mardi 5 juin 2018

Rubrique : concentré d’arrogance

 
 

 
 Dessin James Albon

 

Accompagné d’une illustration parfaitement abjecte, un article de Libération veut faire pleurer dans les chaumières sur le sort d’une djihadiste partie en Syrie en 2016.

C’est-à-dire lorsque l’on savait tout de l’invraisemblable barbarie qu’imposait là-bas l’organisation qu’elle a rejointe.
L’Irak, pays martyrisé par l’Occident depuis 15 ans, toujours en guerre, a décidé de juger les criminels ayant commis des atrocités sur son sol.
Il le fait... en fonction de sa situation exceptionnelle et des normes que celle-ci lui impose.
Ah oui mais non, c’est que les belles âmes de chez nous sont pointilleuses sur le respect des normes judiciaires chez les autres.
Et avec quelle extraordinaire arrogance.
« Nous on fait comme ça, comment se fait-il que ces barbares ne fassent pas pareil ? »
En se servant de la seule version de l’ineffable William Bourdon infatigable défenseur des intérêts américains partout.
On rappellera concernant ce personnage, qu’en revanche il n’a vu aucun inconvénient aux atteintes portées aux droits de la défense dans notre pays.
Allant jusqu’à lancer une pétition pour acclamer la destruction du secret professionnel de l’avocat.
Nous avons laissé partir des milliers de criminels français porter la mort sur le territoire de l’Irak.
Le coût pour s’en débarrasser a été terriblement élevé.
Et ce n’est pas fini.
Il serait peut-être décent de rester modeste et surtout discret au lieu de donner des leçons de maintien à ce malheureux pays.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.