mercredi 25 novembre 2015

Nantes. La SEMITAN veut masquer l’intégrisme musulman et sanctionne un contestataire

NANTES_TAN

23/11/2015 – 06H30 Nantes (Breizh-info.com) – 

Décidément, le personnel de la SEMITAN en a gros sur la patate. Outre les nombreuses « incivilités » et agressions vis à vis des chauffeurs dont il nous est régulièrement fait écho, il s’agit cette fois d’agissements de salariés musulmans de l’entreprise qui sont dénoncés.
 
« Mustapha est un conducteur de bus à la barbe imposante. Il refuse de serrer la main aux femmes. », nous explique une source interne, affirmant que c’est loin d’être un cas isolé.
 Le pire est à venir : « Un jour l’une d’elles, une conductrice, s’en offusqua devant lui publiquement dans la salle de repos. Elle ne mâcha pas ses mots. Elle alla ensuite s’en plaindre à la direction de l’entreprise. Garante du respect entre collègues celle-ci aurait dû convoquer Mustapha en vue d’une sanction disciplinaire.» .
Mais il n’en fût rien, nous explique notre source :  « La SEMITAN – dirigée par Pascal BOLO, 1er adjoint à notre chère maire PS Johanna Roland et vice-président de Nantes Métropole, a fait la politique de la conciliation douce et du vivre ensemble heureux. Au lieu d’adopter une attitude ferme, La SEMITAN a préféré courber l’échine. elle s’est contentée de proposer des « tables rondes » pour discuter et se comprendre ! »
La TAN met ainsi en place des tables rondes sur le thème « travailler dans la diversité ».
 « Nous ne voulons pas aborder le sujet sur le seul angle de la religion mais plus globalement. Ce sujet n’est pas tabou, la meilleure façon est de l’aborder directement dans l’entreprise » précise le directeur général.
Ces tables rondes qui sont loin de faire l’unanimité au sein du personnel : « Nous ce qu’on veut, c’est bosser de façon sereine », indique un employé.
 « Leurs tables rondes à la c … on s’en moque, on est pas là pour s’adapter aux autres ».
Ce dernier, au courant de l’attitude de certains employés musulmans qui  se comportent de façon contraire aux valeurs de la république vis à vis des femmes, nous raconte enfin la suite de l’histoire, ahurissante :
« Un collègue a décidé lui aussi de ne plus serrer la main à Mostapha. Et vous savez quoi ? Il a eu une sanction disciplinaire. Vous vous rendez compte ?  Pour Mostapha et ses coreligionnaires, des tables rondes imposées à tous, pour ceux qui refusent leur communautarisme, des sanctions. Mais où est ce qu’on vit bon sang ? »
 
Très mal à l’aise sur ce sujet,  la SEMITAN se contente en public de dire que ces pratiques religieuses restent « marginales ».

Ce n’est pas l’avis de certains, qui y voient une manifestation du Grand Remplacement au sein même de l’entreprise nantaise.

Comme à la RATP,  le « fait religieux » – expression pudique employée par la novlangue pour désigner des comportements liés  à la pratique de l’islam –  s’invite dans les transports publics nantais.
 
Photo : DR[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.