jeudi 27 octobre 2016

Paris : les riverains de Stalingrad «à bout de nerfs» face aux campements de migrants

 Le 27/10/2016

 
Des migrants se sont de nouveau installés dans le XIXe arrondissement, autour des stations Jaurès et Stalingrad, malgré un premier démantèlement en septembre dernier.
 
Des migrants se sont de nouveau installés dans le XIXe arrondissement, autour des stations Jaurès et Stalingrad, malgré un premier démantèlement en septembre dernier. Crédits photo : Erez Lichtfeld
 
Par Edouard de Mareschal

Publié le 27/10/2016
 
Plus de 2000 migrants campent dans les environs de la Gare du Nord à Paris. Des voix s'élèvent chez les riverains qui ne supportent plus les nuisances, et craignent que la situation s'aggrave avec la fermeture de la jungle de Calais.
 
Les langues se délient parmi les riverains du XIXème arrondissement de Paris, confrontés depuis plusieurs mois à l'arrivée massive de migrants dans leur arrondissement.
Pour Marie, qui habite à côté du métro Stalingrad, «c'est devenu tout simplement insupportable.»
 Un mois après l'évacuation de près de 2500 migrants installés entre les stations de métro Jaurès et Stalingrad, la situation est revenue à l'identique: plus de 2000 migrants dorment dans des tentes sur le terre-plein central de l'avenue de Flandre, sur le quai de Jemmapes et sous le pont aérien de la ligne 2.
 «Il en arrive tous les jours. Ici, il n'y avait qu'une seule tente hier soir», dit Marie en passant devant la bibliothèque Claude Lévi-Strauss. Trois autres tentes se sont installées dans la nuit.
«La fermeture de la jungle de Calais va en faire venir d'autres, c'est certain.»
 
Les commerçants perdent patience
 
Les riverains se plaignent de nuisances quotidiennes. «La situation est innommable», assure Monique, qui habite boulevard de la Villette.
«Ce sont des ordures et des excréments dans la rue, des cris pendant la nuit, des batailles rangées où les migrants s'affrontent avec des pierres et des barres de fer», énumère-t-elle.
Place Stalingrad, un agent d'entretien de la mairie du XIXème passe du nettoyant sur les bordures où des migrants ont installé leurs tentes.
«C'est de pire en pire», dit-il.
«On balaye, on aspire et on lave tous les jours. On leur donne des bacs pour qu'ils mettent leurs ordures, mais ils ne les respectent pas.»

Chaque jour, de nouvelles tentes envahissent les trottoirs dans ce quartier du XIXe arrondissement. Crédit: Erez Lichtfeld.
Chaque jour, de nouvelles tentes envahissent les trottoirs dans ce quartier du XIXe arrondissement. Crédit: Erez Lichtfeld.  

Les rapports se tendent avec les associations qui interviennent auprès des migrants.
«Ils leurs donnent des tentent Quechua et les nourrissent trois fois par jour, évidemment que les migrants ont tout intérêt à venir ici!
 Et quand on explique aux associations que ça nous rend la vie impossible, on nous répond que nous au moins, on a un toit sur la tête», s'agace une passante.
David, qui vit avenue de Flandre, abonde: «Les riverains sont vraiment à bout de nerfs.
On ne supporte plus le discours de la préfecture qui nous dit que le devoir de l'Etat est de prendre ces personnes en charge.
Il n'y a pas un mot pour nous les riverains qui subissons ça depuis des mois!»
 
Les agents d'entretien passent chaque jour pour nettoyer les lieux, donner des bacs à ordures. Crédit: Erez Lichtfeld.
Les agents d'entretien passent chaque jour pour nettoyer les lieux, donner des bacs à ordures. Crédit: Erez Lichtfeld.

La présence des migrants pèse aussi sur les commerçants qui commencent à perdre patience.
«La situation est désastreuse pour notre quartier», juge Naji, gérant du pressing au départ de l'avenue de Flandre.
 «A chaque descente des forces de l'ordre, la rue est bloquée pendant des heures.»
 Sur le mois de septembre 2016, le pressing a eu 590 clients en moins par rapport à l'année précédente à la même période.
«La survie de mon activité commence à se poser», assure-t-il. Le café mitoyen estime avoir perdu 30% de ses couverts.
«Les gens qui travaillent en face ne s'aventurent plus à traverser le terre-plein central pour venir déjeuner chez nous», explique Mehdi, le gérant.
Même discours au laboratoire de biologie médicale. «Nos patients n'osent plus venir chez nous», déplore le docteur François Toulat.
 «Il peut y avoir des cas de tuberculose, de typhoïde ou d'amibes chez les personnes qui campent dehors.
Désormais, j'ai des personnes âgées ou de patients en chimiothérapie, dont les défenses immunitaires sont très affaiblies, qui préfèrent ne plus venir dans mon laboratoire.
Cela pose clairement un problème d'accès aux soins dans le quartier.»

«La pression monte depuis des semaines»
 
La mairie du XIXème assure prendre conscience de la gravité de la situation.
«Nous interpellons quotidiennement l'Etat pour demander la mise à l'abri immédiate de ces personnes», explique Colombe Brossel, conseillère du XIXème arrondissement et adjointe à la mairie de Paris en charge de la Sécurité et de l'Intégration.
«La situation est insupportable pour elles, mais aussi pour les riverains car elle est en train d'asphyxier le quartier.»

La mairie de Paris doit ouvrir prochainement un Centre d'accueil humanitaire, avec la promesse de mettre fin à ces campements sauvages. «Entre 50 et 60 personnes arrivent tous les jours à Paris», estime Colombe Brossel.
«Il faut qu'elles soient prises en charge immédiatement par ce centre pour éviter qu'elles ne finissent à la rue.»
En attendant, deux associations de riverains excédés se sont formées: le collectif «habitants-réfugiés: dignité pour tous» et le collectif «habitants associés».
Elles se réuniront pour la première fois ce jeudi soir pour discuter d'actions à venir.

«On sait que la situation est terrible pour les migrants.
 Mais on n'en peut plus», explique Pierre, membre des «Habitants associés».
Il habite boulevard de la Villette, à côté du Centre d'accueil pour demandeurs d'asile géré par France terre d'asile (FTA).
 «La pression monte depuis des semaines, et on s'attend à ce que la situation s'aggrave avec les migrants qui vont arriver de Calais.
L'ordre public n'est plus respecté devant le centre d'accueil.
C'est devenu invivable, on demande sa fermeture», ajoute-t-il.
 
Une pétition en ce sens a rassemblé une centaine de signatures.
 
Mais pour le président de FTA, Pierre Henry, le problème n'est pas là.
 
 «Ce n'est pas la suppression du Centre d'accueil qui va supprimer les flux. La situation ne s'arrangera pas tant que des centres d'accueil et de répartition ne seront pas mis en place en amont dans toute la France, pour orienter les migrants avant qu'ils ne se retrouvent à la rue.»

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.