mercredi 25 juillet 2018

Benalla est l’illustration ahurissante d’une constance chez Macron : son goût prononcé pour la racaille

 
 


Comme le montre Minute :


"[...] Il suffit de tirer le fil Benalla pour voir apparaître une kyrielle de profils bien étranges pour un entourage de président.
A commencer par les duettistes Makao et Jawad. Makao, de son vrai nom Alain-Gloirdy Bakwa Malary, le garde du corps fétiche de Macron durant la campagne présidentielle de 2017, un géant congolais devenu depuis vedette d’une émission de télé-réalité et de boîtes de nuit ; Jawad Bendaoud, le logeur des terroristes du 13 novembre 2015 et trafiquant de drogue, parce qu’il faut bien vivre.
Une photo de Makao et Jawad, copains comme cochons, a défrayé la chronique voici seulement quelques semaines : ils jouaient ensemble à un jeu vidéo...
A peu près au même moment, Brigitte Macron se prêtait tout sourire à des séances de pose avec Makao dans les jardins de l’Elysée.

Quel rapport avec Benalla ?
Dans un entretien publié en mars dernier par « La Nouvelle République », le quotidien régional du Centre-ouest, Makao expliquait comment il était devenu le garde du corps du candidat Macron (mais il y en avait combien ?) : « J’ai fait les concerts Booba et la tournée de French Montana [Ndlr : deux rappeurs français].
Comme j’étais trop grand, ce dernier a dû louer une grosse voiture pour que je puisse suivre la tournée. »
Et donc ? « C’est après qu’Alexandre Benalla m’a contacté. » Okay okay...

Mais ce n’est pas tout.
Durant deux ans, et cela compte dans la vie d’un homme qui n’en a que 26, Benalla a entretenu une relation étroite avec Karim Achoui.
Ce nom ne dit rien au grand public.
Il est, en revanche, connu dans le Tout-Paris de la police et du grand banditisme.

A partir de 1999, Me Achoui a défendu les plus gros parrains du milieu français – ou pas.
Poursuivi à de nombreuses reprises, il a toujours été relaxé jusqu’à ce jour de 2005 où il a été mis en examen pour complicité d’évasion du braqueur Antonio Ferrara.
Après trois ans de détention, Achoui sera finalement acquitté, libéré et indemnisé d’un million d’euros par l’Etat.
Pour autant, il est interdit d’exercer le métier d’avocat en France depuis 2011 et s’en allé exercer en Algérie... et au Maroc.

En septembre 2013, Achoui a fondé la Ligue de défense judiciaire des musulmans.
Une association à l’existence éphémère et dont le but est moins la défense des musulmans vivant en France que la recherche d’affaires fructueuses pour un Achoui qui, à cette date, espérait encore faire annuler son interdiction d’exercer.
C’est à cette époque que sa route croise celle de Benalla.
Que fait Benalla dans cette Ligue ?
On ne sait pas trop.
Achoui affirme que le jeune Marocain ne lui a jamais servi de garde du corps.
Alors quoi ?
Militant dans une association qui ne milite guère ?
En service commandé pour le Parti socialiste ?
En quête de lumière ?
A en croire Achoui, Benalla « était très sensible à la cause musulmane ».
Apparemment pas au point de ne pas avoir francisé son prénom – et, tant qu’on y est, « italianisé » son patronyme ?
Même le préfet de police de Paris avoue ne pas savoir quelle est la véritable identité d’« Alexandre Benalla »... [...]

Revenons-en à Benalla.
Chargé de diriger la sécurité du président en juin 2017, il crée alors une équipe parallèle en puisant parmi les agents du Service de la Protection (SDLP), issu de fraîche date (2013) du Service de protection des hautes personnalités (SPHP).
Et qui choisit-il ?
Des officiers de police qui, selon notre confrère Aziz Zemouri, du « Point », escortaient Hacène Chalghoumi, imam de Drancy, cible des islamistes pour ses positions « républicaines » et « sionistes ».
Pourquoi eux ?
En quoi seraient-ils plus qualifiés que leurs collègues ?
Qu’est-ce qui peut les en distinguer ?
Il est impossible de ne pas songer que, pour accompagner au jour le jour et partout un imam, mieux vaut des hommes de sa confession.
Alors ? Si Benalla ne les connaissait pas auparavant, sur quels critères les a-t-il embauchés ?
Et s’il les connaissait, depuis quand et d’où ?

Il n’y a pas d’affaire Benalla. Benalla n’existe que par Macron.
Il n’y a donc qu’une affaire Macron.
Benalla est juste un révélateur.
Il permet d’entrevoir qui les Français se sont donné pour président.
Un immature, narcissique, qui n’aime que si on l’aime, et qui, pour ce reflet, est prêt à tout.
Un tout petit bourgeois passé directement de l’enfance au Diable au corps, qui n’a connu que les bancs des écoles et les immeubles de l’upper-class avant de devenir ministre puis, deux ans plus tard, président.
Un homme qui n’est pas fait, et donc encore moins fini, taillé à la mesure de la matrone stérile qu’est devenue notre république."

Michel Janva

Posté le 25 juillet 2018 à 08h25 | Lien permanent |

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.