mercredi 28 mars 2018

AME : la corne d’abondance

 
 
 Résultat de recherche d'images pour "aide medicale etat"


par 28 mars 2018

En 2002 paraissait un ouvrage intitulé Le chiffre de la Vie de Gregory Benichou.

Ce chercheur s’était intéressé notamment à la PMA et était allé voir « comment cela se passait ».

Il raconte avoir discuté avec une Algérienne qui était venue quatre fois de son pays pour se faire avorter à Marseille parce que « c’était mal vu dans son village ».
Comme elle en était devenue stérile, elle aura recours à la fécondation in vitro au-delà des quatre tentatives autorisées par le code de la santé.
L’auteur critiquait à la fois la PMA et cet incroyable laxisme dont le coût pour la Sécurité Sociale était astronomique.
Comme disait De Gaulle : « C’est grand, c’est généreux, la France ».

Un de mes confrères parisiens me signalait que sa salle d’attente servait de salon à des immigrés ; lesquels ne souffraient que d’affections plus ou moins fantaisistes.
De plus après une paperasserie invraisemblable il ne touchait ses honoraires qu’une fois sur deux.
Ces personnes étrangères bénéficient de l’AME ou aide médicale d’État qui remplaçait la CMU ou couverture médicale universelle.
Elle a été créée en 2.000 par Aubry et Kouchner.
Elle sera élargie sous Hollande à toute personne se situant sur le territoire français.
Inutile de dire que notamment du Maghreb et d’Afrique, de nombreux immigrés plus ou moins clandestins se précipitent  pour se faire opérer ou soigner dans notre pays.

C’est la situation que vit Mayotte où les Comoriens arrivent en masse : désormais le tiers de la population est dans l’illégalité.
Le cas des femmes enceintes est particulièrement intéressant.

Le « droit du sol » a été élargi en 2016 sous Hollande à tous ceux qui sont sur le territoire « depuis l’âge de six ans et ayant suivi leur scolarité obligatoire en France lorsqu’elles ont un frère ou une sœur ayant acquis la nationalité française. »

En pratique, tout enfant né en France a droit à la nationalité française.

On ne peut  séparer le nouveau-né de sa mère qui fera venir son mari ; lequel fera venir ses autres femmes et enfants au nom du rapprochement familial.
De plus tous les immigrants en situation irrégulière bénéficient des mêmes droits à l’AME.

C’est la clé du Grand Remplacement, établi avec le temps par les gouvernements précédents.
 
Ainsi, n’importe quel étranger sans papier peut se faire soigner ad vitam aeternam aux frais des Français.
Il suffit de se balader dans les hôpitaux des grandes villes  pour se rendre compte de cette situation. Un de mes petits enfants a été admis en soins d’urgence à Lille.
Les noms des patients hospitalisés sont affichés à la porte.
La totalité de ceux-ci était d’origine maghrébine (lui excepté).
 
Il est évident que si un immigré clandestin se présente en occlusion intestinale ou en défaillance cardiaque, le serment d’Hippocrate oblige le médecin à donner les soins nécessaires.
C’est évident !
 
Mais le député du Vaucluse Julien Aubert du parti Républicain vient de poser les bonnes questions dans le Quotidien du Médecin du 22 mars dernier.

La première est de type constitutionnel et concerne l’égalité.

Pourquoi des personnes dans l’illégalité bénéficient du « tout gratuit » alors que le petit vieux qui a tenu un commerce ou a été agriculteur reçoit une retraite minable ? il est alors obligé de payer son sirop pour la toux et le « ticket modérateur » (partie non remboursée).
 
Le député critique le ministre de la santé Agnès Buzyn qui ramène le problème des immigrés à la question du sida et de la tuberculose, maladies que l’on est bien obligé de soigner pour éviter les contagions ici et ailleurs.
C’est une part minime des soins aux immigrés.
Des professeurs et des médecins mettent de plus en plus souvent en garde contre le « tourisme médical » de gens qui viennent en France uniquement pour se faire opérer ou soigner.
Or quand il n’y a plus de bornes, il n’y a plus de limites.
 
Le député souligne que les principaux pays d’Europe (y compris la Grande-Bretagne) ont précisément mis des limites : n’y sont pris en charge que les urgences, la maternité et les soins aux enfants…

Dans ces pays, on a compris que « la générosité menait à la dérive » (selon ses paroles).

Vers quoi ? mathématiquement vers la disparition de la Nation Française.
 
Jean-Pierre Dickès

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.