dimanche 24 novembre 2013

Pour Jacques Faizant , Mitterrand-Hollande, même combat !


Le Point.fr - Publié le

Jacques Faizant.
Jacques Faizant. © Éric Feferberg / AFP


Ce dessin du caricaturiste remonte à 1982. Il met en scène un François Mitterrand sans cap ni idées. De quoi faire sourire François Hollande et ses amis.
Qui a dit que l'histoire était un éternel recommencement ?
Sans doute un fin observateur des arcanes et des héros de la politique française.
 Le Hollande bashing bat son plein depuis plusieurs mois.
 Le principal reproche qui est fait au chef de l'État est de ne pas donner l'impression d'avoir un cap et de savoir gouverner par gros temps.

Ce dessin est paru dans le numéro 514 du Point daté du 28 juillet 1982.
 Il montre un petit groupe de touristes sacs au dos et visiblement perdus dans une épaisse forêt.

 "J'ai l'impression que nous sommes égarés", reconnaissent-ils.





 Ils appellent leur guide.
Celui-ci prend les traits de François Mitterrand et conserve une placidité à toute épreuve pour avouer qu'il ne sait pas où il est, pas plus qu'il ne sait où il va, qu'il ne dispose ni d'une boussole ni de vivres, avant d'avouer qu'il est incompétent et a éhontément menti à ses clients.
 C'est d'une drôlerie d'autant plus dérangeante que ces sept cases restent d'une actualité inquiétante.
 François II est-il un meilleur guide que son illustre prédécesseur ?
 On peut aussi poser la question différemment.
N'a-t-on pas souvent l'impression que nos gouvernants sont égarés dans une nuit épaisse et qu'ils ne savent pas très bien comment se sortir de cette délicate situation.

Retour vers le futur !

À 31 ans d'écart, ces dessins viennent une nouvelle fois prouver que les caricaturistes de presse sont souvent plus talentueux que bien des journalistes politiques.
 En quelques traits, ils savent rendre compte d'une situation et saisir une complexité politique.
 À l'été 1982, Jacques Delors, ministre de l'Économie et des Finances du Premier ministre Pierre Mauroy, tentait de convaincre François Mitterrand d'entreprendre une politique de rigueur, de faire une pause dans les réformes sociales, de ne pas sortir du système monétaire européen, de mettre en place une politique de relance alors que la loi de nationalisation est devenue effective en février.
 À l'automne, le père de Martine Aubry obtint officiellement gain de cause.
 Un cap social-démocrate fut donné à la politique de la France.

 Et si 1982 et 2013 se ressemblaient encore plus qu'on ne le pense...

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.