Translate

vendredi 9 avril 2021

Côtes-d'Armor : une plainte après la mort d'un homme vacciné à l'AstraZeneca


Une vaccination réalisée avec l'AstraZeneca.

Une vaccination réalisée avec l'AstraZeneca. © Radio France - Maxime Glorieux

 

Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel
 
Une enquête est ouverte par le parquet de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) après la mort d'un homme de 42 ans à Pleumeur-Bodou. Il a reçu une première dose du vaccin AstraZeneca le 13 mars dernier. Il est décédé une dizaine de jours plus tard.

Un habitant de Pleumeur-Bodou est-il mort à cause du vaccin AstraZeneca ? Le parquet de Saint-Brieuc vient d'ouvrir une enquête indique l'AFP ce vendredi 9 avril. 

Il était en bonne santé.

Cet homme de 42 ans, marié et sans enfant, a été vacciné le 13 mars. Il est décédé une dizaine de jours plus tard, le 22 mars. Selon l'avocat de sa famille, maître Etienne Boittin, "il était en bonne santé, Il n'avait pas de problème de santé de nature cardiaque ou circulatoire, il travaillait et avait une vie normale".

Des précisions attendues dans "trois à quatre semaines"

L'homme avait été vacciné sur raison médicale "qui suffisait à le vacciner mais qui était sans relation avec la thrombose qui lui a été fatale", explique l'avocat avant d'ajouter : "Il avait, comme un bon nombre de personnes, un traitement chronique, au long cours." L'autopsie du patient n'a pas encore été réalisée. Ses dossiers médicaux vont être examinés. D'après l'avocat, il faudra trois à quatre semaines pour avoir une "conclusion précise" sur l'origine du décès.

Transféré à l'hôpital le 12 mars, la victime y est décédé le lendemain. "Quand vous perdez subitement un mari, vous êtes d'abord dans le deuil. La famille, voyant qu'il y avait matière à interrogations, s'est décidée à me contacter pour avoir des réponses." La plainte a finalement abouti à l'ouverture d'une enquête par le procureur de la République de Saint-Brieuc, Bertrand Leclerc. 

Deux autres cas similaires à Nantes et à Toulouse

Maître Etienne Boittin examine en ce moment une dizaine de cas similaires partout en France. Parmi ces affaires, il défend la famille d'un jeune étudiant nantais de 24 ans, décédé d'une thrombose le 18 mars dernier ainsi que celle d'une Toulousaine de 38 ans. "Il ne s'agit pas d'affirmer qu'il y a un lien entre la vaccination et le décès de cet homme de 42 ans. Nous sommes dans une phase de questionnements", déclare l'avocat. 

Un vaccin suspendu pour les moins de 55 ans

Ce vendredi 9 avril, la Haute autorité de santé a annoncé que les moins de 55 ans vaccinés contre le Covid-19 avec une première dose d'AstraZeneca auront leur deuxième avec un autre vaccin, Pfizer ou Moderna. Le 19 mars, la Haute autorité de santé avait suspendu le vaccin pour les moins de 55 ans en raison de rares cas de thromboses (caillots sanguins) repérés en Europe.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.