Translate

lundi 28 septembre 2020

Un professeur d’Université : Les musulmans doivent quitter le pays. Les Suédois ne seront plus majoritaires en 2065.


Un hebdomadaire suédois a révélé des chiffres de Statistics Sweden qui montrent que dans pas moins de 18 municipalités, les enfants dont les deux parents sont nés en Suède sont déjà une minorité. 

Le statut de minorité pour les nouveau-nés suédois prévaut désormais dans les grandes villes comme Malmö, Helsingborg et Eskilstuna, mais aussi dans des municipalités rurales comme Lessebo, Hylte et Fagersta.

"Mes recherches montrent que les Suédois seront minoritaires en 2065, dans 45 ans. Au tournant du siècle prochain, les musulmans constitueront le plus grand groupe de population en Suède", a déclaré Kyösti Tarvainen, docteur et professeur émérite associé en analyse des systèmes à l'université Aalto à Helsinki (Finlande), au site d'information Nya Tider.

M. Tarvainen mène actuellement des recherches sur les changements démographiques en Suède, en Norvège, au Danemark et en Finlande.

Dans les 18 municipalités, la proportion de nouveau-nés ayant deux parents suédois est désormais inférieure à 50 %. Et les grandes villes comme Malmö (40 %), Helsingborg (48 %), Eskilstuna (49 %), ne sont pas les seules à connaître un déclin, mais aussi les petites municipalités.

En outre, dans près de la moitié des municipalités du pays (124), la situation est presque aussi mauvaise. La proportion d'enfants dont les parents sont nés en Suède s'y situe entre 50 et 70 %. Göteborg (51 %), Stockholm (57 %) et la plupart des autres grandes municipalités du pays se situent dans cette fourchette.

Dans seulement 40 municipalités du pays, la proportion d'enfants nés en Suède dépasse 80 %, presque exclusivement dans les petites municipalités. La seule exception où une grande municipalité peut afficher une forte proportion d'enfants de parents suédois est Kungsbacka, avec 82 %.

Dans deux municipalités seulement, la proportion d'enfants dont les parents sont suédois dépasse 90 %. Il s'agit de Hammarö dans le Värmland et d'Ydre dans l'Östergötland, l'une des plus petites municipalités du pays.

[...]

Mais M. Tarvainen est d'accord avec l'analyse des données effectuée par le site Nya Tider : "Vos chiffres sont similaires à ceux que j'ai trouvés dans mes recherches. Les statistiques montrent clairement que l'échange de population a lieu dans tout le pays. Personne ne peut plus le nier".

Les Suédois seront confrontés à l'inévitable : "Dans de plus en plus dans les municipalités, ils [les musulmans] seront la force dominante. Mes calculs ont montré que la moyenne pour une municipalité est de 68 % de Suédois, et la médiane est de 70 %", a noté M. Tarvainen.

Dans 20 ans seulement, les personnes nées en 2019 auront elles-mêmes des enfants, et comme les immigrés donnent généralement naissance à plus d'enfants que les Suédois, leur nombre augmentera de plus en plus vite. M. Tarvainen pense que les Suédois perdront leur majorité en Suède dans quelques décennies seulement :

"Mes calculs démographiques montrent avec deux méthodes différentes que les Suédois seront minoritaires en 2065, c'est-à-dire dans 45 ans." Il a récemment envoyé une lettre aux 349 membres du parlement suédois pour les avertir de cette évolution.

"J'ai envoyé mon calcul à tous les membres du parlement suédois. J'ai envoyé des rapports similaires pendant cinq années consécutives. Personne n'a répondu, sauf un social-démocrate qui a écrit une fois : "Pourquoi écrivez-vous en anglais alors que le suédois est la langue officielle en Finlande ?

Bien que beaucoup aient lu son avertissement, il n'a toujours pas reçu de réponse. M. Tarvainen a déclaré que ce silence persistant était assez particulier.

Il a appelé à des "changements radicaux dans la politique d'immigration" pour inverser les tendances démographiques.

"Quelle est la raison de la chute de l'Etat nation suédois ? C'est l'idée fausse selon laquelle l'opposition à l'échange de population serait du racisme. Ce n'est pas le cas. Chaque pays a le droit d'avoir son propre État-nation. Un pays civilisé peut s'occuper des minorités, mais pas si elles deviennent si importantes qu'elles remplacent la population indigène. Si les Suédois de souche deviennent une minorité, la population d'origine étrangère ouvrira la frontière à un plus grand nombre d'entre eux - et un effondrement total se produira".

