dimanche 9 juin 2019

Rubrique : soyons prudents.

 
 
Voici la tribune des 72 maires et élus locaux de droite et du centre qui annoncent leur soutien à Macron

Régis de Castelnau
 
Les 72 maires de droite (rien à voir avec les 72 vierges du paradis) qui viennent de rejoindre Macron à grand bruit sont vilipendés, moqués, insultés : « voilà d’horribles traîtres cupides et sans conscience qui vont à la soupe ».

Cette approche sommaire est au fond très injuste.

Voilà en fait de bons gestionnaires qui savent que prudence est mère de sûreté.

 Ils ont entendu Gilles Boyer lancer l’avertissement de Macron : « tous ces maires qui n’auront pas rallié Macron seront des ennemis ».
La patronne du Parquet National Financier, cette magistrate à l’impartialité et l’apolitisme légendaires, a reçu la consigne cinq sur cinq.
Même pas besoin du téléphone.
48 heures après la déclaration de guerre, Gérard Collomb a goûté aux délices des perquisitions à grand spectacle et du lynchage médiatique.
Avant les rodéos futurs des juges d’instruction militants du Pôle d’instruction qui prendront la suite avec diligence.
Ces gens ont de l’expérience, il ne faut pas oublier qu’ils ont dézingué proprement un favori à la présidentielle.

D’ailleurs Collomb devrait demander à Fillon, MLP, et Mélenchon comment ça se passe, ils y ont goûté.
Donc nos 72 ont parfaitement entendu le message et savent que partout où il faudra faire place nette pour caser des membres du gang LREM aux municipales, ceux qui n’auront pas compris vont goûter au pilori médiatico-judiciaire.
Tiens, pour Rachida Dati, afin d’éviter qu’elle fasse de l’ombre au sympathique Benjamin Grivreaux, le festival a déjà commencé.
Pour connaître un peu (voire beaucoup) la situation dans certaines communes dont les maires sortants ont fébrilement et à grand son de trompe annoncé leur ralliement servile au petit roi, j’ai esquissé un sourire.
Pour ceux-là je pense en effet que c’était plus prudent, le Code pénal offre de multiples possibilités. Difficile de leur reprocher.
Et puis l’honneur est sauf, puisque la cause de ces ralliements réside dans l’intérêt de la Nation (le premier qui rigole prend une claque !).

À propos d’honneur, je me demande où est passé celui des magistrats qui acceptent d’agir de cette façon.

Voici la tribune des 72 maires et élus locaux de droite qui annoncent leur soutien à emmanuel Macron
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.