Translate

vendredi 25 septembre 2020

La planète TAIRE


par olivier cabanel (son site)
mardi 22 septembre 2020

Ne rien voir, ne rien dire, ne rien faire, se taire, est-ce bien tout ce qu’il nous reste, puisque le coronavirus permet au gouvernement de nous imposer un masque, nous privant aussi de nous rassembler, de manifester, et finalement de notre liberté ?

C’est en effet le sentiment qu’ont des millions de français, face à un gouvernement qui sème la panique dans leurs rangs, en évoquant chaque jour un peu plus une seconde vague qui ne vient pas...

Et qui ne viendra pas, selon d’éminent scientifiques, comme l’épidémiologiste, et chercheur à l’Inserm Laurent Toubiana. lien

Par une cynique manœuvre, délivrant des messages anxiogènes, l’Etat met surtout l’accent sur les nouveaux cas détectés, fatalement de plus en plus nombreux, puisqu’il y a de plus en plus de tests, (soulignons au passage qu’une étude a démontré que les tests PCR sont inadaptés contre le coronavirus : jusqu’à 90% des personnes testées ne seraient pas contagieuses) passant quasi sous silence qu’il n’y a par jour que de « zéro à 50 morts ».

C’est le constat qu’à fait, entre autres le Professeur Toussaint, s’exprimant sur l’antenne de RFI : « le nombre de cas positifs, qui ne sont pas des malades, fait l’objet d’une insistance trop lourde » a-t-il critiqué, constatant que les indicateurs les plus importants, ceux des décès, des réanimations, ne sont plus mentionnés.

Si l’on se penche sur les données de Santé Publique France, on n’observe en effet aucun signe de reprise. Entre le 4 et le 24 août, le nombre de décès quotidien a oscillé entre 0 et 23.

 « Ce sont les taux les plus faibles que nous avons enregistré depuis plusieurs mois » a confirmé le professeur, remarquant qu’au niveau européen, on compte près de 130 décès pour 500 millions d’habitants. lien

...soit moins que la grippe hivernale, qui en France et en 4 mois provoque la mort de 125 personnes par jour... et encore moins que le cancer responsable en France quant à lui de 430 décès par jour. lien

Mais il faut se taire.

Et puis, des nouvelles que l’on peut qualifier d’explosives, nous viennent de Montréal, en date du 14 septembre 2020.

Le docteur Lawrence Rosenberg, l’un des plus éminents scientifique du pays, s’exprimait sur la pandémie, sur la chaîne CTV news, Montréal. lien

Un représentant du gouvernement du Québec, associé à la santé publique a tout simplement déclaré que le coronavirus n’est probablement pas plus dangereux que la grippe saisonnière... lien

Et le journaliste de cette chaine CT news d’affirmer que l’Etat utilise la peur pour faire avancer le dossier de l’identité numérique.

Ici, un lien plus complet, du 20 septembre...

Alors qu’en Allemagne, un groupe de médecins déclare que les mesures prises face au coronavirus sont « exagérées et oppressantes » (lien), le prix Nobel de médecine, Luc Montagnier s’adresse aux présidents de l’OMS, à la commission européenne, au parlement européen, dénonçant les nombreuses incohérences dans la politique corona. lien

Mais il faut se taire...

Nos voisins de l’autre côté des Pyrénées ne sont pas en reste, et lors d’une conférence de presse, 400 médecins et scientifiques ont évoqué « une dictature mondiale portée par une excuse sanitaire ». lien

Mais il faut se taire...

Nos voisins belges, par une pétition signée par 238 médecins et 804 professionnels de la santé exigent « l’arret immédiat de toutes les mesures coronaviriennes ». lien

Mais il faut se taire...

On pourrait aussi évoquer les graves séquelles que provoque le port d’un masque trop longtemps, comme l’a fait le Docteur Pascal Sacré. lien

Entre les lésions cutanées faciales, l’aggravation de l’acné, et des dermites irritatives, le port du masque d’une façon prolongée, n’est pas innocent... raison, entre autres, pour laquelle le Danemark déconseille d’en porter. lien

Plusieurs médecins signalent une recrudescence des problèmes infectieux cutanés, (staphylocoques dorés) et oculaires (conjonctivites), mais aussi une recrudescence de problèmes respiratoires avec des bronchites asthmatiformes, qui sont loin d’être anodins.

Il ne faudrait pas oublier les « problèmes d’oxygénation », révélés entre autres par une étude publiée en 2012 qui démontre l’impact clinique potentiel du port prolongé du masque sur la respiration. lien 

La peur semée dans la population a une telle intensité que l’on en vient, au Costa Rica (et ailleurs), à mettre des protections aux enfants qui viennent de naître. lien

Pourtant l’on sait, grâce que les enfants ne transmettent pas le coronavirus. lien

Mais il faut se taire.

Mais comment se taire quand on découvre que le président de la république vient de faire rénover à coup de feuilles d’or son bureau élyséen, pour la modique somme de 930 000 €. lien

Il a fallu pas moins de 15 000 feuilles d’or pour réaliser ce travail de rénovation. lien

Comment se taire quand on réalise que les promesses de réévaluation des salaires des 1er de cordée ressemblent de plus en plus à un leurre, puisque de nombreux corps de métier, pourtant essentiels à la survie de la nation, n’ont pas reçu la manne présidentielle qui avait été promise.

Les grands patrons justifient cette situation en affirmant que si le smic était augmenté, le travail déclaré disparaitrait au profit du travail au noir...c’est en tout cas ce qu’a déclaré Guillaume Richard, PDG et fondateur de « OUI Care ». lien

C’est aussi le constat cruel que fait, entre autres, la CGT  : « après les déclarations de façade du gouvernement pendant le confinement, les travailleurs des secteurs les plus engagés durant la période ont un sentiment amer, sinon de colère pour la plupart d’entre eux (...) le secteur de la santé ne s’est jamais autant senti arnaqué, derrière les belles paroles et les médailles, le véritable changement ne pointe toujours pas le bout de son nez ».

Ce syndicat rappelle qu’il y a eu plus de 1200 contaminés par le virus, (médecins, internes, soignant, agents d’entretien, agents techniques...) avec son lot de morts, que les hausses de salaire n’arrivent toujours pas, et que les primes ne sont versées que partiellement.

Idem pour les millions de travailleurs que l’on a qualifié de « deuxième ligne », dans les secteurs de l’agroalimentaire, la logistique, la grande distribution, ou encore le nettoyage, qu’ils soient du secteur privé, ou de la fonction publique.

Ils ont payé un lourd tribut, alors que leurs patrons n'avaient cure des « gestes barrière » et des différentes mesures sanitaires qui auraient dû être prises, ce qui a couté la vie à nombre de travailleurs.

Et comme le dénonce Lionel Bonaventure, « des patrons déclarait les salariés encore au chômage partiel, ils avaient une activité au domicile, et refusaient de dédommager les frais liés à ce télétravail  », ajoutant : « Ce n’est pas anodin car, sur seulement 3000 entreprises contrôlées par le ministère, un tiers de ces entreprises sont coupables d’arnaque au chômage partiel, financé à 70% par l’Unedic, (lien) et donc par le contribuable. C’est dans ce cadre que le patronat a esquivé le versement de cette prime pour des milliers, sinon pour des millions de travailleurs  ». lien

Mais il faut se taire...

Comme dit mon vieil ami africain : « le mouton a peur du loup, mais c'est le berger qui le bouffe"..

L’image illustrant l’article est de Marc Hogue

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.