dimanche 24 février 2019

Gilets jaunes : après l’acte XV, le bilan, le dépôt de bilan, l’inventaire ?

 
 


L’acte XV des gilets jaunes a confirmé les intuitions d’un Lucien Paillet ou d’un Pierre Van Ommeslaeghe exprimées sur Boulevard Voltaire.

Récupérés par l’extrême gauche, salis par des antifas violents et des radicalisés antisémites, ils se sont coupés de leur élan initial et du soutien des classes moyennes.
Et ce ne sont pas les dernières déclarations d’un Maxime Nicolle sur le sionisme qui les sauveront. Damien Rieu pouvait tweeter, hier après-midi : « L’extrême gauche a totalement pris le contrôle des manifestations dans quasiment toutes les métropoles. »
Pour l’extrême gauche, ce n’est guère glorieux : elle n’était pas là au départ et elle va tuer le mouvement.
Les Français et les gilets jaunes authentiques devront en tirer les conséquences : le salut ne saurait venir de là, pour ceux qui ne le savaient pas encore.
On en est donc à l’heure du bilan et de l’inventaire.
Ce mouvement social long et inédit a révélé bien des choses insoupçonnées, non seulement de la société française, mais surtout du pouvoir.
D’abord, on a vu que le pouvoir était prêt à aller très loin dans la répression.
Ensuite, ce même pouvoir a usé de ficelles de propagande énormes.
Enfin, il a eu peur.
Emmanuel Macron peut, certes, reprendre sa comédie – ce qu’il a déjà commencé à faire avec sa tournée des maires -, mais, pour beaucoup de Français, ce mouvement des gilets jaunes a montré le pouvoir dans sa nudité, avec ses forces et ses faiblesses.
Avec ce clap de fin, même si le mouvement peut se prolonger pendant quelques semaines, le pouvoir aurait tort de se croire tiré d’affaire.
Le retour au jeu politique normal, dissipant les inquiétudes de l’opinion, pourrait remettre en selle l’opposition de droite, réinstaller les questions sur la stratégie économique du gouvernement et ses résultats.
Or, à ce niveau, le pouvoir a laissé des plumes.
La sortie d’une période d’inquiétude où l’on s’interrogeait, plus ou moins de bonne foi, sur la solidité des institutions va permettre aussi à ceux qui se serraient derrière le Président, par réflexe, de se montrer un peu plus libres, critiques et de lui demander des comptes.
Pas certain que le soutien à Emmanuel Macron et à sa majorité s’en trouve raffermi.
Le retour à la raison et au jeu démocratique a du bon.
Comme après une bataille, les gilets jaunes – s’ils ont quelques stratèges – ou ceux qui rêvent d’influer sur le cours des choses doivent faire le bilan de cette campagne.
À l’actif, ils ont montré qu’un mouvement n’est puissant que s’il est long, régulier (les samedis), décentralisé dans toute la France, visible sans être bloquant, de façon à recueillir le soutien de la population.
Au passif, ils ont démontré que l’absence de revendications claires, de cadres et de réalisme politique n’étaient un atout qu’un temps.

Leur échec, à ce niveau, est comparable à celui du Mouvement 5 étoiles en Italie, en perte de vitesse partout, alors que Matteo Salvini, avec son charisme personnel, sa ligne claire, ses objectifs définis et son réalisme politique, est en passe de hisser son parti à la première place de la vie politique du pays.

Le mouvement des gilets jaunes ne restera pas sans conséquence politique.

Frédéric Sirgant

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.