mardi 26 février 2019

Pendant que les médias regardent les Gilets jaunes, les banlieues s’embrasent

 
 

DR
Julien Michel
            
Depuis la mi-novembre 2018, il semble qu’il n’y ait plus qu’une seule crise en France : celle des Gilets jaunes.

Pourtant, en ce moment-même, les attaques se multiplient en banlieue.
Il suffirait d’une étincelle pour repartir dans une intifada comme nous en avons déjà connues.
C’est Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, qui sonne l’alarme dans un entretien avec Le Figaro.
“La dernière fois que j’ai rencontré Emmanuel Macron, je lui ai dit qu’il existait une crise des banlieues masquée par celle des «gilets jaunes». La situation est explosive. 80 lycées ont été attaqués en décembre. Ces attaques étaient perpétrées par des bandes cagoulées, organisées et extrêmement violentes. Elles visaient à mettre le feu aux poubelles, aux voitures, aux lycées… Des enseignants ont été aspergés d’essence.”
Valérie Pécresse
La violence en banlieue n’a plus aucune limite.
Tortures, lynchages, chaque jour apporte son lot d’horreurs.
Mais alors que les forces de l’ordre sont mobilisées dans les beaux quartiers parisiens et dans les capitales de régions, la république n’a plus aucun moyen de “tenir” d’éventuelles émeutes généralisées dans les départements de la couronne parisienne.
Le déclenchement de telles émeutes est précisément le scénario catastrophe que l’exécutif souhaite éviter à tout prix.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.