vendredi 27 juillet 2018

1er Mai : Benalla et Crase impliqués dans une autre interpellation

 
 
Alexandre Benalla et Vincent Crase, en intervention le 1er mai 2018 dans le Jardin des Plantes, à Paris.

Alexandre Benalla et Vincent Crase, en intervention le 1er mai 2018 dans le Jardin des Plantes, à Paris. Capture d'écran vidéo / Document Libération
     
Par Willy Le Devin et Ismaël Halissat — 27 juillet 2018


«Libération» révèle une vidéo dans laquelle on voit les deux hommes intervenir trois heures avant les événements de la place de la Contrescarpe. Deux manifestants, qui ont porté plainte jeudi, témoignent de violences.
  
Lors de la manifestation du 1er Mai, Alexandre Benalla et Vincent Crase se sont comportés comme des policiers bien avant la scène désormais célèbre de la place de la Contrescarpe.
De nouveaux témoignages ainsi qu’une vidéo, que révèle ci-dessous Libération, permettent de découvrir que trois heures avant et à un autre endroit de la manifestation, Alexandre Benalla, alors adjoint au chef de cabinet d’Emmanuel Macron et Vincent Crase, salarié de La République en marche, sont impliqués dans l’interpellation d’un autre manifestant.
Celui-ci, arrêté et placé en garde à vue pour «violences contre personnes dépositaires de l’autorité publique avec arme», sera finalement relâché après quarante-huit heures, sans poursuite judiciaire. Quant à Vincent Crase, sa présence n’a pour l’instant pas été expliquée autrement que par sa proximité avec Benalla.

 

Des images de cette scène, capturée par le téléphone d’une amie de l’interpellé, ont été supprimées au moment de l’arrestation par un fonctionnaire menaçant.
La vidéo a été récupérée sur la carte mémoire du téléphone grâce à un logiciel dédié.
Selon nos informations, deux nouvelles plaintes ont été adressées ce jeudi au parquet de Paris, pour «violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique en réunion», «usurpation de signes réservés à l’autorité publique aggravé par le fait qu’ils facilitent la commission d’un délit», «usurpation de fonctions», «atteinte à la liberté», «dégradation de biens», et «introduction frauduleuse dans un système de traitement de données».
Déposées contre X, ces plaintes ciblent néanmoins Vincent Crase, Alexandre Benalla et le major de la préfecture, Philippe Mizerski, chargé théoriquement de les encadrer.

 Tension ambiante

La séquence que nous publions est extraite d’une vidéo de six minutes, et se termine brusquement au moment de l’interpellation.
Quand les images commencent, un petit groupe de manifestants est rassemblé près de policiers en tenue dans le Jardin des plantes.
L’un des manifestants est contrôlé puis relâché.
Noémie (1), 24 ans, fonctionnaire au ministère de la Justice et militante communiste, dit alors avoir commencé à filmer «parce qu’un policier a bousculé un manifestant».
Les forces de l’ordre sont nombreuses, se mettent en ligne, et repoussent les quelques militants, contraints de suivre la direction indiquée.
 
«Les gens essayaient de partir par tous les moyens. Il y avait beaucoup de gaz lacrymogène, on voulait traverser le parc pour partir à l’opposé de la manifestation», raconte aujourd’hui Romain (1), 23 ans, étudiant en sciences politiques à l’université Paris-1.
Sur la vidéo, Noémie s‘inquiète alors de la tension ambiante: «Ils nous suivent encore [les policiers, ndlr], je n’ose pas éteindre ma caméra».
Portable à la main, elle continue de filmer, tandis que la ligne de forces de l’ordre avance dans leur dos.
Un policier leur indique une nouvelle fois la direction à suivre pour sortir.
C’est alors que les manifestants empruntent un petit chemin, et tombent une minute plus tard nez à nez avec Alexandre Benalla, Vincent Crase et le major Mizerski.
Noémie filme toujours et commente aujourd’hui : «A ce moment-là, j’ai le téléphone dans la main au niveau de mon torse.»
Au premier plan, Vincent Crase, arborant un brassard «police», ordonne aux militants de quitter le Jardin des plantes par une sortie.
Juste derrière lui, figurent Benalla et le major Mizerski.
L’instant est fugace et ne permet pas de voir si Benalla est lui aussi porteur d’un brassard à cet instant.
«On vient de nous dire qu’il fallait qu’on sorte rue Buffon», «faut se mettre d’accord», leur lancent les manifestants, pensant être face à des «policiers de la BAC».
 
