dimanche 22 janvier 2017

L’investiture de Trump vue par nos médias : toujours le même acharnement !

 


Le 22/01/2017


C’est une Amérique désormais vouée aux gémonies qui nous est maintenant promise.

Vendredi après-midi, lors de l’intronisation de Donald Trump à la Maison-Blanche, le spectacle se trouvait tout autant dans les rues de Washington que sur nos plateaux de télévision.
Il fallait voir les mines déconfites, résignées, attristées, voire catastrophées de nombre de nos journalistes et de leurs invités, par ailleurs triés sur le volet.
Pas une occasion ne fut manquée de rappeler tous les poncifs qui ont émaillé, des mois durant, la campagne présidentielle américaine, et de dire tout le mal possible sur celui qui, à leur corps défendant, est bien devenu le 45e président des États-Unis.
Corrélativement, pas un compliment, pas une courbette n’ont manqué à Barack Obama, et à son épouse, Michelle, subitement déifiés au panthéon de la bien-pensance qui tient et tire les ficelles de nos médias grassement subventionnés.
Le point d’orgue de cette ode aux partants fut certainement la mise à l’écart, par une de nos chaînes d’information en continu, d’une intervenante manifestement trop Trump et pas assez Obama.
 Les propos tenus par l’impertinente ayant été jugés blasphématoires par un aréopage de journalistes seul en droit de dire et de décider ce qui relève du vrai et du politiquement correct.
Pourtant, affirmer que le bilan du président sortant, après huit années passées à la tête du plus puissant État du monde, est plus que mitigé est un euphémisme.
Toujours plus de pauvres, une politique étrangère catastrophique, des grandes réformes de société abandonnées en cours de route, rien de bien reluisant, en définitive, de la part de celui en qui les Américains avaient placé tant d’espoirs.
Mais rien n’y fait, il est et restera, surtout de ce côté-ci de l’Atlantique, le représentant du bien face au mal total incarné par Donald Trump.
Et c’est une Amérique désormais vouée aux gémonies qui nous est maintenant promise.
Mal élu, Trump l’a sûrement été.
Mais faut-il rappeler à nos journalistes, toujours donneurs de leçons, qu’un certain François Hollande a rassemblé, au second tour de la présidentielle de 2012, moins d’un suffrage sur deux parmi les votants, et qu’il n’aurait pas obtenu la victoire si les bulletins blancs et nuls étaient pris en compte ? Dérangeant, Trump l’est certainement aussi, par son franc-parler, propre à choquer l’establishment, et par son intention de tenir ses promesses, déjà manifestée par la signature de son premier décret limitant la portée de l’emblématique « Obamacare », ainsi qu’il s’y était engagé auprès de ses électeurs.
 Imprévisible sûrement, mais le sera-t-il plus que tous nos présidents qui, une fois élus, se sont empressés d’oublier bon nombre de leurs promesses électorales ?
Pour les détracteurs de Trump, reste maintenant la voix de la rue.
 Et nos « anti » de se réjouir de cette opposition qui, nonobstant le choix des urnes, a décidé de s’opposer, parfois avec une extrême violence, à l’expression de la démocratie.
Et c’est bien là que le bât blesse.
Comment, en effet, celles et ceux qui, en France, dénient au nouveau président américain toute légitimité, et rêvent déjà de sa prochaine destitution, réagiront-ils si, demain, Marine Le Pen devait arriver au pouvoir ?
 Encourageront-ils de telles manifestations ?
Porteront-ils ces messages de haine et d’hostilité propres à diviser la nation ?
 Feront-ils tout pour faire tomber notre pays dans le chaos, simplement parce que le choix d’une majorité de Français n’aura pas été le leur ?

Autant de questions que l’élection américaine nous invite également à méditer.


2 commentaires:

  1. Pourrait-on de quelle chaîne info s'agit-il et comment se nomme l'intervenante ? Merci d'avance.

    RépondreSupprimer
  2. Voir l'article plus bas : Evelyne Joslain : "Obama était plus musulman dans son coeur que Chrétien"

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.