samedi 30 novembre 2019

Tragédie du Mali : la gratitude de Romain Salles de Saint-Paul


 
     
 
Le 25 novembre dernier, la France a appris qu’elle avait perdu treize de ses soldats participants à l’opération Barkhane au Mali.
 
Comme à chaque fois, l’annonce de la perte de soldats morts en opération a provoqué de multiples réactions qui en disent long sur notre pays.
 
Il y a d’abord l’émotion et le chagrin face à ces treize vies fauchées et l’unanimité dans l’hommage à ces jeunes hommes qui avaient fait du service de leur pays une vocation.
Il y a eu bien sûr de la dignité mais aussi, et c’est fatal de la récupération et des surenchères.
Mais cette fois-ci, et de façon inhabituelle, un débat sur la nécessité de l’intervention française au Mali.
Ce débat est nécessaire, disons même indispensable, devant le sentiment d’impasse voire d’inutilité que l’on ressent encore plus fortement face au sacrifice de ces jeunes hommes.
Mais normalement à la guerre, on rend d’abord les honneurs aux soldats tombés, avant de discuter des nécessités politiques et des stratégies employées.
On ne va pas faire ici le procès de ceux qui ont mis la charrue avant les bœufs, cela serait dérisoire, et si certains ont pu se disqualifier, c’est leur problème.

En revanche on s’autorisera à distinguer l’un des 13 sacrifiés, non pour lui attribuer une place qui l’éloignerait de ses camarades unis avec lui dans la mort, mais parce que son histoire nous dit quelque chose sur la France, et ce quelque chose nous renvoie à nos responsabilités à tous vis-à-vis de ce pays.
En regardant les photos des soldats disparus, on voit parmi eux un visage grave aux traits un peu amérindiens.
Et l’on apprend que né de parents inconnus à Bogotá il y a 35 ans, le brigadier-chef Romain Salles de Saint-Paul est passé d’orphelinat en orphelinat dans la capitale colombienne, avant d’être adopté à l’âge de cinq ans et demi, avec sa sœur cadette, par Philippe Salles de Saint-Paul.
Celui-ci témoigne : « Je savais que la mission était dangereuse. Avant qu’il ne parte, je lui ai dit que je l’aimais, qu’il devait être prudent. Il m’a répondu qu’il ferait aux mieux mais que de toute façon, il ferait son devoir jusqu’au bout. » 
Ce garçon, engagé à 25 ans comme soldat du rang avait fait ce choix pour disait-il « rendre à la France ce qu’elle avait fait pour lui ».
Dans l’émotion que l’on ressent face à l’expression de cette gratitude, au chagrin de la perte d’un frère s’ajoute comme une fierté d’appartenir à un pays capable de susciter un tel attachement.
Et l’on pense en écho à la déclaration de Fleur Pellerin à son départ du ministère de la culture : « Il y a peu de pays au monde où une enfant trouvée dans les rues d’un bidonville, d’un pays en développement, et adoptée par une famille modeste, dont la généalogie est faite d’ouvriers, de domestiques, puisse un jour se retrouver ministre de la Culture. »
Mais surtout, on se rappelle le prince géorgien Dimitri Amilakvari, héros de la France libre, combattant de Bir Hakeim, et fait Compagnon de la Libération sur le front des troupes par Charles De Gaulle en personne.
Il avait dit : « Nous n’avons qu’une seule façon de prouver à la France notre gratitude pour l’accueil qu’elle nous a réservé : nous faire tuer pour elle. »
Le 24 octobre 1942 à El Alamein, la mort au combat accomplira l’engagement.
 
Alors, on a envie de dire à Gaspard Proust, qu’il se trompe.
Que la France dont il parle, dont il a rêvé même si elle est abîmée, même si elle doute, et même si elle déçoit, a toujours des ressources et suffisamment pour qu’on l’aime et que l’on soit prêt à s’engager pour elle.
Et on lui demande de ne pas s’arrêter à des caricatures.
 
Comme celle de la pauvre Maboula Soumahoro, qui passe son temps armée de son racialisme décomplexé, à s’essuyer les pieds sur la France.
 
Voilà une personne, fascinée par le communautarisme anglo-saxon, devant tout à la France, sa protection sociale, son éducation, sa formation, ses études, la délivrance de diplômes manifestement de complaisance, des embauches en forme de passe-droit payées avec notre argent, et qui vient dire sans complexe « Je n’ai aucune gratitude à exprimer à ce pays qui est le mien et que j’ai le droit de traiter comme je veux. »
 
Bien sûr Madame, vous avez tous les droits, et en particulier la liberté d’expression qui vous permet de cracher sur la France et ceux qui vous font vivre.
 
Vous avez semble-t-il également le droit, sans que cela émeuve la police de la pensée ou la magistrature française, de dire qu’un blanc ne peut pas avoir raison contre un noir.
Mais nous, nous avons le droit d’aimer la France, et de nous incliner devant ceux qui nous ont rejoints.
À qui le destin a permis de devenir nos frères, et qui pensaient avoir de la gratitude à exprimer à ce pays, jusqu’à lui donner leur vie.
 
Eh bien maintenant, c’est nous qui devons le défendre.
 
En mémoire de Romain Salles de Saint Paul et aussi de celle des douze autres.
 
Contre vous.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.