M. Tarvainen a proposé quatre mesures pour éviter un futur désastre démographique :

1. Immigration de réfugiés uniquement en provenance des pays voisins
2. Mettre fin à l'immigration de parents non-occidentaux
3. Interdiction totale de l'immigration musulmane
4. Retour des musulmans qui ont immigré après 1970

"Si les musulmans deviennent majoritaires, ils prendront le pouvoir dans la société. Quand ils sont majoritaires, ils décident exactement de tout par le biais de la charia. Il s'agit de la nourriture halal, des vêtements, du changement du drapeau suédois dont les musulmans détestent la croix, des fêtes islamiques à la place de celles des chrétiens, de cinq prières quotidiennes depuis des minarets, de l'adoption des droits de l'homme islamistes (Déclaration du Caire), où les droits sont soumis à la charia, de l'acceptation de la polygamie et de la violation des autres droits des femmes ; l'inégalité entre les musulmans et les non-musulmans ; le déplacement partiel de la prise de décision démocratique en raison de décisions basées sur la doctrine islamique ; la cessation de la liberté d'expression ; l'adaptation complète de l'enseignement scolaire à l'Islam ; l'alignement complet de la politique étrangère en faveur d'autres États islamiques", a averti M. Tarvainen.

Il a déclaré qu'il se préoccupait principalement des musulmans parce que l'islam n'est pas seulement une religion mais une idéologie politique qui prétend gouverner l'ensemble de la société.

"Je me concentre principalement sur les musulmans parce qu'il est facile pour tout le monde de comprendre leurs effets néfastes sur la société. C'est une observation objective que les cultures islamique et occidentale sont incompatibles et concurrentes. [...] Il serait erroné de laisser l'Islam gagner dans les démocraties occidentales uniquement en raison de la plus grande fécondité des musulmans vivant en Occident".

Les données historiques montrent que la proportion de Suédois est passée de plus de 90 % à un peu moins de 75 % au cours des 40 dernières années, de 1980 à 2020. Au cours des 40 prochaines années, la proportion de Suédois continue de baisser pour atteindre environ 50 % de la population.

M. Tarvainen est d'accord avec le professeur Paul Lillrank, également universitaire finlandais affilié à l'université Aalto. Celui-ci a déclaré que la Suède est devenue un risque pour la sécurité des autres pays nordiques. "Avec une majorité musulmane en Suède, aucun pays n'acceptera la libre circulation provenant de la Suède et vers la Suède. La coopération nordique est en train de s'effondrer".

M. Tarvainen pense également qu'il est impossible pour de nombreux immigrants, venant de pays sous-développés, de faire partie d'une société avancée comme la Suède. Le retour doit donc également être mis en avant [...].

"La principale chose est la naïveté des politiciens suédois. Après la Seconde Guerre mondiale, nous avons développé nos sociétés, et nous voulions aussi développer d'autres pays. Nous avons introduit l'aide et nous voulions les aider de différentes manières. Une des façons d'"aider" d'autres pays était d'accueillir des immigrants. Après la Seconde Guerre mondiale, nous avons eu des conventions pour les Européens fuyant les pays communistes. Ces mêmes conventions sont aujourd'hui utilisées de manière abusive à des fins totalement différentes, comme l'immigration massive d'outre-mer". M. Tarvainen estime que ces conventions ont rempli leur fonction et qu'elles empêchent aujourd'hui la prise de mesures importantes.

"La première chose que nous devons faire est de quitter toutes les conventions. UE, ONU, autres... et cela doit être justifié par des raisons démographiques. Lorsque nous sommes sur le point de devenir une minorité dans nos propres pays, nous avons le droit d'abandonner toutes ces conventions".

Le seul véritable débat dans le pays sur les effets désastreux de l'immigration est actuellement mené par le parti Alternative pour la Suède.

(Traduction libre Schwarze Rose pour lesobservateurs.ch)

Freewestmedia.com / Journalistenwatch.com / Frankfurter-erklaerung.de

 Researchgate.net / Nyatider.nu

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.