Translate

lundi 12 avril 2021

93 médecins appellent le gouvernement israélien à ne pas vacciner les enfant



93 médecins Israéliens, dont des chefs de services en pédiatrie, écrivent au gouvernement pour lui demander de ne pas vacciner les enfants contre le Covid, les risques excédant de loin les bénéfices prétendus.

 Dans une lettre envoyée ce dimanche 11 avril et dont le contenu a été révélé sur N12, ils ont expliqué “qu’il n’y a pas de place pour vacciner les enfants à ce moment » et ont fondé l’appel sur « les mesures suivantes : le degré de prudence, le degré de modestie « , expliquant que “nous ne comprenons pas tout sur le virus et le vaccin contre lui”, et rappelé que le premier commandement de la médecine -« de ne pas nuire ».

 La lettre est signée par 93 médecins, dont le Dr Amir Shachar, directeur de la salle d’urgence de l’hôpital de Laniado, le Dr Yoav Yehezkeli, expert en médecine interne et enseignant à l’Université de Tel Aviv, et le Dr Avi Mizrahi, directeur de la unité de soins intensifs de l’hôpital Kaplan.

Ils ont adressé la lettre aux dirigeants du ministère de la Santé, à leurs confrères médecins du pays et à l’ensemble du grand public. Tout d’abord, ils ont expliqué l’importance de vacciner les populations à risque – malgré les effets secondaires minimes par rapport à une maladie grave, en notant que les enfants ne développent pas une telle maladie. 

“Nous avons en outre noté qu’à l’heure actuelle, il n’y a pas de certitudes sur la durée d’immunité du vaccin et contre quelles variantes.” « En outre », ont-ils ajouté, « l’opinion dominante au sein de la communauté scientifique est que le vaccin ne peut pas conduire à une » immunité collective « , et il n’y a donc actuellement aucune justification » altruiste « pour vacciner les enfants afin de protéger les populations à risque. « 

« Nous pensons que même une poignée d’enfants ne devraient pas être mis en danger par la vaccination de masse contre une maladie qui n’est pas dangereuse pour eux », ont-ils écrit. 

En outre, il ne peut être exclu que le vaccin ait des effets indésirables à long terme qui n’ont pas encore été découverts à l’heure actuelle, notamment sur la croissance, le système reproducteur ou la fertilité. Les enfants devraient pouvoir revenir rapidement à la routine; par de ​​multiples tests et les cycles d’isolement doivent être interrompus et ne doivent pas être produits partout.

« Il n’y a pas de séparation entre les non-vaccinés et les non-vaccinés dans l’espace public. La vaccination des populations à risque doit être autorisée, et sous la vaccination presque complète de cette population – elle est possible de revenir à une routine de vie complète (avec des ajustements périodiques) même en présence du virus COVID-19. « 

 Dans leur lettre, ils ont consacré une partie distincte au fait que, même aujourd’hui, il n’y a toujours pas de recul sur des effets secondaires rares et/ou graves, et c’est parce que beaucoup de vaccinés qui ont souffert d’effets secondaires ne les ont pas signalés. 

« Par conséquent, nous craignons qu’à ce stade, il y ait une sous-déclaration des effets secondaires. De plus, un lien de causalité entre les événements – le cas échéant – n’apparaîtra qu’en temps voulu, alors que de plus en plus d’événements d’un certain type s’accumulent. Par exemple, s’il y a un événement de santé grave « Cela arrive à 12 jeunes par an en Israël (soit une moyenne de 1 par mois), alors que le vaccin provoque également rarement cet événement grave, il faudra plusieurs mois avant qu’il est clair qu’il y a une augmentation de l’incidence de l’événement, et qu’il existe un lien entre le vaccin et son apparition.

« Nous ne pensons pas qu’il soit juste de gérer la vie privée et la politique de santé publique par la peur persistante d’une maladie virale, qui pourrait très rarement nuire à la vie de nos enfants

 Ne vous précipitez pas pour vacciner les enfants tant que l’analyse des effets secondaires n’est pas claire », ont-ils écrit. 

«La maladie du Coronavirus ne met pas les enfants en danger, et la première règle en médecine est de« ne pas nuire en premier ». On s’attend à ce que le recul des effets secondaires soit obtenu dans plusieurs mois, voire des années. S’ajoutent des mois et des années après l’approbation du médicament, en raison du fait que des toxines graves mais rares n’apparaissent, naturellement, qu’avec le temps.

 Dans le contexte des estimations d’une troisième dose que les adultes devront recevoir, « injection de rappel, nous pensons qu’il n’est pas approprié d’imposer les inconvénients de la vaccination à la population pédiatrique, où la maladie coronarienne n’est pas dangereuse. , surtout à ce stade.

Selon nous, la pédiatrie en Israël est l’une des meilleures au monde avec ses soins pédiatriques intensifs. Il est extrêmement rare qu’un enfant meurt d’une maladie virale, et cela peut malheureusement se produire en raison de divers types de virus. Nous ne pensons pas que ce soit juste. Une peur permanente d’une maladie virale qui pourrait très rarement nuire à la vie de nos enfants.

« Les effets négatifs du virus seront bien moindres lorsque la majorité de la population à risque sera vaccinée, comme cela commence à apparaître dans le pays, sans qu’il soit nécessaire de vacciner les enfants. »

Une autre raison invoquée par les médecins qui ont signé la lettre est «l’opinion largement répandue selon laquelle il ne sera pas possible d’obtenir une immunité collective contre la souche du virus, expliquée pour plusieurs raisons : “On ne sait pas si le vaccin empêche la transmission du virus, ni la durée d’immunité. De nouveaux variants apparaissent dans plusieurs pays en ce moment et certains variants peuvent être plus résistants au vaccin. »

 “Étant donné que le vaccin de la population vulnérable réduit les hospitalisations et la mortalité due à Covid-19, nous pensons que les effets négatifs du virus seront beaucoup plus faibles lorsque la majorité de la population à risque sera vaccinée. Car les effets commencent à apparaître dans le pays, sans avoir à vacciner les enfants”, ont-ils expliqué.

“Nous pensons que nos enfants devraient être autorisés à reprendre immédiatement la routine de leur vie bénie et ne devraient pas être vaccinés contre Covid-19”, ont conclu les médecins dans la lettre conjointe. 

“Les tests asymptomatiques pour enfants, qui n’ont pas de signification clinique mais causent des dommages indirects étendus, doivent être arrêtés immédiatement. Les cercles d’isolement de masse dans les cadres éducatifs doivent être arrêtés. Il convient de souligner au public que même les personnes vaccinées peuvent être infectées et infectées.¨

Nous devons cesser de pointer du doigt les personnes non vaccinées et nous devons cesser de violer les droits de l’individu. Nous devons immédiatement mettre un terme à toutes les formes d’exclusion et de séparation entre les personnes de la sphère publique.

 Le Dr Meir Ezra Elia, président de l’Association Mahosgan, a commenté la lettre des médecins :


« L’approbation du vaccin a été acceptée par les organismes de réglementation aux États-Unis, ainsi que lors d’une discussion professionnelle de l’Organisation de Pédiatres en Israël et discussion à plusieurs participants du ministère de la Santé, de Magen Israël et de l’Association des médecins de santé publique. «

« Ces questions importantes devraient être discutées de manière professionnelle uniquement », a ajouté le Dr Ezra. C’est un populisme bon marché d’un problème professionnel, qui n’a pas sa place dans le processus de prise de décision professionnelle.”

Source

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.