mercredi 2 août 2017

«Yes, la meuf est dead» : le SMS présumé de la conseillère de Macron sur la mort de Simone Veil


«Yes, la meuf est dead» : le SMS présumé de la conseillère de Macron sur la mort de Simone Veil

© Martin Bureau Source: AFP
2 août 2017
 
Sibeth Ndiaye, conseillère en communication de Macron, répondait à un journaliste qui lui demandait si Simone Veil était bien morte
 
En charge des relations avec la presse, Sibeth Ndiaye a un style et des méthodes qui ne plaisent pas à tout le monde à l’Elysée.
A tel point qu’Emmanuel Macron ne serait pas contre l’idée de la mettre sous tutelle.
«Yes, la meuf est dead.»
 C’est par ces mots, envoyés par SMS, que Sibeth Ndiaye, en charge des relations avec la presse à l’Elysée, aurait répondu à un journaliste qui lui demandait si Simone Veil était bien décédée, selon le Canard enchaîné du 2 août.
Le journal précise que le SMS circulerait entre conseillers d’Emmanuel Macron.
Contactée par LCI, l'intéressée dément s'être exprimée en ces termes.
«Le SMS [dont l'authenticité n'a pu être vérifiée] est totalement faux», assure-t-elle sans donner davantage de précision.
 
C’est fini la bande de potes qui dégomme tout ce qui bouge

Au-delà du présumé message au style atypique, les méthodes de la conseillère en communication du président suscitent la perplexité chez certains.
«Elle a pris l’habitude d’appeler les rédactions pour commenter les articles, mais la campagne est terminée, une nouvelle ère commence, c’est fini la bande de potes qui dégomme tout ce qui bouge», commente un autre conseiller d’Emmanuel Macron, sous couvert d’anonymat, cité par le Canard.



Ces réticences feraient que le chef de l’Etat ne serait pas contre l’idée de «mettre Sibeth Ndiaye sous tutelle», selon le journal.
Par le passé, Sibeth Ndiaye s'est distinguée par des propos peu communs.
En juin, elle confessait à l’Express : «J’assume parfaitement de mentir pour protéger le président.»
 
 La conseillère du chef de l’Etat n’avait pas non plus caché que l’équipe d’Emmanuel Macron appelait quotidiennement les médias lorsqu'ils avaient «des divergences d’interprétation».

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.