dimanche 23 septembre 2018

«On verra s'il a "les couilles"» : un syndicat policier invite Moix à un reportage en zone sensible

 
 
«On verra s'il a "les couilles"» : un syndicat policier invite Moix à un reportage en zone sensible

© ERIC FEFERBERG Source: AFP
L'écrivain Yann Moix (image d'illustration).
 

Le syndicat Alternative police CFDT a annoncé avoir saisi le CSA pour des propos «anti-flics» tenus par l'écrivain, qui avait accusé les policiers de «chier dans leur froc» et de ne pas «avoir les couilles» d'aller dans des quartiers difficiles.
                                   
Le syndicat Alternative police CFDT a fait savoir le 22 septembre qu'il avait saisi le CSA pour des propos tenus par "l'écrivain" et chroniqueur Yann Moix dans l'émission Les terriens du samedi, diffusée sur C8.
Lors de la séquence télévisée, celui-ci est accusé par le syndicat d'avoir tenu des propos «anti-flics».
Sur le plateau, face à deux policiers et au journaliste Frédéric Ploquin, venu présenter son livre La peur a changé de camp, Yann Moix déclarait notamment, sans terminer son raisonnement : «Si vous venez dire ici que les policiers ont peur – vous savez bien que la faiblesse attise la haine – dire que vous chiez dans votre froc, alors que vous faites un métier qui devrait prendre cette peur en compte.»
La peur au ventre, vous n'avez pas les couilles d'aller dans des endroits dangereux


Accusant les forces de l'ordre de se «victimiser» et de s'en prendre principalement aux «pauvres»,
Yann Moix ajoutait encore : «Je suis moi-même spectateur du harcèlement que vous pratiquez sur des gens inoffensifs [...] parce que, effectivement, la peur au ventre, vous n'avez pas les couilles d'aller dans des endroits dangereux.»
On verra bien s'il a "les couilles" de rester sur place
Des propos qui n'ont pas plu à tout le monde.
Dénonçant un raisonnement «à vomir», le syndicat Alternative police CFDT a invité Yann Moix à «faire un reportage avec les policiers dans les quartiers difficiles et s'en "prendre plein la gueule"».

Et de conclure : «Et on verra bien s'il a "les couilles" de rester sur place.»

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.