dimanche 5 février 2017

Où étaient les manifestants contre le décret Trump quand Daech perpétrait des massacres?

Le 05/02/2017
 
 
Où étaient les manifestants contre le décret Trump quand Daech perpétrait des massacres?
 
© REUTERS/ Neil Hall
 
Tandis que de nombreux Américains se mobilisent contre le décret de Trump sur l'immigration, l'archevêque irakien Bashar Warda pose crûment la question: que faisaient ces manifestants à l'époque où Daech commettait des massacres, pourquoi ne sont-ils pas descendus dans la rue pour condamner de tels actes de violence?
 
La signature du décret du 45e président des États-Unis Donald Trump interdisant l'entrée sur le territoire américain des ressortissants de sept pays musulmans jugés à haut risque a provoqué une vague de réactions.
 Mais qu'en pensent les habitants des pays où règne le terrorisme et qui subissent des massacres au quotidien depuis des années ?
Comme le partage avec Crux l'archevêque catholique d'Erbil Bashar Warda, les réfugiés irakiens voient cette affaire sous un autre angle et se demandent où étaient les manifestants en 2014 :
 
« Tout le monde, y compris l'administration, semble accepter que cela aurait dû être mis en œuvre avec plus de clarté.
 Il y a eu beaucoup de confusion sur ce que signifiait l'ordre et plusieurs étaient très bouleversés », confie-t-il.
« De mon point de vue en Irak, je me pose la question de savoir pourquoi tous ces manifestants ne protestaient pas dans les rues quand Daech est venu tuer des chrétiens et des Yazidis et d'autres groupes minoritaires.
 Ils ne protestaient pas quand les dizaines de milliers de chrétiens déplacés, que mon archidiocèse a soignés depuis 2014, n'ont reçu aucune aide financière de la part du gouvernement américain ni des Nations unies.
 Il n'y a eu aucune protestation quand seulement 1/20e des chrétiens syriens ont été autorisés à entrer sur le territoire US », martèle l'archevêque.
La plupart des Américains n'ont aucune idée de la vie d'un Yazidi ou d'un chrétien ou encore d'un représentant de quelque autre minorité que Daech a placée sous son joug.
« Notre peuple a eu la possibilité de s'enfuir, de se convertir ou bien d'être tué, et beaucoup ont été tués de la façon la plus brutale imaginable », souligne-t-il.
 
Pourtant, personne n'est sorti dans la rue pour dénoncer cette barbarie.

Le peuple de Bashar Warda a tout perdu à cause de sa foi : ils ont été ciblés pour leur croyance, tout comme les Yazidis et bien d'autres encore.
Et maintenant, ces manifestants disent que la religion n'a pas d'importance du tout, même si quelqu'un a été persécuté pour sa foi, même si la persécution fondée sur la religion est l'un des motifs du statut de réfugié dans le traité de l'Onu sur les réfugiés.
 
Auparavant, l'Église catholique avait avancé un plan censé améliorer le sort des chrétiens irakiens.
 
 Bashar Warda a dévoilé que l'Église voulait que les personnes déplacées rentrent dans leurs villages en paix et en sécurité ceci, en dépit de récents rapports montrant l'ampleur de la destruction de leurs maisons dans les plaines de Ninive.

1 commentaire:

  1. L'objectif des fondateurs de Gia Daech Boko Haram de salir l'image de l'islam pour que les non musulmans ne convertissent pas a l'islam leurs attentats le 11 en Algérie en Usa en Europe 11 symbole de satan ils ont un renfort des diables chayatines djinns donc normal l’astéroïde de février pour mettre fin a satan satan mourra si la fin du monde 17.2.2017 aux non musulmans de se convertir a l'islam pour éviter l'enfer ces multiplies séismes signe de la fin du monde en islam.

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.