mardi 23 octobre 2018

On n'a jamais vu un bisounours faire plier une racaille


Résultat de recherche d'images pour "jeune lynché à mort garges"

Non mais attendez donc deux minutes: que se passe-t-il ?
 
 
C'est quoi qui fait que Laurent Obertone soit invité sur CNews pour nous parler de son dernier bouquin "La France Interdite" ?
Que se passe-t-il pour que Zemmour soit invité ce soir sur BFM alors que RTL l'éjecte de ses plateaux ?
Que se passe-t-il pour que les deux derniers bouquins de ces deux affreux réactionnaires soient en tête des ventes ?
Les magazines "droitiers" Eléments et L'Incorrect cartonnent en librairie, étonnant, non ?
Et voilà t'y pas qu'on ose sur des chaînes d'infos parler de statistiques ethniques et de la probabilité plus que certaine que l'essentiel de la délinquance ne soit pas le fait des Français de souche...
Les bras m'en tombent, Yves Calvi a osé dire l'autre soir qu'il y aurait donc bien un lien entre délinquance et immigration quand Briguelli affirme que "Oui, il y a des territoires où la République n'a plus sa place".
Mieux encore, certains osent même évoquer ces parents démissionnaires qui laissent tout faire à leurs rejetons et qu'il faudrait peut-être sanctionner en leur sucrant une partie des allocs (Sarkozy et Ciotti, en leur temps, furent cloués au pilori pour avoir tenté de mettre la chose en place).
Cerise sur le gâteau, il aura fallu presque 20 ans pour que plus personne, enfin, n'ose remettre en question ce que dénonçait en 2002 le fameux bouquin "Les territoires perdus de la République" à savoir l'existence d'un racisme anti-blanc, l'antisémitisme et le sexisme dans le milieu scolaire, dérives véhiculées par les jeunes issus de l'immigration.

Il aura fallu qu'une série d'actes violents soient commis, suffisamment graves pour ne pas être passés sous silence, pour que toute une bande de commentateurs ou de journalistes plutôt jusque lors taiseux sur le phénomène se mettent à ouvrir les yeux et à parler: un jeune qui se fait bastonner par des racailles, un mort par-ci par-là et point d'orgue cette CPLF qui braque sa prof "pour rigoler".
Taiseux qu'ils étaient mais pris à revers par les images que les réseaux sociaux, de plus en plus incontournables, diffusent si largement qu'il est devenu impossible de les ignorer; des réseaux sociaux suffisamment efficaces pour que certains de nos dirigeants s'en inquiètent et regrettent leur violence...

Ben oui, mes cons et nos taiseux, la réalité vous explose à la figure.
Plus possible de cacher ou de minimiser ce qui se passe dans ces fameux territoires connus de tous mais ignorés volontairement (ou par clientélisme et électoralisme: "une mosquée, trois mandats") par nos dirigeants et les élus locaux depuis plus de vingt ans.
Impossible de taire maintenant ce qui se passe dans les collèges et les lycées, terminé le #pasdevagues.
Les langues se délient et c'est tant mieux: Merci les réseaux sociaux, merci Zemmour, merci Guilly, merci Obertone...

Un premier pas a donc été franchi; on semble, même au plus haut niveau de l'Etat, ne plus vouloir ignorer la réalité.
Blanquer et le kéké de Forcalquier l'on dit: "Nous allons remettre de l'ordre !".
Macron l'a dit et répété: ce qui s'est passé dans ce collège à Créteil "est inacceptable et toutes les mesures seront prises pour que ce genre de faits soient punis et définitivement proscrits des écoles". T'as qu'à croire mon con, le black braqueur il a été mis en examen mais aussitôt relâché et je gage que dans son quartier c'est aujourd'hui une vedette !
Des mesures ? Lesquelles ?
Blanquer n'a pas perdu de temps: il faut encourager les lycées à interdire les portables et ne plus hésiter à convoquer les conseils de discipline !
Désolé, pas possible de faire autrement que d'exploser de rire en entendant cela.
Non mais mon con, tu la sens la petite prof de Français toute fluette aller dire au "gamin" de quinze ans gaulé comme un camionneur: heu, Mohamed, votre portable est interdit dans l'enceinte du lycée... C'est sûr que Mohamed ou Rachid, ils vont choper les foies et ranger sagement leurs smartphones dans le cartable.
 
La réalité leur explose en pleine figure mais, ma main à couper, les réponses ne seront que cautères sur jambes de bois parce qu'elles seront ni appropriées ni radicales: On n'a jamais vu un bisounours faire plier une racaille, c'est aussi simple que cela.
Notre braqueur de prof sera jugé, il écopera, vous verrez, soyons fermes et intransigeants tels un Macron ou un Castaner, d'une peine de 8 mois de prison dont 4 mois fermes.
Il n'ira donc jamais en prison mais bénéficiera dans son quartier, auprès de ses potes, de l'aura que représente cette condamnation.

J'ai bien un tas d'idées pour juguler cette violence, vous aussi j'en suis sûr; je suis même sûr que certains, au gouvernement, ont les mêmes, tout le problème est d'avoir le courage politique de les mettre en application et de pratiquer le zéro tolérance (comme cela s'est par exemple fait à New York il y a une vingtaine d'années).
 
Le tout n'est donc pas uniquement d'avoir des idées mais le courage de les mettre en oeuvre.
 
Autant dire que ce n'est pas demain la veille avec un Président qui considère qu'un braquage, c'est une bêtise...
 
corto74

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.