ancien conseiller Maxime Tandonnet ne tarissait pas d’éloges dans Le Figaro, vantant la hauteur de vue de l’ex-chef de l’État qui affirmait : « Si l’Afrique ne se développe pas, l’Europe explosera. Ce n’est pas un sujet populiste, c’est un sujet tout court. »
À quel degré d’indigence faut-il que nous soyons rendus pour voir dans cette vérité d’évidence le phare de la pensée !

Que M. Tandonnet s’extasie – « Un tel discours à caractère géostratégique, tenant compte des réalités démographiques et économiques sur le long terme, illustre ce que doit être une vision d’homme d’État », écrit-il – dans un bel exercice de service après-vente témoigne de la flagornerie en vigueur dans ce milieu.
Car, sauf à être aveugle, on ne saurait exonérer Nicolas Sarkozy de sa responsabilité dans le déferlement des miséreux sur notre continent.
Une Afrique qui se déverse par une Libye livrée aux bandes armées après que nos « chefs de guerre », BHL et Sarkozy, eurent décidé de la libérer de son encombrant dictateur pour s’engager sur le chemin vertueux de la démocratie…
Un Kadhafi qui avait trop bien servi peut-être et dont il était plus qu’urgent de se débarrasser.
Mais les années passent, les affaires demeurent et le dossier libyen est en train de rattraper l’ancien chef de l’État.
Au moment de rédiger ce texte, Nicolas Sarkozy est en garde à vue, entendu dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre sur les soupçons de financement, par la Libye, de sa campagne présidentielle de 2007.
Trois ans et demi que les juges enquêtent, deux pas en avant, un pas en arrière, dans la forêt de chausse-trapes qu’on leur tend entre sociétés-écrans, holdings douteuses et témoins réfugiés à l’autre bout de la planète, quand ils ne sont pas carrément passés de vie à trépas.
Et difficile, ici, d’accuser Poutine de les avoir « suicidés » au gaz sarin…
Deux des témoins clés de cette affaire sont, en effet, en très piteux état : Béchir Saleh, l’ex trésorier de Kadhafi réfugié à Johannesburg depuis 2012, a malencontreusement pris une balle, et le très sulfureux Alexandre Djouhri, arrêté à Londres en janvier dernier, a le cœur qui lâche.
Un homme de 59 ans à la santé soudain devenue fragile.
De là à penser ce que ces deux-là pourraient connaître le même sort que Choukri Ghanem, l’ancien ministre du Pétrole libyen et de ses financements douteux, le gardien des secrets du régime retrouvé noyé dans le Danube en 2012, il n’y a qu’un pas…
Si j’étais Ziad Takieddine, je me méfierais ; tout comme Abdallah Senoussi, l’ancien directeur du renseignement militaire du régime libyen, qui ont tous deux témoigné avoir rapatrié cinq millions d’euros en liquide, de Tripoli à Paris, afin de les remettre à Claude Guéant pour Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur.

Le Monde revient, aujourd’hui, sur les trois ans et demi d’enquête « à travers des circuits financiers fuligineux » et s’interroge sur ce qui a permis cette nouvelle avancée dans le dossier.
On peut, en tout cas, saluer la ténacité des magistrats, sachant que l’entourage de Nicolas Sarkozy a tout fait pour entraver l’enquête, bénéficiant chaque fois d’informations qui lui permettaient d’en entraver le cours.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.