mardi 17 septembre 2019

Massacre d’Olivier Quenault : immigration massive et laxisme judiciaire, par Franck Deletraz


 
 
 
Olivier Quenault avait 47 ans et menait une existence des plus paisibles.
 
Cuisinier de profession et amateur de fléchettes à ses heures, cet homme très apprécié de son entourage n’avait jamais fait parler de lui ni au commissariat ni au palais de justice.
 
Jusqu’à ce que, dans la nuit du 9 au 10 septembre dernier, son chemin croise celui de « jeunes » d’origine ivoirienne, qui l’ont battu à mort sans mobile apparent et ont abandonné son corps après l’avoir affreusement mutilé dans le jardin de l’Hôtel-de-Ville de Rouen.
Un crime d’une barbarie effroyable, dont les grands médias nationaux se sont évidemment bien gardés de parler.
Parce qu’il est emblématique à plus d’un titre de l’ensauvagement croissant de notre pays sous les effets conjugués de l’immigration massive et du laxisme judiciaire.
Le corps sans vie d’Olivier avait été découvert par un employé municipal au matin du 10 septembre. Il gisait dans son sang, entièrement nu, couvert d’hématomes, et portait d’affreuses mutilations, notamment au visage.
Selon l’autopsie, Olivier est mort de « très nombreux coups consécutifs », ayant causé de multiples fractures au niveau du visage et du corps.
Bref, la victime avait été littéralement massacrée.
Avant d’être mutilée, comme lors d’un meurtre tribal…
Dès le lendemain, les policiers du SRPJ de Rouen interpellaient un mineur âgé de 17 ans, mis en examen et écroué depuis pour « homicide volontaire aggravé ».
Puis deux autres mineurs le week-end dernier : l’un âgé de 15 ans et le second de 17 ans.
Trois jeunes d’origine ivoirienne, tous bien connus de la police et de la justice, notamment pour des faits de violences.
Des informations que les grands médias, soucieux de cacher à nos compatriotes le lien flagrant existant entre immigration et criminalité, ont presque tous passées sous silence.
 
Mais il y a pire : outre le fait que l’un des suspects faisait l’objet d’un placement en foyer et n’avait donc rien à faire en liberté ce soir-là, il est apparu au cours de l’enquête que les trois individus avaient déjà été interpellés en flagrant délit par les policiers de la BAC dans la nuit du 21 au 22 juin dernier, alors qu’ils étaient en train de passer à tabac un couple de Rouennais.
Une agression au cours de laquelle l’homme avait eu le nez fracturé, et sa compagne avait été blessée à la main.
 Malgré tout, et notamment le fait, selon la police, que d’autres violences commises cette même nuit avec un mode opératoire similaire « pourraient aussi être imputées à ces trois jeunes gens », le parquet avait alors ordonné… un classement sans suite de l’affaire et la remise en liberté des trois suspects !
 
Une décision totalement irresponsable et criminelle qui a bien du mal à passer du côté du commissariat, où certains policiers, sous couvert de l’anonymat, pointent du doigt l’incroyable laxisme de la justice qui a ici encore, comme dans tant d’autres affaires, coûté la vie à un innocent.
 
Franck Deletraz
 
Article paru dans Présent daté du 17 septembre 2019

1 commentaire:

  1. Moi j aimerais bien savoir si le magistrat qui a ordonné de libérer ces 3 pourritures, se sent responsable du massacre a mort d olivier quenault ?
    A mes yeux il est responsable car s il n avait pas libéré ces 3 pourritures, olivier quenault serait aujourd'hui toujours vivant !
    Je n imagine même pas ce que doit ressentir la famille d olivier !
    Le magistrat leur dirait quoi ?

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.