jeudi 27 août 2015

Migrants : en important des populations, on importe leurs problèmes



 

 
Malheureux hasard du calendrier, la succession d’attentats se produit en pleine crise des migrants, prenant ainsi de court tous les services de sécurité. Mais est-ce un hasard?
 
Ce midi, Françoise Schepmans était invitée au JT de TF1 qui avait posé ses caméras à Molenbeek, mondialement célèbre depuis un certain temps déjà pour être un fief djihadiste.
Et la bourgmestre MR d’expliquer en substance qu’avec 8.000 entrées et autant de sorties par an dans sa commune, il lui était difficile de maîtriser le flux des terroristes.
Tout cela est débité sur un ton un peu plaintif, comme si c’était la fatalité et qu’il ne fallait pas demander au MR de faire la pluie et le beau temps parce que personne n’a d’emprise sur les nuages qui passent au dessus de Bruxelles.
 
Sauf que, comme se plaisait à le répéter son prédécesseur, Philippe Moureaux, Molenbeek est un laboratoire social, le sien.
Et quel laboratoire!
Tout a été mis en place pour importer une population et lui permettre de reproduire son mode de vie « ancestral ».
Et la greffe a pris au plein cœur de Bruxelles.
Ce que Molenbeek est tristement devenue est le résultat d’un dogme savamment implémenté, celui de la multiculturalité.

 
Le P 15 8 Belgique islam
 
Quand on importe une population, elle s’installe avec armes et bagages.
 A côté du couscous que d’aucuns trouvent convivial parce qu’exotique, il y a tout le reste, bien moins appréciable.
Songeons pêle mêle au mariage forcé, au harcèlement des femmes dans la rue, aux paraboles qui défigurent les maisons, à la banalisation de la violence, à l’excision, à l’égorgement des animaux de boucherie et même au terrorisme auquel il faudrait s’habituer selon certains élus

 
Le risque terroriste zéro n’existe pas!
Pourtant, il y a cinquante ans, avant l’immigration musulmane, la menace n’avait pas cette ampleur et aucun politique n’aurait jamais imaginé inviter la population à s’y accoutumer!
Pour citer Marcel Gauchet, comme Arnaud Folch récemment dans Valeurs Actuelles, nos élites sont parvenues nous dit-il à « nous apprendre à détester tout ce qu’on a aimé et à aimer tout ce qu’on déteste ». On peut même le mesurer au nombre des conversions… Sans aller si loin, on observe déjà l’incroyable passivité de la population face aux bouleversements dans la vie quotidienne auxquels elle doit consentir pour faire de la place à ses minorités visibles.
Tout cela est entretenu par le discours lénifiant d’une caste politique qui ne sait plus trop quoi faire pour arrêter ce train fou et qui se persuade qu’il sera toujours possible de sauter dehors avant qu’il ne s’écrase contre le mur.
 
Ainsi, plutôt que de stopper net l’afflux de migrants, la plupart des Etats membres de l’UE se préparent à absorber leur quota de migrants.
Et plus ils en avalent, plus il en arrive.
 
Jamais personne ne s’est sérieusement posé la question du screening de tous ces « réfugiés ».
Jamais personne ne s’est demandé pourquoi ces gens ont fuit leur pays.
Paradoxalement et très cyniquement, ce sont nos djihadistes locaux qui s’emparent de la question à la place de nos élites.

 
Hans Bonte, bourgmestre socialiste de Vilvoorde
 
Hans Bonte, bourgmestre socialiste de Vilvoorde
A Vilvoorde, où Hans Bonte, bourgmestre socialiste, murmurait à l’oreille d’Obama la recette pour une vraie « déradicalisation », les adeptes du Califat que compte cette commune flamande s’en prennent aux réfugiés syriens.
Motif? : « Ce sont des lâches qui doivent retourner en Syrie combattre Bashar et instaurer le califat! »

Qui voudrait sérieusement nous faire croire que ces supporters locaux de la sharia ne voudraient pas instaurer le même régime ici en Belgique?
 Et qui voudrait nous faire croire que parmi les réfugiés certains ne verraient pas d’un mauvais œil l’instauration d’un califat?

Et comme il est aisé de comprendre qu’il est plus facile de se battre ici où l’on est nourri et logé au frais du mécréant plutôt que d’avoir à combattre l’armée de Bashar, il faut se préparer à voir traverser un nouvel épisode noir de notre Histoire…

Expo universelle, pavillon belge. L'islam dès l'accueil...
 
Expo universelle, pavillon belge. L’islam dès l’accueil…
 
 On ne peut pas dire que nos politiciens n’auront pas mis les moyens pour y parvenir!
Les mosquées, le halal, le voile, les barbus, les discours de haine, la repentance, les écoles musulmanes, la discrimination positive, les milliards déversés en allocations, les selfies de politiques hilares posant aux côtés de prêcheurs de haine contre les valeurs de l’Occident,…
Rien n’aura été négligé pour creuser le lit douillet du communautarisme.
 Même au pavillon belge de l’exposition universelle, c’est une femme voilée qui est préposée à l’accueil.

Vilvoorde nous envoie des signes clairs de l’imminence d’un conflit interreligieux qui couve ici, sur notre sol! Avec le nombre de poudrières djihadistes que compte la Belgique il pourrait exploser à tout moment, et embraser la Belgique durablement, et pas seulement, car c’est la même chose en France, en Allemagne, en Suède…
Plutôt que de prendre en considération la dangerosité du contexte actuel pour la stabilité de notre pays, tous ces signaux d’alerte sont niés.
 Pire, on importe des millions des gens sur notre continent en feignant d’ignorer qu’en important une population, on importe ses problèmes.
 La notion même de droit d’asile est totalement dévoyée.
 Celui-ci devrait être accordé aux personnes qui courent un risque réel de dommage…
 Et encore, il ne devrait pas pouvoir bénéficier à des individus membres d’une organisation coupable de crimes de guerre.
Au lieu de cela, nous invitons, sans discrimination, toutes les populations en guerre à s’installer chez nous!
 Sans se demander qui a déclenché les hostilités.
Sans se demander si ce n’est pas le meilleur moyen d’importer la guerre dans le pays d’accueil…
 
Qui oserait vanter la richesse de ce type d’apport?

 Et la population belge de découvrir un peu tard l’étendue du mépris que lui vouent ses dirigeants…
 
Dominique Muller

lepeuple.be

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.