mercredi 18 octobre 2017

Samia Ghali "déconseille" la police de proximité dans des quartiers "où le danger est omniprésent"

 
Titre

La maire des 15ème et 16ème arrondissements de Marseille, Samia Ghali - JOEL SAGET / AFP

18/10/2017

 Samia Ghali, sénatrice socialiste des Bouches-du-Rhône, "déconseille de mettre la police de proximité" dans des quartiers "où le danger est omniprésent", alors qu'Emmanuel Macron doit détailler mercredi sa politique en matière de sécurité.
"On va envoyer une police de proximité aujourd'hui dans des endroits où le danger est omniprésent, quand je parle de danger je mesure mes mots. C'était bien au moment où on avait fait un gros travail sur la sécurité. Aujourd'hui, dans l'état où sont certains quartiers, je déconseille de mettre la police de proximité dans ces quartiers", a déclaré Samia Ghali sur Public Sénat.
La maire des 15ème et 16ème arrondissements de Marseille prône-t-elle toujours un recours à l'armée dans ces quartiers ?
"Je reste sur une position très claire. Aujourd'hui on a des quartiers où la délinquance, juvénile d'ailleurs, est de plus en plus forte, à un niveau tel que vous ne pouvez pas l'imaginer (...). Si on reste comme ça, de manière angélique, en pensant qu'on est juste face à de la petite délinquance, de cambriolages, juste de petites agressions, de nuisances de quartier, on se trompe".

"Moi, je connais la réalité du terrain"

"Je demande des moyens, que ce soit l'armée ou pas", a martelé la sénatrice qui a réclamé dimanche à l'Etat d'"intervenir pour sécuriser nos quartiers", dans un communiqué intitulé "au secours".
"Moi, je la connais la réalité du terrain (...), on a des bombes à retardement, on a des enfants que la bête est en train de nourrir".
 
Emmanuel Macron doit prononcer ce mercredi un discours "fondateur" sur la politique de sécurité.
Il est notamment très attendu sur la police de sécurité quotidienne (PSQ), l'une de ses promesses de campagne.

1 commentaire:

  1. Installer un commissariat dans les quartiers où ce sont les chances pour la France qui font la loi c’est envoyer des policiers au casse pipe !
    D’ailleurs, combien y iront ?
    Ne feront-ils pas comme les 600 (des sources disent 1500) qui se sont fait porter pâle pour protester de leurs conditions de travail ?
    Il est inutile de vouloir envoyer l’armée, la gendarmerie est les deux : militaire ET police ce qui permet d’agir en tant que l’un ou l’autre.

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.