vendredi 31 mai 2019

Le message insultant d’une élue de la France insoumise qui en dit long

 
 
Le message insultant d’une élue de la France insoumise qui en dit long

Manon Monmirel est la suppléante du député (LFI) Éric Cocquerel. Eric Cocquerel - Facebook

Par 
Publié le 30/05/2019   
 
FIGAROVOX/TRIBUNE -

Manon Monmirel, la suppléante du député de la France insoumise Éric Coquerel, a posté dimanche soir sur les réseaux sociaux un message insultant à l’égard de la France et des Français.
Pour Anne-Sophie Chazaud, même si l’élue a regretté son message, il s’agit d’un lapsus très révélateur.

Anne-Sophie Chazaud est philosophe, haut-fonctionnaire et auteur d’un livre à paraître consacré à la liberté d’expression.

Dans un message publié le soir des élections européennes, qu’elle a ensuite retiré, mais qui a toutefois rapidement enflammé les réseaux sociaux, Manon Monmirel suggérait que «la France et tous les Français aillent niquer leurs mères» (sic).

La suppléante du député de la France Insoumise Éric Coquerel était manifestement mécontente du résultat démocratique du scrutin...

La jeune militante s’est ensuite longuement excusée dans un message circonstancié, manifestement sincère (au moins en apparence, mais en matière de communication, c’est largement suffisant).
La parole et l’engagement publics à l’heure des réseaux sociaux permettent une spontanéité et une réactivité qui n’étaient autrefois pas permises, pour le meilleur et pour le pire.
Se lisent certes les cris du cœur mais aussi, en filigrane, l’empressement, la colère, la passion, le dépit...
Chacun en aura fait l’expérience un jour ou l’autre, et cela ne mérite pas nécessairement des anathèmes définitifs.


Le problème provient de ce que ce message révèle politiquement, de ce dont il est l’expression.
 Tout un pan de la gauche est fasciné par les «racailles».
La question se pose tout d’abord du niveau de langue employé, qui n’a rien à envier à la prose des paroles de chansons de Nick Conrad.
L’appauvrissement du langage mais aussi la connotation «racaille» qui le caractérise, en disent long sur le poids et la fascination exercés par cet imaginaire et ce registre sémantique sur tout un pan de la gauche.
Il y a quelques jours, l’obscur rappeur partageait son désir manifestement irrépressible de «baiser la France jusqu’à l’agonie»…
Là, un résultat d’élection qui déplaît et c’est toute «la France et tous les Français» qui sont sommés d’aller «niquer leurs mères».

Ce n’est pas sans évoquer la dérive indigéniste caractéristique de la France Insoumise telle qu’elle a été précisément dénoncée par Djordje Kuzmanovic pour expliquer son désaccord puis son départ de la formation de Jean-Luc Mélenchon en novembre dernier, reflétant l’avis de nombreux sympathisants déçus voire rebutés: «Pire, le choix de ne s’appuyer, parmi les classes populaires, que sur «les quartiers» a amené la FI à laisser s’installer une approche quasi communautariste, proche du modèle anglo-saxon et profondément contraire au républicanisme français.
La complaisance des segments gauchistes de la FI à l’égard des thèses indigénistes, le mépris affiché pour les forces de l’ordre, la négation du problème posé par l’islamisme et le refus de regarder en face les défis posés par l’immigration ont produit des ravages dans notre électorat potentiel, faisant apparaître la FI comme la vieille gauche à peine repeinte, coupable du même angélisme, incapable de réalisme et de fermeté».
S’il avait fallu illustrer la justesse des propos de l’ancien conseiller aux affaires internationales de Jean-Luc Mélenchon, on n’aurait pas pu s’y prendre mieux qu’avec ce tweet qui ressemble dans le fond à un gigantesque lapsus politique.
C’est bien parce que la France Insoumise s’est indigénisée, communautarisée et auto-caricaturée dans les pires errements du gauchisme culturel qu’elle a perdu une partie importante de ses soutiens.
Plus amusante est la cécité des personnalités qui incarnent cette dérive suicidaire de la France Insoumise et qui, telle Clémentine Autain, invoquent une insuffisante gauchisation du mouvement pour tenter d’expliquer la débâcle des élections de dimanche dernier.
Fustigeant la méchante «haine» qui aurait gagné la ligne politique du mouvement, il faut comprendre par ce terme de «haine» le populisme de gauche et une vision trop républicaine du combat politique, la députée France Insoumise regrette une insuffisante gauchisation du parti, selon elle pas assez rassembleur, alors même que l’évidence des chiffres démontre l’inverse.

C’est bien parce que la FI s’est indigénisée, communautarisée et auto-caricaturée dans les pires errements du gauchisme culturel qu’elle a perdu une partie importante de ses soutiens tant militants que votants.
Et c’est à l’absence de courage politique et de discours clair sur ce point de la part de Jean-Luc Mélenchon que la formation doit son inexorable déclin, passant de plus de 19 % au premier tour de la présidentielle à 6,3 % aux européennes.
Manifestement, la ligne républicaine de la présidentielle avait drainé vers elle tout un électorat de gauche qui s’est enfui lorsque le militantisme gauchiste a repris la main, et, comme l’indique Djorde Kuzmanovic, lorsque le sociétal a repris le dessus sur le social, laissant le peuple sur le carreau.
Gageons que ceux qui viennent d’être sommés d’aller « niquer leur mère » pour avoir mal voté ne sont pas près de revenir à la France Insoumise
Désigner tout un pan de l’échiquier politique non plus comme des adversaires mais comme des ennemis, est une technique profondément intolérante propre à la gauche française («pas de liberté pour les ennemis de la liberté»), qui permet commodément de disqualifier l’adversaire tout en s’arrogeant l’onction d’une hypothétique justesse morale.
La rhétorique macronienne est de ce point de vue strictement identique à celle qui structure l’interprétation insoumise du vote en faveur du Rassemblement National.
On se souvient des embrassades de Mélenchon et Macron sur le Vieux Port de Marseille en septembre dernier.
Le président, avec l’aval flatté du député des Bouches du Rhône, déclarait: ««J’ai toujours du plaisir à discuter avec Monsieur Mélenchon. On n’a pas toujours les mêmes idées… c’est toujours respectueux et intéressant. On a des confrontations politiques mais ce n’est pas mon ennemi», désignant le mouvement emmené par Marine Le Pen qui avait recueilli plus de 10 millions de suffrages non plus comme un adversaire politique que l’on respecte et avec qui l’on débat loyalement mais bel et bien comme un ennemi.
Rappelons enfin qu’Éric Coquerel, dont Manon Monmirel est la suppléante, avait participé et appelé à l’occupation de la basilique de Saint-Denis, nécropole des Rois de France, par des migrants et des sans-papiers en mars 2018 - ce qui, en ces temps d’attaques, de profanations, d’incendies, de pillages et de destructions d’églises catholiques est particulièrement lourd symboliquement.

Gageons que ceux qui viennent d’être sommés d’aller «niquer leur mère» pour avoir mal voté ne sont pas près de revenir à la France Insoumise…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.