mardi 19 février 2019

Manifestations du 19 février : la lutte contre l’antisémitisme dévoyée par une classe dominante en perdition

 
 
Manifestations du 19 février : la lutte contre l’antisémitisme dévoyée par une classe dominante en perdition

L’antisémitisme est devenue l’épouvantail ultime auquel se raccroche la classe dominante pour en appeler, quand elle se sent menacée, à l’union sacrée des bien pensants autour d’elle.
 
Et pour en exclure tous les autres.
 
Les manifestations organisées ce mardi 19 février par une élite que terrifie le soulèvement des Gilets jaunes en sont un exemple frappant.
Les bruits douteux autour de la préparation de ce grand raout improvisé dans la panique, mêlant allègrement la lutte contre l’antisémitisme (qui est un racisme) et la défense du sionisme (qui est une politique expansionniste menée par l’État d’Israël à l’encontre de ses voisins) a des relents extrêmement détestables.
Mon beau-père (le grand-père de mes filles) avait un numéro gravé au creux du bras.
Mais est-ce vraiment à la mémoire de ce Juif hongrois rescapé d’Auschwitz et de ses compagnons d’infortune que la France du haut va défiler dans la fièvre ce mardi ?

Une vulgaire sauterie de la classe supérieure terrifiée pour casser du Gilet jaune

Ou n’est-ce pas plutôt pour casser du Gilet jaune d’en bas ?
Réponse par un des éminents organisateurs de cette sauterie bien-pensante :


Voir des personnalités de la France insoumise se soumettre à cette démonstration pour obtenir leur brevet de respectabilité est chose navrante.
Un peu comme d’implorer une invitation à un dîner du CRIF, ce lobby ouvertement dédié à la défense de la politique israélienne.
Ou d’avoir participé en janvier 2015 au triste défilé des “Je suis Charlie” [photo], cette « accès d’hystérie collective » de la classe bien propre et bien blanche sur elle que dénonçait Emmanuel Todd dans son ouvrage “Qui est Charlie ?”
Je ne participerai évidemment pas à ces défilés dévoyant grossièrement la lutte contre un fléau (l’antisémitisme) pour permettre à une classe dominante assiégée de défendre une position menacée. Ce n’est pas de ces gens-là que j’attends un brevet de respectabilité.

 Photo : le défilé truqué de 56 chefs d’État et de gouvernement en marge de la manifestation des “Je suis Charlie” le 11 janvier 2015.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.