mardi 19 février 2019

C’est donc aujourd’hui, le grand bal des hypocrites

 
 
L’image contient peut-être : une personne ou plus
 
 La marche prévue ce jour contre l’antisémitisme est une sinistre mascarade à mes yeux.

 Elle est initiée par le Parti Socialiste qui ressurgit ponctuellement de ses cendres et qui surtout n’a strictement jamais rien fait pendant plus de 30 ans pour empêcher la montée du nouvel antisémitisme lié à l’importation islamo-gauchiste du conflit israélo-palestinien en France comme paradigme de toute forme de pensée post-moderne (ce que JP Le Goff démontre admirablement dans son opuscule sur le gauchisme culturel).
L’importation de cette matrice est directement responsable de l’abdication de toute forme de pensée sociale de soutien du peuple, considérant la figure palestinienne comme l’alpha et l’omega des damnés de la Terre remplaçant toute cause populaire.
La plupart des partis qui vont défiler ce jour ont quant à eux collaboré à ce silence, ont fermé les yeux, ont pratiqué des politiques hypocrites et électoralistes avec pour but de ne jamais faire de vagues de peur d’être accusés de racisme, quand ils n’ont pas directement vendu le pays à la découpe au Qatar et autres États soutenant soit le terrorisme islamiste soit des discours ouvertement hostiles à l’existence-même d’Israël, sans même aller jusqu’à évoquer les abjections du Turc Erdogan, l’ami allemand, l’ami européen, sur cette question, le tyran islamiste pour qui nous sommes en train d’abandonner nos amis kurdes, puisque nous ne sommes, au nom de cette infâme lâcheté, jamais à une saloperie près.
Un seul des partis manifestant aujourd’hui va-t-il réclamer le non-rapatriement des djihadistes en France ?
Un seul des partis manifestant aujourd’hui va-t-il réclamer le rétablissement de l’ordre républicain dans les banlieues où il n’est quasiment plus possible à un Juif de vivre paisiblement sans être agressé et persécuté, ordre qu’aucun d’entre eux n’a jamais rétabli ?
Au début des années 2000, pendant les émeutes de banlieue en mode Intifada, celles-là même qui valurent les accusations de racisme et anathèmes à Finkielkraut pour avoir juste osé dire des évidences, mes enfants étaient à la Crèche Israélite de Paris, il y avait des militaires et des dispositifs spéciaux pour la protéger et j’avais peur.
J’avais peur toute la journée pendant que je travaillais, de ce qui risquait de se passer.
Qu’est-ce qui a changé depuis ?
Rien. Enfin si, c’est devenu pire à cause de la lâcheté des partis qui défileront aujourd’hui la main sur le coeur et dans le but même pas caché de faire porter la responsabilité de tout cela au populo.

Un vaste mouvement populaire aurait éventuellement eu du sens.

Cette mascarade politicienne en revanche n’est non seulement pas bien sérieuse, mais elle est honteuse.

Et serait comique si la situation n’était si grave.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.