samedi 15 juin 2013

Foix. Démantèlement d'un réseau «familial et tribal» ( vidéo)

 
 
La justice vient de démanteler un réseau «familial et tribal» qui a fait entrer en France dix jeunes Congolais comme des mineurs étrangers isolés pris en charge pas les services spécialisés. Dix personnes ont été interpellées.
 
Ils disaient venir de Kabinda une région du centre de la République Démocratique du Congo. Ils racontaient des histoires lourdes, de massacres familiaux…
 
 Ils produisaient des fiches de recherche de la police congolaise indiquant qu’ils étaient recherchés et en danger. Les histoires étaient convaincantes. Trop ? Ils se présentaient dans les commissariats de Pamiers ou de Foix avant d’être pris en charge par les services du conseil général de l’aide à l’enfance.
 
 En fait, les dix jeunes Congolais, qui appartenaient à la même famille élargie, sont arrivés en France par l’intermédiaire «d’un réseau familial et tribal» piloté depuis la RDC par leur père, a indiqué, hier, Olivier Caracotch, le procureur de la République de Foix.
 
 L’affaire a commencé en janvier 2012 quand deux mineurs isolés se sont présentés au commissariat de Pamiers. «Les policiers ont réussi à déterminer avec du flair, que leurs billets de train Toulouse/Pamiers avaient été achetés avec la même carte bancaire» explique le procureur de la République qui a ouvert une information judiciaire pour aide à l’entrée, au séjour et à la circulation d’étrangers en France en situation irrégulière en bande organisée.
 
 L’identification du propriétaire de cette carte, sur la région toulousaine, a lancé l’enquête qui a mis au jour un réseau «familial et tribal.» Au terme «d’un travail considérable des enquêteurs de la PAF sur commissions rogatoires du juge d’instruction», les écoutes d’une dizaine de lignes téléphoniques ont progressivement révélé des ramifications jusqu’à Toulouse, Lyon, la région parisienne et Londres.
 
«Les jeunes arrivaient légalement en Europe et plus particulièrement par le Portugal depuis l’Angola avec un visa de tourisme. Ils prenaient le bus jusqu’à Toulouse où ils étaient accueillis par leur sœur ou demi-sœur de 38 ans»
 
indique Olivier Caracotch. Elle les dotait de faux papiers, de fausses attestations de la police congolaise fournis par un faussaire lyonnais et leur faisait apprendre une histoire…
 
Tout ce qui était nécessaire pour convaincre les autorités françaises de leur statut de mineurs étrangers isolés.
 
Ensuite, leur sœur et son mari les mettaient dans le train à destination de Pamiers, Foix, et Montauban ou Montpellier quand les contrôles se sont accrus sur l’Ariège. En plus du faussaire lyonnais, «l’enquête a permis d’identifier un réseau spécialisé dans l’ouverture de vrais faux comptes bancaires à Londres avec un relais sur Toulouse» précise le procureur.
 
Sur les dix jeunes arrivés en France entre 201 et 2012, celui qui s’est présenté à Montauban a finalement été identifié : il a 31 ans et était marié et père d’un enfant au Congo. «Il s’était fait maigrir pour paraître plus jeune» explique Olivier Caracotch.
 
L’objectif du père chef de réseau était, semble-t-il, d’assurer un avenir en France à ses enfants. «Certains n’étaient pas spécialement désireux de venir ici. Ils ont un certain niveau d’éducation, le souci de s’insérer et n’ont jamais posé de problèmes» poursuit le magistrat.
 Dix personnes ont été interpellées et sont poursuivies pour aide à l’entrée, au séjour et à la circulation en France d’étrangers en situation irrégulière en bande organisée, détention, fourniture de faux documents administratifs. Neuf des dix personnes interpellées comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Foix le 9 juillet prochain.
 
 Les jeunes n’ont quant à eux pas été poursuivis. Et le procureur de Foix de préciser encore : «On est bien face à un réseau. Nous nous sommes vraiment concentrés sur les organisateurs, pas les bénéficiaires.»

Dispositif

L’Ariège a accueilli jusqu’à 48 mineurs étrangers isolés en 2009-2010, beaucoup proportionnellement que d’autres départements voisins. Augustin Bonrepaux et son homologue d’Île et Vilaine Jean-Louis Touraine ont travaillé à un nouveau dispositif avec l’état. Dorénavant, c’est une structure nationale qui répartit les mineurs étrangers isolés dans les départements en tenant compte de la population.




1 commentaire:

  1. formidable, la suppression des frontières!!!
    De toutes façons, c'est toujours aux même de payer : les français. Pas les gouvernants, non non non, le peuple que l'on arrête pas de ponctionner, au point même de s'en prendre aux retraités. Tout le monde n'a pas une retraite de politicien! Marine, il est urgent de faire le ménage dans la maison France.
    Yves Thérésin

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.