dimanche 29 juin 2014

En Europe, comme au foot, « Deutschland über alles ! »


allemagne

Le 28 juin 2014

    
On attend avec impatience le match contre l’Algérie lundi soir…
 
L’hymne allemand, « Deutschland über alles » (l’Allemagne au-dessus de tout) n’est plus chanté Outre-Rhin depuis 1991 dans sa version originelle généralement perçue comme l’expression de vues politiques hégémoniques rappelant de mauvais souvenirs…
 L’hymne officiel allemand, le Deutschlandlied (Chant d’Allemagne) ou Das Lied der Deutschen (Le Chant des Allemands) se contente dorénavant du troisième et dernier couplet aux paroles plus soft : « Einigkeit und Recht und Freiheit » (Unité et Justice et Liberté).
Mais dans la réalité, même édulcorée, la mélodie est restée la même !
 L’Allemagne affirme sa supériorité non seulement sur les terrains brésiliens –on attend avec impatience le match contre l’Algérie lundi soir… – mais également, c’est une évidence, dans le domaine économique et surtout, comme on vient de le voir, avec le choix de Juncker pour la présidence bruxelloise, dans le domaine politique.
C’est à Berlin d’abord, entre Allemands, qu’a été négocié le ticket européen :le libéral Claude Juncker à la présidence de la Commission et le socialiste Martin Schulz reconduit à la tête du Parlement Européen.
 La chancelière de l’Euroland, qu’elle dirige en sous-main d’un gant de fer, Bismarck-Merkel, l’avait négocié dès le lendemain des élections européennes avec les partenaires sociaux-démocrates de sa « grande coalition ».
 L’Internationaliste socialiste, où le SPD allemand est resté majoritaire, soutiendra Juncker pour la Commission, et en contre-partie, la droite du Parti Populaire Européen (PPE) dominée par la CDU-CSU allemande, portera ses suffrages sur Martin Schulz, le candidat socialiste à la présidence du Parlement Européen.
Hollande n’a pas moufté,
seul David Cameron a tenté un baroud d’honneur en s’opposant à Juncker qu’il considère à juste titre – comme « l’homme qui a passé sa vie à renforcer le pouvoir de Bruxelles au détriment des Etats souverains. »
  Il aurait pu ajouter également que c’est précisément contre ce type de « petits arrangements entre amis » qu’on voté les électeurs européens le mois dernier.
Des électeurs en colère dont, au vu des résultats, on a prétendu un peu vite, vouloir respecter les choix…
On prend les mêmes et on recommence…
Alors que les Français –on peut toujours rêver – ambitionnent maintenant de remporter la Coupe du monde, que Hollande –du moins en paroles –s’imagine jouer un rôle européen, l’Allemagne de Mme Merkel, sans blabla inutile, impose tranquillement son jeu et sa volonté hégémoniques…
 
« Deutschland, Deutschland au-dessus de tout, par-dessus tout au monde (…) Fidélité allemande, vin allemand et chant allemand doivent continuer dans le monde de résonner avec leur ancienne beauté, de nous porter à agir avec noblesse, tout au long de notre vie. »
 
 Ces paroles censurées des deux premiers couplets supprimés de l’hymne national allemand, résonnent plus que jamais comme une évidence que l’on peut vérifier dans tous les domaines.
 Je vous laisse : mon voisin grec, vient de m’appeler pour m’emprunter mon « Black and Decker »,.. il voulait dire « ma perceuse »…
Et sa voiture qui arrive, comme celle de Claudia Schiffer,(une Opel), est bien sûr « une Allemande ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.