samedi 28 novembre 2015

Mohamed Abdeslam et son passé de charognard: l'homme aurait fait partie d'un gang qui détroussait les cadavres…

Actualité > Belgique

Rédaction en ligne
Publié le samedi 28 novembre
 

Mohamed Abdeslam lors de sa première interview à la presse.
 
Photo News
Mohamed Abdeslam lors de sa première interview à la presse.

Mohamed Abdeslam aurait fait partie du gang des charognards, rapportent nos confrères de la DH. Son nom apparaîtrait sur la liste des personnes qui ont détroussé des cadavres.

 L’affaire aurait éclaté au grand jour en 2005.
Mohamed Abdeslam, le frère de Salah et Brahim Abdeslam, les terroristes des attaques sanglantes de Paris en novembre 2013, ne serait pas si honnête qu’il le prétend…
 D’après nos confrères de la DH, l’homme aurait fait partie d’un gang, celui des charognards…
En 2005, Mohamed Abdeslam était ambulancier et l’homme en aurait profité pour détrousser des cadavres…
 Lorsque l’affaire a éclaté, 7 ambulanciers ont été impliqués dans cette sordide affaire.
Les personnes étaient accusées de dépouiller les morts de leurs biens (argent, bijoux, effets personnels…)
D’après les journalistes de la DH, le frère des terroristes faisait partie des inculpés et était en aveu.
Il avait 18 ans à l’époque et c’était son premier travail.
Devant le tribunal, Mohamed Abdeslam, qui depuis le 13 novembre enchaîne les interviews avec une aisance déconcertante, a avoué « être une crapule et un vautour ».

Pour ses crimes, Mohamed Abdeslam a été jugé à deux ans de prison avec sursis.
L’homme ne se serait jamais présenté au prononcé de son jugement.
Contactée par nos confrères, son avocate a déclaré « mon client a été jugé par défaut. Il a encore la possibilité de faire opposition et reste donc présumé innocent. De plus, les faits remontent à plus de dix ans. »
L’avocate n’a donc pas nié les faits qui sont reprochés à Mohamed Abdeslam mais insiste sur sa présomption d’innocence.

Le passé trouble de Mohamed Abdeslam émerge petit à petit.
Il y a quelques jours, nous vous révélions que l’homme, qui a été interpellé par la police le lendemain des attentats de Paris, avait un alibi pour le soir des actes barbares commis à Paris : le Molenbeekois a ouvert un bar branché à Herstal.

Un projet ambitieux pour… un ouvrier communal !

sudinfo.be

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.