samedi 2 mars 2019

Safran : l'histoire incroyable d'un industriel français qui veut créer deux usines en France mais n'y parvient pas

 
 
Le groupe Safran éprouve des difficultés à trouver deux endroits en France où installer ses deux futures usines.
 
Le groupe Safran éprouve des difficultés à trouver deux endroits en France où installer ses deux futures usines. (Crédits : Benoit Tessier)
 Par Fabrice Gliszczynski | 01/03/2019  


Le groupe aéronautique français veut ouvrir deux usines dans l'Hexagone mais ne parvient pas à trouver de lieux favorables en raison notamment des difficultés administratives.  
 
Son directeur général, Philippe Petitcolin, se demande même s'il n'y a pas plus d'appétit pour attirer les entreprises étrangères que françaises.
L'histoire paraît invraisemblable.
En plein débat sur l'emploi industriel en France avec la fermeture de l'usine de Ford à Bordeaux ou les menaces qui pèsent sur l'aciérie d'Ascoval, un groupe industriel français veut ouvrir deux usines dans l'Hexagone plutôt qu'à l'étranger, mais rencontre toutes les peines du monde pour y parvenir en raison des lourdeurs administratives françaises.
C'est ce qui arrive aujourd'hui au groupe aéronautique Safran.
Son directeur général, Philippe Petitcolin est prêt à investir près de 300 millions d'euros pour monter ces deux usines, l'une dans la fabrication de pièces en 3D, l'autre dans la fabrication de pièces en carbone.
De tels sites permettraient de créer près de 300 emplois.
Problème, Philippe Petitcolin ne peut confirmer aujourd'hui qu'elles verront bien le jour en France.

"Ce n'est pas facile, il faut vraiment en avoir envie. Mais je veux aller jusqu'au bout pour réaliser ces deux implantations en France. La solution de simplicité serait de s'installer à l'étranger où des aides nous sont offertes à bras ouverts avec des gens qui souhaitent travailler avec nous. Ce n'est pas mon souhait mais il faut vraiment s'armer de beaucoup de patience et de travail, je reste confiant mais je ne peux pas confirmer que nous parviendrons à créer ces usines en France", a déclaré Philippe Petitcolin, jeudi 28 février, lors de la présentation des résultats financiers 2018 stratosphériques, marqués par une hausse de 32% de son chiffre d'affaires (21 milliards d'euros) et de 37,9 % de son résultat opérationnel courant, à 3 milliards d'euros.
Pas d'alignement entre les différents étages administratifs

Philippe Petitcolin a mis en lumière l'absence de politique coordonnée entre les différents centres les décisions, l'Etat, la Région, les communautés de communes, les communes.
 
Lire aussi : Pourquoi l'Etat ne souhaite plus désinvestir dans Safran

"Les gens sont de bonne volonté. Mais rien n'est organisé. Rien n'est fait pour aider l'industriel à décider en faveur de la France. Dans les ministères, les gens sont pleins de bonne volonté. Derrière, que se passe-t-il ? Vous vous retrouvez tout seul, vous allez dans une région, vous allez tomber sur la communauté de communes qui va vous dire que dans une commune nous avons droit à cela mais pas dans une autre, etc... On rentre dans un ensemble administratif extrêmement complexe dans lequel chacun a son domaine de responsabilité et ne va pas au-delà. Au final, cela ne donne rien. Il faut faire soi-même le liant et même avec cela, il n'a pas toujours l'appétit pour pouvoir attirer les entreprises. On a peut-être plus d'appétit pour les entreprises étrangères que pour les entreprises françaises même si elles sont les plus belles du monde".
 
Dans l'aéronautique, les cycles sont très longs et Safran se doit d'avoir les garanties de la compétitivité du site pendant près de 30 ans.
"Je ne veux pas laisser aux générations suivantes des usines qui ne sont pas compétitives. Lorsque nous choisissons un site, ce n'est pas un choix politique mais un choix économique pour la pérennité de l'entreprise. Comme nous sommes dans un cycle long, nous devons nous s'assurer de la compétitivité du site sur le long terme. J'ai cette obligation morale pour le conseil d'administration et les collaborateurs de Safran», a expliqué Philippe Petitcolin.
 
La prise de décision ne doit pas traîner en longueur.
Safran a besoin de ces usines. L'investissement figure déjà dans les budgets.
latribune.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.