Translate

mardi 29 septembre 2020

Un traitement expérimental du cancer détruit les cellules cancéreuses sans utiliser de médicaments



L’une des dernières méthodes mises au point par les scientifiques pour traiter le cancer utilise une attaque furtive par cheval de Troie pour inciter les cellules cancéreuses à s’autodétruire – le tout sans utiliser de médicaments.

La clé de cette technique est l’utilisation d’une nanoparticule enrobée dans un acide aminé spécifique appelé L-phénylalanine, l’un des nombreux acides de ce type sur lesquels les cellules cancéreuses comptent pour se développer. La L-phénylalanine n’est pas fabriquée par l’organisme, mais absorbée par la viande et les produits laitiers.

Lors de tests sur des souris, la nanoparticule – appelée Nano-pPAAM ou Nanoscopic phenylalanine Porous Amino Acid Mimic – a tué les cellules cancéreuses de manière spécifique et efficace, se faisant passer pour un acide aminé amical avant de provoquer la destruction des cellules par elles-mêmes.

Le mode d’autodestruction est déclenché lorsque la nanoparticule met en surcharge la production de certaines substances chimiques connues sous le nom d’espèces réactives de l’oxygène (ROS). Cela suffit à faire tomber les cellules cancéreuses tout en laissant intactes les cellules saines voisines.

« Contrairement aux idées reçues, notre approche consiste à utiliser le nanomatériau comme un médicament plutôt que comme un vecteur de médicament », explique Dalton Tay, spécialiste des matériaux à l’université technologique de Nanyang à Singapour.

« Ici, les propriétés cancérigènes et tueuses du Nano-pPAAM sont intrinsèques et n’ont pas besoin d’être activées par des stimuli externes. L’acide aminé L-phénylalanine agit comme un cheval de Troie – un manteau pour masquer la nanothérapie à l’intérieur. »

Il a été démontré que les nanoparmaceutiques tuent environ 80 % des cellules cancéreuses du sein, de la peau et de l’estomac chez les souris, soit à peu près autant que les médicaments de chimiothérapie actuels (mais sans tous les effets secondaires bien sûr). Bien qu’il soit dangereux pour les cellules cancéreuses, il est basé sur une nanoparticule de silice classée comme sûre pour l’homme par les autorités américaines de réglementation des aliments.

Cette approche devrait simplifier la production de ce type de traitement, même s’il reste du chemin à parcourir avant que ces tests de laboratoire ne débouchent sur des traitements efficaces pour les personnes. Jusqu’à présent, seuls des tests en laboratoire et sur des souris ont été effectués, mais les premiers résultats sont prometteurs – ce n’est qu’une des nombreuses façons dont les scientifiques tentent de débarrasser le corps du cancer.

De nombreuses études récentes ont examiné comment les nanoparticules peuvent mieux cibler les cellules cancéreuses sans trop perturber le reste du corps, mais elles sont généralement chargées de médicaments, ce qui n’est pas le cas ici.

Cela aidera dans les cas de cancers récurrents qui finissent par devenir résistants aux médicaments dont nous les bombardons : ici, il n’y a pas de médicaments en cause, donc il n’y a rien à quoi devenir résistant.

« Cette nouvelle approche pourrait être très prometteuse pour les cellules cancéreuses qui n’ont pas répondu aux traitements classiques comme la chimiothérapie », déclare le spécialiste du cancer du sein Tan Ern Yu, de l’hôpital Tan Tock Seng de Singapour, qui n’a pas participé à l’étude.

Cette recherche a été publiée dans Small.

Lire aussi : Le venin d’abeille permet de tuer les cellules cancéreuses du sein

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.