mardi 7 février 2017

Emmanuel Macron / Madame de Fontenay : tout est possible

 

Montage : Jany Leroy

Le 07/02/2017


Après la mise en retrait de la femme d’Emmanuel Macron, de vingt ans son aînée, madame de Fontenay a compris qu’il y avait une place à prendre.

Bien décidée à tenter sa chance, la dame au chapeau s’est donc rendue au premier grand meeting du comédien de la présidentielle.

Traversant la foule pour se rendre à son petit pupitre, Emmanuel Macron a immédiatement remarqué la présence de son idéal féminin…
 S’ensuivirent une brève étreinte et un baiser furtif qui laissent augurer une possible liaison avant le premier tour.
En tant que gérontophile chevronné, le candidat a tout de suite perçu le potentiel amoureux de sa nouvelle supportrice, tandis qu’en coulisses, les conseillers en communication se frottaient les mains à la vue de cette idylle naissante, fortement porteuse de popularité auprès de l’électorat des foires agricoles.
Avec une différence d’âge de 45 ans, l’ex-banquier se verrait ainsi gravir un échelon dans l’univers impitoyable du couple freudien.
 Inconsolable au décès de Jeanne Calment, le prétendant tiendrait enfin sa revanche.
Pour Christophe Barbier, l’élégance et le savoir-vivre de Geneviève la désignent tout naturellement à tenir le rôle de première dame.
Intransportable en scooter, à cause du chapeau, cette pimpante nonagénaire saurait redorer l’image du couple présidentiel amplement terni par l’imbroglio gayeto-trierweillero-royalisant…
Interrogé par Closer, madame de Fontenay a démenti avoir cédé aux avances du jeune cador.
Selon Christophe Barbier, conseiller matrimonial à L’Express, Geneviève ne donnera suite qu’après réception d’un courrier enflammé précisant, en outre, les conditions de logement, le nombre de bouillottes et la taille des couvertures chauffantes.

Enfin, la promise se montre intransigeante quant à la mise en scène de la cérémonie d’entrée en fonction à l’Élysée.
 Diadème, robe longue et Jean-Pierre Foucault de rigueur.
Sinon rien…

 D’après Christophe Barbant, Brigitte Trogneux, la dame de compagnie actuelle, ne serait pas du tout décidée à se laisser ravir son emploi fictif.

L’éventualité d’un duel « Fontenay-Trogneux » pourrait relancer la campagne et offrir un débat de toute beauté à la veille du deuxième tour.

Voire d’un troisième…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.