«La face contre le sable»

De façon autoritaire, Vincent Crase rétorque : «Vous allez là-bas».
Au même moment, à l’arrière-plan, on entend : «Elle filme, elle filme.»
L’un des manifestants répond tout de suite : «Elle a le droit de filmer.»
Puis les images deviennent floues.
La jeune femme hurle, la séquence se coupe.
Romain, qui commençait à s’éloigner, réagit : «Je vois que Noémie est ceinturée d’une façon très violente. Je ne sais pas quoi faire, je vais vers eux, je pose mes bras sur la personne qui ceinture Noémie et quelqu’un derrière moi me fait une balayette et me menotte.»
Sous le choc, Romain ne se souvient plus qui le met au sol : «J’avais la face contre le sable, je n’ai pas vu la suite.»
 
Noémie poursuit : «Je me suis fait plaquer contre l’arbre le plus proche avec le téléphone dans la main. J’ai les deux bras écartés et mon corps tape l’arbre.»
La jeune femme, qui était en état de choc à ce moment, n’est pas en mesure d’identifier la personne qui la plaque.
Un peu en retrait, Elias, 22 ans, surveillant dans un lycée parisien et militant communiste lui aussi, assiste à la scène comme témoin.
Il dit aujourd’hui se souvenir très bien que «la personne qui saute sur Noémie avait les cheveux rasés».
Une description qui pourrait donc correspondre à Vincent Crase.
La scène se poursuit et, manifestement, l’existence de la vidéo inquiète leurs interlocuteurs.
Noémie se souvient qu’on lui hurle alors distinctement : «Eteins [la vidéo] ! Eteins !»
Quelqu’un lui demande ensuite sa carte d’identité, s’éloigne de 10 à 15 mètres, et la regarde longuement.
«Je me souviens qu’à côté, un manifestant avait mal, il saignait, mais on m’a dit "regarde ailleurs", raconte Noémie, encore très choquée.
Ce n’est d’ailleurs qu’à ce moment-là que je réalise que Romain aussi est interpellé.»

Numéro de matricule ? «007»

Celui qui est parti avec la carte d’identité est de retour.
Un nouvel échange vif débute : «On n’a pas le droit de manifester en France le 1er mai ?» s’emporte la plaignante.
Réponse de son interlocuteur selon son récit : «Non, t’as qu’à aller au Venezuela ou à Cuba».
La jeune femme, «terrorisée», garde les mains en l’air depuis de longues minutes.
Son interlocuteur la menace pour récupérer la vidéo, assure-t-elle : «Donne-moi ton téléphone, sinon on t’embarque».
Noémie, hors d’elle : «Vous n’avez pas le droit de faire ça.»
Selon la militante, l’homme examine alors les photos et les vidéos, et en supprime plusieurs.
Puis lui rend l’appareil et leur ordonne de «dégager». «Est-ce que je peux savoir votre numéro de matricule», s’énerve Noémie.
Toujours selon elle, l’homme répond «007».
Le soir, Noémie parvient à récupérer la vidéo effacée.
 
Contactés par Libération, les avocats des deux plaignants s’indignent.
Nadja Diaz, conseil de Romain, condamne «la garde à vue éprouvante de [son] client pour des faits particulièrement graves qu’il n’a pas commis. Il attend que la lumière soit faite sur le rôle joué par ceux, désormais bien connus, qui n’avaient manifestement pas autorité pour intervenir d’une quelconque manière dans son arrestation.»
Quant à l’avocat de Noémie, Grégory Saint Michel, il pointe la responsabilité directe des autorités : «La préfecture de police, le ministère de l’Intérieur, la présidence de la République savaient que ce jour-là, messieurs Benalla, Crase, et Mizerski avaient commis des exactions. Ont-ils poussé leurs investigations plus loin pour connaître leur folle journée ? Ont-ils préféré se cantonner aux faits dénoncés de la Contrescarpe pour se contenter d’une petite mise à pied, non appliquée au demeurant ?»
Vincent Crase et l’avocat d’Alexandre Benalla n’ont de leur côté pas répondu à nos sollicitations.
 
(1) Les prénoms ont été modifiés.
 
Willy Le Devin , Ismaël Halissat 
 
source            

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.