mardi 21 juin 2016

Tribune libre – Une barbarie musulmane, par Vincent Revel

Le 21/06/2016

Ramadan poignard                            

Depuis trop longtemps, les dirigeants de l’Occident vivent dans un monde d’idées pour délaisser le réel.

A cause de l’esprit de culpabilisation malsain qu’on lui a enseigné, par crainte de voir son rêve de melting-pot voler en éclats sous le poids de plus en plus contraignant d’un communautarisme sectaire et violent, l’Occident se trouve dans l’incapacité de nommer correctement les dangers qui le menacent.

Une nouvelle fois, un musulman a commis un acte ignoble sur le territoire de France.
Larossi Abbala, né à Mantes-la-Jolie en 1991, a assassiné deux fonctionnaires de police.
Le commandant Jean-Baptiste Salvaing, tué de plusieurs coups de couteau, et Jessica Schneider, égorgée, furent assassinés froidement le 16 juin dernier à leur domicile de Magnanville.
Leur enfant de trois ans eut la vie sauve grâce à l’intervention du Raid.

Ce crime impardonnable et injustifiable, commis pour la gloire et la grandeur d’Allah, s’inscrit pleinement dans une série d’actes de violence islamiste.
Après la folie meurtrière de Mohammed Merah, les attaques sur plusieurs cibles (marchés de Noël, commissariats) en décembre 2014, les attentats de Paris en janvier 2015, la mort d’Aurélie Châtelain, tuée par balles par Sid Ahmed Glham, la décapitation d’Hervé Cornara par Yassin Salhi, les attentats de Paris en novembre 2015, notre pays vit à présent au rythme d’une religion meurtrière.
Le monde entier vit sous la menace du djihadisme sunnite.

 Depuis plusieurs décennies, le sunnisme vit un désir de retour à un islam originel et promeut un djihad impitoyable pour tout ce qui n’est pas comme lui.
 Ne pas comprendre cette dynamique qui anime en profondeur le monde sunnite revient à avancer en aveugle.
Continuer à nommer « terroristes » ceux qui ensanglantent notre continent au nom d’Allah nous interdit d’appréhender avec précision la menace qui s’invite à présent chez-nous.

Les musulmans qui épousent le djihad sunnite n’agissent pas en terroristes, ils commettent leurs atrocités en tant que martyrs et croyants d’une religion politique exclusive et autoritaire.
La soumission à la volonté d’Allah pousse ces musulmans à haïr tous ceux qui ne reconnaissent pas la volonté supposée de leur dieu intransigeant et intolérant par essence.

 Commettre l’erreur de les appeler « terroristes » revient à ne pas comprendre les raisons que les animent et à ne pas identifier clairement leurs revendications ainsi que l’identité culturelle et cultuelle de nos agresseurs.
 Continuer à s’enfermer dans le « pas d’amalgame, pas de stigmatisation » ou bien alors « halte à l’islamophobie », nous empêche de nommer explicitement les causes des violences qui nous frappent et nous frapperont encore.

Reconnaître que l’islam est une religion-politique qui accepte et encourage la violence comme moyen d’expansion, que l’islam ne sera jamais une religion de paix, comme nous l’enseigne la propagande officielle, que l’islam, au contraire des dires d’un Alain Juppé, plus occupé par la prochaine élection présidentielle que par la sécurité de ses concitoyens, ne peut être compatible avec les principes démocratiques, sans que l’islam ne renonce définitivement à tous ses fondamentaux et à ses textes sacrés (c’est-à-dire que l’islam ne soit plus l’islam), relève non pas de la démagogie mais juste du bon sens.

Ne pas voir cette vérité, refuser d’accepter la réalité telle qu’elle est, et non pas la fantasmer comme on voudrait qu’elle soit, ne fera qu’aggraver la situation déjà plus que sensible.

Ce déni de réalité finira malheureusement par nous familiariser avec cette violence musulmane, présente désormais dans notre quotidien, et qui deviendra, au fil du temps, une violence banale et acceptable.

Par lâcheté, un esprit fataliste s’abattra sur l’Occident pour laisser pleinement libre l’installation de communautés musulmanes sectaires de plus en plus nombreuses, du fait d’une politique migratoire catastrophique.
 
Vincent Revel

fr.novopress.info

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.