mercredi 24 juillet 2019

L’État prend 500 millions d’euros dans les caisses d’Action Logement

 
Le gouvernement va prélever 500 millions d’euros sur la trésorerie de l’ex-1 % logement.
 
«A priori, il n’y a rien de menaçant nous concernant dans le projet de loi de finance», affirmait début juillet Bruno Arcadipane, président d’Action Logement.

Depuis, le gouvernement a changé de pied.
Selon des informations des Echos.fr confirmées par Le Figaro, il va ponctionner 500 millions d’euros sur la trésorerie de l’ex-1 % logement.
Une habitude pour les pouvoirs publics: estimant que cet organisme disposait d’un énorme magot, l’exécutif lui a prélevé plus de trois milliards d’euros entre 2012 et 2014 pour financer l’Anah (Agence nationale de l’habitat) et l’Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine).

Action Logement se croyait à l’abri d’un nouveau coup de Trafalgar car il s’est réformé en profondeur: il a fusionné ses vingt CIL (comités interprofessionnels du logement) en une seule entité chargée de collecter 0,45 % de la masse salariale dans les entreprises de plus de cinquante salariés.
Il a également rationalisé son réseau de sociétés HLM.
Par ailleurs, au début de l’année, il s’est engagé à financer un plan pluriannuel de 9 milliards d’euros pour faciliter le logement des plus modestes.
Ainsi, il consacrera plus d’un milliard d’euros à la rénovation des salles de bains des personnes âgées pour qu’elles puissent rester chez elles.
Mais ces efforts n’ont pas dissuadé le gouvernement de taper dans la caisse d’Action Logement.
La tentation était trop forte car la trésorerie de cet organisme paritaire géré conjointement par le patronat et les syndicats est de 7,7 milliards d’euros.
Or l’exécutif a des problèmes pour boucler son prochain budget: pour faire passer la pilule de la réforme des retraites, il a décidé de moins tailler dans les niches fiscales et sociales que prévu.
En outre, la réforme des APL, qui devait générer de sérieuses économies, a été reportée au 1er janvier 2020.
La ponction sur Action Logement permettra de compenser cette mansuétude à l’égard des contribuables.
Ses modalités ne sont pas encore connues.
Il est vraisemblable que le ministère du Logement profite de cette manne.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.